Navigation – Plan du site
Historiographie et identités culturelles

Classes, ordres, statuts : la réception française de la sociologie finleyenne et le cas Pierre Vidal-Naquet

Paulin Ismard
p. 39-53

Résumés

Le rôle joué par Pierre Vidal-Naquet dans la réception française de l’œuvre de Moses Finley n’est plus à démontrer. Durant plus de vingt ans, Pierre Vidal-Naquet fut en effet le préfacier, l’éditeur et, parmi les antiquisants français, l’un des principaux collaborateurs scientifiques de l’historien américain. Échelonnée de 1964 à 1986, la correspondance échangée par les deux hommes met en lumière le rôle déterminant de cette collaboration dans la réception de la sociologie finleyenne au sein du champ historiographique français. Elle éclaire notamment certains traits de la formation de ce qu’on peut appeler une sociologie finleyenne « à la française », sensiblement imprégnée par le contexte structuraliste, et traversée par un débat récurrent sur les formes de classification sociale.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en avril 2017.

Plan

Une collaboration scientifique et éditoriale
Les contretemps d’une réception
Contre la « vulgate marxiste » : l’ordre et la classe
Statut et status
Itinéraires d’un contre-sens : les aléas de la réception marxiste

Aperçu du texte

Pierre Vidal-Naquet a souligné à plusieurs reprises sa dette scientifique à l’égard de Moses Finley, qu’il plaçait, aux côtés d’Henri-Irénée Marrou, de Jean-Pierre Vernant et Arnaldo Momigliano, au premier rang de son « sanctuaire personnel ». « À l’influence de Finley, je dois une bonne part de ce que j’ai écrit sur le monde homérique et l’essentiel de mon œuvre dans le domaine de l’histoire économique et sociale », écrit l’historien français dans ses Mémoires. L’influence de Finley fut loin, pourtant, de se cantonner à la transmission d’une théorie spécifique portant sur le monde de l’épopée ou l’histoire des sociétés grecques de l’époque archaïque et classique. Finley a surtout incarné une façon singulière d’écrire l’histoire et de vivre en historien, à laquelle Pierre Vidal-Naquet s’est sans doute identifié.

La reconnaissance procédait tout d’abord du choix d’un positionnement scientifique spécifique dans le champ des études classiques. La démarche intellectuelle de Finley, ancr...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paulin Ismard, « Classes, ordres, statuts : la réception française de la sociologie finleyenne et le cas Pierre Vidal-Naquet », Anabases, 19 | 2014, 39-53.

Référence électronique

Paulin Ismard, « Classes, ordres, statuts : la réception française de la sociologie finleyenne et le cas Pierre Vidal-Naquet », Anabases [En ligne], 19 | 2014, mis en ligne le 01 avril 2017, consulté le 25 mars 2017. URL : http://anabases.revues.org/4539 ; DOI : 10.4000/anabases.4539

Haut de page

Auteur

Paulin Ismard

Maître de conférences d’histoire grecque
Université de Paris I – Panthéon Sorbonne
p.ismard@club-internet.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page