Navigation – Plan du site
Comptes rendus et notes de lecture

Christian Meier, A culture of freedom. Ancient Greece and the origins of Europe

Delphine Deschaux-Dutard
p. 294-295
Référence(s) :

Christian Meier, A culture of freedom. Ancient Greece and the origins of Europe, Oxford, Oxford University Press, 2011, 344 p.
18, 99 livres /
isbn 978-0-19-958803-9.

Texte intégral

1À travers cet ouvrage, Christian Meier nous entraîne dans un passionnant voyage dans la culture et la politique de la Grèce antique, et s’efforce de tracer des relations entre l’héritage culturel de cette période et la culture européenne moderne. Né en Poméranie en 1929, président de l’Académie allemande de langue et de littérature de Darmstadt, il est l’un des historiens allemands les plus connus du grand public outre-Rhin. Professeur émérite à l’université de Munich, ce spécialiste de l’histoire antique grecque et romaine propose ici un ouvrage dans la lignée de ses travaux visant à faire dialoguer l’histoire ancienne et l’histoire contemporaine du continent européen, comme le sous-titre le précise. Cependant, l’Europe contemporaine reste ici en filigrane, mis à part son évocation en introduction.

2Dans cet ouvrage, en explorant le « monde grec » entre le ve et le ier siècle av. J.-C., C. Meier vise à explorer la façon dont une civilisation se construit, tant par la confrontation avec l’extérieur (ici le monde perse) que par le développement de normes, de rites et de pratiques culturelles et politiques internes qui ont pour but de créer un sentiment de communauté. Plus précisément, le point de départ de l’auteur est de se demander ce qui rend la culture européenne si particulière, en s’interrogeant sur ses racines grecques antiques. Sa ligne directrice est l’importance de la liberté dans la culture grecque antique, liberté qui fonde aujourd’hui encore les démocraties européennes contemporaines.

3L’ouvrage se concentre sur les liens entre l’Antiquité grecque et l’Europe médiévale dans une première partie, et sur la culture athénienne antique dans la seconde, en mettant spécifiquement l’accent sur l’importance des valeurs de liberté et d’équité au sein de cette culture. En explorant l’ensemble des aspects de la culture grecque antique, de la politique à la culture militaire et martiale en passant par la poésie épique, la philosophie, les rites sociaux, le sport ou encore la religion, C. Meier nous démontre, avec l’appui d’un corpus archivistique riche et des données les plus récentes de la recherche en archéologie, que le lien entre ces différents aspects en interne, et ce qui définit la culture grecque vis-à-vis de la culture perse vers l’extérieur, c’est la tentative des Grecs de créer une société fondée sur la notion de liberté plutôt que sur celle de pouvoir. C’est d’ailleurs cette place centrale de la liberté qui différencie la culture grecque antique des cultures préexistantes, auxquelles les Grecs ont emprunté de nombreux éléments, notamment en matière de stratégie militaire ou de poésie épique, comme le souligne l’historien.

4En outre, un autre argument lui permet de faire le lien entre la culture de l’Europe médiévale, source de la culture européenne contemporaine, et la Grèce antique : il met en avant l’idée selon laquelle, sous la menace de l’Empire perse, les Grecs sont parvenus à se coaliser autour de l’idée que l’Europe et l’Asie seraient naturellement séparées, tant géographiquement que culturellement, contrairement au lien que Xerxès le Grand avait tenté d’établir entre les deux aires de civilisation grecque et perse antiques en construisant l’Hellespont. Si la première partie de l’ouvrage reste relativement générale, retraçant notamment l’antagonisme perso-hellénique, la seconde partie s’attache plus précisément à montrer en quoi la place fondamentale de la liberté dans la construction des cités grecques, et en particulier celle d’Athènes, constitue un héritage pour la culture européenne. L’ensemble des éléments qui composent la culture grecque antique de ces cités-États – politique, théâtre, philosophie, art, science ou encore architecture – proviennent, selon l’historien, de la détermination des Grecs à vivre en citoyens égaux et libres, selon une gouvernance ordonnée par la désignation de chefs politiques plutôt que sur l’exercice autoritaire du pouvoir par un seul.

5Si l’ouvrage est fascinant par sa richesse et convie à une forme de voyage au cœur de la Grèce antique, le lecteur peut mettre à distance la tonalité parfois partiale de l’écriture, passant sous silence la personnalité d’Alexandre le Grand par exemple, ou la pratique de l’esclavage par les Grecs, qui s’oppose à cette exaltation de la valeur de liberté dans leur culture.

6Néanmoins, l’ouvrage reste une source de réflexion intéressante sur les racines profondes de notre culture européenne contemporaine et, plus encore, sur l’héritage commun qui nous relie à l’Histoire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Delphine Deschaux-Dutard, « Christian Meier, A culture of freedom. Ancient Greece and the origins of Europe », Anabases, 17 | 2013, 294-295.

Référence électronique

Delphine Deschaux-Dutard, « Christian Meier, A culture of freedom. Ancient Greece and the origins of Europe », Anabases [En ligne], 17 | 2013, mis en ligne le 01 avril 2013, consulté le 30 avril 2017. URL : http://anabases.revues.org/4282

Haut de page

Auteur

Delphine Deschaux-Dutard

Université Pierre-Mendès-France-Grenoble 2
delphine.deschaux@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page