Navigation – Plan du site
Historiographie et identités culturelles

La classification des songes de Macrobe en moyen français : continuité, ruptures et déplacements

Mireille Demaules
p. 31-46

Résumés

Parmi les classifications des rêves de l’Antiquité, celle de Macrobe, grammairien latin du ive-ve siècle après Jésus-Christ, a connu une très large diffusion dans les milieux lettrés jusqu’au xve siècle comme en témoigne la fidèle traduction dans la langue française de tous les termes latins dénommant les catégories de songes.
Toutefois la typologie savante de Macrobe n’a pas totalement pénétré la langue populaire, notamment quand il s’agit d’évoquer les variétés du songe illusoire. Ainsi s’imposent peu à peu en moyen français et dans la langue classique des mots nouveaux comme « rêve » et « cauchemar » dont le sémantisme et l’étymologie sont plus étranges et mystérieux. L’article explique pourquoi la savante classification macrobienne, fidèlement retranscrite par les lettrés, n’a pu se maintenir et comment les croyances populaires ont fini par imposer de nouveaux substantifs pour nommer jusqu’à ce jour toutes nos expériences oniriques.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2015.

Plan

La classification des songes de Macrobe
Traduction et créations savantes en moyen français
Les créations de la langue vernaculaire et l’empreinte de la culture folklorique

Aperçu du texte

Pour nommer l’expérience onirique, le français moderne dispose essentiellement de trois substantifs : le plus courant est le mot rêve, le plus littéraire est le mot songe, un peu suranné ; à côté, pour dénommer le mauvais rêve existe le substantif cauchemar. D’une certaine manière, la dénomination n’est pas très riche et nous avons coutume de ranger sous les hyperonymes songe ou rêve, selon le niveau de langue, des expériences très diverses que les Anciens distinguaient par des dénominations propres. Ainsi, il existait dans l’Antiquité grecque et latine de savantes classifications des rêves, qui ont permis de penser le rêve et sont restées valides jusqu’à l’aube de la Renaissance. L’une d’entre elles a été particulièrement célèbre au Moyen Âge, c’est celle de Macrobe, un grammairien latin de la fin du ive siècle – début du ve siècle après Jésus-Christ, qui a été transmise en langue latine par des traités savants, puis en langue vulgaire par des traductions dans des ouvrages didactiq...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mireille Demaules, « La classification des songes de Macrobe en moyen français : continuité, ruptures et déplacements », Anabases, 16 | 2012, 31-46.

Référence électronique

Mireille Demaules, « La classification des songes de Macrobe en moyen français : continuité, ruptures et déplacements », Anabases [En ligne], 16 | 2012, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 01 novembre 2014. URL : http://anabases.revues.org/3886

Haut de page

Auteur

Mireille Demaules

Université d’Artois (pôle d’Arras), Centre « Textes et Cultures » EA 4028
mireille.demaules@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page