Navigation – Plan du site
Comptes rendus et notes de lecture

Jeffrey Beneker, The Passionate Statesman. Eros and Politics in Plutarch’s Lives

Adeline Adam
p. 267-269
Référence(s) :

Jeffrey Beneker, The Passionate Statesman. Eros and Politics in Plutarch’s Lives, Oxford, Oxford University Press, 2012, 258 p.
58 livres / isbn 978-0-19-969590-4.

Texte intégral

1Dans cet ouvrage consacré aux Vies Parallèles de Plutarque, Jeffrey Beneker répond en cinq chapitres et de façon limpide à une question qu’il pose dès les premières pages : comment l’auteur utilise-t-il erôs comme outil d’analyse pour interpréter les sources historiques et composer ses biographies politiques ? Dans l’introduction, J. Beneker expose en détail sa démarche. Il explique comment la vertu morale fournit à Plutarque une structure pour l’interprétation des sources historiques et pour la reconstruction, à travers un filtre moral, des événements et des vies personnelles des sujets des Vies. Il montre en effet avec clarté, ainsi qu’avec une grande finesse dans l’analyse des sources, que Plutarque représente la réponse des personnages à erôs comme annonciatrice de leur comportement social et politique.

2Dans le premier chapitre, « Erôs et le mariage », J. Beneker analyse la conception philosophique de l’âme chez Plutarque afin d’établir les conditions dans lesquelles, selon l’auteur des Vies Parallèles, erôs peut affecter le comportement d’une personne. En s’appuyant sur De la vertu morale et sur le Dialogue sur l’amour, l’auteur situe Plutarque dans le paysage philosophique de l’époque ; selon J. Beneker, la conception de l’âme de Plutarque est platonicienne, comme l’illustre le parallèle qu’il établit entre De la vertu morale (444a-b et 441e-442b) et le Phèdre (253d-254a). L’âme est, pour l’auteur des Vies Parallèles, le lieu d’un conflit potentiel entre raison et passions ; ces dernières sont nécessaires pour l’exercice de la vertu mais doivent être contrôlées par la raison. J. Beneker se concentre alors sur les relations entre amants et en particulier sur celles entre mari et femme ; Plutarque admet que les motifs irrationnels jouent un rôle crucial même dans les comportements raisonnables et vertueux, et crée ainsi un modèle plus réaliste pour le comportement humain. J. Beneker souligne le rôle de ce modèle en confrontant ces hypothèses à une étude des couples Brutus/Porcia et Périclès/Aspasie.

3Dans le deuxième chapitre, intitulé « Vertu morale, erôs et histoire », J. Beneker étudie l’interdépendance de la raison et de la passion sur les sujets de ses biographies et montre comment Plutarque reconstruit les données de ses sources grâce à un filtre moral. Plutarque structure certaines Vies autour d’un thème qui implique le rapport du héros à erôs. C’est le cas pour les Vies de Pelopidas et de Marcellus, rassemblées autour du thème du général imprudent. J. Beneker prouve ici que, à la place de commentaires moralisateurs, c’est la structure même des livres qui sert à expliquer la mort des héros, effet qui culmine dans l’épisode paroxystique des généraux impatients de livrer combat alors que les présages sont mauvais. La structure interprétative de la vertu morale tend alors à homogénéiser les figures et donc à fournir une explication générique pour les décisions et actions individuelles.

4Dans le troisième chapitre, « Erôs et ambition dans l’Alexandre-César », J. Beneker s’intéresse à la façon dont Plutarque développe le thème des différents types de désirs (l’erôs pour la domination et l’erôs pour une autre personne) à travers la comparaison entre Alexandre et César, et de façon moins directe à travers la comparaison avec Cyrus dans la Cyropédie de Xénophon. L’objectif est d’analyser comment le rapport à erôs influence une carrière politique. J. Beneker montre qu’Alexandre, au début de sa carrière, réussit à faire preuve de sophrosynê même lorsqu’il agit sous l’impulsion d’erôs. Ainsi sa relation avec Barsine semble modérée, et pas simplement sexuelle, puisqu’elle lui procure des avantages politiques et militaires, en plus d’être une réponse à erôs. J. Beneker établit que la figure de César est construite selon la même structure (c’est-à-dire que l’erôs pour la domination engendre une sophrosynê en ce qui concerne les plaisirs du corps) et c’est pourquoi Plutarque accorde si peu d’importance au lien érotique entre César et Cléopâtre.

5Dans le quatrième chapitre, « Erôs et la chute de Marc-Antoine », J. Beneker établit que la carrière d’Antoine est poussée par erôs, bien que son désir soit dirigé vers une femme plutôt que vers le pouvoir, contrairement à ce qui est mis en évidence pour Alexandre et César. C’est en partie pour cela, analyse J. Beneker, que sa biographie est un exemple négatif pour les lecteurs de Plutarque. Pour Antoine comme pour Démétrios, qui forme la deuxième moitié de cette paire de Vies, le manque de maîtrise de soi explique l’échec d’une carrière politique et militaire qui aurait pu se dérouler autrement. Plutarque laisse donc entendre que le cours de leur vie n’avait rien d’inexorable ; en effet, si ces personnages n’avaient aucune capacité pour la vertu, leur présence dans des biographies morales n’aurait pas d’intérêt. Plutarque construit donc le récit afin de montrer comment Antoine a échoué à entraîner sa vertu morale ; ici, comme dans les autres analyses, l’importance déterminante de l’éducation dans le développement de cette vertu est soulignée par J. Beneker. Ce dernier montre que Plutarque fait d’erôs un élément fondamental de la lutte d’Antoine avec Octave – une lutte intérieure qu’il réduit à un combat propre au personnage d’Antoine.

6Dans le dernier chapitre, J. Beneker reprend l’analyse de la sophrosynê et, à la lumière des conclusions apportées dans les différentes étapes de son raisonnement, il reconsidère les aspects fondamentaux de la morale de Plutarque. Il en conclut qu’Alexandre représente le paradigme de la maîtrise de soi, mais qu’il ne constitue pas un modèle en ce qui concerne la façon d’atteindre cet idéal : le général n’est pas parvenu à un tel niveau de sophrosynê par l’éducation, comme c’est le cas pour les autres héros présentés dans les Vies, il est un homme à l’ethos hors normes. Ce chapitre est aussi l’occasion pour J. Beneker d’analyser le rapport entre gestion privée des passions et carrière publique : la capacité d’un homme à exercer le contrôle de soi influence sa capacité à accomplir son devoir ainsi que le jugement du public à propos de cette capacité. Aussi Pompée, qui promettait d’être le prochain Alexandre, n’a-t-il pas su modérer ses passions, et Plutarque, désirant reconstruire l’histoire à travers un filtre moral, a-t-il lié sa chute à son caractère. Le changement de trajectoire de sa carrière est ainsi expliqué par un changement dans son comportement personnel.

7J. Beneker montre de façon convaincante que la réponse à erôs fait partie intégrante de la structure de certaines Vies Parallèles. Cette étude est stimulante pour les spécialistes de philosophie, ainsi que pour les chercheurs qui s’interrogent sur la nature du genre discursif auquel appartiennent les Vies de Plutarque. J. Beneker établit finement l’importance accordée à erôs dans la construction du récit de Plutarque et son ouvrage apporte un nouvel éclairage à la fois sur la morale telle qu’elle est conçue par Plutarque mais aussi sur la composition des Vies.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Adeline Adam, « Jeffrey Beneker, The Passionate Statesman. Eros and Politics in Plutarch’s Lives », Anabases, 18 | 2013, 267-269.

Référence électronique

Adeline Adam, « Jeffrey Beneker, The Passionate Statesman. Eros and Politics in Plutarch’s Lives », Anabases [En ligne], 18 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2013, consulté le 27 mars 2017. URL : http://anabases.revues.org/4382

Haut de page

Auteur

Adeline Adam

Université Paris Diderot – Paris 7
adeline.adam1@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page