Navigation – Plan du site
Traditions du patrimoine antique

Le vol d’Icare, du Roman de la Rose à Christine de Pizan : de la dénonciation de l’orgueil à la défense de la curiositas intellectuelle

Jean-Claude Mühlethaler
p. 85-101

Résumés

À la fin du Moyen Âge, la fable de Dédale et Icare ne sert pas seulement, comme on a pu le croire, à dénoncer l’orgueil auquel succombe le mauvais chrétien. Tandis que les traités mythologiques et l’historiographie s’insèrent volontiers dans cette tradition morale, Le Roman de la Rose ou Renart le Contrefait font du récit ovidien une utilisation surprenante en l’entraînant dans les jeux de la satire et de la parodie. La désobéissance d’Icare, même si elle n’est jamais valorisée positivement, n’est pas toujours un exemplum à portée générale, qui s’adresse à un chacun ; elle est aussi utilisée de manière subjective et s’applique alors à une situation et une expérience individuelles. Sous la plume de Christine de Pizan, la chute d’Icare permet ainsi de légitimer, par contraste, la curiositas de l’intellectuelle qui cherche à comprendre les causes profondes des malheurs que vit la France. Pour Christine, comme, plus tard, pour Martin Le Franc, la fable sert de repoussoir, quand il s’agit de célébrer l’ascension à la lumière. On perçoit, au-delà de la suspicion face à l’acte transgressif du héros, une fascination qui prépare le terrain à la récupération d’Icare à l’époque moderne.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2015.

Aperçu du texte

S’il nous était donné de faire
Ce voyage démesuré,
Et de voler, de sphère en sphère,
À ce grand soleil ignoré.
Victor Hugo

La fuite de Dédale et d’Icare, retenus en Crète par Minos, leur vol fatal, ont fasciné Ovide qui leur consacre un récit à la fois dans L’Art d’aimer et dans Les Métamorphoses. Comme l’a bien vu Marc Eigeldinger, Icare est condamné dans cette fable où « le soleil meurtrier symbolise le châtiment divin, réprimant la transgression de l’interdit ». Selon lui, l’époque médiévale aurait fait sienne la dénonciation ovidienne de l’orgueil, de l’hybris du fils qui, négligeant les mises en garde de son père, s’élève trop haut dans le ciel et finit par s’abîmer dans la mer. Marc Eigeldinger cite à l’appui L’Ovide moralisé et, de manière plus étonnante (nous y reviendrons), L’Enfer de Dante pour conclure qu’il en « va tout autrement dans la poésie française de l’époque renaissante et baroque », quand la fable, désormais solaire, en vient à traduire l’élévation de l’esprit ou du ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Claude Mühlethaler, « Le vol d’Icare, du Roman de la Rose à Christine de Pizan : de la dénonciation de l’orgueil à la défense de la curiositas intellectuelle », Anabases, 16 | 2012, 85-101.

Référence électronique

Jean-Claude Mühlethaler, « Le vol d’Icare, du Roman de la Rose à Christine de Pizan : de la dénonciation de l’orgueil à la défense de la curiositas intellectuelle », Anabases [En ligne], 16 | 2012, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 24 novembre 2014. URL : http://anabases.revues.org/4062

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Mühlethaler

Université de Lausanne, Section de Français, Filière Médiévale
jean-claude.muhlethaler@unil.ch

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page