Navigation – Plan du site
Comptes rendus et notes de lecture

S. Basch, P. Chuvin, M. Espagne, N. Seni, J. Leclant (éd.), avec la coll. de H. Meunier-Chuvin, L’orientalisme, les orientalistes et l’Empire ottoman de la fin du xviiie à la fin du xxe siècle.

Corinne Bonnet
p. 267-268
Référence(s) :

S. Basch, P. Chuvin, M. Espagne, N. Seni, J. Leclant (éd.), avec la coll. de H. Meunier-Chuvin, L’orientalisme, les orientalistes et l’Empire ottoman de la fin du xviiie à la fin du xxe siècle, Actes du colloque international réuni à Paris, les 12 et 13 février 2010 au palais de l’Institut de France, Paris, De Boccard, 2011, 334 p.
45 euros / isbn 978-87754-265-4.

Texte intégral

1On trouvera dans ce beau volume contenant 47 planches d’illustrations les contributions présentées en 2010 et visant à cerner l’« Orient » à la découverte duquel partaient savants et pèlerins, artistes et diplomates qui découvraient l’Empire ottoman, voisin puissant de l’Europe, et pourtant déjà exotique par ses usages, ses coutumes, ses langues… Comme le précise P. Chuvin, pour que la mission des uns et des autres relève du registre de l’« orientalisme », il faut qu’intervienne, à un moment donné, une sorte de « conversion » scientifique qui donne lieu à des formes d’expertise dans la quête de l’Orient. Celle-ci met souvent en branle les représentations de l’Antiquité et les apports de son héritage découvert, redécouvert, valorisé, analysé, traduit, publié, questionné aux xviiie et xixe siècles.

2Seize contributions sont réunies dans ce volume, qui ne touchent pas toutes à la réception de l’Antiquité, mais qui sont toutes passionnantes. Michel Tardieu marche dans les pas d’Eugen Prym et Albert Socin qui, inspirés sur le plan méthodologique par les frères Grimm, se rendent dans l’Empire ottoman à l’instigation du grand Theodor Nöldeke pour trouver des témoins vivants de l’araméen et accomplissent un travail de terrain extrêmement original. Perrine Simon-Nahum s’intéresse au rôle de Constantinople dans la transmission du grec à l’Occident, tel qu’Ernest Renan le perçoit, soucieux qu’il est de proposer une histoire de l’Occident médiéval concurrente de celle que propose l’Église. En définitive, en soulignant le rôle des philosophes et savants grecs, et celui des cultures orientales, Renan met en avant les échanges culturels comme facteur de progrès dans l’histoire de l’humanité. Le réseau stambouliote de Sylvestre de Sacy est présenté par Michel Espagne et Pascale Rabault-Feuerhahn ; leur étude montre que Constantinople était une porte ouverte sur l’Irak, la Syrie, le Liban et la Perse. Elle révèle aussi le rôle stratégique des échanges épistolaires dans la constitution de l’œuvre du grand orientaliste et dans son rayonnement. Jeff Moronvalle analyse le Recueil de cent estampes représentant différentes nations du Levant de Charles de Ferriol, paru à Paris en 1714, quelques années après le retour en France de l’ambassadeur Charles de Ferriol. Marqué par une esthétique de la curiosité, ce recueil amorce néanmoins une nouvelle approche scientifique de l’Orient, précurseur de l’orientalisme postérieur aux Lumières, qui présente les objets orientaux dans leur contexte d’origine. Véronique Schiltz propose une magnifique analyse des rapports entre Catherine II, les Turcs et l’antique, ou plus précisément de la manière dont Catherine, dans le cadre de ses affrontements avec les Turcs, mobilise les références à l’antique. C’est en effet au nom de l’Antiquité grecque, byzantine et chrétienne que Catherine a mené son combat contre l’Empire ottoman. Frédric Hitzel scrute les ambassades -occidentales à Constantinople comme vecteurs de la diffusion d’une certaine image de l’Orient puisque les ambassadeurs se font accompagner d’artistes que les rives du Bosphore inspirent. Isabella Palumbo Fossati Casa s’intéresse à Gaspare et Giuseppe Fossati, architectes italiens chargés de construire à Constantinople, pour le compte de Nicolas Ier de Russie, le nouveau palais de la Légation russe. Fascinés par Constantinople et son passé antique, ils se voient confier la restauration de Sainte-Sophie en 1847, par le sultan Abdül Mecit Ier, aventure extraordinaire que diverses sources nous restituent. En matière de théories de l’ornement, l’Empire ottoman a-t-il été un modèle et la source d’une « renaissance orientale », en dépit de la turcophobie dominante et des préjugés sur l’art turc ? Telle est la question que pose Rémi Labrusse, lequel montre bien toute la complexité du rapport à la source orientale, fantasmée davantage qu’imitée par les Occidentaux. Suzanne Marchand cerne la question de l’amitié germano-turque, celle qui unit un empire chrétien et un empire musulman (soumis à la proclamation du djihad en 1914), et explore ses conséquences dans le domaine de l’histoire intellectuelle. Gilles Veinstein reprend la question du despotisme ottoman sous l’angle de la polémique entre le baron de Tott et Charles de Peyssonnel, tandis que Sabine Mangold retrace le réseau européen et ottoman de Josef von Hammer-Purgstall, auteur d’une Histoire de l’Empire ottoman, en dix volumes, entre diplomatie et érudition. Le même savant autrichien est au cœur de la contribution de Céline Trautmann-Waller qui analyse son livre intitulé Constantinopolis und der Bosphoros, paru en 1822, où il donne à voir son rapport avec la ville, mythique et stratifiée, carrefour entre Europe et Orient. Edhem Elden revient sur son cher Osman Hamdi Bey, orientaliste oriental, personnage aux mille facettes et à l’histoire complexe, qui produit une peinture orientaliste bonne pour l’Occident. Trois figures de l’orientalisme architectural au Caire, au tournant du xxe siècle, à savoir l’ingénieur, le réformateur et le collectionneur sont présentées par Mercédès Volait, tandis que Zeinep Çelik étudie l’intrusion de la place publique, le « forum de la colonie », dans la ville ottomane, d’Alger à Damas. Nora Seni conclut le volume avec une contribution sur l’essor des études orientales au xixe siècle dans ses relations avec la philanthropie, lorsqu’érudition et générosité ou solidarité se conjuguaient. Le volume forme un ensemble remarquable, d’un grand intérêt pour les historiens de l’Antiquité et de sa réception, autant que pour ceux des périodes plus récentes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Corinne Bonnet, « S. Basch, P. Chuvin, M. Espagne, N. Seni, J. Leclant (éd.), avec la coll. de H. Meunier-Chuvin, L’orientalisme, les orientalistes et l’Empire ottoman de la fin du xviiie à la fin du xxe siècle.  », Anabases, 17 | 2013, 267-268.

Référence électronique

Corinne Bonnet, « S. Basch, P. Chuvin, M. Espagne, N. Seni, J. Leclant (éd.), avec la coll. de H. Meunier-Chuvin, L’orientalisme, les orientalistes et l’Empire ottoman de la fin du xviiie à la fin du xxe siècle.  », Anabases [En ligne], 17 | 2013, mis en ligne le 01 avril 2013, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://anabases.revues.org/4238

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page