Navigation – Plan du site
Relire les classiques des sciences de l'Antiquité

Rutilius Namatianus : Jérôme Carcopino avait raison !

Stéphane Ratti
p. 237-240

Texte intégral

  • 1 « Chronologie et histoire littéraire », Revue des Études Latines 6, 1928, p. 180-200.
  • 2 « La date et le sens du voyage de Rutilius Namatianus », dans Rencontres de l’histoire et de la lit (...)

1On n’en finirait pas d’énumérer les bonnes raisons pour lesquelles il faut lire l’étude1 que Jérôme Carcopino consacra en 1928 à Rutilius Namatianus dont nous reproduisons ci-après la version longue et complétée que l’historien fit paraître en 19632. Pour la forme : un style flamboyant, une fausse modestie si peu dissimulée qu’elle attendrit (ou indispose, c’est selon), un ton polémique qui affleure et ne laisse pas absolument intacte la réputation de ses devanciers ou de quelques-uns de ses savants contemporains que l’auteur fait constamment mine de ménager pour mieux les épingler (les coups portés ne s’effacent pas) ; pour le fond : un festival d’érudition maîtrisée, des intuitions fulgurantes et des conclusions souvent étincelantes (on y revient), une vraie modernité conceptuelle, des conclusions qui ouvrent l’enquête minutieuse vers une lecture renouvelée et toujours en cours de l’œuvre.

  • 3 Cl. Rutilius Namatianus, édition critique suivie d’une étude historique et littéraire sur l’œuvre e (...)
  • 4 Rutilius Namatianus, Sur son retour, Paris, 1933.
  • 5 Cf. De reditu suo 15-18 et l’analyse récente de Ph. Bruggisser, « Rutilius Namatianus et le Génie d (...)
  • 6 La réaction païenne. Étude sur la polémique antichrétienne du ier au vie siècle, Paris, 1934, rééd. (...)
  • 7 Présent, nation, mémoire (« Bibliothèque des histoires »), Paris, 2011, p. 22.
  • 8 Signes, Paris, 1960, p. 145.
  • 9 Une comédie de son ami Axius Paulus (epist. 7).

2Tout commence par un coup de balai : les vieilles interprétations d’un Jules Vessereau3 ou d’un François Préchac4 ne sauraient tenir. Le De reditu suo n’est décidément pas le journal de voyage authentique et sincère que l’aristocrate païen – attaché en outre aux vieilles valeurs sénatoriales5 – parti de Rome pour la Gaule aurait tenu « au jour le jour, on pourrait presque dire heure par heure ». Foin des illusions réalistes et d’une certaine naïveté dans la valeur de « témoignage » de l’œuvre (la ligne est celle, on le sait, de toute la réflexion de l’auteur des Secrets de la correspondance de Cicéron au cours de sa vie). À peine quelques années après la première version de l’article de Jérôme Carcopino, Pierre de Labriolle avait bien perçu les conséquences sur une certaine façon de voir (de lire) l’Antiquité et les enjeux épistémologiques : « C’est, dit-il, – toute proportion gardée – une illusion analogue à celle qui fait voir Ernest Renan notant d’inspiration, sur le rocher même de l’Acropole, sa fameuse prière6. » Exactement une année avant la création de la revue des Annales en 1929, c’est un peu le dernier romantisme historique français qui s’éteint doucement. Sur un autre plan Pierre Nora remarquait qu’il y eut un temps, au xixe siècle, où l’histoire et la mémoire ont cessé de coïncider7. Il parlait certes de ce moment où l’histoire s’était muée en science, au cours de ce que M. Merleau-Ponty appelait « le petit rationalisme8 ». Mais l’idée s’applique bien à notre article et au monde de l’interprétation historico-littéraire : Jérôme Carcopino a lu un poème, une œuvre littéraire (ré)élaborée, un opus non tenuiter laboratum comme disait Ausone à propos de tout autre chose9. Il a lu un « texte », comme on dira dans les années soixante-dix du siècle dernier, cette période que Jérôme Carcopino n’aura pas vue. Est-ce assez pour souligner la modernité de la démarche ?

  • 10 Par exemple I. Lana, Rutilio Namaziano, Torino,1961, p. 11-60, qui date le poème de 415 ou E. Casto (...)

3En apparence l’article de Jérôme Carcopino s’arc-boute non sans paradoxe avec le préambule heuristique que je viens de rappeler sur une question chronologique : quelle est la date à laquelle Rutilius Namatianus entreprend son périple touristique fait de sauts de puces le long des côtes italiennes en direction du Nord ? Jusqu’à lui la fourchette proposée était 416-420. Après lui, on a gagné en précision, puisque Jérôme Carcopino fixe le départ du poète du Portus Ostiensis le 16 octobre 417 et son arrivée à Luna, terme du poème-voyage le 11 novembre 417. On mesure les progrès accomplis. Je passe sur les étapes du raisonnement et de l’enquête qui repose sur de savantes comparaisons entre le texte du poème et les témoignages littéraires et calendaires notamment. On les appréciera comme autant de mignardises érudites si on a l’âme gourmande, on les passera si on est un lecteur pressé. Le résultat enregistré sera assez généralement accepté au cours des décennies qui suivirent, à quelques exceptions notables près néanmoins10.

4Mais le meilleur est à venir.

  • 11 « Spigolature bobbiensi II. Frammenti ignoti di Rutilio Namaziano », Italia Medioevale e Umanistica(...)
  • 12 É. Wolff, S. Lancel, J. Soler, Rutilius Namatianus. Sur son retour (« Collection des Universités de (...)

5L’histoire du De reditu suo connaît en effet un rebondissement inattendu en 1973, soit moins de trois années après la disparition de Jérôme Carcopino. On retrouva cette année-là, dans la reliure d’un manuscrit de Turin, un parchemin incomplet comportant des fragments de vers inconnus : 20 d’un côté, 19 de l’autre. Ces distiques élégiaques appartiennent d’évidence au livre 2 perdu du De reditu suo. Ils ont été édités pour la première fois par leur inventeur, Mirella Ferrari11, en 1973 et on peut les trouver aisément reproduits dans la récente édition de la cuf12.

  • 13 On trouve encore dans les fragments (B 19) une allusion à « quelque chose » que Flavius Constantius (...)

6Cette découverte résout deux problèmes longtemps débattus. Le vers B 7 donne en effet le nom du consul de l’année 417, qui obtient alors son second consulat (frg. B 14) : Flavius Constantius, qui n’est autre que le futur Constance III, l’époux de Galla Placidia, fille de Théodose le Grand. Le poème peut donc être daté sans l’ombre d’un doute de cette année 417 (ou juste après)13. Il faut ainsi rendre justice à la sagacité de Jérôme Carcopino qui avait vu juste, au moyen de calculs très précis appuyés sur le calendrier de la navigation et fondés sur les indices fournis par le texte, et avait avancé, avec son assurance coutumière, dès 1928, la date exacte.

  • 14 « Rutilius Namatianus, Constantius III and the Return to Gaul in Light of new Evidence », Mediaeval (...)

7Le second problème était celui de la structure de l’ouvrage : l’auteur avait-il rédigé un livre second complet ou bien son voyage (et donc son récit) s’était-il interrompu brutalement ? La découverte des fragments nouveaux prouve que le livre 2 (68 vers conservés sans les fragments) a bien été écrit, qu’il avait sans doute une importance en volume comparable au premier, qui compte 644 vers, et enfin que sa perte est purement accidentelle. Le poète a ainsi sans doute fait une escale à Albenga (en Ligurie : cf. le frg. A 5 ; thèse de M. Ferrari) et peut-être même à Pollentia (thèse de H. S. Sivan14). Mais, cette fois, Jérôme Carcopino est démenti par les faits ! L’historien, en effet, avait cru pouvoir affirmer que le De reditu suo n’avait jamais été achevé – il s’appuyait sur le fait que le récit s’interrompt à la date même de la fermeture annuelle des mers, le 11 novembre – et que le poète avait artificiellement voulu créer l’illusion d’une continuation.

  • 15 « Rutilius Namatianus contre saint Augustin », Revue d’histoire et de littérature religieuses 10, 1 (...)
  • 16 Pour l’importance de ce motif de la regeneratio dans la polémique pagano-chrétienne et les implicat (...)
  • 17 Voir sur ce sujet le volume Antiquus error, cité note précédente, et, en dernier lieu, St. Ratti, P (...)

8Il n’importe : la datation sûre désormais établie, la voie était ouverte à une lecture contextualisée du poème. A. Dufourcq15, le premier, en 1905, avait pressenti que Rutilius répondait sur le mode polémique dans son appréciation de l’impérialisme romain au livre 3 de la Cité de Dieu de saint Augustin… qui venait tout juste de paraître ! De son côté Jérôme Carcopino a vu juste en soulignant que la fête païenne en l’honneur d’Osiris à laquelle Rutilius et ses compagnons de voyage assistent au cours de leur étape à Faléries et la « joie d’avoir enfin retrouvé vivant le dieu par qui germent les semences et grandissent les futures moissons » (p. 251) qui est celle des paysans du lieu – des païens bon teint – avait une saveur antichrétienne. Je crois pour ma part avoir prolongé et enrichi cette intuition exprimée par l’historien en passant16. Enfin et surtout, l’inscription du De reditu suo dans le contexte des ultimes polémiques entre païens et chrétiens au tournant de l’année 417, permise par la datation de Jérôme Carcopino en 1928, continue à nourrir les perspectives de renouvellement de la recherche encore aujourd’hui par le fait même qu’elle redonne vigueur, contre la vision iréniste anglo-saxonne de la période, au concept cher à Pierre de Labriolle et à l’auteur de ces lignes de « résistance païenne17 ».

Haut de page

Notes

1 « Chronologie et histoire littéraire », Revue des Études Latines 6, 1928, p. 180-200.

2 « La date et le sens du voyage de Rutilius Namatianus », dans Rencontres de l’histoire et de la littérature romaines, Paris, 1963, p. 233-270.

3 Cl. Rutilius Namatianus, édition critique suivie d’une étude historique et littéraire sur l’œuvre et l’auteur, Paris, 1904.

4 Rutilius Namatianus, Sur son retour, Paris, 1933.

5 Cf. De reditu suo 15-18 et l’analyse récente de Ph. Bruggisser, « Rutilius Namatianus et le Génie du Sénat de Rome : le verdict d’une inscription de la Ville de Rome (CIL VI 41378) », Hermes 139 (4), 2011, p. 494-500.

6 La réaction païenne. Étude sur la polémique antichrétienne du ier au vie siècle, Paris, 1934, rééd. 2005, p. 471.

7 Présent, nation, mémoire (« Bibliothèque des histoires »), Paris, 2011, p. 22.

8 Signes, Paris, 1960, p. 145.

9 Une comédie de son ami Axius Paulus (epist. 7).

10 Par exemple I. Lana, Rutilio Namaziano, Torino,1961, p. 11-60, qui date le poème de 415 ou E. Castorina, Claudio Rutilio Namaziano, De reditu, Firenze, 1967, p. 168.

11 « Spigolature bobbiensi II. Frammenti ignoti di Rutilio Namaziano », Italia Medioevale e Umanistica 16, 1973, p. 1-41, ici p. 15-30 pour ce qui constitue l’édition princeps des fragments du livre 2 du De reditu suo.

12 É. Wolff, S. Lancel, J. Soler, Rutilius Namatianus. Sur son retour (« Collection des Universités de France »), Paris, 2007, p. 41-44.

13 On trouve encore dans les fragments (B 19) une allusion à « quelque chose » que Flavius Constantius aurait reçu de l’ennemi (hostilibus ille recepit) : sans doute s’agit-il de la reddition des Wisigoths et du foedus de 416.

14 « Rutilius Namatianus, Constantius III and the Return to Gaul in Light of new Evidence », Mediaeval Studies 48, 1986, p. 522-532.

15 « Rutilius Namatianus contre saint Augustin », Revue d’histoire et de littérature religieuses 10, 1905, p. 488-492.

16 Pour l’importance de ce motif de la regeneratio dans la polémique pagano-chrétienne et les implications sur le sens du De reditu suo, cf. St. Ratti, « Le De reditu suo de Rutilius Namatianus : un hymne païen à la vie », Vita Latina 173, décembre 2005, p. 75-86, repris dans Antiquus error. Les ultimes feux de la résistance païenne, (« Bibliothèque de l’Antiquité Tardive » 14), Turnhout, 2010, préf. J.-M. Carrié, p. 291-296 et id., « Rutilius Namatianus, Aelius Aristide et les chrétiens », Antiquité Tardive 14, 2006, p. 235-244, repris dans Antiquus error, p. 297-308.

17 Voir sur ce sujet le volume Antiquus error, cité note précédente, et, en dernier lieu, St. Ratti, Polémiques entre païens et chrétiens (« Histoire »), Paris, 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Ratti, « Rutilius Namatianus : Jérôme Carcopino avait raison ! », Anabases, 16 | 2012, 237-240.

Référence électronique

Stéphane Ratti, « Rutilius Namatianus : Jérôme Carcopino avait raison ! », Anabases [En ligne], 16 | 2012, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 26 juillet 2016. URL : http://anabases.revues.org/3986

Haut de page

Auteur

Stéphane Ratti

Professeur à l’université de Bourgogne, Chargé de conférences à l’ehess
Stephane.Ratti@u-bourgogne.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page