Navigation – Plan du site
Relire les classiques des sciences de l'Antiquité

La date et le sens du voyage de Rutilius Namatianus1

Jérôme Carcopino
p. 241-263

Texte intégral

  • 1 « La date et le sens du voyage de Rutilius Namatianus », in Rencontres de l’histoire et de la litté (...)
  • 1 1 Cf. Préchac, Rutilius Namatianus, Sur son retour, Paris, 1933, p. vi. De fait, Toulouse est nomm (...)

1Pour le commun des lettrés, Rutilius Namatianus est le poète gaulois, probablement originaire de Toulouse1, auquel nous devons le plus bel hommage qui ait été rendu à la grandeur romaine, dans le temps même où elle allait sombrer dans la tempête des invasions barbares. Qui ne se souvient, en effet, de sa superbe prosopopée ? « O Rome, tu as donné une unique patrie à des peuples divers. Tu as été la bienfaitrice des méchants que conquit ta domination. En offrant à tes vaincus le partage de tes droits, tu n’as fait qu’une ville de ce qui était le monde entier :

  • 2 I, 63-66.

Fecisti patriam diversis gentibus unam ;
    Profuit iniustis te dominante capi.
Dumque offers victis propria consortia iuris,
    Urbem fecisti quod prius orbis erat
2. »

  • 3 Pichon, Histoire de la littérature latine, p. 825.

2Comme l’a écrit René Pichon, « ce sont peut-être les plus beaux vers que Rome ait jamais inspirés, ceux qui marquent le mieux sa double mission conquérante et civilisatrice3 ». En vérité, en ces vers d’un sincère enthousiasme, s’élève le chant du cygne de la latinité.

3En revanche, pour l’érudition contemporaine, le poème où ils s’inscrivent, cousus sur la trame d’un récit de voyage, soulève de multiples difficultés d’interprétation.

  • 4 Hor., Sat., I, 5.
  • 5 Ov., TV., I, 13, 3-4 ; cf. ibid., I, 10 et ajouter Stace, Silves, III, 2.
  • 6 Préchac, op. cit., p. xix.
  • 7 La louange de Rome, par exemple, ou l’invective contre Stilicho, II, 41 et suiv.

4D’abord, sujet et manière, il rappelle, soit la Satire où Horace nous a malicieusement décrit les étapes qui l’ont acheminé, en compagnie de Mécène, depuis Rome jusqu’à Brindes4, soit encore l’élégie où Ovide, sur le bateau secoué par les houles de décembre, nous a plaintivement conté son orageuse traversée de l’Adriatique5 ; et « il ressemble à un journal versifié en cours de route6 ». Mais les digressions dont il abonde, les morceaux de bravoure, louanges ou invectives, qu’il renferme et dont on a du mal à penser qu’ils n’aient pas été composés à tête reposée ont tôt fait d’effacer cette ressemblance7. Comment nous faudra-t-il choisir entre ces apparences contradictoires ?

  • 8 Cf. l’apparat critique ap. Préchac, op. cit., p. 2.

5En outre, nous ne sommes pas capables de désigner nommément avec certitude l’œuvre que Rutilius nous a laissée. Sur le plus ancien de nos manuscrits, le Vindobonensis, exécuté avant 1501, elle est identifiée avec ce qui reste d’un poème consacré par Rutilius à son retour en Gaule : de reditu suo in Galliam Narbonen(sem)8. Le manuscrit Romanus, de quelque trente ans postérieur, nous apprend, au contraire, que, dédié à Caeionius Rufius Volusianus, le poème portait en tête de son livre premier le titre d’Itinerarium. En ce qui concerne la dédicace, il est permis d’hésiter : elle n’est peut-être que la glose tirée par un copiste érudit du passage où Rutilius promet à son ami de le faire cheminer, porté par son vers, non point sous le nom de Caeionus, réfractaire à la prosodie, mais sous le surnom de Rufius, sous lequel il l’a déjà chanté sur une autre page :

  • 9 I, 421-422. Ce personnage est cité, en effet, dans un passage antérieur : I, 167-170. Mais si pagin (...)

Cognomen versu veheris, carissime Rufi,
Illo te dudum pagina nostra canit
9.

6Mais peut-être aussi bien la dédicace, à laquelle ce distique pourrait faire allusion, figurait-elle réellement sur le texte original.

  • 10 Vollmer, P.W., Ia c. 1252.

7Quant au titre, que cite le copiste du Romanus, il est difficile de l’accepter tel quel. Le substantif Itinerarium ne saurait se suffire à lui-même et appelle un qualificatif que le Romanus a omis ou estropié, mais que Vollmer a restitué sous la forme Iter Gallicum10 : et nous nous demandons comment sortir de l’impasse où nous enfoncent les dissonances de la tradition manuscrite.

  • 11 Vessereau, op. cit., p. 254.
  • 12 De Labriolle, R.E.L., 1928, p. 31.

8Enfin et surtout, il y a un déséquilibre choquant, inadmissible, entre les deux livres dont se compose le poème : au premier, qui comprend 644 vers, ne fait pas contrepoids le second, qui n’en compte que… 68 ! Sommes-nous en présence d’un texte inachevé, comme le pensait Vessereau11, ou d’un texte que son auteur avait conduit à son terme mais qui, suivant Pierre de Labriolle, « se dérobe à nous dans le moment où le poète s’apprêtait à prendre un nouvel élan12 », parce qu’il a été mutilé par la paresse de ses scribes ou la perte de ses derniers feuillets.

  • 13 Cf. J. Carcopino, Chronologie et histoire littéraire. À propos du poème de Rutilius Namatianus, dan (...)

9Ce sont là autant de questions où s’affrontent et s’entrechoquent arguments et conjectures et que j’espère pouvoir résoudre grâce à l’étude où j’ai établi, jour après jour, la chronologie du voyage de Rutilius13.

  • 14 Préchac, op. cit., p. xv-xix.
  • 15 Ibid., p. xiii, n. 5 : « Carcopino de qui l’intervention, même après Tillemont, était nécessaire, e (...)

10Depuis lors, mes conclusions ont été admises et M. François Préchac les a incorporées dans ses compléments à l’édition, préparée par feu Vessereau, du poème de Rutilius dans la collection Guillaume Budé14 ; et il a même cru devoir, en une note spécialement rédigée à leur appui, légitimer mon « intervention », qui, « même après Tillemont, était nécessaire15 ». Aussi m’excusera-t-on de reprendre aujourd’hui mes conclusions d’alors, pour les fortifier et en déduire, mieux que je ne l’avais fait, les conséquences, que, par la solution des problèmes posés, elles entraînent dans la conception que nous devrons former désormais des intentions de Rutilius Namatianus et de la façon dont le poète les a réalisées.

I

  • 16 Zumpt, Observationes in Rutilii Claudii Namatiani carmen de reditu suo, Berlin, 1937, ch. iii.
  • 17 Vessereau, op. cit., p. 253 et suiv.
  • 18 Vollmer, s. v°, Rutilius, P.W., I-a, c. 1251.
  • 19 Ussani, Roma e Gallia, dans Atene e Roma, 1916, p. 213.

11Toute fausse modestie mise à part, je suis en effet, forcé de constater qu’antérieurement à mon travail et à celui de M. François Préchac, qui l’a utilisé, la chronologie régnante, celle que, d’après Scaliger, Zumpt avait établie16, il y a plus d’un siècle, et qu’ensuite lui empruntèrent Vessereau, chez nous17, Vollmer en Allemagne18, Ussani en Italie19, ne repose que sur des erreurs. Erreur, sur l’année, pour commencer. Ussani, Vollmer, Vessereau s’accordent pour assigner à l’année 416 le voyage de Rutilius. Le poète n’a-t-il pas, en effet, pris soin de nous confier qu’au moment où il la quittait avec un poignant regret, Rome avait atteint 1169 ans ? « Puisses-tu, seule, ô Rome, ne pas craindre pour le fil de ton destin, encore qu’à onze cent soixante ans accomplis tu en ajoutes neuf autres encore !

  • 20 I, 134-136.

Solaque fatales non vereare colos,
Quamvis sedecies denis et mille peractis
Annus praeterea iam tibi nonus erat
20. »

12L’ère de la fondation de Rome commence en une année qui correspond à 754 avant notre ère. D’où il suit que par la soustraction conséquente de 753 ans de notre ère à ce nombre de 1169 années de Rome, Rutilius a regagné sa Gaule natale en 416 ap. J.-C. Le raisonnement semble irréfutable et la conclusion péremptoire ; et, pourtant, il m’est impossible d’y souscrire.

  • 21 Kubitschek, s. v°, Aéra, P.W., I, c. 622.

13C’est que la transition de l’ère de Rome à notre ère chrétienne ne s’opère pas avec cette simplicité automatique. Selon les calculs de l’érudition antique, la fondation de Rome était généralement attribuée à la troisième année de la 6e olympiade. Mais le début de l’année civile romaine, au 1er janvier, précédait de huit mois celui de l’année Olympique, communément fixée, sous l’Empire, au 1er septembre. L’année 3 de la 6e olympiade chevauchait donc sur deux années civiles romaines ; et, rapportée à l’ère chrétienne, elle ne pouvait se définir exactement, ni par l’année 754 av. J.-C., ni par l’année 753 av. J.-C. Pratiquement, et pour simplifier leurs calculs, les Romains choisissaient entre les composantes de cette année mixte. Varron opta pour la plus ancienne des deux, d’où l’ère Varronienne, qui débute en 754 av. J.-C. Mais parallèlement, et peut-être pour rendre hommage à la tradition qui commémorait au 21 avril le jour de la fondation de la Ville Éternelle, le rédacteur des Fastes consulaires et triomphaux gravés, par ordre d’Auguste, sur les murs de la Regia, a choisi la plus récente ; d’où l’ère des Fastes, qui débute en 753 av. J.-C. Pendant toute la durée de l’Empire, les computistes ont oscillé d’un système à l’autre, et leurs deux méthodes n’ont cessé d’être concurremment suivies, pour ainsi dire, au petit bonheur, non seulement par les historiens, mais dans les pièces officielles. Les exemples abondent de ce double emploi, ainsi que l’a démontré Kubitscheck21. Je me bornerai à reproduire ici les plus significatifs.

  • 22 Tac., Ann., XI, 11.
  • 23 De même, dans la Germania, XXXVII, la 640e année Urbis conditae correspond au consulat de Caecilius (...)
  • 24 Tac., Hist., I, 1.

14Tacite, dans les Annales, place sous le quatrième consulat de Claude, soit en 47 de notre ère, la célébration, par cet empereur, des ludi saeculares. Or, il nous donne lui-même cette précision que ces jeux ont été donnés huit cents ans après la fondation de Rome : (anno) octingentesimo post Romam conditam22. En ce passage de ses Annales, Tacite a emprunté l’ère varronienne23. Ouvrons maintenant les Histoires du même Tacite. Dès la première phrase24, l’auteur nous avertit qu’il commence son ouvrage au deuxième consulat de Galba, soit au 1er janvier 69 ap. J.-C. et il ajoute qu’à cette date 820 années s’étaient écoulées depuis la fondation de Rome. Le 1er janvier 69 ap. J.-C., inaugure donc ici la 821e année Urbis conditae ; et infidèle, cette fois, au système varronien, Tacite, dans ses Histoires, s’est approprié l’ère des Fastes.

  • 25 C.I.L., VI, 1984.
  • 26 Ibid., 2001.
  • 27 Ibid., 1984.
  • 28 Ibid., 2004.
  • 29 Ibid., 1984.
  • 30 Ibid., 2001.
  • 31 C.I.L., XIV, 2393.

15Passons aux pièces d’archives. Même usage alternatif, arbitraire, des deux chronologies rivales. À Rome, dans les Procès verbaux des Frères Arvales, les dates correspondant à 68, 71, 153, 210, 217, 21925, 25526 ap. J.-C, sont supputées d’après l’ère varronienne ; et, en revanche, les années, correspondant aux années 92, 115, 161, 19727, 198, 20028, 20229, 218, 22130 av. J.-C., le sont d’après l’ère des Fastes. Pareillement, sur un même fragment de la chronique municipale de Bovillae (Le Fratocchie, sur la voie Appienne, à l’Ouest du Lac d’Albano), les consulats de l’an 200 ap. J.-C., sont rapportés à l’an 953 de Rome, soit à l’ère varronienne et ceux de l’an 180 ap. J.-C., à l’an 932 de Rome, soit à l’ère des Fastes31.

16Dans ces conditions, il nous est interdit d’affirmer que l’an 1169 de Rome, où Rutilius entreprit son voyage de retour en Gaule, doive être nécessairement converti en l’an 416 de notre ère. C’est l’an 416, si Rutilius a fondé ses calculs sur l’ère varronienne. C’est l’an 417, si, au contraire, ils reposent sur l’ère des Fastes. Par conséquent, a priori, le millésime de 1169 Urbis conditae, unique dans son poème, se rattache indifféremment à l’un ou à l’autre des deux computs, et entre les deux transpositions qu’ils autorisent nous n’aurions aucune raison de décider, si, par bonheur, le contexte ne nous contraignait point à éliminer 416 au bénéfice de 417.

  • 32 Préchac, op. cit., l’appelle Rufius Antonius Agrypius Volusianus. Le personnage portait, en effet, (...)
  • 33 La préfecture de Rutilius, qui a eu Caecina Albinus pour successeur (I, 467), se place avant le 17 (...)

17Plus loin, en effet, Rutilius raconte qu’au cinquième jour de sa traversée, il a appris la nomination de son jeune ami Rufius32 à cette préfecture de la Ville, dont lui-même, pendant quelques mois de l’année 414, avait été l’heureux titulaire33 : « Ici (à Populonia), une joyeuse nouvelle parvient jusqu’à nos oreilles ; et peu s’en fallut alors que ma résolution fût prise de m’en retourner à Rome. Ici, en effet, nous sommes informés que la préfecture de la Ville sainte vient d’être confiée à tes mérites, ô mon doux ami ! Je souhaiterais enchâsser ton nom propre dans mon poème. Mais il est certains pieds que repousse une règle sévère. Sous ton surnom du moins auras-tu paru dans mes vers, ô mon cher Rufius, et c’est avec lui que je t’ai déjà chanté sur une autre page :

  • 34 I, 415-422. Sur le dernier vers et le sens de pagina, cf. supra, p. 235 [ici : p. 242]. Au vers pré (...)

Laetior hic nostras crebrescit fama per aures :
Hic praefecturam sacrae cognoscimus Urbis
Delatam meritis, dulcis amice, tuis.
Optarem verum complecti carmine nomen.
Sed quosdam refugit regula dura pedes.
Cognomen versu veheris, carissime Rufi ;
Illo te dudum pagina nostra canit
34. »

18Un peu plus haut, en effet, Rutilius s’était attendri au souvenir de cette prédilection :

  • 35 Sur le personnage, cf. Préchac, op. cit., p. ix et Seeck, P.W., IV, c. 1864.
  • 36 À cause de son surnom de Volusianus, cf. supra, p. 235 [ici : p. 242]. Volusus est un chef volsque (...)

19« Mes amis m’accompagnent. Bientôt les autres rentrent à Rome ; mais, à mes pas s’attache Rufius, gloire vivante de son père Albinus35, Rufius dont le nom remonte à l’antique Volusus36 et en qui revivent les rois rutules désignés par Virgile. Son éloquence lui a valu le commandement du Palais. Oui, à la fleur de l’âge, il a été jugé digne de parler au nom de l’Empereur ; et auparavant il avait comme enfant, gouverné les Carthaginois en qualité de proconsul :

  • 37 I, 165-173.

...........Comitantur amici ;
Iamque aliis Roman redeuntibus haeret eunti
    Rufius, Albini gloria viva patris,
Qui Volusi antiquo derivat stemmate nomen,
    Et reges Rutulos teste Marone refert.
Huius facundae commissa palatia linguae.
    Primaevus meruit principis ore loqui.
Rexerat ante puer populos pro consule Poenos
37. »

  • 38 Cf. Seeck, P.W., c. 1864, n° 33 et Chastagnol, op. cit., p. 233-236.
  • 39 Seeck, P.W., IV, c. 1866. Cf. Chastagnol, op. cit., p. 277-279.
  • 40 Haenel, Corpus Legum, p. 240. Cf. C.I.L., VI, 1194 et 1661.

20Rétablissons en prose ce que furent la carrière et l’identité du personnage. Tout jeune, il a été proconsul d’Afrique, en résidence à Carthage. Puis il a été appelé à la questure du Palais, dont les titulaires traduisent en leurs discours la volonté du Prince. Son nom propre – son gentilice – Caeionius, rebelle à la métrique, nous échappe dans les deux passages qui le concernent. Mais à son surnom de Rufius, qu’ils énoncent l’un et l’autre, celui-ci ajoute un surnom qui tiré de Volusus, ne saurait être que Volusianus, et un des surnoms que portait déjà son père : Albinus. Il n’en faut pas davantage pour le reconnaître en toute certitude. Il s’agit du fils de Caeionius Albinus, qui, préfet de la Ville en 389-39138, était désigné par toute une kyrielle de cognomina : Rufius Antonius Agrypius Volusianus. Lui-même, préfet du prétoire d’Italie en 428-42939, avait été investi deux fois auparavant de la préfecture de la Ville : la deuxième fois, en 42140 ; la première fois, lors du voyage de Rutilius ; et c’est précisément cette coïncidence qui, des deux années où ce voyage est possible, va exclure l’une et imposer l’autre.

  • 41 Tillemont, Histoire des Empereurs, V, note xliii, p. 84.
  • 42 Cod. Theod., XIV, 2, 4, 4.
  • 43 Vessereau, op. cit., p. 256.
  • 44 I, 418.
  • 45 I, 426-428.

21En effet, comme l’avait déjà indiqué Tillemont41, Rufius Volusianus n’a pu être nommé préfet de la Ville dans l’automne ou l’hiver de 416, parce qu’une constitution impériale du Code Théodosien fut adressée le 14 récembre 416 au préfet de la Ville qui était alors Probianus42. En vain supposerait-on, avec Vessereau43, que Rufius Volusianus, entré en charge en 417, avait été désigné plusieurs mois à l’avance pour succéder à Probianus. La préfecture de la Ville n’est pas une magistrature à laquelle on est destiné par anticipation. C’est une fonction que l’on exerce aussitôt qu’on en est revêtu par la faveur du Prince ; et Rutilius a failli retourner à Rome pour avoir le bonheur d’y vivre sous l’autorité de son meilleur ami. La nouvelle de cette promotion est donnée au passé – delata 44. Quand Rutilius en est informé, Rufius est déjà en possession de cet honneur – honor – et du pouvoir – potestas45 – qu’il implique ; et il semble tout de suite à Rutilius, qui les avait détenus avant Rufius, qu’il est en train de les partager avec lui, ou plutôt de les assumer à nouveau en la personne de cet autre lui-même : « On a promu une grande partie de mon âme. Voilà, oui voilà comment je dois me plaire à voir renouveler ma puissance par celui que j’avais souhaité et dont la promotion redouble le bonheur de la mienne :

  • 46 Ibid.

    Provecta est animae portio magna meae
Sic mihi, sic potius placent geminata potestas,
    Per quem malueram rursus honore fruor
46. »

  • 47 Cf. Tillemont, op. cit., loc. cit. ; Corsini, De praefectis Urbis, Pise, 1766, p. 366-368 ; Chastag (...)

22Concluons : en 416, la préfecture de la Ville n’était pas vacante. La place était prise par Probianus. Après Probianus, au contraire, et avant Symmaque qui y est installé en 41847, elle est libre. C’est donc en 417 que Rufius Volusianus y a été nommé, et en 417, par conséquent, soit en l’an 1169 de Rome, calculé d’après l’ère officielle des Fastes, que Rutilius s’en est allé rejoindre la Gaule, sa patrie.

23Aussi bien, cette date cadre-t-elle avec les intentions et les sentiments du poète. Celui-ci rentrait dans son pays natal avec le généreux propos d’y relever les ruines amoncelées par les guerres : « Oui, il est temps quand nos terres ont été ravagées par de cruels incendies, de rebâtir, ne fût-ce que des cabanes de bergers :

  • 48 I, 29-30.

Iam tempus laceris saeva incendia fundis
        Vel pastorales aedificare casas48. »

  • 49 Cf. les textes invoqués dans le beau livre de Christian Courtois, Les Vandales et l’Afrique, Paris, (...)
  • 50 Cf., sur Constance III, mon mémoire Choses et gens du pays d’Arles, dans la Revue du Lyonnais, 1922

24Cet effort de reconstruction exigeait que les hostilités eussent pris fin, que l’ordre et la paix eussent été ramenés en Gaule. Or, après les années 408 et suivantes, années de déprédations, de ruines et d’épouvante, où il semblait aux Gaulois qu’approchait la fin du monde49, la Gaule n’a commencé de respirer qu’en 417, lorsque le général d’Honorius, qui avait poursuivi la restauration du pays, Constance, le futur Constance III, a reçu, pour récompense de ses services, probablement dans Arles, où il avait installé son quartier général, le titre de patrice et la main de Placidie qu’il venait de tirer de captivité. En juin 416, il s’est emparé de l’usurpateur Attale ; à la fin de 416, il se débarrasse du roi vandale Fredbal ; et, en 418, l’armistice qu’il avait conclu avec Wallia, roi des Goths, sera transformé par ses soins en la paix définitive grâce à laquelle, de nouveau, se réunira, dans Arles, l’assemblée, ou concilium, des sept provinces gauloises50.

  • 51 À cette date, le Toulousain Victorinus et le Trévire Protadius sont encore en Italie ; cf. infra, p (...)

25Rutilius se reproche, en ses vers, d’avoir trop tardé à venir au secours de sa patrie pacifiée. En 416, alors que brûlaient encore maints foyers de révolte et de guerre et que l’avenir demeurait incertain, ses scrupules auraient été prématurés. À la fin de 417, ils se comprennent de soi, sans cesser de témoigner de sa délicatesse et de son patriotisme51.

II

26Je dis : à la fin de 417, car, ainsi que nous l’allons voir, il est possible de reconstituer, à vingt-quatre heures près, l’emploi du temps de Rutilius, depuis son départ de Rome et son embarquement au Portus Ostiensis, jusqu’à son débarquement à Luna. Mais il convient, pour cela, de renoncer aux méthodes de calcul, à la fois trop brutales et trop superficiellement informées, qui ont, jusqu’à présent, faussé le cadre de ses pérégrinations. Rutilius, pourtant, les a déroulées avec une précision suffisante pour que nul ne puisse se méprendre sur la chronologie relative de son voyage. Il s’est embarqué, dans le Port d’Ostie, à l’aube du seizième jour qui suivit son départ de Rome : « Durant trois fois cinq jours, nous guettâmes le moment d’avoir confiance en la mer, jusqu’à ce que, rassurée par la nouvelle lune, se levât une brise meilleure :

  • 52 I, 205-206.

Explorata fides pelagi ter quinque diebus,
        Dum melior lunae fideret aura novae
52. »

27Après quoi, il ajoute : « Nous appareillons à la lumière indécise de l’aurore, quand, rendue aux campagnes, la couleur commence de les faire reconnaître :

  • 53 I, 217-218.

Solvimus aurorae dubio quo tempore primum
        Agnosci patitur redditus arva color
53. »

  • 54 I, 205 ; cf. supra, p. 246 [ici : p. 249].

28Dès lors, jusqu’à Vada tout au moins, son retour s’est effectué en autant d’escales que de jours. Chaque matin, dès l’aube, il lève l’ancre ; puis, dans le courant de la journée, en des heures dont les chiffres varient avec, le vent et la distance des plus prochains mouillages, mais toujours avant la tombée de la nuit, il s’arrête, passe à terre la fin de l’après-midi tout entière et la nuit suivante ; puis, il recommence le lendemain. Le premier jour, il a ainsi vogué du Portus Ostiensis (Porto) à Centumcellae (Cività Vecchia) ; le deuxième de Centumcellae à Portus Herculis (Porto Ercole) ; le troisième, de Portus Herculis à l’embouchure de l’Umbro (Ombrone) ; le quatrième, de l’Umbro à Faleria (Porto di Falesia). Le cinquième jour, il s’est arrêté à Populonia. Le sixième, il a abordé à Vada, où il fut retenu, probablement un jour, par l’état de la mer. De là, il gagne le port de Pise, où la tempête le force à séjourner quelque temps, avant de se rembarquer pour Luna, où se termine son poème, du moins tel qu’il est arrivé jusqu’à nous. Laissons provisoirement de côté ces trois dernières escales, puisque le poète, en négligeant de leur assigner une place nettement déterminée par rapport aux précédentes, ouvre ici quelque marge à la conjecture. Ne considérons que la section qu’il a jalonnée d’indiscutables repères. Elle s’étend sur sept étapes, dont la première, au Portus Ostiennis [sic : Ostiensis], a absorbé quinze jours pleins – ter quinque diebus54 – mais dont les six autres – Centumcellae, Portus Herculis, Umbro, Faleria, Populonia, Vada – se répartissent, à raison d’une escale par jour, sur les six jours suivants. Il est clair, par conséquent, que si l’on pouvait fixer l’une d’entre elles, on rétablirait du même coup la chronologie absolue de toutes les autres ; et c’est bien à quoi s’est ingéniée la critique moderne. Seulement, elle a débuté, dans cette voix excellente, par un faux-pas.

  • 55 Scaliger, Prooemium ad Eusebii chronica, cité par Vessereau, op. cit., p. 256, n. 2.

29Depuis Scaliger55, en effet, on admet que Rutilius a quitté Rome à l’équinoxe d’automne : « Déjà Phoebus avait allongé la durée des heures nocturnes :

  • 56 I, 183-184.

Et iam nocturnis spatium. laxaverat horis
         [Phoebus
56… »

  • 57 Zumpt, op. cit., ch. iii.
  • 58 Vessereau, op. cit., p. 257.
  • 59 Vollmer, P.W., Ia, c. 1251 : « Rutilius wird am einundzwanzigsten oder am zweiundzwanzigsten septem (...)

30Les anciens fixaient au 24 septembre l’équinoxe d’automne. En conséquence, Scaliger, Zumpt57 et leurs épigones, sont d’avis que Rutilius, ayant laissé Rome le 24 septembre, s’est embarqué au Portus Ostiensis le 9, ou mieux le 10 octobre. D’aucuns, pour échapper aux difficultés que soulève ce comput et que nous signalerons tout à l’heure, prêtent à Rutilius leurs connaissances astronomiques et avancent le départ du voyageur de deux ou trois jours, comme l’équinoxe même. « Il est probable, affirme Vessereau, que Rutilius quitta Rome le 21 ou 22 septembre, ce qui reporte son embarquement au 6 ou 7 octobre58 », et Vollmer a repris textuellement la même opinion59. Or, il n’est que de se reporter aux vers précités, fondement vacillant et exigu de toute cette construction, pour s’apercevoir qu’ils ne sauraient la supporter. Le poète n’y a point dit être sorti de Rome le jour de l’équinoxe. Il rappelle, au contraire, qu’il s’est mis en route, alors que, déjà, Phoebus avait laissé du champ aux heures nocturnes. À l’équinoxe, comme eût dit M. de la Palisse, les nuits s’équilibrent avec les jours. Quand Rutilius a pris congé de la Ville Eternelle, les nuits étaient devenues plus longues que les jours ; et le plus-que-parfait dont a usé le poète – laxaverat – marque avec force que cet allongement des nuits était accompli depuis quelque temps déjà. Ce n’est donc, évidemment, ni le 21, ni le 22, ni le 24 septembre, mais quelques semaines après, alors que le raccourcissement des jours était déjà devenu sensible. Les vers auxquels les érudits ont voulu attacher une date déterminée, sans d’ailleurs parvenir à s’entendre sur elle, ne renferment, à les interpréter correctement, qu’un terminus a quo, un point de départ assez vague et flottant lui-même ! Force nous est de chercher mieux.

31L’indication ferme que l’équinoxe d’automne nous refuse, je l’ai demandée, pour ma part, au spectacle qui a frappé Rutilius, à Faleria, au quatrième jour de sa navigation, au dix-neuvième jour de son départ de Rome. « Alors, aux carrefours de cette rustique bourgade, les paysans hilares se délassaient de leurs fatigues par des réjouissances sacrées : c’est ce jour-là qu’Osiris, enfin ressuscité, fait lever la féconde semence pour des moissons nouvelles :

  • 60 I, 373-376.

Et tum forte hilares per compila rustica pagi
        Mulcebant sacris pectora fessa iocis :
Illo quippe die tandem revocatus Osiris
        Excitat in fruges germina laeta novas
60. »

32Qu’on parvienne seulement à situer à sa place sur le calendrier religieux de l’Empire romain cette fête des semailles du culte osirien et le problème sera résolu.

  • 61 C.I.L., I2, p. 280 = VI, 2305 = Dessau, I.L.S., 8745. Le nom de Colotianum est dérivé de celui de l (...)

33Or il n’est pas trop malaisé de l’identifier sans chance d’erreur et de la dater en toute sécurité. Sur le temps normal des semailles dans l’Italie ancienne, point de doute : c’est le mois de novembre. Là-dessus les préceptes des agronomes concordent avec les éphémérides populaires que l’épigraphie nous a conservées. On lit sur l’inscription romaine appelée Menologium rusticum Colotianum cette indication dépourvue d’ambiguïté : « mois de novembre, semailles du froment et de l’orge – mensis november : sementes triticariae et hordiar(iae)61. » Virgile a mis en forme de doctrine la pratique de ses compatriotes : « Si c’est pour le froment et les robustes gerbes de l’épeautre que vous labourez la terre, si vous ne souhaitez qu’une riche moisson d’épis, attendez pour ensemencer vos sillons que les Atlantides se couchent à l’aurore :

  • 62 Virg, Georg., I, 219-222.

At si triticeam in messem robustaque farra
Exercebis humum solisque instabis aristis,
Ante tibi Eoae Atlantides abscondantur
Debita quam sulcis committas semina
62. »

  • 63 Columelle, II, 8, 2 : absconduntur altero et trigesimo die post autumnale aequinoctium.
  • 64 Pline, N.H., XVIII, 113 : iii id(us) novembres Vergiliae occidunt.

34Les filles d’Atlas se confondent en ces vers des Géorgiques avec les Pléiades, dont la constellation, associée à celle des Hyades, leurs célestes voisines et leurs sœurs de la mythologie, est appelée en latin Vergiliae. Par une tradition constante, les anciens espaçaient le coucher matinal de ces étoiles – matutinus occasus Vergiliarum – du 26 octobre, où il commence selon Columelle63, au 11 novembre, où il s’achève selon Pline64.

  • 65 Pline, N.H., XVIII, 223.

35C’est le coucher des Vergiliae qui indique au semeur que le moment est venu de remplir sa tâche : il commencera par le blé quand, au matin, se coucheront les Vergiliae : incipiemus a sementibus frumenti Vergiliarum occasu matutino65. Dans ces conditions, on doit bien penser que c’est aussi en novembre que les paysans de Faleria célébraient la fête de leurs semailles.

  • 66 Cf. C.I.L., I2, p. 280 = VI, 2305 = Dessau, I.L.S., 8745.
  • 67 Je modifie à peine la traduction du chapitre par Mario Meunier, Paris, 1924, p. 130.

36D’après Rutilius, ils l’associaient au culte d’Osiris et s’abandonnaient à la joie d’avoir enfin « retrouvé » vivant le dieu par qui germent les semences et grandissent les futures moissons. Or, précisément les calendriers rustiques – menologia rustica –, à l’un desquels – le Colotianum – j’ai fait tout à l’heure allusion, assignent au mois de novembre la retrouvaille d’Osiris : mensis november, (h)euresis66. Singulière puissance d’attraction des religions de l’Egypte hellénistique ! Elles se sont répandues jusque chez les paysans latins et ils ont voué à ces rites et à ces mystères orientaux une incroyable fidélité. Les menologia rustica où s’inscrit, sous son nom grec latinisé, l’heuresis osirienne ont été gravés au ier siècle de notre ère. Au ve, le texte de Rutilius est là pour attester qu’elle se célébrait toujours, dans les moindres bourgades d’Italie, avec la même fervente allégresse. Les rites originaux de cette fête nous sont décrits au chapitre 39 du traité de Plutarque de Iside et Osiride. Osiris a disparu au mois d’Athyr, dans la période où les vents étésiens ne soufflent plus, où le Nil, s’enfonçant dans la terre, laisse le sol à nu, où, l’obscurité grandissant, la lumière paraît comme vaincue. Alors les prêtres, pour figurer le deuil d’Isis, recouvrent une vache dorée d’une draperie de lin noir et ils l’exposent, durant quatre jours de suite, à partir du 17 du mois ; le 19 Athyr, quand la nuit est venue, la population descend vers la mer. Les stolistes et les prêtres apportent une ciste sacrée qui contient une petite boite en or, dans laquelle ils versent de l’eau douce. De l’assistance, à cet instant, s’élève une clameur et tous crient qu’Osiris vient d’être retrouvé67.

  • 68 Plut., De Is. et Os., LXIX.
  • 69 Contra, mais à tort, d’après Mommsen, Wissowa, Religion u. Kultus der Römer2, p. 353-354.
  • 70 Lydus, De mens., IV, 148, p. 166, Wuensch. Lydus est postérieur d’un siècle à Rutilius : la persist (...)
  • 71 Cf. mes Aspects mystiques, notamment p. 53.
  • 72 C.I.L., I2, p. 260.

37De ce passage, il ressort que les fêtes de l’heuresis s’étendent sur quatre jours. Osiris est censé perdu pendant les trois premiers, le 17, le 18 et le 19 Athyr ; et il est censé retrouvé au soir du 19 Athyr. Dans ces conditions, il est nécessaire, pour compléter le quatriduum dont parle Plutarque, que le lendemain, c’est-à-dire le 20 Athyr, ait été consacré aux réjouissances qu’a provoquées la résurrection divine. En outre, il résulte d’un autre passage du même traité De Iside et Osiride que le mois d’Athyr est, pour Plutarque, un mois fixe de l’année stabilisée d’Alexandrie ; le mois des semailles, appelé Pyanepsion par les Grecs68. Pour Plutarque, par conséquent, Athyr, comme Pyanepsion, commence en un jour qui correspond à la mi-octobre pour finir à la mi-novembre du calendrier Julien69. D’où il suit que, selon Plutarque, les fêtes osiriennes duraient du 31 octobre au 3 novembre : les Égyptiens pleuraient la disparition d’Osiris le 31 octobre, le ler et le 2 novembre. Ils retrouvaient leur dieu à la nuit tombante du 2 novembre et ils passaient en festivités la journée du 3 novembre. En Égypte, d’après Plutarque et de son temps, la fête d’allégresse tombait le 3 novembre. Elle s’est à coup sûr maintenue telle quelle aux époques suivantes. Elle a émigré en Italie. Mais, en changeant de théâtre et de calendrier, elle a conservé sa place immuable dans le mois des semailles et des pluies méditerranéennes. Dans son traité De mensibus, le Byzantin Laurentius Lydus notera encore : « Le 2 et le 3 novembre, dans le temple d’Isis, accomplissement des fêtes – T πρὸ τεσσάρων καὶ τριῶν Νωνῶν Νοεμβρίων, έν τῷ Ναῷ τῆ [sic : τῆς] Ἴσιδος συμπέρασμα τῶν ἑορτῶν70. » Ainsi le 2 novembre, les dévots continuaient, au Bas-Empire, de pleurer, dans la perte d’Osiris, la mort de la nature entière ; le 3, ils continuaient de saluer la trouvaille du dieu ressuscité comme le gage du renouveau du monde ; et ils se livraient, en son honneur, à de tels transports que, de la religion d’Attis, où des hilaria se célébraient depuis le règne de l’empereur Claude71, la joie s’en transmit à l’heuresis osirienne. Au ive siècle de notre ère, Philocalus assigne, sur son calendrier, le troisième jour des nones de novembre, soit le 3 novembre, aux hilaria72, avec quoi elle se confond alors et dont l’écho se répercute dans le vers de Rutilius Namatianus : « Alors il se trouva que les paysans hilares étaient répandus dans leurs carrefours rustiques :

  • 73 I, 373 ; cf. supra, p. 250 [ici : p. 251].

Et tum forte hilares per compila rustica pagi73. »

38Enfin, nous tenons ici le point immobile où suspendre le développement du voyage raconté par le poète. À Faleria, Rutilius est survenu au beau milieu des hilaria de l’heuresis. C’est-à-dire qu’il y débarqua un 3 novembre ; et comme cette escale termine le quatrième jour de sa traversée, il a laissé le Portus Ostiensis à l’aube du 31 octobre, et il est sorti de Rome quinze jours auparavant, un 16 octobre, par conséquent. Cette conclusion effarouchera peut-être par sa rigueur, mais d’autres détails du poème, que les savants de la chronologie courante ont tant de peine à expliquer, vont la confirmer de leurs convergences spontanées.

39Examinons les plus instructifs.

401° Pendant son attente dans le Portus Ostiensis, Rutilius, non sans surprise, a perçu dans le lointain l’écho des jeux du Cirque. Les acclamations redoublées lui prouvent que l’affluence est au comble : « Plus d’une fois, à mes oreilles étonnées, retentissent les jeux du Cirque : ces flambées d’enthousiasme m’annoncent que les gradins sont pleins :

  • 74 I, 201-202.

Saepius attonitae resonant Circensibus aures,
    Nuntiat accensus plena theatra favor
74. »

  • 75 Wissowa, op. cit., p. 589.

41Or, en septembre, les calendriers du Bas-Empire n’indiquent de ludi circenses qu’avant l’équinoxe. Philocalus, en 354, en note encore le 20, le 21 et le 22 du mois. Polemius Silvius, en 448, n’en note plus que le 20 septembre. Après quoi, ni l’un ni l’autre n’en mentionnent plus avant le 20 octobre. C’est pour se mettre en règle avec ces témoignages que Vessereau et Vollmer ont refoulé l’équinoxe sur le 21 ou le 22 septembre, à la moderne. Mais si, de la sorte, ils se sont entendus avec Philocalus, ils restent en délicatesse avec Polemius Silvius ; et ils contreviennent de toute façon, à l’indication formelle des documents anciens unanimes à situer au 24 septembre l’équinoxe d’automne. Respectueux de leur concordance, Scaliger avait attendu jusqu’au 24 septembre pour mettre Rutilius en route. Mais comment le poète aurait-il pu entendre, au Portus Ostiensis, s’il n’y est arrivé que le 24, le fracas de spectacles qui remontent au 20, au 21 ou même au 22 septembre ? À partir du 10 octobre, au contraire, nous n’avons que l’embarras du choix entre les ludi circenses inscrits au calendrier : ludi Alemannici circenses le 10 ; ludi Augustales circenses le 11 ; ludi Iovis circenses le 18 ; ludi Solis circenses le 22 ; ludi adventus Divi circenses le 29 octobre. À parcourir, dans les appendices de Wissowa75, cette énumération on conçoit aisément que Rutilius, séjournant au Portus Ostiensis du 16 au 31 octobre, y ait eu, à diverses reprises, l’occasion de tendre l’oreille aux rumeurs qui, pendant cette période, remplissaient le Cirque romain.

422° Rutilius aurait voulu quitter tout de suite le Portus Ostiensis. Mais, bloqué par le mauvais temps, il dut y attendre la première embellie ramenée par la nouvelle lune :

  • 76 I, 206.

Dum melior lunae fideret aura lunae76.

  • 77 Vessereau, op. cit., p. 256. C’est Corsini qui, d’ailleurs, avait raison d’après les tables de Guin (...)
  • 78 Cf. Giry, Manuel de diplomatique, p. 184.
  • 79 Cf. Grassan Guinness, Creation centred in Christ, Londres, 1896, II, p. 340.
  • 80 Je n’insiste pas sur la mention des Chelae (I, 156), ou « pinces du Scorpion », car si le signe du (...)

43Les érudits ont naturellement cherché au ciel de l’an 416 cette lune bienfaisante. Corsini l’a découverte le 7 octobre ; Zumpt le 8, Scaliger le 9 ; et Vessereau n’a pas essayé de les départager77. Mais puisque, nous l’avons vu, Rutilius n’a quitté Rome qu’un an plus tard, les recherches de Scaliger, Corsini et Zumpt sont également stériles, et ruineuses les conclusions qu’après eux Vessereau en a déduites. Leurs calculs sont à recommencer sur la seule base qui nous soit dorénavant consentie : celle de l’an 417. Or, en 417, dont l’épacte est définie par le chiffre 1878, la nouvelle lune s’est levée le 27-28 septembre, trop tôt pour nous permettre de retarder au 8 ou 9 octobre l’embarquement qu’elle a favorisé, et le 26-27 octobre79 soit juste à point pour apaiser les ilôts auxquels, suivant mon propre raisonnement, Rutilius s’est enfin confié, à l’aube du 31 octobre. Ainsi les indices80 que la chronologie régnante est accoutumée d’invoquer se retournent contre elle et fortifient ma conviction ; et, décidément assuré que Rutilius a relâché à Faleria le 3 novembre 417, je restitue son emploi du temps ainsi qu’il suit :
1) Départ de Rome et arrivée au Portus Ostiensis = 16 octobre 417 ;
2) Départ du Portus Ostiensis = 31 octobre 417, à l’aube ;
3) Escale de Centumcellae = 31 octobre 417 (après-midi) ;
4) Escale du Portus Herculis = Ier novembre 417 ;
5) Escale de l’embouchure de l’Umbro = 2 novembre 417 ;
6) Escale de Faleria = 3 novembre 417 ;
7) Escale de Populonia = 4 novembre 417 ;
8) Escale de Vada = 5 novembre 417.

III

44À partir de là, les voies de Rutilius sont quelque peu brouillées. Tandis que jusqu’alors il avait franchi autant d’étapes qu’il avait compté de jours, il fut désormais contraint de compter avec l’état de la mer : le rythme, auparavant uniforme, de ses navigations, se brisa contre le mauvais temps et la houle.

45Pour demeurer conséquent avec son programme, il aurait dû lever l’ancre à Vada, le 6 novembre au matin. Il n’en put rien faire : du Nord-Ouest, s’était levé un violent Corus qui lui interdit de reprendre la mer aussitôt : « Là, je dus m’arrêter devant un Corus impétueux, comme il l’est lorsqu’il brise les halliers bourbeux des forêts :

  • 81 I, 463.

Illis me rapidus consistere Corus adegit,
    Qualis silvarum frangere lustra solet
81. »

  • 82 I, 509-510. Ces vers sont, du reste, à verser au dossier des origines toulousaines de Rutilius.

46Hébergé, pour la nuit, dans la villa que possédait à Vada le Decius Albinus qui, en 414, lui avait succédé dans la préfecture de la Ville, il y éprouva bientôt la consolation d’y être rejoint le lendemain, 6 novembre, par l’un de ses amis, Victorinus, de Toulouse82. « Pendant que je l’embrassais, nous confie cet homme sensible, j’oubliais les vents contraires : il me semblait jouir déjà d’un avant-goût de ma patrie :

  • 83 I, 492.

Hune ego complexus ventorum adversa fefelli,
    Dum videor patriae iam mihi parte frui
83. »

47La rencontre des deux « compatriotes » ne paraît pas, du reste, s’être prolongée, et Rutilius l’abrège en ce vers d’une jolie préciosité : « L’amère tempête nous valut un doux retard :

  • 84 I, 511.

Tempestas dulcem fecit amara moram84. »

48Après avoir serré le Toulousain Victorinus sur son cœur, le poète renoue le fil de son odyssée et remonte à son bord, aux premiers feux du jour : « L’Aurore aux doigts de roses avait poussé son attelage dans la lumière du ciel : la brise du rivage nous persuade de tendre nos antennes :

  • 85 I, 559-560.

Lutea protulerat sudos Aurora iugales :
    Antemnas tendi litoris aura iubet
85. »

49Tout lecteur non prévenu partagera l’impression de Vessereau que la halte de Vada n’a pas dépassé un jour et que, dans la matinée du 7 novembre, Rutilius a vogué sur la Tyrrhénienne. Dans l’après-midi, il atterrissait, à proximité du port de Pise, dans la villa de Triturrita, préparée pour l’accueillir :

  • 86 I, 527.

Inde Triturritam petimus86

50S’il n’eût écouté que la sagesse, il eût, sans désemparer, poursuivi sa route, car le vent du Sud-Est, l’Eurus, lui promettait, sous un ciel limpide, une navigation favorable :

  • 87 I, 541.

Tempora navigiis clarus reparaverat Eurus87.

51Mais, chez Rutilius, l’envie l’emporta de visiter Pise, où s’érigeait une statue de son père Lachanius, et d’y revoir le Trévire Protadius qui s’y était porté à sa rencontre. Il remise ses embarcations dans un abri sûr et se fait conduire, à pied, jusqu’à la ville voisine :

  • 88 I, 559-560.

Puppibus ergo meis fida in statione locatis,
    Ipse vehor Pisas qua solet ire pedes88,

  • 89 I, 151 : Substituit patriis mediocres Umbria sedes.
  • 90 Vessereau, op. cit., p. 267.
  • 91 Ibid., p. 268.
  • 92 Cf. supra, p. 256 [ici : p. 254].
  • 93 I, 491-510.
  • 94 I, 615-630.
  • 95 I, 630-644.

52Négligeant l’hospitalité qu’on lui offrait à Triturrita, il s’est donc rendu à Pise, où il a couché le 7 novembre au soir. La journée du 8 s’est écoulée à Pise où, sûrement, il avait donné rendez-vous à Protadius, dont le domaine, qu’il ne cite que pour mémoire et sans l’avoir visité, était sis en Ombrie89. Après quoi, sans transition, il nous conte son retour à Triturrita, lequel s’est effectué, de toute évidence, le soir même du 8 novembre. Seulement, dans l’intervalle, le vent avait tourné. L’Africus, le Libeccio d’aujourd’hui, s’était déchaîné du Sud-Ouest, forçant Rutilius à différer son rembarquement. Logique avec lui-même, Vessereau, qui a situé au 15 octobre le séjour à Pise90 et qui se voit obligé, par une précision astronomique sur laquelle nous devrons tout à l’heure revenir, à refouler sur la fin de la première quinzaine de novembre le départ de Triturrita, conclut que la halte en cette villa pisane a duré tout un mois91. Mais cette conclusion est démentie par les vraisemblances et par le texte du poème. Si le séjour près du port de Pise s’était prolongé deux fois plus que le séjour au Portus Ostiensis92, s’il avait absorbé quatre fois plus de temps que tout le reste du voyage, Rutilius, assurément, n’aurait pu oublier des délais aussi insolites et nous en eût dit un mot. Au contraire, il traite ce second retard à peu près comme, naguère, celui de Vada. Ces deux arrêts forcés ont dû être de longueur sensiblement analogue. Celui de Vada, qui tient en vingt vers93, avait duré trente-six heures et fut coupé par la visite de Victorinus. Celui de Triturrita, raconté en trente et un vers, est rempli par la narration d’une chasse au sanglier94, et par la description de l’ouragan95. Ce fut, apparemment, l’affaire de deux jours pleins, tout au plus.

53Aussi bien une tempête d’Africus sévissant un mois d’affilée ne s’est-elle jamais vue. En la laissant s’apaiser au bout de trois jours, on rentre, au contraire, dans les conditions habituelles où se produisent les bourrasques du Libeccio. Si celle dont a pâti Rutilius s’est déclarée, comme il le dit, pendant qu’il se promenait dans Pise, c’est-à-dire le 8 novembre, elle a dû, normalement, tomber au soir du 10 novembre ; et c’est, partant, le 11 novembre, au matin, que s’effectua la dernière traversée dont nous parle Rutilius, celle qui l’a amené du port de Pise dans celui de Luna : « Glissant à vive allure sur les flots, nous arrivons à des murailles éclatantes de blancheur : elles tirent leur nom de la sœur du soleil dont elle emprunte les rayons :

  • 96 II, 63-64.

Advehimur celeri candentia moenia lapsu
    Nominis est auctor sole corusca soror
96. »

54Et, sur cette vision de rêve éblouissante, Rutilius nous abandonne.

55En résumé, s’il nous est interdit de jalonner la fin de son itinéraire avec la même précision que le commencement, il paraîtra plausible d’en dater les derniers incidents ainsi qu’il suit :
– Bourrasque de Corus à Vada = 6 novembre 417 ;
– Départ de Vada ; arrivée à Triturrita de Pise = 7 novembre 417 ;
– Visite de Pise, rencontre avec Protadius, commencement de la bourrasque d’Africus = 8 novembre 417 ;
– Retour à Triturrita = soir du 8 novembre 417 ;
– Chasse au sanglier = 9 novembre 417 ;
– Continuation et fin de la bourrasque d’Africus = 9 et 10 novembre 417 ;
– Départ de Triturrita et arrivée à Luna = 11 novembre 417.

IV

56À quoi bon, dira-t-on peut-être, à quoi bon épiloguer sur de pareils détails ? Ces données minuscules et contingentes ne seront jamais que conjecturales et, au surplus, en quoi pourraient-elles intéresser la personnalité du poète et l’intelligence de son ouvrage ?

57Tel est le jugement que l’on formule d’ordinaire et contre lequel il me faut protester.

58Je suis, en effet, persuadé que, dégagée d’hypothèses, qui se sont vérifiées l’une après l’autre, la vérité qu’elles renferment vient éclairer l’énigmatique figure de l’auteur et rénover notre interprétation de son poème.

59Dans le tableau de la tempête qu’a subie Rutilius à Pise avant de cingler vers Luna, le poète a inséré une digression savante : « Déjà, se couchent, dans le matin, les Hyades humides ; déjà, sous des pluies d’hiver, disparaît le Lièvre, astre faible par ses rayons et assez fort pour soulever les flots et empêcher les marins de s’éloigner de la terre inondée ; c’est qu’il est le voisin immédiat du tempétueux Orion et qu’il fuit, proie mouillée, devant le Chien brûlant :

  • 97 I, 633-638.

Iam matutinis Hyades occasibus udae.
Iam latet hiberno conditus imbre Lepus,
    Exiguum radiis, sed magnis fluctibus astrum,
Quo madidum nullus navita linquit humum ;
    Aestiferumque Canem roscida praeda fugit
97. »

  • 98 Boll, s. v°, Fixsterne, P.W., VI, c. 2429-2430.
  • 99 C’est ce qu’a fait Vessereau, à bon droit, mais à tort pour l’année 416 ; cf. supra, p. 256 [ici : (...)
  • 100 Cf. supra, p. 250 [ici : p. 251].
  • 101 Hésiode, Trav., 615. (Les Hyades sont nommées avec les Pléiades.)
  • 102 Virg., Georg., I, p. 219 et suiv.
  • 103 Columelle, II, 8, 2 ; cf. supra, p. 251 [ici : p. 252].
  • 104 Boll, op. cit., loc. cit. Ses tables nous reportent à 430 av.J.-C. pour Athènes ; à 45 av. J.-C. po (...)
  • 105 Pline, N.H., XVIII, 213.

60Il y a là tout un docte résumé d’astronomie météorologique. Mais dans son empressement à nous étaler sa science, Rutilius a rapproché des dates qui ne concordent pas. Que l’on consulte plutôt les tables de Boll98 : le coucher du Chien a lieu le 7 décembre ; celui du Lièvre le 21 novembre. Il est clair que cette nomenclature a été déclenchée par l’évocation des Hyades auxquelles ces diverses constellations succèdent sur la carte du ciel et dans leurs mouvements apparents. Le coucher matinal des Hyades importe seul et c’est là l’indice chronologique auquel nous devons nous attacher exclusivement99. Filles d’Atlas, comme les Pléiades, contiguës aux Pléiades sur la voûte étoilée, les Hyades obéissent au commun destin des Atlantides chantées par Virgile100 et que les auteurs latins désignent communément sous le vocable de Vergiliae. Comment d’ailleurs distinguerait-on leurs révolutions et leurs vertus ? « Semez au temps des Hyades », conseillait déjà Hésiode101. Au temps du coucher des Pléiades, « semez » répètent Virgile102 et Columelle103. Sur le ciel d’Athènes, les Pléiades disparaissent au matin du 8 novembre ; sur celui de Rome, les Hyades s’évanouissent le 10 et les Pléiades le 13 novembre104. À l’ordinaire, les Latins fixent au 11 novembre la fin du coucher des Vergiliae : tertium idus (novembres) Vergiliae occidunt105. Ce calcul conventionnel coïncide trop exactement avec la date que, par une autre voie, nous avons réussi à assigner à la dernière escale de Rutilius, pour ne point la confirmer avec éclat : le poète a sûrement accompli la dernière de ses étapes, celle de Pise à Luna, le 11 novembre.

  • 106 Euripide, Ion, 1156 : ναυτιλοις σαφέστατον σηµε˜ιον
  • 107 Végèce, IV, 39.

61Or, pour toute l’antiquité et surtout au Bas-Empire romain, le 11 novembre a marqué l’arrêt obligatoire de la circulation maritime normale. Pour Euripide, déjà, le coucher des Hyades en donnait le signal aux matelots de son temps106. Huit siècles après lui, à l’époque même où vécut Rutilius, Végèce atteste que telle est toujours la réalité. « Le coucher hivernal des Vergiliae, déclare-t-il sans ambages, bouleverse la navigation : en conséquence de quoi, depuis le 11 novembre jusqu’au 10 mars, les mers sont fermées : navigia conturbat Vergiliarum biemalis occasus : eo die igitur, tertio idus novembres usque in diem sextum idus martias maria clauduntur107. »

62Cette fermeture de la mer, coïncidant avec les derniers vers de Rutilius, ne marque pas seulement la fin préméditée du poème. Du même coup, elle va nous permettre de résoudre tous les problèmes que soulève la composition de l’ouvrage dont, en commençant, nous avons cerné les contours.

  • 108 Labriolle, R.E.L., 1928, p. 31 ; cf. supra, p. 236 [ici : p. 243].
  • 109 Vollmer, P.W., Ia, c. 1251.
  • 110 Vessereau, op. cit., p. 254 : Le poème dut être composé au jour le jour, on pourrait presque dire h (...)

63D’abord, grâce à ce finale visiblement concerté, il nous apparaît que le poète, dans la paix retrouvée en ses domaines de Gaule, a versifié de loisir le récit de la traversée par laquelle il a inauguré son retour en sa patrie. Mais, en même temps, il est certain qu’il chercha à lui communiquer, en nombre de ses distiques, le ton d’un carnet de bord, à lui imprimer l’allure d’une improvisation poursuivie, au jour le jour, d’escale en escale. Avec sa finesse habituelle, le regretté Pierre de Labriolle nous a prémuni contre les artifices de ce trompe-l’œil108. Toutefois, nous ne devons nullement retenir la qualification de sottise décochée par Vollmer contre Vessereau109, parce que celui-ci s’est laissé prendre à l’illusion que le poète avait cherché à créer et par laquelle son talent parvint, ici et là, à tromper ses lecteurs110.

64En même temps, le hasard est éliminé d’une mutilation accidentelle qui nous aurait dérobé la fin du poème. Le début embarrassé du livre n nous prépare à la coïncidence des derniers distiques avec l’escale de Luna qui ne pouvait être suivie d’aucune autre ; et les hésitations qu’il exprime montrent, que Rutilius savait d’avance qu’il ne pourrait conduire son livre II aussi loin que le premier : « Nous répartissons entre deux petits ouvrages les rougeurs tremblantes d’un travail qu’il eût mieux valu contenir en un seul :

  • 111 II, 9-10.

Partimur trepidum per opuscula bina ruborem
    Quem satius fuerat sustinuisse semel111. »

  • 112 Vollmer, op. cit., loc. cit.

65Pour comprendre la confusion dont rougit Rutilius et les perplexités d’édition qu’il avoue, il n’est pas besoin de supposer que, soit les ultimes feuillets du manuscrit que nous acquit le larcin de Bonneval Pacha, soit les derniers feuillets de l’archétype, furent jadis arrachés et sont aujourd’hui perdus à jamais. À plus forte raison, est-il superflu de s’approprier le petit roman que Vollmer ridiculise à bon droit112 et suivant lequel Rutilius aurait péri en cours de route, sorte de Camoëns malheureux dont on n’aurait sauvé du naufrage que des Lusiades inachevées. Le Gaulois, né malin, a apposé sur son œuvre le point final où celui-ci était nécessaire ; et le secret de ses intentions se découvre dès que l’on observe que son récit s’arrête net le jour où la fermeture annuellement obligatoire des mers a mis fin à son périple.

  • 113 Comme le veut Préchac, op. cit., p. xxi-xxii.
  • 114 Précisément Falesia Portus, cf. Huelsen, P.W., VI, c. 1072 ; cf. supra, p. 250 [ici : p. 251].

66Ce serait se refuser à la vision concrète des faits que de croire que les deux petits ouvrages – bina opuscula – dont parle le poète ce prouveraient l’existence de deux iusta volumina sensiblement égaux113. En effet, regardons la carte et reportons sur elle les distances que Rutilius a franchies en bateau :
Du Portus (Porto) à Centumcellae (Cività Vecchia) = 80 km
De Centumcellae à Portus Herculis = 70 km
De Portus Herculis à l’Umbro = 30 km
De l’Umbro à Faleria114 = 70 km
De Faleria à Populonia = 25 km
De Populonia à Vada = 40 km
De Vada à Pise = 80 km
De Pise à Luna = 60 km

  • 115 « Nous avançons le long de rivages tout proches, sur de petites barques capables de trouver un refu (...)
  • 116 Cf. mon Maroc antique, p. 121, n. 6.
  • 117 M. Pflaum, dont l’érudition est inépuisable, a bien voulu grouper à mon intention aussi bien les te (...)

67Le poète a donc mis 26 jours pour couvrir 425 km. Il ne se pressait pas ; et il n’a jamais demandé aux petites embarcations, sur lesquelles lui et sa suite étaient montés115 l’effort que de plus gros bateaux auraient fourni en portant aisément à plus de cent kilomètres par journée la moyenne de leurs navigations116. Mesurons maintenant la route terrestre que Rutilius pour gagner Toulouse a dû suivre, avec une lenteur accrue du simple au double ou, plutôt, du simple au triple117 ! Comme elle s’étire sur près de 800 kilomètres de longueur, ce n’est pas un second livre, égal au premier, mais au moins deux livres de plus qu’il aurait écrits, s’il avait multiplié avec la même facilité le nombre de ses étapes en terre gauloise et détaillé chacune d’elles avec la même complaisance.

  • 118 Labriolle, op. cit., loc. cit., p. 31 ; et Préchac, op. cit., p. xxii.
  • 119 II, 15-39.
  • 120 II, 40-61.

68Il est vrai qu’à l’appui d’une opinion que ruinent ces calculs élémentaires, M. Préchac a partagé le sentiment émis par Pierre de Labriolle, suivant lequel, au vers 62 du livre II, Rutilius s’apprêtait « à prendre comme un nouvel élan118 ». Quant à moi, j’en retire l’impression contraire, et je crois que le poète y a marqué les limites qu’il avait posées d’avance à ses narrations. Quand, pour s’excuser de la double digression où il vient de se laisser entraîner – son éloge de la structure de la péninsule italienne119 et son invective contre Stilichon120 –, Rutilius s’écrie : « Et maintenant, reprenons la route dont notre poème s’est proposé la description :

  • 121 II, 62.

Carmine propositum iam repetamus iter121 »,

69il répète simplement, pour finir, le dessein qu’il avait énoncé en commençant, celui de raconter en vers la navigation, qu’il avait préférée au voyage par terre : « Si tard que ce soit, nous nous résignons au voyage par mer que nous avons choisi, parce que, sur les chemins terrestres, les plaines sont inondées par les fleuves et les hauteurs hérissées de rochers, etc. :

  • 122 I, 36-38.

    … Et serum vix toleramus iter,
Electum pelagus quoniam terrena viarum
    Plana madent fluviis, cautibus alta rigent
122. »

70Le voyage par mer – iter marinum, ou maritimum – voilà quel fut le sujet de Rutilius, et le poète l’a traité intégralement, sans vouloir en aborder un autre : « Mon rouleau n’était pas bien long, ne comprenant que peu de tours. Il aurait pu, naturellement, s’allonger encore. Mais il a craint l’ennui d’un interminable travail et n’a pas voulu effrayer le lecteur d’un débit qui ne tarirait plus :

  • 123 II, 1-4.

Nondum longus erat nec multa volumina passus
    Iure suo poterat longior esse liber.
Taedia continuo timuit cessura labori,
    Sumere ne lector iuge paveret opus
123. »

  • 124 Cf. Préchac, op. cit., p. 2.
  • 125 À noter que les Romanus présente « en un petit nombre de passages des leçons plus rapprochées de la (...)
  • 126 Cf. Cagnat, Manuel…4, p. 444.

71Cette fois la cause est jugée, et par Rutilius lui-même ; et il va s’ensuivre qu’au moins, par son incipit, le manuscrit le plus récent, le Romanus, est supérieur au Vindobonensis. Le copiste de celui-ci jugeait, à tort, que l’ouvrage, qu’il avait transcrit, n’était que fragmentaire ; ex fragmentis Rutilii124. Le copiste de celui-là, mieux informé125, savait que, dédié à Rufius Volusianus, l’ouvrage était complet ; et il l’a désigné par un substantif : itinerarium, qui ne saurait se suffire à lui-même, mais sous lequel un épigraphiste n’éprouvera guère de difficulté à déceler le texte qu’il a estropié. Dans les inscriptions, les adjectifs marinus, maritimus s’abrègent en mar126 ; le groupe est facile à confondre avec inar : et l’on conçoit aisément que l’itinerarium du Romanus soit sorti, par mauvaise lecture, des deux mots que portait son modèle : iter mar(itimum). C’est là, sans doute, la transcription originale et véridique du titre que Rutilius avait choisi pour son poème, parce que celui-ci correspondait exactement au contenu de l’ouvrage et au dessein que le poète avait conçu et conduit à son terme.

Haut de page

Notes

1 1 Cf. Préchac, Rutilius Namatianus, Sur son retour, Paris, 1933, p. vi. De fait, Toulouse est nommée dans le poème I, 596 ; cf. Vesseheau, Rutilius Namatianus, Paris, 1904, p. 153 et suiv. Cf. infra, p. 258, n. 82 [ici : p. 255, n. 82].

2 I, 63-66.

3 Pichon, Histoire de la littérature latine, p. 825.

4 Hor., Sat., I, 5.

5 Ov., TV., I, 13, 3-4 ; cf. ibid., I, 10 et ajouter Stace, Silves, III, 2.

6 Préchac, op. cit., p. xix.

7 La louange de Rome, par exemple, ou l’invective contre Stilicho, II, 41 et suiv.

8 Cf. l’apparat critique ap. Préchac, op. cit., p. 2.

9 I, 421-422. Ce personnage est cité, en effet, dans un passage antérieur : I, 167-170. Mais si pagina désigne ici le premier feuillet, le scribe du Romanus aurait eu raison, cf. infra, p. 269 [ici : p. 262].

10 Vollmer, P.W., Ia c. 1252.

11 Vessereau, op. cit., p. 254.

12 De Labriolle, R.E.L., 1928, p. 31.

13 Cf. J. Carcopino, Chronologie et histoire littéraire. À propos du poème de Rutilius Namatianus, dans la R.E.L., 1928, p. 180-200.

14 Préchac, op. cit., p. xv-xix.

15 Ibid., p. xiii, n. 5 : « Carcopino de qui l’intervention, même après Tillemont, était nécessaire, etc. » D’autant plus nécessaire, oserai-je ajouter, qu’il suffit de citer Tillemont pour savoir combien ses intuitions manquaient à la fois d’exactitude et de justifications. Cf. par ex., Tillemont, Histoire des Empereurs, Bruxelles, 1710, p. 277 : « Ce fut, apparemment, à la fin de l’an 417 ou de 420 que Rutilius s’en retourna vers les Gaules » et ibid., p. 287 : « Il (Rutilius) partit comme nous l’avons dit ci-devant ou en 417, ou en 420, vers le mois d’octobre… » Tillemont s’est uniquement fondé sur le fait qu’en 416 et en 418 la praefectura Urbi ont [sic : a] d’autres titulaires ; cf. infra, p. 243.

16 Zumpt, Observationes in Rutilii Claudii Namatiani carmen de reditu suo, Berlin, 1937, ch. iii.

17 Vessereau, op. cit., p. 253 et suiv.

18 Vollmer, s. v°, Rutilius, P.W., I-a, c. 1251.

19 Ussani, Roma e Gallia, dans Atene e Roma, 1916, p. 213.

20 I, 134-136.

21 Kubitschek, s. v°, Aéra, P.W., I, c. 622.

22 Tac., Ann., XI, 11.

23 De même, dans la Germania, XXXVII, la 640e année Urbis conditae correspond au consulat de Caecilius Metellus et de Papirius Carbo, qui date de 113 av. J.-C. Tacite, dans ce passage, s’est donc référé à l’ère varronienne.

24 Tac., Hist., I, 1.

25 C.I.L., VI, 1984.

26 Ibid., 2001.

27 Ibid., 1984.

28 Ibid., 2004.

29 Ibid., 1984.

30 Ibid., 2001.

31 C.I.L., XIV, 2393.

32 Préchac, op. cit., l’appelle Rufius Antonius Agrypius Volusianus. Le personnage portait, en effet, tous ces surnoms, mais son gentilice, réfractaire à la métrique (cf. le texte suivant) était Caeionius ; cf. Seeck, P.W., IV, c. 1866 et Préchac, op. cit., p. ix, n. 1.

33 La préfecture de Rutilius, qui a eu Caecina Albinus pour successeur (I, 467), se place avant le 17 septembre 414, date à laquelle une constitution d’Honorius est adressée à ce dernier (Cod. Theod., XIII, 5, 38), et après le 12 janvier 414, date à laquelle Eutychianus en était encore le titulaire (Cod. Theod., Fil, 8, 111). Tout cela a été parfaitement débrouillé par Vessereau, op. cit., p. 179 et par Chastagnol, Les fastes de la préfecture de Rome au Bas-Empire, Paris, 1962, p. 273-275.

34 I, 415-422. Sur le dernier vers et le sens de pagina, cf. supra, p. 235 [ici : p. 242]. Au vers précédent, j’ai adopté l’élégante correction de Préchac : veheris, qui évite la faute de quantité de veneris.

35 Sur le personnage, cf. Préchac, op. cit., p. ix et Seeck, P.W., IV, c. 1864.

36 À cause de son surnom de Volusianus, cf. supra, p. 235 [ici : p. 242]. Volusus est un chef volsque allié de Turnus dans Virg., Aen., XI, 463.

37 I, 165-173.

38 Cf. Seeck, P.W., c. 1864, n° 33 et Chastagnol, op. cit., p. 233-236.

39 Seeck, P.W., IV, c. 1866. Cf. Chastagnol, op. cit., p. 277-279.

40 Haenel, Corpus Legum, p. 240. Cf. C.I.L., VI, 1194 et 1661.

41 Tillemont, Histoire des Empereurs, V, note xliii, p. 84.

42 Cod. Theod., XIV, 2, 4, 4.

43 Vessereau, op. cit., p. 256.

44 I, 418.

45 I, 426-428.

46 Ibid.

47 Cf. Tillemont, op. cit., loc. cit. ; Corsini, De praefectis Urbis, Pise, 1766, p. 366-368 ; Chastagnol, op. cit., p. 279-281.

48 I, 29-30.

49 Cf. les textes invoqués dans le beau livre de Christian Courtois, Les Vandales et l’Afrique, Paris, 1955, p. 50, n. 1 et 2.

50 Cf., sur Constance III, mon mémoire Choses et gens du pays d’Arles, dans la Revue du Lyonnais, 1922.

51 À cette date, le Toulousain Victorinus et le Trévire Protadius sont encore en Italie ; cf. infra, p. 258-259 [ici : p. 255-256].

52 I, 205-206.

53 I, 217-218.

54 I, 205 ; cf. supra, p. 246 [ici : p. 249].

55 Scaliger, Prooemium ad Eusebii chronica, cité par Vessereau, op. cit., p. 256, n. 2.

56 I, 183-184.

57 Zumpt, op. cit., ch. iii.

58 Vessereau, op. cit., p. 257.

59 Vollmer, P.W., Ia, c. 1251 : « Rutilius wird am einundzwanzigsten oder am zweiundzwanzigsten september Rom verlassen haben. »

60 I, 373-376.

61 C.I.L., I2, p. 280 = VI, 2305 = Dessau, I.L.S., 8745. Le nom de Colotianum est dérivé de celui de l’humaniste du xvie siècle qui acquit le document.

62 Virg, Georg., I, 219-222.

63 Columelle, II, 8, 2 : absconduntur altero et trigesimo die post autumnale aequinoctium.

64 Pline, N.H., XVIII, 113 : iii id(us) novembres Vergiliae occidunt.

65 Pline, N.H., XVIII, 223.

66 Cf. C.I.L., I2, p. 280 = VI, 2305 = Dessau, I.L.S., 8745.

67 Je modifie à peine la traduction du chapitre par Mario Meunier, Paris, 1924, p. 130.

68 Plut., De Is. et Os., LXIX.

69 Contra, mais à tort, d’après Mommsen, Wissowa, Religion u. Kultus der Römer2, p. 353-354.

70 Lydus, De mens., IV, 148, p. 166, Wuensch. Lydus est postérieur d’un siècle à Rutilius : la persistance, à son époque, de l’heuresis aux quatre et trois des nones de novembre (traduction littérale de sa chronologie) n’en est que plus frappante.

71 Cf. mes Aspects mystiques, notamment p. 53.

72 C.I.L., I2, p. 260.

73 I, 373 ; cf. supra, p. 250 [ici : p. 251].

74 I, 201-202.

75 Wissowa, op. cit., p. 589.

76 I, 206.

77 Vessereau, op. cit., p. 256. C’est Corsini qui, d’ailleurs, avait raison d’après les tables de Guinness citées ci-après.

78 Cf. Giry, Manuel de diplomatique, p. 184.

79 Cf. Grassan Guinness, Creation centred in Christ, Londres, 1896, II, p. 340.

80 Je n’insiste pas sur la mention des Chelae (I, 156), ou « pinces du Scorpion », car si le signe du Scorpion n’est invocable qu’à partir du 19 octobre, il est possible qu’elles remplacent ici la Balance, dont le signe intervient un mois plus tôt. Le vers I, 187 – occidua Plias – prouve que les Vergiliae inclinent vers leur couchant, lequel commence le 26 octobre (cf. supra, p. 251 [ici : p. 251 aussi]).

81 I, 463.

82 I, 509-510. Ces vers sont, du reste, à verser au dossier des origines toulousaines de Rutilius.

83 I, 492.

84 I, 511.

85 I, 559-560.

86 I, 527.

87 I, 541.

88 I, 559-560.

89 I, 151 : Substituit patriis mediocres Umbria sedes.

90 Vessereau, op. cit., p. 267.

91 Ibid., p. 268.

92 Cf. supra, p. 256 [ici : p. 254].

93 I, 491-510.

94 I, 615-630.

95 I, 630-644.

96 II, 63-64.

97 I, 633-638.

98 Boll, s. v°, Fixsterne, P.W., VI, c. 2429-2430.

99 C’est ce qu’a fait Vessereau, à bon droit, mais à tort pour l’année 416 ; cf. supra, p. 256 [ici : p. 254].

100 Cf. supra, p. 250 [ici : p. 251].

101 Hésiode, Trav., 615. (Les Hyades sont nommées avec les Pléiades.)

102 Virg., Georg., I, p. 219 et suiv.

103 Columelle, II, 8, 2 ; cf. supra, p. 251 [ici : p. 252].

104 Boll, op. cit., loc. cit. Ses tables nous reportent à 430 av.J.-C. pour Athènes ; à 45 av. J.-C. pour Rome.

105 Pline, N.H., XVIII, 213.

106 Euripide, Ion, 1156 : ναυτιλοις σαφέστατον σηµε˜ιον

107 Végèce, IV, 39.

108 Labriolle, R.E.L., 1928, p. 31 ; cf. supra, p. 236 [ici : p. 243].

109 Vollmer, P.W., Ia, c. 1251.

110 Vessereau, op. cit., p. 254 : Le poème dut être composé au jour le jour, on pourrait presque dire heure par heure.

111 II, 9-10.

112 Vollmer, op. cit., loc. cit.

113 Comme le veut Préchac, op. cit., p. xxi-xxii.

114 Précisément Falesia Portus, cf. Huelsen, P.W., VI, c. 1072 ; cf. supra, p. 250 [ici : p. 251].

115 « Nous avançons le long de rivages tout proches, sur de petites barques capables de trouver un refuge dans les nombreuses échancrures de la côte. »

116 Cf. mon Maroc antique, p. 121, n. 6.

117 M. Pflaum, dont l’érudition est inépuisable, a bien voulu grouper à mon intention aussi bien les textes utilisés dans le livre classique de Riepl que dans son propre mémoire sur le Cursus publicus (ou Poste impériale).
Or, de cette confrontation, il ressort : 1° qu’on ne saurait envisager ici les vitesses record, signalées comme des exceptions, qui totalisent, à pied comme à cheval, 80 à 90 km par jour ; 2° qu’on doit prendre pour base de calcul la vitesse de 20 milles = 30 km par jour, indiquée aux justiciables qui doivent répondre à une citation du préteur (Dig., II, 11, 1).
Dans ces conditions, si Rutilius avait marché sans arrêt, il eût mis une trentaine de jours pour gagner Toulouse, mais il a dû se ménager en chemin plus d’une confortable étape ; et l’on sera très près de la vérité en admettant que son retour terrestre dans sa patrie gauloise lui a demandé trois mois (90 jours au minimum).

118 Labriolle, op. cit., loc. cit., p. 31 ; et Préchac, op. cit., p. xxii.

119 II, 15-39.

120 II, 40-61.

121 II, 62.

122 I, 36-38.

123 II, 1-4.

124 Cf. Préchac, op. cit., p. 2.

125 À noter que les Romanus présente « en un petit nombre de passages des leçons plus rapprochées de la tradition authentique » (Préchac, op. cit., p. xxv).

126 Cf. Cagnat, Manuel…4, p. 444.

Haut de page

Note de fin

1 « La date et le sens du voyage de Rutilius Namatianus », in Rencontres de l’histoire et de la littérature romaines, Paris, 1963, p. 233-270 (parution initiale : « Chronologie et histoire littéraire », Revue des Études latines 6 (1928), p. 180-200.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérôme Carcopino, « La date et le sens du voyage de Rutilius Namatianus », Anabases, 16 | 2012, 241-263.

Référence électronique

Jérôme Carcopino, « La date et le sens du voyage de Rutilius Namatianus », Anabases [En ligne], 16 | 2012, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 11 février 2016. URL : http://anabases.revues.org/3987

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page