Navigation – Plan du site
Traditions du patrimoine antique

L’Épître aux Pisons d’Horace dans l’Antiquité et au Moyen Âge : prégnance de l’interprétation théorique

Robin Glinatsis
p. 123-146

Résumés

L’Épître aux Pisons d’Horace, plus connue sous le nom d’Art poétique, a été perçue, dès l’Antiquité, comme un texte technique. Quintilien, puis les grammairiens latins des premiers siècles de notre ère y voient une somme de préceptes et de considérations sur l’histoire littéraire dans laquelle il leur est permis de puiser à loisir. L’épître horatienne parvient ensuite aux hommes du Moyen Âge accompagnée des scholies antiques du Pseudo-Acron et de Porphyrion, qui confortent sa lecture théorique. Les penseurs médiévaux s’engagent donc à leur tour dans cette voie interprétative tout en s’attachant à un domaine de référence particulier, celui de l’art oratoire. Les auteurs d’accessus et de traités de poésie considèrent ainsi que l’Épître aux Pisons fournit un matériau théorique homogène et cohérent. Toute cette tradition occulte les spécificités discursives, nombreuses, du texte. Horace y parle de l’art poétique à la manière d’un poète, exploitant toute la liberté que lui offre la langue souple et débridée du sermo.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2015.

Plan

Réceptions antiques de l’auteur et du texte
L’exemplarité d’Horace dans l’Antiquité
Perception de l’auteur et du texte par les grammatici latini
Les commentaires du Pseudo-Acron et de Porphyrion
Le sort de l’Épître aux Pisons au Moyen Âge
L’interprétation rhétorique
La pratique de l’accessus
L’Épître aux Pisons et les traités de poétique médiévaux

Aperçu du texte

Peu de textes antiques ont subi le poids de la tradition critique avec autant de force que l’Épître aux Pisons d’Horace. Il suffit, pour s’en convaincre, d’observer la régularité avec laquelle les éditeurs, dès la Renaissance, ont publié l’œuvre sous le titre d’Ars poetica ou de son équivalent dans la langue vernaculaire du pays d’édition. En France, y compris entre spécialistes, on parle plus spontanément de l’Art poétique d’Horace que de son Épître aux Pisons (désormais EP). Cette prédilection n’est pas anodine ; elle reflète un positionnement interprétatif qui, au fil des siècles, devient un postulat de lecture. Au lieu d’être assimilée à une pièce de circonstance, adressée à des destinataires identifiables, la composition horatienne est lue comme un bréviaire de théorie poétique. Faut-il rapporter cet usage à Quintilien ? Le rhétoricien, en effet, semble être le premier à avoir attribué le titre d’ars poetica à l’épître d’Horace : Vsus deinde Horati consilio, qui in arte poetica...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Robin Glinatsis, « L’Épître aux Pisons d’Horace dans l’Antiquité et au Moyen Âge : prégnance de l’interprétation théorique », Anabases, 16 | 2012, 123-146.

Référence électronique

Robin Glinatsis, « L’Épître aux Pisons d’Horace dans l’Antiquité et au Moyen Âge : prégnance de l’interprétation théorique », Anabases [En ligne], 16 | 2012, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 23 octobre 2014. URL : http://anabases.revues.org/3948

Haut de page

Auteur

Robin Glinatsis

Université de Lille III, ufr des Langues et Cultures antiques
robin.glinatsis@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page