Navigation – Plan du site
L'atelier de l'histoire : chantiers historiographiques
Les mots de l'Antiquité (4)

Les thrillers de Daniel Chavarría, ou la rencontre de l’érudition classique et du polar cubain

1. L’écriture policière : une forme ouverte aux affleurements de la référence antique
Magali Soulatges
p. 285-293

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2015.

Aperçu du texte

« Le brouhaha du monde me manque, mais en 1969, j’ai fait un choix clair que je ne vais pas remettre en cause à soixante ans » : ainsi s’exprimait le 23 février 1994 l’écrivain Daniel Chavarría face au critique de cinéma Édouard Waintrop venu l’interviewer à La Havane, où l’auteur uruguayen est désormais installé. Et quel brouhaha ! Si des vies ressemblent parfois à un roman, celle de Chavarría passe le seuil de la crédibilité ordinaire par son foisonnement et la diversité des expériences vécues : avant d’être celui du monde, le brouhaha semble ainsi d’abord celui de la trajectoire hors du commun d’un homme dont l’écriture n’a cédé que récemment à la tentation autobiographique.

Né à San José de Mayo en 1933, Chavarría se définit lui-même comme l’homme « de trois patries » : son Uruguay natal, Cuba, et la fiction romanesque. Aboutissement et synthèse d’un parcours dans lequel l’implication personnelle marche continûment avec l’engagement politique et le goût des Lettres, sur fond de «...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Magali Soulatges, « Les thrillers de Daniel Chavarría, ou la rencontre de l’érudition classique et du polar cubain », Anabases, 16 | 2012, 285-293.

Référence électronique

Magali Soulatges, « Les thrillers de Daniel Chavarría, ou la rencontre de l’érudition classique et du polar cubain », Anabases [En ligne], 16 | 2012, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 18 décembre 2014. URL : http://anabases.revues.org/3994

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page