Navigation – Plan du site
Traditions du patrimoine antique
"Restitutions" littéraires et linguistiques, réceptions philosophiques et idéologiques

Traduction et « conversion » des épîtres héroïdes d’Ovide à la Renaissance

Pascale Chiron
p. 119-133

Résumés

Au xvie siècle, les Héroïdes d’Ovide, que ce soit par leurs traductions ou par leurs imitations, permettent de poser les questions qui sont au centre des préoccupations des humanistes et poètes français : la question de l’illustration de la langue française, celle du rapport entre la rhétorique et le lyrisme, celle du rapport entre la poésie et la morale, et enfin, la question du rapport entre le style et l’ethos du poète. En bref, Ovide, et ses « lettres d’amour » sont, à la Renaissance, les révélateurs d’une poésie et d’un champ littéraire en pleine mutation.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 H. Lamarque, « L’édition des œuvres d’Ovide dans la Renaissance française », in Ovide en France d (...)
  • 2 Voir à ce propos la précieuse étude de Marine Molins, Charles Fontaine traducteur, le poète et ses (...)

1Les Héroïdes d’Ovide connaissent un grand succès littéraire et éditorial à la Renaissance. Elles sont à la fois traduites et imitées. La traduction de l’évêque d’Angoulême, Octovien de Saint-Gelais, connaît de nombreuses rééditions, et nous conservons encore quatorze manuscrits richement illustrés de cet ouvrage qui a contribué à la diffusion des Héroïdes à la Renaissance. Si « les Métamorphoses dans le premier tiers du siècle ont été l’ouvrage d’Ovide le plus lu, la tendance s’est inversée ensuite au profit des Héroïdes1 », affirme Henri Lamarque. Pas moins de vingt-six éditions paraissent en effet en France entre 1529 et 1588. Je me suis particulièrement intéressée dans cette étude à la traduction de Charles Fontaine, qui paraît en 1552 et à la traduction de Du Bellay de l’héroïde de Didon à Énée, parue en 1552 à la suite de sa traduction du quatrième livre de l’Énéide2. Notre regard a porté également sur l’influence des héroïdes sur l’épître de Maguelone à Pierre de Provence de Clément Marot (parue en 1532 dans L’Adolescence clémentine), sur les élégies de Louise Labé (1555) et surtout sur les Epistres heroides, tressalutaires, pour servir d’exemple a toute ame fidele de François Habert, parues en 1550.

2Les Héroïdes paraissent être un miroir exemplaire des préoccupations humanistes propres à la Renaissance : leurs traductions et adaptations posent la question de l’illustration de la langue française, mais aussi celle du statut de la fable antique et de son utilité morale au xvie siècle. Tirée, selon les traducteurs et les imitateurs, du côté de la rhétorique chrétienne ou du lyrisme élégiaque, l’héroïde ovidienne permet à un poète, auteur ou traducteur, de situer son rapport à la poésie dans un siècle où la littérature n’est pas encore constituée comme champ autonome.

L’illustration de la langue française

  • 3 S. Viarre, Ovide, Essai de lecture poétique, Paris, Les Belles Lettres, 1976, p. 75.
  • 4 Œuvres poétiques, éd. G. Defaux, Classiques Garnier, 1993, t. II, p. 406 ; traduction publiée en (...)
  • 5 Octovien de Saint-Gelais, Les vingt et une epistre d’Ovide, translatée de Latin en Francoys par r (...)
  • 6 Charles Fontaine, Les Epistres d’Ovide nouvellement mises en vers françoys par M. Charles Fontain (...)
  • 7 « Habert Traducteur au Roy », in Six livres de la Metamorphose d’Ovide, traduictz selon la phrase (...)
  • 8 François Habert, Les Epistres heroides, tressalutaires, pour servir d’exemple a toute ame fidele, (...)

3Ovide est perçu par les traducteurs des Héroïdes ou des Métamorphoses comme un auteur au style doux, facile, naturel. On loue en même temps sa grâce naturelle et son abondance3. Dans l’épître au roi François Ier qui ouvre sa traduction du premier Livre des Métamorphoses, Clément Marot évoque la « grande doulceur du stile4 » d’Ovide. Octovien de Saint-Gelais, dans son prologue, parle de sa « forme latine doulce melliflue5 ». Charles Fontaine ajoute : « Des mon jeune aage j’ay tousjours eu en admiration les oeuvres d’Ovide, singulier Poete en invention, grace, et facilité6. » François Habert, traducteur des Métamorphoses en 1549, admire cette écriture qui « enyvre de sa doulceur/Les scavans et letrez qui sont d’amour de vertu penetrez7 ». « Naïf », « naturel », « doux », ces trois adjectifs sont présents dans l’épître de Habert à Saint-Gelais (Mellin, le bien nommé) pour décrire ce que Habert admire chez Horace, Ovide ou Cicéron8.

  • 9 Charles Fontaine, Les Epistres, p. 33.
  • 10 J. Lecointe, L’Idéal et la différence, Genève, Droz, 1993, p. 528.

4Or ces qualités des auteurs latins sont précisément celles que l’on veut reconnaître à la langue française : dans sa préface à la seconde héroïde, de Phyllis à Démophon, Charles Fontaine justifie de ne faire du nom propre « Demophon » que trois syllabes « tant pour la doulceur requise en la prononciation françoise, comme pour mieulx et plus facilement servir aux vers françoys9 ». Jean Lecointe précise qu’en ce milieu du siècle, le génie, le genius de la langue française, ce qui en fait sa spécificité et son authenticité, est généralement « conçu, en termes largement érasmiens, comme une aptitude particulière à la simplicité, la familiarité, l’atticisme “éthique”. Dans cette perspective, la “naïveté” de Marot devient emblématique d’une manière d’être spécifiquement “nationale”, opposée à une enflure, une ostentation, une “affectation”, supposée typiquement italienne ou espagnole10 ».

5À l’horizon de la traduction des Héroïdes d’Ovide, il y a bien cette volonté de transposer un idéal de naïveté, de naturel, de douceur, dans la langue française. L’enjeu est linguistique et poétique, mais il est aussi politique : Du Bellay sait le rappeler dans sa Deffence, et illustration de la langue françoise, en 1549, et il n’est pas indifférent non plus que la traduction d’Octovien de Saint-Gelais soit précisément offerte au roi Louis XII, cette dédicace dans le prologue sera reproduite dans les éditions bien postérieures au règne de Louis XII. Le génie de la langue française a donc bien à voir avec l’identité et la dignité de la France.

Fable antique et utilité morale

  • 11 Charles Fontaine, Les Epistres, p. 10. Nous soulignons.
  • 12 Charles Fontaine, Les Epistres, « Epitre à Antoine de Crussol », p. 4.

6Au-delà, c’est la combinaison de cette douceur avec un certain idéal de brièveté qui aux yeux de Charles Fontaine donne la préférence aux Héroïdes sur les Métamorphoses : « Ces Epitres des Heroïdes ont tousjours esté, au jugement de tous savans, estimées de tresgrand artifice : outre qu’elles sont brieves, utiles, et recreatives11 : trois points qui emportent l’honneur en une euvre Poëtique, et qui passent tout, selon le jugement d’Horace. Et combien que la Metamorphose soit estimee de tresgrand artifice et grace (voire de sorte que les Grecs en ont bien voulu enrichir leur langue) si est-ce toutefois que pour sa longueur elle peut sembler estre moins plaisante, joint qu’elle se montre plus fabuleuse que historique, et ces epitres, au contraire, plus historiques que fabuleuses12. »

  • 13 Le phénomène n’est pas nouveau. Boccace, dans les livres XIV et XV de La Généalogie des Dieux paï (...)
  • 14 Sur l’intérêt pour les Héroïdes d’Ovide à la Renaissance et leur utilité, voir M. Molins, Charles (...)
  • 15 Octovien de Saint-Gelais, Les vingt et une epistre d’Ovide, fol. 181 v°-182 r°.

7La brièveté garantit un plus grand plaisir et ce plaisir permet de mieux instruire, comme Horace le rappelle dans son Art poétique. Car les Héroïdes, même « fabuleuses », ont cet attrait pour l’humaniste renaissant de pouvoir servir de leçons de vérité morale13, d’autant mieux reçues qu’elles sont courtes et imagées14. Dans la réédition de la traduction de Saint-Gelais de 1546, Françoys de Villiers s’adresse au lecteur et l’incite à « n’interpreter ces presentes epistres comme elles sont couchees, mais selon l’inteligence moralle. En la premiere epistre, qui est de Penelope à Ulisses, tu peulx facilement colliger comment se doibt gouverner une femme en l’absence de son mary, et ainsi par toutes les autres tu pourras colliger quelque bon precepte et bien profitable à un Chrestien, comme de l’epistre de Canace à Machaire, tu peulx conclurre en epitome, que grand crime ne se peult aucunement celler, comme estoit cest amour desordonné entre le frere et la sœur. Brief il est impossible de t’escripre toute l’utilité que tu pourras facilement colliger, moyennant que tu ne veuilles amuser à la lettre tant seulement (comme ceulx qui sont envieux sur les vers, à cause je croy, qu’ilz n’en sçavent faire) mais prendre aussi le sens moral15. »

  • 16 Charles Fontaine, Les XXI Epitres d’Ovide, 1556, p. 14.

8On devine dans ces conseils une connaissance d’une autre lecture des Héroïdes, plus critique quant à l’utilité morale et craignant un attachement du lecteur aux passions que les épîtres mettent en scène. On pourra se reporter à l’Opus de Conscribendis Epistulis (« Art de rédiger les lettres ») d’Érasme, paru à Bâle en 1522 et qui recommandait aux professeurs de faire lire à leurs élèves les épîtres de Pénélope à Ulysse et de Cydippe à Acontius, qui sont les plus chastes. Charles Fontaine aura à cœur, lui, de souligner la vertu de Pénélope : il ajoute dans son édition des Héroïdes de 1556 un commentaire (absent de l’édition de 1552) chargé de défendre la chasteté de Pénélope, mise en doute par Lycophron, poète grec du ive siècle avant J.-C. : « Je me tais de ce que je trouve que le seul Lycophron, ancien auteur, ha mal senti et escrit de la chasteté de Penelope contre la commune opinion et renommée16. »

  • 17 Charles Fontaine, Les Epistres, 1552, p. 139.
  • 18 Du Bellay, Le quatriesme livre de l’Eneide de Vergile, traduict en vers Francoys. La Complaincte (...)

9Ailleurs, Charles Fontaine défend la vertu de Didon, contre Virgile et Ovide qu’il juge trop hostiles à l’héroïne et trop influencés par des questions politiques (la défense de Rome contre Carthage). Fontaine, en bon humaniste rétablit alors la vérité : « Nonobstant Bocace, en son livre des nobles et vertueuses Dames, escrit de la mort de Didon autrement, et à son honneur, la mettant au rang des vefves chastes, et la verité est aussi qu’Eneas vint en Italie plus de cent ans avant que Didon fust ; et aussi Ausonius ha escrit un epigramme à la louenge de la pudicité d’elle. Mais Virgile ha ainsi escrit de Dido, et apres lui Ovide, en faveur de Cesar Auguste et des Rommeins et en defaveur et deshonneur des Carthaginois, leurs anciens ennemis17. » D’autres traducteurs, comme Du Bellay, emprunteront la même voie18.

  • 19 Charles Fontaine, Les Epistres, 1552, p. 71-72.

10De plus, Charles Fontaine s’attache à montrer l’utilité morale des héroïdes qui mettent en scène non seulement la vertu des femmes mais aussi l’excès dont elles témoignent dans la passion. Ainsi à propos de Phèdre : « Bien se doivent donc contregarder les dames d’entrer en amour tant desraisonnable et effrenee à fin que ainsi, ou pis ne leur advienne19. »

  • 20 Ibid., p. 236.
  • 21 Ibid., p. 33.

11Il compte sur le fait que les lecteurs auront « un tant soit peu de sel en [leur] teste » pour séparer le bon grain de l’ivraie20. La leçon est la même pour la lettre de Phyllis à Démophon. Charles Fontaine précise dans la préface qui précède la traduction : « Toute femme doibt bien ici prendre un bel exemple de ne mettre son amour trop ardemment et follement en un homme, quel qu’il soit, car la fin de folle amour jamais n’en fut bonne21. »

  • 22 Ibid., p. 50.
  • 23 Charles Fontaine, ibid., « Le traducteur aux lecteurs », p. 235-236.

12Et il ajoute dans le commentaire de la fin de l’épître : « Voyez l’inconstance des propos d’une femme amoureuse22. » Le verbe « voir » manifeste un désir de prendre à témoin le lecteur pour qu’une forme de catharsis soit possible. D’autant que l’on peut toujours prendre exemple sur les héros vertueux qui leur résistent : « Que si d’aventure l’on peut tirer quelque mauvais exemple de ces epitres, ce sera principalement de la quatrieme, où est declarée l’amour desesperée de Phedre à Hippolyt : mais pourquoy prendra l’on plutost exemple sur la vicieuse amour de la malheureuse Phedra, que sur la belle et honorable chasteté du vertueux Hippolyt ? lequel ne voulut jamais consentir au desordonné et enragé desir de sa folle marastre Phedra23 ? »

  • 24 M. Molins, « L’Antiquité comme source d’inspiration et matière à réflexion chez les traducteurs d (...)

13Les fables héroïdes permettent donc au lecteur de prendre connaissance de vérités utiles en matière de morale, mais aussi de psychologie amoureuse. Et cela de manière récréative grâce au plaisir de la fable. Comme le dit Marine Molins : « Loin d’être un matériau éteint, qu’on se contente de traduire et de faire revivre dans une autre langue, le texte antique devient, grâce à ces commentaires, le lieu d’élaboration d’une pensée et de réflexions nouvelles24. »

Rhétorique de l’amour et lyrisme élégiaque

  • 25 Octovien de Saint-Gelais, Les vingt et une epistre, A2r° et v°.
  • 26 Charles Fontaine, Les Epistres p. 233.
  • 27 Ibid., p. 233.
  • 28 Ibid., p. 70.

14Cet intérêt pour la morale des Héroïdes conduit en même temps les traducteurs à une attention au discours de la passion. Si les Héroïdes mettent en avant les comportements des femmes dans leur passion amoureuse, ce comportement se traduit par une certaine éloquence, une rhétorique qui met en valeur les talents du poète à travers son héroïne : Octovien de Saint-Gelais, dans le prologue de sa traduction, parle d’Ovide comme d’un « eloquent et renommé poete » et il évoque plus loin sa « tresaornee et parfaicte eloquence25 ». Et lorsque Charles Fontaine, en 1552, veut « declarer quel bien et utilité l’on peut tirer de [sa] traduction26 », il précise : « Le profit donc qui en vient est double. Premierement, quant à la Rhetorique, qui est l’art et science de bien dire et bien escrire (et n’est pas l’art de rimer, comme aucuns ignorans en abusent de ce mot de Rhetorique) à cause que dans ces precedentes epistres l’on y sent, et recongnoist la vertu de dire du Poëte tant estimé, les propos bien deduictz, les raisons et argumens de bonne invention, les motz bien couchez et appropriez, les belles comparaisons ou similitudes, les couvertes et douces insinuations, les fortes et apparentes persuasions, les conclusions pleines de grandes et vehementes affections : à brief parler, la grace et efficace du Poëte27. » Charles Fontaine renvoie visiblement aussi bien aux preuves logiques qu’aux preuves pathétiques du discours de persuasion. Ce que confirme sa préface à l’épître de Phèdre à Hippolyte : « Elle luy escript doncques ceste epistre toute pleine d’affections vehementes, que les Grecz appellent Pathetiques, s’efforçant de l’attraire à son amour detestable par subtiles persuasions. La fin fut telle, que Hippolyt, aymant la chasse et la chasteté, ne tint compte des prieres, et requestes de Phoedra sa marastre : dequoy elle fort faschee l’acusa vers son pere Theseus, disant qu’il l’avoyt voulu forcer28. »

  • 29 P. Galand-Hallyn, « Evidences perçues dans les Héroïdes d’Ovide », C. Lévy et L. Pernot (dir.), D (...)

15Pour persuader de l’injustice de son sort, pour inciter l’amant à revenir, l’héroïne peint au vif ses sentiments, et son discours emploie le procédé de l’evidentia pour mieux frapper son interlocuteur en lui mettant sous les yeux le spectacle de sa passion, comme l’a montré Perrine Galand-Hallyn dans un bel article sur les Héroïdes29. Les traductions font appel à ce regard du lecteur : à la fin de la traduction de Saint-Gelais de la lettre de Phèdre à Hippolyte, le verbe « voir » traduit à quel point l’écriture de l’épître est un art de la présence.

« Et pas n’avons ceste epistre trassee
Sans fort plourer comme de dueil lassee
Or te supply quant ma lettre verras
Et que ce bien et honneur me feras
Qu’aussi tu voyes, ou au moins fais semblance
De veoir mon pleur et ma grant doleance. »

16Charles Fontaine, plus concis, gardera aussi ce verbe de perception visuelle :

« Toy donc lisant jusqu’au bout mes douleurs,
Pense d’y voir pareillement mes pleurs. »

  • 30 Jean-Pierre Néraudau compare la rhétorique persuasive des épîtres à une rhétorique théâtrale : to (...)
  • 31 Charles Fontaine, Les Epistres, p. 10. Cf. ibid., p. 72, fin de la préface de l’épître de Phèdre (...)

17La rhétorique théâtrale30 de la passion, telle que les héroïdes la mettent en scène, s’adresse au destinataire fictif de la lettre, mais plus certainement au lecteur que nous sommes, appelé à écouter le discours de la passion, comme si la lettre était lue devant nous à haute voix : « Je ne vous retarde d’entrer en matiere, et d’escouter Ovide, qui vous veult de nouveau parler en vers françois31. »

  • 32 J.-P. Néraudau, p. 19.

18La voix impose sa présence, d’autant que le genre de l’épître est associé à l’oralité. Ainsi Jean-Pierre Néraudau rappelle-t-il que « la passion qui bouleverse les héroïnes met en lumière la nature de la lettre, qui, dans l’Antiquité, du fait encore de l’oralité de la lecture, a une fonction de représentation qui établit entre le scripteur et le destinataire une relation de quasi-présence32 ».

19L’héroïde est un carmen qui cherche à exercer un charme. Indépendamment de la leçon de morale que le traducteur nous invite à retenir, c’est cette force du discours de la passion que le lecteur est invité à mesurer.

  • 33 P. Galand-Hallyn, Dire l’évidence, p. 220.
  • 34 Ibid., p. 221.

20Mais cette rhétorique de la passion est vouée à l’échec puisque les lettres ou bien n’atteindront jamais leur destinataire (Pénélope ne sait où se trouve Ulysse…), ou bien sont écrites au bord de suicide (c’est le cas des épîtres de Canacé et de Didon) et ne s’intéressent guère à leur effet persuasif sur le destinataire. Comme le suggère P. Galand-Halyn, « la visée persuasive des épîtres n’est qu’un trompe-l’œil, dont les héroïnes elles-mêmes, bien souvent, ne sont pas dupes. L’ensemble du recueil proclame l’échec de la communication […] la persuasion vire alors à l’introspection33 » ; et la rhétorique, qui « se modèle sur l’intensité de leurs sentiments34 » glisse alors vers la plainte élégiaque et lyrique.

  • 35 Voir à ce sujet, M. Molins, Charles Fontaine traducteur, p. 124-126.
  • 36 Louise Labé, Œuvres complètes, éd. F. Rigolot, Paris, GF Flammarion, 1986, Elégie III, v. 4, p. 1 (...)
  • 37 Voir le débat autour de la parution du livre de M. Huchon, Louise Labé. Une créature du papier, G (...)

21Or c’est bien cet aspect élégiaque et lyrique qui séduit des poètes de la Renaissance comme Du Bellay35, ou Louise Labé, lecteurs des Héroïdes. La définition que donnait Sapho de son chant dans l’héroïde XV, au v. 7, allait dans le sens d’une poésie pathétique : elegia flebile carmen. Ces mots seront quasiment traduits par Louise Labé dans sa troisième élégie, lorsqu’elle dira « chanter en pitoyables carmes36 ». On sait ce que cette auteure, quelle qu’elle soit37, doit à l’héroïde, et à la lyre lesbienne :

  • 38 Louise Labé, Elégie I, v. 14-20, p. 107.

« Il [Phebus] m’a donné la lyre, qui les vers
Souloit chanter de l’Amour lesbienne :
Et à ce coup pleurera de la mienne.
O dous archet, adouci moy la voix,
Qui pourroit fendre et aigrir quelquefois,
En recitant tant d’ennuis et douleurs,
Tant de despits fortunes et malheurs38. »

  • 39 Du Bellay, La Deffence, et illustration de la langue françoyse, éd. J.-C. Monferran, Genève, Droz (...)

22C’est le caractère élégiaque des Héroïdes d’Ovide que retient Du Bellay lui aussi, dans sa Deffence, et illustration de la langue françoyse : « Quand aux Epistres, ce n’est un Poëme, qui puisse grandement enrichir nostre vulgaire : pource qu’elles sont voluntiers de choses familieres, et domestiques, si tu ne les voulois faire à l’immitation d’Elegies, comme Ovide : ou sentencieuses et graves, comme Horace39. »

  • 40 Le quatriesme livre de l’Eneide de Vergile, traduict en vers Francoys. La Complaincte de Didon à (...)

23C’est cette tonalité élégiaque qu’il va accentuer dans sa traduction de l’héroïde d’Ovide de Didon à Énée, qu’il fait paraître 1552 à la suite de sa traduction du quatrième livre de l’Enéide40. La comparaison avec les traductions d’Octovien de Saint-Gelais et de Charles Fontaine fait apparaître ce parti pris élégiaque jusque dans le choix, voire même la suppression ou le rajout de certains mots :

  • 41 Octovien de Saint-Gelais, fol. 49 v°.
  • 42 Du Bellay, p. 87-88.

O. de Saint-Gelais

J. Du Bellay

Et te requiert, regarde un peu l’image

O qu’eusse tu le pouvoir

De celle la qui escript le langage

De me voir

Las je t’escrips, et j’ay pres de ma main

Faisant ma plainte mortelle !

Ton espee qui m’occira demain.

Mes yeux comme deux ruisseaux,

De mes larmes le piteux glaive arrouse

De leurs eaux

Qui maintenant en mon giron repouse,

Mouillent la Troienne espée,

Et tost sera en lieu de pleurs et larmes,

Qui bien tost sera du sang

Tainct de mon sang par tes rigoreux termes41

De mon flanc,

En lieu de larmes, trempée42.

  • 43 Nous avons choisi comme référence une édition latine du xvie siècle, Epistolae heroides Ovidii, édi (...)
  • 44 Charles Fontaine, p. 153-154.

Charles Fontaine

Ovide, éd. 1509

O, pleust aus Dieus, et qu’ilz fussent contens]

Aspicias utinam quae sit scribentis imago

Que ton œil vist le trespovre maintien

Scribimus :& gremio troicus ensis adest.

De l’escrivante, ayant le glaive tien !

Perque genas lachrymae strictum labuntur in ensem :

Je te rescry, et ay en mon giron

Qui jam pro lachrymis sanguine tinctus erit43.

Ton glaive nu, qui tout à l’environ

Est arrosé des larmes de mon pleur :

Puis le sera de mon sang par malheur44.]

24Du Bellay, on le voit, gomme la matérialité de l’écriture de la lettre pour mieux mettre en valeur la voix, dans un style concis qui tend à jouer du rythme hétérométrique proprement élégiaque : le distique élégiaque latin juxtaposait en effet un hexamètre et un pentamètre.

25La comparaison des traductions du début de l’héroïde conclut également à l’accentuation de la plainte lyrique chez Du Bellay :

  • 45 Octovien de Saint-Gelais, fol. 42 v°.
  • 46 Du Bellay, p. 67.

Octovien de Saint-Gelais

J. Du Bellay

Mais puis que j’ay perdu ma renommee,

Mais ayant perdu l’honneur

Et le bon bruit dont je fuz estimee

Du bonheur,

Pauvre perte du surplus je feray,

Que la chasteté merite,

Quand par roollas ou escriptz le perdray45.

De perdre encor’ mes escriz

Et mes criz,

C’est une perte petite46.

  • 47 Epistolae heroides, éd. 1509, op.cit. Voir Ovide, Héroïdes, trad. M. Prévost, op.cit., p. 39 : « ma (...)
  • 48 Charles Fontaine, p. 140.

Charles Fontaine

Ovide, éd. 1509

Mais du bien faict ayant perdu l’honneur

Sed meriti famam corpus animumque pudicum

Mon cœur et corps estant à deshonneur,

Cum male perdiderim : perdere verba leve est47.

Ce m’est bien peu de perdre mes propos48.

26Du Bellay emploie deux mots connotant la matérialité du verbe (« Ecritz ») et la mise en voix (« criz »). Il fait rimer « criz » avec Escritz, comme Marot l’avait fait avant lui dans son épître de Maguelonne à Pierre de Provence, également inspirée d’Ovide :

  • 49 Clément Marot, Œuvres poétiques, éd. G. Defaux, Paris, Classiques Garnier, 1990, t. I, « Epistre (...)

« Ou j’ay basty ces myens tristes escriptz
En amertume, en pleurs, larmes et crys49. »

27Le sens du mot « cry » est clairement relié à l’idée de plainte et de lamentation (comme dans l’anglais d’aujourd’hui, où to cry signifie pleurer). L’héroïde est, de toute évidence, élégie, chez du Bellay comme chez Marot.

  • 50 Epistolae heroides, éd. 1509, op.cit. Voir Ovide, Héroïdes, trad. M. Prévost, p. 46 : « Enée a fo (...)

28Par ailleurs du Bellay poursuit la réhabilitation morale de Didon à laquelle nous avons vu Charles Fontaine participer, en en faisant une héroïne exemplaire de la fidélité conjugale. Mais cet héroïsme a pour effet de renforcer le pathétique, une dernière fois souligné dans l’épitaphe finale par Du Bellay qui, quand il traduit le latin : Praebuit Aeneas : & causam mortis : et ensem : / Ipsa sua Dido concidit usa manu50, ne peut s’empêcher d’ajouter l’adjectif « misérable », qui n’est pas dans le texte original :

Enée a de ceste mort
A grand tort
Donné la cause, et l’espée :
La miserable Didon
De ce don
A sa poitrine frappée.

Les héroïdes chrétiennes : humilité éthique et poétique

29Alors que Du Bellay explore, de la rhétorique ovidienne des héroïdes, ses marges frontalières avec le lyrisme, une autre voie se fait jour en ce milieu du siècle, tout à fait contemporaine de celle de Du Bellay ou de Louise Labé, voie moins poétique que morale cette fois, puisqu’il s’agit de proposer une conversion chrétienne des héroïdes. C’est cette voie que choisit de suivre François Habert.

  • 51 François Habert, Les Epistres heroides, tressalutaires, pour servir d’exemple a toute ame fidele, (...)
  • 52 « Or pourautant (Ma Dame) que cest œuvre […]/ S’est de la France aux estrangers rendu,/ Dont il n (...)

30François Habert fait paraître en 1550 à Paris ses Epistres heroides, tressalutaires, pour servir d’exemple a toute ame fidele qui sont une transposition chrétienne de l’invention épistolaire d’Ovide : ce ne sont plus Pénélope ou Phèdre qui écrivent à l’amant absent, mais sainte Marguerite, sainte Madeleine, Charité etc., qui s’adressent aux chrétiens ou encore Dieu qui adresse une lettre à la Vierge Marie, qui met en scène l’Annonciation de manière tout à fait nouvelle… L’ouvrage comprend seize épîtres51, mais il se verra augmenté en 1560 de dix épîtres supplémentaires, François Habert justifiant par ailleurs la réédition par le succès remporté par l’ouvrage devenu indisponible52. La nouvelle édition se répartit alors inégalement en deux livres, le premier de vingt épîtres, le second de six épîtres (dont quatre portent le titre d’épître, une celui de complainte et une d’élégie).

  • 53 Voir P. Galand-Hallyn, p. 168.
  • 54 François Habert, éd. 1560, fol. 103 r°.

31Habert ne reprend pas seulement le titre aux Héroïdes d’Ovide mais le thème, tout en lui faisant subir une véritable conversion : dans les Héroïdes d’Ovide, l’amour malheureux était décliné, se métamorphosant, d’une lettre à l’autre, mais tissant un lien entre toutes ces femmes éplorées53. Dans les héroïdes de François Habert, c’est l’amour de Dieu et de la vertu qui relie les personnages de femmes, auteures d’épîtres, qu’elles soient de saintes femmes, ou des allégories, et cet amour toujours comblé oublie la tonalité plaintive. La caritas et l’humilité, prônées dans ces lettres, empruntent au vocabulaire de l’amour profane mais le détournent au profit du sermo chrétien : « Vien ça, m’amour », dit Dieu à la Vierge dans la lettre d’Annonciation54.

32Le lien avec les Héroïdes d’Ovide pourrait paraître lâche, mais il semble que l’on en retrouve malgré tout des échos assez précis. Ainsi la lettre d’une sœur à son frère, dans les héroïdes de François Habert, met en jeu les mêmes personnages du père, du frère et de la sœur que la lettre de Canacé à Macarée d’Ovide ; mais la relation incestueuse est remplacée, chez notre poète chrétien, par une relation fraternelle et filiale exemplaire. La sœur rappelle la douleur de la mort de leur père dont elle se console cependant grâce aux enseignements de l’Évangile ; et elle conjure son frère, parti en Grèce (n’y a-t-il pas là un clin d’œil à l’histoire des amants grecs incestueux ?) de venir la voir, lui qui l’a initiée à la lecture de la Bible ; il pourra ainsi découvrir les nouveaux aménagements de leur maison :

  • 55 Ibid., fol. 66 v°-67 r°.

« Outre cela, verras les sales painctes,
Non pas d’amours et lascives complainctes,
Ainsi qu’on voit en plusieurs edifices
Qui sentent trop leurs mondaines delices,
Ains de pourtraicts catholiques et saincts,
Des faicts de Dieu environnez, et ceincts55. »

  • 56 François Habert multiplie, en particulier dans l’épître de Dieu à la Vierge, les traces d’oralité : (...)
  • 57 Fam., IX, 21. Voir Cicéron, Correspondance, trad. J. Beaujeu, Paris, Les Belles Lettres, 1996, to (...)
  • 58 G. Defaux, Le poète en son jardin, Paris, Champion, 2006, p. 125.

33Comme la peinture chrétienne de la chambre convertit la mode des représentations païennes antiques, François Habert convertit les épîtres héroïdes en épîtres chrétiennes dont on retiendra ici deux aspects, qui tranchent avec les choix de Du Bellay à la même époque : d’une part F. Habert, tout en soignant dans son écriture un « art de la présence56 », éloigne l’épître de la tonalité élégiaque : la rhétorique de la Passion, et non plus de la passion amoureuse, donne lieu à une tonalité qui n’est plus plaintive, mais qui est empreinte d’espérance et de foi, conformément aux vertus chrétiennes. D’autre part, l’humilité en tant que vertu chrétienne est mise en valeur dans l’ensemble des lettres, mais elle se manifeste très nettement par une humilité du style. La conversion de l’héroïde est aussi conversion de style : le naturel et la facilité d’Ovide sont ici métamorphosés en simplicité humble. Habert pouvait prendre modèle sur l’épître familière de Sénèque (Lettres à Lucilius) ou de Cicéron qui affirme que : « Les Lettres, nous les tissons d’ordinaire avec les mots de tous les jours57. » « Selon la définition même qu’en donne Érasme – Epistola absentium amicorum quasi mutuus sermo – l’épître est quasiment semblable à une conversation entre des amis absents, cette conversation sera nécessairement inlaborata et facilis. Jaillie directement du cœur, elle sera l’expression d’une nature et non d’un art58. »

34Dans l’épître de Dieu, le style simple se caractérise, par exemple, par l’extrême économie de figure ; la seule figure mythologique développée l’est de manière parfaitement explicite :

  • 59 François Habert, éd. 1560, fol. 104 r°.

« Mais je ne veux descendre des haults cieux
Pour aborder ton ventre précieux
Comme la simple et folle antiquité
A par escrit faulsement récité
De Juppiter, et a qui elle assigne
Aucunefoys la figure d’un Cycne,
Aucunefoys d’un Taureau la figure.
Bien autrement il fault qu’on me figure59. »

35La comparaison n’a rien de complexe ou d’implicite, et le style humble caractérise un vers qui tire parti des jeux de rythme pour frôler parfois, comme dans l’exemple suivant, un certain prosaïsme, que certains pourront juger de mauvais goût s’agissant de Dieu qui s’adresse à la Vierge :

  • 60 Ibid.

« Voicy la belle Espouse sans délict
Digne d’entrer seule dedans mon lict,
Et quoy qu’apres le Tentateur se deulle
Elle entrera en mon lict toute seule60. »

36Aussi le mystère de l’Incarnation est-il ramené à une simple « affaire » :

  • 61 Ibid., 106 r°.

« Presentement il estoit nécessaire
De t’advertir seule de cest affaire61. »

  • 62 Voir Contemplation poetique du Banny de Lyesse (1541) « où sont contenues les amours infortunées (...)
  • 63 J. Lecointe, « Naissance d’une prose inspirée », p. 32.

37La simplicité du vocabulaire et de la syntaxe, tout dit la recherche d’un style familier, comme si la poésie voulait à ce moment-là se rapprocher le plus possible de la rhétorique prosaïque de la conversation. Jean Lecointe a analysé dans son article sur la « prose poétique », expression que l’on doit précisément à Habert62, ces chevauchements entre poésie et prose : « Il existe une forme de poésie proche de la prose, celle dont le style peut être qualifié de sermo, aussi proche que possible en vers du style parlé63. » C’est cette poésie que pratique François Habert, choisissant d’incarner une matière grave dans un style humble. Et ce paradoxe apparent est en même temps totalement en accord avec le sujet qu’il traite, le temps chrétien de l’Incarnation, qui met en scène l’humilité même de la divinité.

  • 64 « Tu metz les epistres hors du jeu : qui sont bien les plus necessaires, non seulement à nostre l (...)
  • 65 Ibid., p. 344.
  • 66 Ibid., p. 346.

38En faisant ce choix, Habert est loin de Du Bellay qui rejette le style simple de l’épître et tolère cette dernière à condition qu’elle soit écrite à la manière des élégies d’Ovide ou des épîtres sentencieuses d’Horace. Si Du Bellay recommandait pour l’épître l’exemple d’Ovide, c’est que la gravité, l’élévation du sujet de l’épître impliquait l’élévation du style, un « enrichissement de la langue » au-dessus de son usage courant ; l’épître devait enrichir, et illustrer la langue française. François Habert est lui plutôt du côté de Barthélemy Aneau qui prône pour l’épître un style familier et proche du langage courant prosaïque dans sa réponse à La Deffence64. Proche d’Aneau aussi dans la mesure où ce dernier, dans son Quintil horacien, s’est positionné contre les « Elegies larmoyantes65 » : « Parquoy la triste Elegie est une des moindres Parties de Poesie : et aussi la plus aisée, toute plate, et plaignante qui n’apprent rien qu’à plorer, et jouer le personnage des amoureux, et amoureuses / Des langoureux, et langoureuses/Qui meurent le jour quinze fois66. »

  • 67 Ibid., p. 358. Cf. ibid., p. 359 : « [les poètes] qui toutesfois ne se arroguent pas, ce que tu f (...)

39Le style humble est lié chez Aneau à un ethos humble, et sa défense est proportionnelle à la condamnation de l’arrogance de l’auteur de la Deffence : « Envieux souhaict ! Par lequel tu desires les œuvres d’autruy estre aneanty : qui ne sont moins dignes de durée que les tiens, et te mocques de leurs tiltres : qui sont modestes et non ambitieux comme le tien67. »

40C’est dans le contexte de ce débat entre Barthélémy Aneau et Du Bellay que François Habert publie ses Epistres heroides, tressalutaires, pour servir d’exemple a toute ame fidele. On comprend dès lors que, sans avoir le ton polémique de Barthélémy Aneau, François Habert se situe du côté de la simplicité marotique, qu’il revêt d’une signification éthique toute chrétienne. En convertissant à l’humilité chrétienne les Héroïdes d’Ovide, il fait œuvre de chrétien mais aussi de poète militant pour une allégeance de la fable à la leçon de vertu, une allégeance du style à un ethos poétique fait de modestie. Si Habert s’appuie sur Ovide pour défendre le genre de l’épître, c’est donc bien à condition de « convertir » Ovide, loin de l’élégie, du côté de cette éthique, à tous les sens du terme (moral et rhétorique), de l’humble.

  • 68 Cité par J.-P. Néraudau, p. 38.

41Jacques Derrida parle à propos de la lettre d’une forme « qui n’est pas un genre mais tous les genres, la littérature même68 ». La remarque est d’autant plus valable pour le xvie siècle que la question des genres littéraires est loin d’être fixée. Nous avons vu l’épître héroïde être tirée soit du côté de l’élégie, soit du côté du sermo moral et chrétien. Dans tous les cas, les Héroïdes d’Ovide, que ce soit par leurs traductions ou par leurs imitations, permettent de poser les questions qui sont au centre des préoccupations des humanistes et poètes français au milieu du xvie siècle : la question de l’illustration de la langue française, celle du rapport entre la rhétorique et le lyrisme, celle du rapport entre la poésie et la morale, et enfin, la question du rapport entre le style et l’ethos du poète. En bref, Ovide, et ses « lettres d’amour » sont, à la Renaissance, les révélateurs d’une poésie et d’un champ littéraire en pleine mutation.

Haut de page

Notes

1 H. Lamarque, « L’édition des œuvres d’Ovide dans la Renaissance française », in Ovide en France dans la Renaissance, Cahiers de l’Europe Classique et Néo-Latine, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 181, p. 24.

2 Voir à ce propos la précieuse étude de Marine Molins, Charles Fontaine traducteur, le poète et ses mécènes à la Renaissance, Genève, Droz, 2011 (en particulier, chapitres III « Les Héroïdes et la fidélité à Ovide » et IV « Les Héroïdes d’Ovide, le savant et le poète »).

3 S. Viarre, Ovide, Essai de lecture poétique, Paris, Les Belles Lettres, 1976, p. 75.

4 Œuvres poétiques, éd. G. Defaux, Classiques Garnier, 1993, t. II, p. 406 ; traduction publiée en 1534 à Paris.

5 Octovien de Saint-Gelais, Les vingt et une epistre d’Ovide, translatée de Latin en Francoys par reverend pere en Dieu monseigneur l’Evesque d’Angoulesme, Paris, Nicolas du Chemin, 1546, A2r°.

6 Charles Fontaine, Les Epistres d’Ovide nouvellement mises en vers françoys par M. Charles Fontaine Parisien : avec les préfaces et annotations, Lyon, J. Temporal et E. Barricat, 1552, p. 4.

7 « Habert Traducteur au Roy », in Six livres de la Metamorphose d’Ovide, traduictz selon la phrase latine en rime françoise, sçavoir le III, III, V, VI, XIII et XIIII, Paris, éd. M. Fezandat, 1549, A3 r°.

8 François Habert, Les Epistres heroides, tressalutaires, pour servir d’exemple a toute ame fidele, Paris, Michel Fezandat, 1550, f° 68 v° : Ovide, « De grand doulceur, d’une veine bien née/ Sans travailler par nature donnée,/ A Ciceron semblable pour le seur,/ De naturele et naifve doulceur ».

9 Charles Fontaine, Les Epistres, p. 33.

10 J. Lecointe, L’Idéal et la différence, Genève, Droz, 1993, p. 528.

11 Charles Fontaine, Les Epistres, p. 10. Nous soulignons.

12 Charles Fontaine, Les Epistres, « Epitre à Antoine de Crussol », p. 4.

13 Le phénomène n’est pas nouveau. Boccace, dans les livres XIV et XV de La Généalogie des Dieux païens, défend la vérité des fables mensongères.

14 Sur l’intérêt pour les Héroïdes d’Ovide à la Renaissance et leur utilité, voir M. Molins, Charles Fontaine traducteur. Le poète et ses mécènes à la Renaissance, Genève, Droz, 2011, p. 96-146. Il s’agit de la seule monographie récente sur Charles Fontaine, qui donne un accès facile à tous ses textes liminaires

15 Octovien de Saint-Gelais, Les vingt et une epistre d’Ovide, fol. 181 v°-182 r°.

16 Charles Fontaine, Les XXI Epitres d’Ovide, 1556, p. 14.

17 Charles Fontaine, Les Epistres, 1552, p. 139.

18 Du Bellay, Le quatriesme livre de l’Eneide de Vergile, traduict en vers Francoys. La Complaincte de Didon à Enée prinse d’Ovide, traduite par Joachim Du Bellay, Paris, Vincent Sertenas, 1552 (BnF Rés. p Yc 1400). L’héroïde est reproduite également dans Ovide, Les Héroïdes, éd. J.-P. Néraudau, folio classique, 1999.

19 Charles Fontaine, Les Epistres, 1552, p. 71-72.

20 Ibid., p. 236.

21 Ibid., p. 33.

22 Ibid., p. 50.

23 Charles Fontaine, ibid., « Le traducteur aux lecteurs », p. 235-236.

24 M. Molins, « L’Antiquité comme source d’inspiration et matière à réflexion chez les traducteurs de la Renaissance ; les choix de Charles Fontaine », article à paraître dans Translatio. Traduire et adapter les Anciens, F. Bouchet et C. Bonnet (éd.) , Paris, Gallimard. Je remercie l’auteur de cet article de me l’avoir communiqué dans sa forme manuscrite.

25 Octovien de Saint-Gelais, Les vingt et une epistre, A2r° et v°.

26 Charles Fontaine, Les Epistres p. 233.

27 Ibid., p. 233.

28 Ibid., p. 70.

29 P. Galand-Hallyn, « Evidences perçues dans les Héroïdes d’Ovide », C. Lévy et L. Pernot (dir.), Dire l’évidence (Philosophie et rhétorique antiques), Paris, L’Harmattan, 2000, p. 207-227.

30 Jean-Pierre Néraudau compare la rhétorique persuasive des épîtres à une rhétorique théâtrale : toutes les épîtres « sont écrites dans un style rapide, emporté par des interrogations, des exclamations, des apostrophes, qui sont autant d’effets destinés à communiquer au destinataire un état passionnel et à le faire sortir de la quiétude où peut-être il s’était installé. La lettre, nécessaire soliloque, quand elle ne reçoit pas de réponse, et c’est le cas de quinze Héroïdes, ou quand elle n’en attend même pas, comme la lettre de Canacé à Macarée, appelle un dialogue imaginaire » (Ovide, Lettres d’amour. Les Héroïdes, Paris, Gallimard, folio classique, 1999, préface, p. 17). Jean-Pierre Néraudau ajoute que ces héroïdes étaient parfois jouées et récitées à haute voix. « C’est dire que la lecture muette que nous pratiquons aujourd’hui mutile considérablement l’efficacité poétique des textes. La lecture à haute voix participe de la théâtralité du genre que redoublent les descriptions précises des postures, des gestes et des décors, qui sont comme autant de didascalies » (ibid., p. 18).

31 Charles Fontaine, Les Epistres, p. 10. Cf. ibid., p. 72, fin de la préface de l’épître de Phèdre à Hippolyte : « escoutez le Poëte parlant en son Epistre ».

32 J.-P. Néraudau, p. 19.

33 P. Galand-Hallyn, Dire l’évidence, p. 220.

34 Ibid., p. 221.

35 Voir à ce sujet, M. Molins, Charles Fontaine traducteur, p. 124-126.

36 Louise Labé, Œuvres complètes, éd. F. Rigolot, Paris, GF Flammarion, 1986, Elégie III, v. 4, p. 115.

37 Voir le débat autour de la parution du livre de M. Huchon, Louise Labé. Une créature du papier, Genève, Droz, 2006.

38 Louise Labé, Elégie I, v. 14-20, p. 107.

39 Du Bellay, La Deffence, et illustration de la langue françoyse, éd. J.-C. Monferran, Genève, Droz, 2001, livre II, chap. 4, p. 135.

40 Le quatriesme livre de l’Eneide de Vergile, traduict en vers Francoys. La Complaincte de Didon à Enée prinse d’Ovide, traduite par Joachim Du Bellay, Paris, Vincent Sertenas, 1552 (BnF Rés. p Yc 1400).

41 Octovien de Saint-Gelais, fol. 49 v°.

42 Du Bellay, p. 87-88.

43 Nous avons choisi comme référence une édition latine du xvie siècle, Epistolae heroides Ovidii, édition commentée parue à Paris chez N. Depratis en 1509, disponible sur le site de la bnf : Gallica. L’édition des Belles Lettres parue en 2004 propose le même texte, nous en reprenons la traduction par Marcel Prévost : « Plût au ciel que tu visses l’image de celle qui t’écrit ! J’écris et le glaive troyen est contre mon sein, et le long de mes joues mes larmes coulent sur cette épée nue, qui bientôt, au lieu de larmes, sera teinte de sang » (p. 46).

44 Charles Fontaine, p. 153-154.

45 Octovien de Saint-Gelais, fol. 42 v°.

46 Du Bellay, p. 67.

47 Epistolae heroides, éd. 1509, op.cit. Voir Ovide, Héroïdes, trad. M. Prévost, op.cit., p. 39 : « mais quand j’ai, malheureuse ! perdu mes bienfaits, ma renommée, un corps et une âme pudiques, c’est peu que de perdre des mots ».

48 Charles Fontaine, p. 140.

49 Clément Marot, Œuvres poétiques, éd. G. Defaux, Paris, Classiques Garnier, 1990, t. I, « Epistre de Maguelonne à son amy Pierre de Prouvence », p. 71, v. 213-214. On retrouve cette même rime dans la première élégie « en forme d’Epistre » : « Et c’est à nous à toucher par escriptz/ D’un piteux stile infortunes, et crys. » (ibid., p. 235). « Piteux » traduit « flebile ». Le titre même de l’élégie de Marot distingue la forme : épître, de la tonalité : « élégie ». Sur cette distinction, voir G. Defaux, p. 636-641.

50 Epistolae heroides, éd. 1509, op.cit. Voir Ovide, Héroïdes, trad. M. Prévost, p. 46 : « Enée a fourni et la cause de la mort et le glaive ; c’est à sa propre main que, pour mourir, Didon eut recours. »

51 François Habert, Les Epistres heroides, tressalutaires, pour servir d’exemple a toute ame fidele, Paris, Michel Fezandat, 1550.

52 « Or pourautant (Ma Dame) que cest œuvre […]/ S’est de la France aux estrangers rendu,/ Dont il n’est plus en la Gaule espandu,/ J’en ay donné ma copie gardée/ A l’Imprimeur, mais bien mieux regardée/ Qu’elle n’estoit », Les epistres heroides, pour servir d’exemple aux Chrestiens, reveues et amplifiées depuis la premiere impression, Paris, Michel Fezandat, 1560, Epître liminaire à la comtesse de Saint-Paul, Aii v°.

53 Voir P. Galand-Hallyn, p. 168.

54 François Habert, éd. 1560, fol. 103 r°.

55 Ibid., fol. 66 v°-67 r°.

56 François Habert multiplie, en particulier dans l’épître de Dieu à la Vierge, les traces d’oralité : « Escoute » (101r°), « Vien ça m’amour, ne t’esbahis tu point/ D’ouyr parler de Jésus en ce poinct ? » (103r°). Dieu dit s’adresser aux « aureilles pures » de la Vierge (100 v°). Mais l’effet de présence est poussé jusqu’à ses limites puisque Dieu vient s’incarner dans la lettre même, au point que la lecture par la Vierge de la lettre fait advenir en elle la conception du Christ : « Mesme depuis que tu lisoys ici/ Que tu debvoys enfanter sans souci/ Le Tout puissant, […]/ J’estoys présent » (104 v°).

57 Fam., IX, 21. Voir Cicéron, Correspondance, trad. J. Beaujeu, Paris, Les Belles Lettres, 1996, tome XI, p. 197.

58 G. Defaux, Le poète en son jardin, Paris, Champion, 2006, p. 125.

59 François Habert, éd. 1560, fol. 104 r°.

60 Ibid.

61 Ibid., 106 r°.

62 Voir Contemplation poetique du Banny de Lyesse (1541) « où sont contenues les amours infortunées de deux amans et la conclusion de l’auteur sur la mort d’iceulx, au sens moral, le tout en Prose poetique au jardin de rhetorique et de poésie. » cité par J. Lecointe, « Naissance d’une prose inspirée : “prose poétique” et néoplatonisme au xvie siècle en France, Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, LI (1989) p. 38.

63 J. Lecointe, « Naissance d’une prose inspirée », p. 32.

64 « Tu metz les epistres hors du jeu : qui sont bien les plus necessaires, non seulement à nostre langue : mais à toutes pour la commune societé des hommes, soit en prose, ou en vers […] Puis tu allegues une belle, et suffisante raison : pour ce qu’elles sont (ce dis tu) de choses familiaires./ Mais d’autant plus sont idoines à enrichir nostre vulgaire, qui converse, et est le plus souvent mis en usage es choses familiaires ». B. Aneau, Quintil horatian, in La Deffence, éd. J.-C. Monferran, p. 343-344.

65 Ibid., p. 344.

66 Ibid., p. 346.

67 Ibid., p. 358. Cf. ibid., p. 359 : « [les poètes] qui toutesfois ne se arroguent pas, ce que tu fais ». Voir également p. 314 : à propos du « Pindare latin », périphrase par laquelle du Bellay désigne Horace, Aneau dit « Superflue transnomination où plus clairement tu pouvois dire Horace. Mais par tout tu es affecté en periphrases, ce que ne convient pas bien à la prose didascalicque. »

68 Cité par J.-P. Néraudau, p. 38.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascale Chiron, « Traduction et « conversion » des épîtres héroïdes d’Ovide à la Renaissance », Anabases, 17 | 2013, 119-133.

Référence électronique

Pascale Chiron, « Traduction et « conversion » des épîtres héroïdes d’Ovide à la Renaissance », Anabases [En ligne], 17 | 2013, mis en ligne le 01 avril 2016, consulté le 20 août 2017. URL : http://anabases.revues.org/4154 ; DOI : 10.4000/anabases.4154

Haut de page

Auteur

Pascale Chiron

plh-elh
Université de Toulouse (utm)
p.chirondelorme@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page