Navigation – Plan du site
Traditions du patrimoine antique

Henry de Montherlant « entre les deux mondes » : la leçon des manuscrits (I)

Pierre Duroisin
p. 49-83

Résumés

Concilier l’antiquité païenne et le catholicisme, sinon le christianisme, fut l’idéal de Montherlant jusqu’aux environs de 1925, et les notes manuscrites qu’on a ici présentées (elles portent sur la première page la date du 30 décembre 1922 et s’intitulent La Garde autour de Pan et Julien l’Apostat) montrent comment il s’y employa, avant de reconnaître que cet « idéal respectable et touchant » n’était qu’une « position fausse de l’esprit », un « jeu de l’imagination et de la poésie ». La matière étant copieuse, on s’est dans un premier temps limité à La Garde autour de Pan, qui nous conduira des Dieux en exil de Heine au Christianisme antique de Charles Guignebert en passant par Le Vœu de la Renaissance de Péladan et le Fermina Márquez de Larbaud. Une suite, plus proprement consacrée au volet Julien du manuscrit de 1922, ainsi qu’à un ensemble de manuscrits « Sur la religion », paraîtra dans le prochain numéro d’Anabases.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2015.

Plan

Pan et Julien dans l’œuvre de Montherlant
Le manuscrit du 30 décembre 1922

Aperçu du texte

Je voudrais concilier l’antiquité païenne et le catholicisme,
comme la Rome de la Renaissance,
une main sur la Louve, une main sur la Croix.

Parmi les autographes de Montherlant qui se vendirent le 23 mars 2009 chez Drouot se trouvait un ensemble de « 10 pages in-4 » daté très précisément du 30 décembre 1922 et intitulé La Garde autour de Pan et Julien l’Apostat. C’est ce dossier qu’on va examiner, à commencer d’ailleurs par son titre, qu’il faut lire en deux temps : Montherlant avait d’abord écrit, à l’encre, La Garde autour de Pan, avant d’ajouter, en dessous et au crayon, et Julien l’Apostat, comme pour associer l’empereur accusé d’avoir trahi sa foi au dieu dont la mort avait été annoncée, au ier siècle de notre ère, à des marins croisant au large de Paxos.

Sur ce diptyque se grefferont, en temps voulu, quelques pages manuscrites vendues de même chez Drouot, le 15 juin 2011, et intitulées, pour la circonstance, « Sur la Religion ».

S’y ajouteront enfin deux inédits, un « conte antiqu...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Duroisin, « Henry de Montherlant « entre les deux mondes » : la leçon des manuscrits (I) », Anabases, 16 | 2012, 49-83.

Référence électronique

Pierre Duroisin, « Henry de Montherlant « entre les deux mondes » : la leçon des manuscrits (I) », Anabases [En ligne], 16 | 2012, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 22 décembre 2014. URL : http://anabases.revues.org/3909

Haut de page

Auteur

Pierre Duroisin

duroisin.lenglez@scarlet.be

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page