Navigation – Plan du site
Comptes rendus et notes de lecture

Christophe Imbert, Rome n’est plus dans Rome. Formule magique pour un centre perdu

Philippe Foro
p. 282-283
Référence(s) :

Christophe Imbert, Rome n’est plus dans Rome. Formule magique pour un centre perdu, Paris, Classiques Garnier, 2011, 1177 p.
98 euros, isbn 978-2-8124-0261-6.

Texte intégral

1Difficile de faire en peu de lignes le compte rendu d’un livre aussi foisonnant et riche que celui que nous propose Christophe Imbert avec Rome n’est plus dans Rome. Formule magique pour un centre perdu. En 1177 pages dont 39 planches iconographiques, une ample bibliographie et deux index pour les noms propres et les notions (décadence, épigraphie, origines, stoïcisme…), il offre une étude érudite des diverses assertions, transformations, reformulations de la formule célèbre du Sertorius de Corneille (1662), « Rome n’est plus dans Rome ». Il se place dans le cadre des études sur l’idée de Rome à la suite d’Andrea Giardina, André Vauchez, Mariella Colin, Gérard Labro, Yves Bonnefoy ou du colloque de Caen de 2008 qui donna lieu à la publication Le mythe de Rome en Europe, modèles et contre-modèles.

2Le livre est composé de quatre parties. Tout d’abord, une partie historique sur « une formule de l’histoire », puis une partie sur l’histoire de la formule, ensuite une partie sur les mécanismes rhétoriques de la formule, enfin une partie sur « Rome ou le centre perdu ». L’auteur transporte le lecteur de l’Antiquité à l’époque contemporaine, de la littérature à la théologie, ce qui suppose un formidable travail à la fois de repérage des sources et d’assimilation permettant une analyse quasi-exhaustive. Le propos de l’auteur ne se situe pas seulement en aval de la pièce de Corneille mais également largement en amont. Partant des cas de Pompée ayant dû fuir Rome ou de la guerre civile de 69 décrite par Tacite dans ses Histoires, Christophe Imbert passe par La Cité de Dieu d’Augustin qui conceptualise la Rome terrestre et la Rome céleste, idée reprise par Quinet en 1843. Il donne aussi toute sa place aux conceptions ecclésiales qui, selon l’adage Ubi Papa, ibi Roma, situe Rome où est le souverain pontife, conception vis-à-vis de laquelle souhaiteront réagir Arnaldo di Brescia et Cola di Rienzo en tentant de revivifier la commune romaine en une sorte de voyage de la légitimité issue de la Ville Éternelle. La culture littéraire est elle aussi au cœur de la réflexion de l’auteur, du Pogge à Carducci, de Du Bellay à Chateaubriand. Selon les propres réflexions de Christophe Imbert, l’ouvrage permet de voir « comment Rome avait constitué comme un temple mobile, une arche portée sous la tente des migrations de l’esprit occidental. La Ville, devenue une forme imaginaire, était cherchée loin de ses murs dans une pureté, une ancienneté, une authenticité plus grande » (p. 917). Si besoin est, Rome n’est plus dans Rome affirme ce rôle si particulier et irremplaçable que tient Rome dans la culture et l’imaginaire occidental. Ce travail est sans aucun doute appelé à rester une étude de référence. Un seul regret, mais Christophe Imbert n’y est pour rien : un prix trop élevé (98 euros !) pour que l’ouvrage soit à la portée de nombreuses bourses.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Foro, « Christophe Imbert, Rome n’est plus dans Rome. Formule magique pour un centre perdu », Anabases, 17 | 2013, 282-283.

Référence électronique

Philippe Foro, « Christophe Imbert, Rome n’est plus dans Rome. Formule magique pour un centre perdu », Anabases [En ligne], 17 | 2013, mis en ligne le 01 avril 2013, consulté le 28 avril 2017. URL : http://anabases.revues.org/4266

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page