Navigation – Plan du site
Traditions du patrimoine antique

Commenter les Annales de Tacite dans la première moitié du xvie siècle : André Alciat, Beatus Rhenanus, Emilio Ferretti

Lucie Claire
p. 115-128

Résumés

Les Annales de Tacite font partie de ces textes antiques longtemps méconnus. Elles ne suscitent l’intérêt des commentateurs que tardivement, à partir de 1517. À compter de cette date, en l’espace de vingt-cinq ans, trois humanistes (André Alciat, Beatus Rhenanus et Emilio Ferretti) vont fixer par leurs travaux les fondations d’un nouveau savoir sur le grand œuvre de l’historien latin. On examine et compare ici leurs méthodes, pratiques et outils respectifs.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Seuls deux manuscrits médiévaux, aujourd’hui à la bibliothèque Laurentienne de Florence, sont connu (...)
  • 2 Tacite [Opera, Venetiis], Wendelinus de Spira, [circa 1470-1473]. Cette édition ne contient ni l’ac (...)
  • 3 Tacite, Libri quinque nouiter inuenti atque cum reliquis eius operibus editi, Mediolani, ex officin (...)
  • 4 La bibliographie concernant le juriste étant infinie, nous nous contentons de renvoyer au récent vo (...)
  • 5 Tacite, Historia augusta actionum diurnalium : additis quinque libris nouiter inuentis. Andreae Alc (...)

1Commenter Tacite au début du xvie siècle, ce n’est pas commenter Salluste ou Tite-Live. À cette époque, tout un savoir reste à construire autour de l’historien latin : inconnus au Moyen Âge1, méconnus au Quattrocento, ses textes attendent encore de gagner leurs lettres de noblesse. L’oubli médiéval, doublé d’une découverte longue et tardive du corpus tacitéen à l’époque humaniste, y a pour beaucoup contribué, pour ne pas parler d’un style dont la difficulté a pu en rebuter plus d’un. Si les Opera de Tacite font partie des premiers livres imprimés dans la cité des doges2, l’œuvre qui sort des presses vénitiennes est mutilée, à double titre : le texte est incomplet et corrompu en maints passages. L’absence de commentaires médiévaux et humanistes ne vient donc que prolonger cet état de fait et l’on ne saurait s’étonner que le tout premier commentaire à s’intéresser à Tacite ne paraisse qu’en 1517, à la suite de l’édition des œuvres de l’historien procurée par le milanais Alessandro Minuziano3. Le commentaire d’André Alciat4 placé à la fin de ce volume in octavo occupe dix feuillets. Il est donc de dimensions modestes, mais se distingue par une bonne compréhension du texte tacitéen. Il est concentré essentiellement sur l’œuvre historique de Tacite, puisque sur les soixante-huit notes de commentaire, variant de quelques lignes à une page, soixante-trois sont consacrées aux Annales et aux Histoires, non distinguées à l’époque, tandis qu’une seule est réservée au Dialogue des orateurs, une à l’Agricola et trois à la Germanie. La tradition a donné à ce travail le titre d’In Cornelium Tacitum annotationes, bien qu’un tel intitulé n’apparaisse pas dans l’édition milanaise de 1517, mais seulement dans sa réimpression bâloise de 15195. Il sera cependant adopté par commodité pour désigner le commentaire d’Alciat dans la suite de cet article.

  • 6 En mai 1519, Rhenanus publie un commentaire de la Germanie qui accompagne son édition de ce texte. (...)
  • 7 Tacite, Annalium ab excessu Augusti sicut ipse uocat, siue Historiae Augustae, qui uulgo receptus t (...)
  • 8 Décompte repris à J. Hirstein, « Beatus Rhenanus et Tacite : son Trésor du style tacitéen (1533) et (...)
  • 9 Cette même disposition est adoptée pour les Castigationes consacrées aux œuvres mineures de l’histo (...)

2Alciat reste sans émule – pour ce qui concerne les Annales et les Histoires, qui retiennent seules notre attention ici6 – jusqu’à l’année 1533, quand Beatus Rhenanus publie ses deux commentaires, l’un stylistique et lexical, l’autre philologique, consacrés à l’ensemble de l’œuvre de l’historien latin7. Ces deux travaux prennent place dans l’édition de 1533 des Opera omnia de Tacite préparée par l’humaniste alsacien. Le Trésor des constructions, expressions et vocables usuels à Tacite est placé tout au début de cet important volume in folio et occupe trente feuillets. Son titre est relativement explicite sur la nature de ce commentaire : le style et la langue de Tacite sont les préoccupations premières de son auteur. Le Thesaurus se compose de quatre cent quatre-vingt-sept articles8, de longueur variable. Rhenanus, commentateur prolixe, a dans la même édition offert au lecteur un second opus. Après l’histoire et le style, c’est à présent au tour de la philologie de recevoir les honneurs d’un commentaire, intitulé modestement Castigationes. À la différence du Thesaurus, les Castigationes ne constituent pas une unité textuelle, mais sont éclatées en différents segments dans le volume. La cinquantaine de Castigationes consacrées aux cinq (aujourd’hui six) premiers livres des Annales sont regroupées à la suite de ces mêmes livres et occupent seulement quelques pages. Mais la seconde partie des Castigationes se distingue en tout de la première par la présentation et la disposition, puisque Rhenanus a choisi pour cette partie de l’œuvre9 de faire précéder chaque livre des Castigationes correspondantes. Le commentaire prend ainsi la forme d’une note critique de quelques pages, préalable à la lecture du livre, note qui a tendance à s’allonger au fil des livres tacitéens. Cet accroissement quantitatif va de pair avec une perte qualitative dans le commentaire philologique, puisque parallèlement, les Castigationes sont étayées avec moins de soin et les corrections sèchement avancées se multiplient.

  • 10 Sur ce personnage peu connu, voir la notice biographique qui lui est consacrée en appendice de l’ou (...)
  • 11 E. Ferretti, Annotatiunculae in Cornelii Taciti Annalium libros, Lugduni, apud Sebastianum Gryphium (...)
  • 12 La première édition française des Annales et des Histoires, préparée par Ferretti, paraît en 1542 à (...)

3Enfin, si seize années ont séparé le commentaire de Rhenanus de celui d’Alciat, le troisième commentaire ne s’est pas fait attendre des lecteurs de Tacite aussi longtemps. En 1541, Emilio Ferretti10 livre une étude11 des Annales et des Histoires au public français, avant même que ce dernier ait pu se procurer facilement le texte12. Si dans les Annotationes la dominante était historique, dans le Thesaurus stylistique, dans les Castigationes philologique, les Annotatiunculae de Ferretti constituent encore un commentaire d’un autre genre. L’exégèse, voire la paraphrase, y domine. Les deux cent soixante-dix-neuf remarques de Ferretti sont surtout des gloses (beaucoup commencent par sensus est, hoc est…), sans que conjectures ou corrections soient exclues. La brièveté caractérise en général ces remarques, bien qu’elles puissent atteindre une vingtaine de lignes pour les plus développées.

  • 13 Ce nombre peut surprendre : les actuels cinquième et sixième livres des Annales étaient alors confo (...)
  • 14 Voir note 5.

4Cette rapide présentation des trois premiers commentaires tacitéens suffit à prouver leur disparité, qu’elle soit thématique ou méthodologique. Dès lors, pourquoi choisir de les rassembler ? C’est qu’au-delà des divergences, ils permettent de saisir sur le vif un moment où s’élabore un savoir : quand ces humanistes choisissent de se confronter au texte des Annales, une doxa tacitéenne existe, mais elle peut sembler bien étrange à nos yeux de modernes. En effet, un nom fréquemment associé à l’œuvre de l’historien au xve siècle est celui d’Histoire Auguste, titre qui englobe les vingt et un livres13 des Annales et des Histoires, non encore distinguées. Cette appellation a la vie dure et bien que Philippe Béroalde le Jeune retienne pour son édition de 1515 le titre du manuscrit contenant la première partie des Annales (Ab excessu diui Augusti historiarum libri) pour qualifier l’ensemble de l’œuvre, elle continuera à être utilisée après cette date, comme en témoigne le titre de l’édition bâloise de 151914. En outre, il n’est pas rare de lire que Tacite est un biographe, conception héritée du Quattrocento ; Sicco Polenton avait écrit de lui :

« Mais parmi ces hommes [i.e. les citoyens romains], à la suite de la décision de dresser la liste des ceux qui ont consacré leurs principaux travaux à la branche de l’historiographie qui traite des biographies des Césars, Tacite nous vient à l’esprit, avant les autres, un homme qui incontestablement abonde de qualités dans ce genre de travaux et un écrivain à la lime habile. »

  • 15 S. Polenton, Scriptorum Illustrium Latinae Linguae Libri XVIII, ed. B.L. Ullman, Rome, American Aca (...)

(Horum uero e numero, posteaquam recensere illos nunc libet qui sunt principali studio eam partem historiae scribendae amplexi quae memorandas ad uitas Caesarum pertineret, occurrit nobis ante alios Cornellius Tacitus, uir utique isto in genere studii ac uirtutis copiosus ac delimatus scriptor15.)

5Polenton possédait sans doute ou du moins avait accès facilement à un manuscrit de l’œuvre tacitéenne, car ses références à l’historien sont nombreuses et précises dans les Scriptorum Illustrium Latinae Linguae Libri. Il n’empêche que l’humaniste de Padoue qualifie ici notre écrivain de copiosus, lui que l’on associe si souvent à la breuitas, aux antipodes de l’abondance livienne, et assimile son œuvre historique au genre biographique. Ce jugement sur l’œuvre de Tacite n’est pas isolé au xve siècle et sera tenace, puisque Béroalde proclame encore dans son édition que le talent le plus méritoire de Tacite est d’avoir su associer la tradition historique de l’annalistique à celle de la biographie.

  • 16 Sur les travaux tacitéens de Lipse, voir l’ouvrage un peu vieilli mais toujours capital de J. Ruyss (...)

6Les premiers commentateurs de Tacite vont interroger et remettre en question cette doxa incertaine, pour construire un nouveau savoir, perfectible, à son tour contesté par la seconde génération de commentateurs de Tacite, sous la férule de Juste Lipse16 et de son maître Marc-Antoine Muret, dans le dernier tiers du siècle. Le propos de cet article n’est nullement d’analyser de façon exhaustive les trois textes envisagés, car les limites imposées n’y suffiraient pas, mais de montrer comment ce renouvellement de la doxa s’élabore, en analysant et en comparant les pratiques et les outils de ces trois commentateurs, afin de dégager les apports de cette première génération de « tacitologues » à la connaissance de l’œuvre de l’historien.

Pratiques et centres d’intérêt des commentateurs

  • 17 Tacite, Annales I, 31, 2.

7Nos trois humanistes se confrontent au texte tacitéen de manière personnelle. Pour illustrer ce fait, nous avons choisi un exemple représentatif de la pratique de chaque commentateur. Ainsi, chez Alciat, la méthode historique, qui contribuera au renom de l’humaniste, est déjà en germe dans les Annotationes et adaptée à l’œuvre de Tacite. Pour fonder ses explications, le juriste fait toujours dialoguer l’histoire avec le droit, l’étymologie ou la géographie, et préfère cet éclairage mutuel des disciplines à la pure et simple glose. Par exemple, dans l’annotatio concernant la révolte des Germains au premier livre des Annales, Alciat note à propos du passage Germanicum agendo Galliarum censui tum intentum17 :

« Les régions qui ne possédaient pas le droit de cité romain étaient soumises à d’assez lourdes taxes. Selon la loi censitaire en effet, elles étaient contraintes de déclarer le nombre de têtes dans chaque famille, le nombre d’arpents de terre, le nombre d’esclaves possédés. Mais il fallait aussi payer un cens sur les bassins d’élevage de poissons, selon les jurisconsultes Ulpien et Paul, si bien que ce terme de census ne doit pas être simplement interprété comme le relevé du nombre de citoyens, d’où l’on peut déduire combien d’hommes doivent s’engager dans l’armée. De là viennent les appellations de censiti [soumis au cens] et censitores [commissaires répartiteurs]. »

(Quae regiones ius ciuitatis Romanae non habebant grauioribus tributis uexabantur. Censuali enim lege profiteri cogebantur quot capita essent in qualibet familia, quot iugera terrae, quot seruos quis haberet. Sed & de lacubus piscatoris census soluendus erat Vlpiano Pauloque iureconsultis ut hic simpliciter accipiendus non sit census, cum numerus ciuium defertur unde agnosci possit qua militiæ nomina dare debeant. Hinc censiti & censitores dicti.)

8Le mouvement de l’annotatio part d’un fait historique pour aller dans un deuxième temps vers des considérations juridiques et enfin aboutir à des justifications lexicales. Ce dialogue entre l’histoire et les autres champs du savoir donne son identité à la pratique d’Alciat.

  • 18 Les passages parallèles proviennent par ordre décroissant de Tite-Live (334), Suétone (25), Cicéron (...)
  • 19 Sur le rapport (ambigu) entretenu par les deux historiens à la Renaissance, voir J.H. Whitfield, «  (...)

9Dans le Thesaurus, Rhenanus s’y prend tout à fait différemment. Chaque article de son étude est rédigé selon le paradigme suivant : Rhenanus énonce la première occurrence du mot ou de l’expression, puis relève les autres exemples tacitéens, parfois accompagnés de passages parallèles rencontrés au cours de ses lectures, notamment chez Tite-Live18, à la fois modèle et rival de Tacite19 :

« Ignarus [ignorant] au sens d’“inconnu”
Au deuxième livre : “Par des issues secrètes et inconnues des gardes.” Au troisième : “Et il n’ignorait pas ces choses qu’on racontait partout.” Au cinquième : “Mais si des faits diffèrent de ce qui a été prédit, cela provient de l’erreur commise par ceux qui prédisent des faits inconnus”, c’est-à-dire qu’ils ignorent. Au douzième : “Rien n’est tant ignoré des barbares que les machines de guerre et les stratagèmes pour prendre des villes.” Au même livre : “Il avait des pratiques d’autant plus supportables aux barbares qu’elles leur étaient inconnues.” Ici, nous avons corrigé ainsi le passage d’après le manuscrit, en remplaçant le terme ignotiora. Au livre 15 : “Car la cruauté de Néron lui était inconnue.” Au livre 19 : “Des faits inconnus à Vespasien, ou qu’il avait interdits.” »

(Ignarum, pro ignoto
Secundo. Per occulta & uigilibus ignara. Tertio. Non quidem sibi ignara quae uulgabantur. Quinto. Sed quaedam secus quam dicta sint cadere fallaciis ignara dicentium, hoc est ignota. Duodecimo. Nihil tam ignarum barbaris quam machinamenta & astus oppugnationum. Eodem. Quanto ignara barbaris, tanto tolerantiora capesseret. Sic enim illic reposuimus e scripto uolumine pro ignotiora. Libro 15. Cui enim ignaram fuisse saeuitiam Neronis. Libro 19. Quae ignara Vespasiano aut uetita.)

  • 20 Tacite, Annales I, 69, 1 (première occurrence) : « Revêtir les fonctions de chef » (induere munia d (...)
  • 21 Ibid., I, 2, 1 (première occurrence).
  • 22 Ibid., I, 27, 2 (première occurrence).
  • 23 A. Gerber, A. Greef, Lexicon Taciteum, Hildesheim, Georg Olms, 1962 (1re édition Leipzig, 1877-1890 (...)

10L’article peut aussi inclure une correction du texte de Tacite, voire de Tite-Live, fondée en toute logique sur les exemples de l’usus scribendi qui ont précédé, comme c’est le cas dans cet exemple de type lexical, où Rhenanus offre à son lecteur une traduction en latin classique d’un usage tacitéen spécifique. Il faut noter que le Thesaurus fait aussi la part belle à d’autres catégories d’articles : Rhenanus explicite souvent des expressions forgées par Tacite (par exemple le verbe induere suivi d’un complément d’objet abstrait20) et des tournures syntaxiques qui lui sont particulières (comme promptus seruitio21 préférée à la construction classique promptus ad seruitium ou encore exitii certus22 préférée à de exitio certus). La limite du Thesaurus apparaît cependant rapidement : l’analyse stylistique à proprement parler frôle l’inexistence. Rhenanus se contente de transposer la langue tacitéenne dans le champ classique, à l’aide de la préposition pro, et étaye son choix par une multitude d’exemples. Son commentaire est donc de nature illustrative ; il ne s’agit pas d’une étude raisonnée et détaillée du style tacitéen et de ses qualités propres. En fait, l’exemple précédent entretient plutôt des liens avec la forme de l’article de dictionnaire. À la lecture de cet extrait en effet, comment ne pas songer au Lexicon Taciteum23 ? Mais, à la différence des lexiques et de la plupart des commentaires, le Thesaurus prend une forme singulière, qui ne respecte ni l’ordre alphabétique, ni même la disposition en livres de l’œuvre de Tacite (comme chez Alciat ou comme dans les Castigationes de Rhenanus lui-même), ce qui le rend par conséquent d’un maniement complexe : l’ordre des articles suivant une succession purement arbitraire, le lecteur est contraint de parcourir tout le Thesaurus chaque fois qu’il recherche l’éclaircissement d’une expression, à moins de connaître l’instrument par cœur à force de l’utiliser. Cependant, bien que le Thesaurus prête le flanc à cette critique, il faut reconnaître que Rhenanus a mené la première étude en profondeur du style tacitéen, en en identifiant les traits linguistiques spécifiques, et que son ouvrage a constitué un instrument de travail d’une utilité extrême pour les lecteurs, éditeurs et commentateurs de Tacite de son siècle.

11Dans les Castigationes, si les centres d’intérêt de l’humaniste demeurent identiques, la démarche diffère. Rhenanus renoue avec l’ordre linéaire, en suivant le cours des Annales. Chaque passage commenté est l’objet d’une correction présentée de façon plus ou moins péremptoire : des expressions comme legendum, lego, scripsi, legerim, scripserim, malim, forte, fortasse, fortassis, posset legi accompagnent les hypothèses de l’éditeur et les nuancent à l’occasion. Rhenanus peut présenter ses variantes sans justification, sans exclure pour autant les remarques stylistiques :

  • 24 Tacite, Annales XI, 9, 4.

« “Et Bardanès parut le plus digne de conserver le royaume24.” Ici, la particule qui ne liait pas les propositions. Et pourquoi y en aurait-il besoin, puisqu’il sied à la brièveté tacitéenne qu’elle soit absente ? »

  • 25 Rhenanus, Castigationes, p. 131. On s’accorde aujourd’hui pour conserver l’enclitique que, figurant (...)

(Potiorque Bardanes uisus retinendo regno. Illic non est adnexa particula que. Et quid erat opus addere, quum breuitati Cornelianae magis conueniat eam abesse25.)

  • 26 Nous parlons de tendance générale, tout en sachant bien l’usage intense que Rhenanus fait de Tite-L (...)

12Les centres d’intérêt et la pratique restent donc proches d’un commentaire à l’autre, et même si l’orientation globale des deux travaux diffère, Rhenanus commente toujours Tacite par Tacite. Alors qu’Alciat recherche des éléments de commentaire à l’extérieur du texte de Tacite, Rhenanus a tendance à privilégier les explications internes26.

13Ferretti se situe dans la même veine que Rhenanus, dans sa pratique comme dans son intérêt pour la philologie. Voici l’annotatiuncula initiale du commentaire, bien représentative de la technique de Ferretti, puisqu’elle glose le sens d’une expression, avant de proposer une correction du texte :

  • 27 Tacite, Annales I, 1, 2.
  • 28 Tacite, Histoires II, 76, 5.

« Adulatione deterrerentur27 [détournés par l’adulation]. Les esprits de ceux qui se livrent à l’adulation sont plutôt facilement stimulés par le mensonge, qui fournit matière à écrire ; ils sont cependant épuisés, dévorés et abîmés par le fait d’aduler. Par conséquent, je pense qu’il faut lire detererentur [affaiblis] : c’est un terme extrêmement familier aux lecteurs. Tacite écrit aussi plus bas, au livre 18 : “Si le soldat a possédé quelque ardeur et combativité, il est affaibli par les tavernes, les orgies et l’imitation du prince28.” »

  • 29 Ferretti, Annotatiunculae, p. 5. La leçon généralement conservée aujourd’hui est celle du Pluteus 6 (...)

(Adulatione deterrerentur. Excitantur potius ingenia eorum qui adulantur facile mendacio sumministrante materiam scribendi : consumuntur tamen & exeduntur & corrumpuntur adulando. Itaque legendum arbitror detererentur : uocabulo uulgo notissimo. Idem Corn. infra lib. 18. Si quid, inquit, ardoris ac ferociae miles habuit, popinis & comessationibus & principis imitatione deteritur29.)

14Si le Ferretti glossateur mérite peu d’intérêt, le philologue n’est pas dénué de qualités, qui n’empêchent pas une impression d’ensemble moins positive qu’à la lecture des travaux d’Alciat et de Rhenanus : les Annotatiunculae n’ont malheureusement pas le relief des commentaires des prédécesseurs de Ferretti. Elles ne connaîtront d’ailleurs pas la fortune éditoriale des Annotationes d’Alciat et des travaux de Rhenanus.

Instruments de travail

15Avec quels outils sont élaborés ces commentaires ? Tout d’abord, nos humanistes possèdent un certain nombre d’instruments de travail communs. Tous trois ont dans leur bibliothèque l’édition béroaldienne de 1515, qu’ils apprécient. Alciat fonde entièrement son commentaire sur cette version du texte. Rhenanus, dans son adresse au lecteur de l’édition de 1533, explique que son but n’est pas de déclasser le travail de Béroalde :

« Parce que j’ai parcouru les cinq premiers livres des Annales, de crainte de sembler ne pas les avoir touchés par négligence, j’ai voulu ne pas cacher mon jugement au Lecteur à propos de certains passages. Philippe Béroalde le Jeune nous a précédé sur ce chemin, un homme d’une merveilleuse clarté, dépourvu de la moindre ambition. Si nous avions eu à notre disposition l’archétype de Corvey, qui à mon avis se trouve aujourd’hui encore à Rome, où il a été apporté au pape Léon X de son vivant, peut-être aurions-nous pu améliorer la qualité et la fiabilité de nombreux passages et les sauver. »

(Quia quinque priores Annalium libros percurri, ne uiderer intactos ex negligentia reliquisse, nolo caelare Lectorem de locis quibusdam iudicium meum. Idem ante nos fecit Philippus Beroaldus iunior miro candore citra omnem ambitionem. Quod si nobis copia fuisset archetypi codicis Corbeiensis, quem Romae etiamnum extare puto Leoni X Pont. Max. dum uiueret, oblatum, fortassis plura quum meliora tum certiora adnotassemus eruissemusque.)

  • 30 In P. Cornelium Tacitum Annotationes Beati Rhenani, Alciati, ac Beroaldi. Eiusdem B. Rhenani Thesau (...)

16Quant à Ferretti, s’il ne nomme jamais Béroalde dans ses Annotatiunculae, il voit cependant en lui le précurseur des études tacitéennes, puisqu’il le fait figurer dans l’anthologie de commentaires qu’il édite en 154230, bien que l’humaniste romain ne soit nullement un commentateur stricto sensu.

  • 31 Rhenanus qualifie Alciat d’« homme incroyablement savant » (uir impense doctus) et voit en lui un « (...)
  • 32 Tacite, Annales III, 25.
  • 33 Les relations entrent les deux juristes semblent s’être bornées à quelques contacts épistolaires, c (...)
  • 34 Tacite, Annales XIV, 27, 1.

17L’information tacitéenne de notre trio est complétée par les travaux de leurs prédécesseurs le cas échéant : Alciat compose son commentaire ex nihilo par la force des choses. Mais Rhenanus, qui connaît le commentaire d’Alciat, puisqu’il figure dans les éditions des Opera de Tacite qu’il prépare à Bâle, n’utilise pas les Annotationes pour ses commentaires : les trois ouvrages sont de nature trop différente. Cela n’empêche pas l’humaniste alsacien d’avoir des mots respectueux pour son prédécesseur dans son Commentariolus de la Germanie31. À l’inverse, Ferretti est entièrement tributaire des travaux de ses prédécesseurs. Tout d’abord, par son titre même, son commentaire se réclame explicitement du modèle des Annotationes d’Alciat, en se situant d’emblée sur un plan inférieur comme le montre le diminutif, bien que le nom de l’illustre juriste ne soit cité à aucune occasion dans le commentaire de Ferretti et que les deux ouvrages divergent profondément. On ne peut nier toutefois que la présence des remarques juridiques soit l’un des traits forts du commentaire de Ferretti, qui, juriste comme Alciat, cite les écrits des prudents et référence certains textes de lois présents dans le texte tacitéen, souvent les mêmes d’ailleurs que son illustre prédécesseur. Ainsi, le commentaire de Ferretti de la lex Papia Poppaea32 doit beaucoup à l’annotatio alciatique correspondante ; mais contrairement à ce dernier, Ferretti n’a pas d’approche historique du droit et reste toujours dans une logique d’explication, voire de glose. À l’occasion, il peut cependant arriver à Ferretti de surpasser Alciat33 : à propos de passages que l’un et l’autre commentent, le commentaire de Ferretti est parfois – rarement cependant – bien plus détaillé, comme c’est le cas pour l’annotatiuncula du passage Puteoli ius Coloniae, & cognomentum adipiscuntur34. Toutefois, malgré diverses tentatives pour aller au-delà de la glose, Ferretti ne se montre pas sensible à l’histoire comme Alciat : dans les Annotatiunculae, on ne lit par exemple jamais de présentation historique d’un personnage. L’héritage alciatique transparaît donc plus dans les thèmes que dans la méthode retenue par Ferretti.

  • 35 Ferretti, Annotatiunculae, p. 14.

18L’influence des travaux de Rhenanus est elle aussi perceptible dans les Annotatiunculae et dépasse le simple goût partagé pour la philologie. Certaines expressions glosées semblent provenir directement du Thesaurus. Ainsi, quand Ferretti commente au livre deuxième des Annales l’expression non sponte principis, tournure typiquement tacitéenne, il omet de préciser qu’il calque l’article correspondant à cette formule du Thesaurus de Rhenanus. L’annotatiuncula se présente comme suit : Non uoluntate & permissu principis. Idem infra libro 4. Extructa iam sponte praefecti castra : hoc est, iussu Praefecti. Et alibi : Proxima sponte inimicorum recepta, id est, uolentibus inimicis35. Or, cette juxtaposition de passages parallèles contenant la même tournure n’est qu’une reprise pure et simple des premières lignes de l’article où Rhenanus explique l’expression où le substantif sponte se voit complété par un génitif. En sus du Thesaurus, des passages des Castigationes peuvent être aussi allègrement pillés par Ferretti.

  • 36 Où Ferretti fut envoyé en mission diplomatique en 1529 par François Ier, selon Ferrary, Corresponda (...)
  • 37 Ferretti, Annotatiunculae, p. 17.

19En complément de ces ouvrages imprimés, nos commentateurs utilisent des manuscrits. Alciat en appelle parfois à leur autorité, mais il n’est pas possible de préciser la nature du ou des témoins utilisés : ses termes sont trop vagues. En revanche, Rhenanus et Ferretti étayent souvent leurs conjectures ope codicum. Pour la seconde partie des Annales, Rhenanus précise qu’il a utilisé un manuscrit humaniste, issu de la bibliothèque du roi de Hongrie Matthias Corvin. Quant à Ferretti, il semble avoir eu l’occasion de consulter à Florence36 le Mediceus prior, l’unique témoin manuscrit de la première partie des Annales, qu’il mentionne à deux reprises dans les Annotatiunculae. Dans son commentaire d’ailleurs, Ferretti se révèle pleinement conscient de la nécessité de recourir à ce genre de témoins pour émender le texte. Il écrit même qu’il est audacieux de corriger sans consulter des manuscrits fiables : sed sine emendatioris ope codicis temerarium esset37.

20En outre, les écrits d’autres écrivains de l’Antiquité sont utilisés par nos commentateurs, à des degrés divers. Alciat est le champion de cette pratique : il fait appel à des témoignages nombreux et variés, sans se limiter à l’histoire ou à la littérature latine. Rhenanus recourt abondamment à Tite-Live dans le Thesaurus ; dans les Castigationes, les témoignages d’autres auteurs latins sont utilisés de façon plus timide. Ferretti enfin est le commentateur qui recourt le moins à ce type d’outil. Suétone et Cicéron sont cités au détour d’une annotatiuncula, mais à part eux, seuls quelques rares auteurs sont convoqués. Ferretti préfère expliquer Tacite par Tacite.

  • 38 CIL, V, 2, p. 624.

21Le nombre d’instruments de travail utilisés par nos commentateurs dépend évidemment de l’optique de leur travail. Alciat, qui privilégie les sources exogènes pour commenter l’historien, sollicite nécessairement plus d’outils que Rhenanus et Ferretti, dont le commentaire se fonde surtout sur des critères internes et pour qui des éditions du texte de Tacite, un manuscrit et quelques textes d’auteurs antiques suffisent à la composition de leur étude. Le travail alciatique s’appuie sur des instruments plus diversifiés ; les inscriptions par exemple y tiennent une place de choix, fait qui est à mettre en relation avec la collection entreprise par l’humaniste dès sa jeunesse, les Inscriptions milanaises, l’un des ouvrages fondateurs de l’épigraphie moderne selon Mommsen38.

La constitution d’une nouvelle doxa tacitéenne

  • 39 M. Ducos, « La réflexion sur le droit dans les Annales et son influence », in R. Chevallier, R. Poi (...)
  • 40 R.W. Ulery Jr., « Cornelius Tacitus », Catalogus translationum et commentariorum. Medieval and Rena (...)
  • 41 Voir note 12.

22Après un quart de siècle de commentaires différant par leurs pratiques, leurs méthodes et leurs outils, où en est la doxa tacitéenne ? Tout d’abord, Alciat a su remettre l’histoire au centre et a identifié les problèmes de droit posés par l’œuvre de Tacite, flambeau repris par Ferretti avec plus ou moins de bonheur. Ce n’est sans doute pas un hasard si beaucoup d’éditeurs, de lecteurs et de commentateurs de Tacite au xvie siècle appartiendront aux cercles de l’humanisme juridique39. De plus, la connaissance de la langue et du style tacitéens s’est grandement développée. Rhenanus est le principal artisan de ce progrès. Une conséquence en est l’amélioration qualitative du texte des Annales et des Histoires. Enfin, la question de leur partition et de leur titre est en bonne voie, à défaut d’être totalement tranchée. Rhenanus retient le terme d’Annales pour le grand œuvre de Tacite, en s’inspirant du modèle livien. On sait que ce titre n’est sans doute pas celui choisi par Tacite, mais cette appellation reste plus satisfaisante que celle d’Histoire Auguste. Quant à Ferretti, il a eu l’intuition de la séparation entre les seize premiers livres de l’œuvre et les cinq derniers, faute de l’avoir totalement comprise et intégrée à son œuvre. Bien qu’on attribue généralement la gloire d’avoir distingué les deux œuvres au nom de l’élève de Ferretti, Marcus Vertranius Maurus40, Ferretti semble pourtant avoir eu le premier la certitude qu’il fallait voir deux œuvres dans les vingt et un livres des Annales de Tacite, même s’il s’est refusé à assumer cette position jusqu’au bout, puisque l’édition du texte qu’il prépare pour Gryphe en 1542 ne réitère pas cette hypothèse, sauf dans le titre41. Quoi qu’il en soit, voici ce que Ferretti écrit dans les Annotatiunculae au moment de s’attaquer au commentaire du dix-septième livre des Annales :

  • 42 Tacite, Histoires I, 1, 1.
  • 43 Ibid., I, 2, 1.

« J’ai toujours soupçonné qu’il s’était agi ici du premier livre des Annales de Tacite, et que ce dernier, charmé par le succès, après avoir d’abord repoussé les débuts à plus tard, avait repris la plume pour traiter de l’Empire d’Auguste. En effet, si la présente partie avait été postérieure, l’écrivain n’aurait pas eu besoin de faire d’aussi nombreuses répétitions et de donner tant de détails, comme si c’était un moyen d’entrer dans son œuvre, et lui-même n’aurait pas commencé avec Initium operis42 [le début de l’ouvrage], Opus aggredior43 [je commence mon ouvrage], et d’autres expressions encore. Tite-Live discourt ainsi dans sa préface, en partie certes, mais de façon à ce que l’on comprenne qu’il va lier les prochains événements racontés à ceux qui les précèdent. »

  • 44 Ferretti, Annotatiunculae, p. 40-41.

(Hunc fuisse primum librum Annalium Cornelii, semper sum suspicatus illumque, blandiente postea profectu, longius ductis initiis, ad Augusti exactum Imperium, calamum retulisse. Nam si pars haec fuisset posterior, haud tam multa illi repetenda fuissent & perscribenda, tanquam aditum factura ad historiam, nec ipse, Initium operis, incepisset &, Opus aggredior, &c. Liuius quidem in parte praefatur, sed ita, ut coniungere eum praecedentibus posteriora scripta intelligas44.)

23Même si Ferretti n’affirme pas catégoriquement que Tacite est l’auteur de deux grandes œuvres distinctes, faute peut-être d’arguments suffisamment solides et déterminants à ses yeux, il s’ouvre ici clairement deux excellentes intuitions, d’une importance fondamentale l’une comme l’autre : d’une part, une césure doit être située à la fin du seizième livre des Annales ; d’autre part, les cinq derniers livres de l’œuvre ont été composés avant les seize premiers par Tacite.

24Enfin, comme ce même exemple le signale également, Tite-Live n’est jamais loin de Tacite. La doxa de ce dernier se construit à la fois en référence et contre l’historien augustéen : dans l’Encomium historiae qui prélude aux Annotationes, Alciat a établi la supériorité de Tacite sur Tite-Live. Mais dans le Thesaurus, la pratique stylistique de Tacite est sans cesse ramenée par Rhenanus dans la sphère livienne. En tout cas, avant d’être l’idole du xviie siècle, Tacite devra triompher de ce rival encombrant.

  • 45 Ce que rappelle Hirstein, « L’œuvre philologique de Beatus Rhenanus », p. 1-20.
  • 46 Voir note 30.

25Ces quelques apports peuvent apparaître bien maigres à nos yeux de modernes. Ces trois commentaires restent limités et comportent erreurs et insuffisances. Il ne faut cependant pas juger ces ouvrages à l’aune de nos pratiques actuelles d’édition de textes, mais les confronter à celles des prédécesseurs et des contemporains d’Alciat, de Rhenanus, de Ferretti45. C’est dans cette perspective que se situent les avancées et que l’on peut affirmer que les études tacitéennes sont devenues à partir de cette époque une discipline légitime, comme l’atteste avec éclat la parution en 1542 de la première anthologie de commentaires consacrés aux Annales46.

Haut de page

Notes

1 Seuls deux manuscrits médiévaux, aujourd’hui à la bibliothèque Laurentienne de Florence, sont connus. Il s’agit du Mediceus prior (actuel Pluteus 68.1, contenant Annales I-VI) de la seconde moitié du ixe siècle et du Mediceus alter (actuel Pluteus 68.2, contenant Annales XI-XVI et Histoires I-V) du milieu du xie siècle. À ces manuscrits, on peut éventuellement ajouter le cahier médiéval (xe siècle) contenant un extrait du texte de l’Agricola compris dans le codex Aesinus (xve siècle), cahier ayant vraisemblablement appartenu au manuscrit de Hersfeld, contenant les œuvres dites mineures. Sur cette question de la fortune manuscrite, voir la synthèse effectuée à l’article « Tacitus », in L.D. Reynolds (ed.), Texts and Transmission. A Survey of the Latin Classics, Oxford, Clarendon Press, 1983, p. 406-411.

2 Tacite [Opera, Venetiis], Wendelinus de Spira, [circa 1470-1473]. Cette édition ne contient ni l’actuelle première hexade des Annales (le Mediceus prior n’ayant pas encore été exhumé du monastère de Corvey) ni l’Agricola.

3 Tacite, Libri quinque nouiter inuenti atque cum reliquis eius operibus editi, Mediolani, ex officina Minutiana, 1517. Le texte de ce volume consiste en une réimpression de l’importante édition donnée par Philippe Béroalde le Jeune en 1515, consécutive à la découverte du Mediceus prior ; la seule nouveauté en est le commentaire inédit d’Alciat.

4 La bibliographie concernant le juriste étant infinie, nous nous contentons de renvoyer au récent volume d’A. et S. Rolet (dir.), André Alciat. Un humaniste au confluent des savoirs dans l’Europe de la Renaissance, Paris, Beauchesne, à paraître.

5 Tacite, Historia augusta actionum diurnalium : additis quinque libris nouiter inuentis. Andreae Alciati Mediolanensis in eundem annotationes, Basileae, apud Ioannem Frobenium, 1519.

6 En mai 1519, Rhenanus publie un commentaire de la Germanie qui accompagne son édition de ce texte. La Germanie posant des problèmes particuliers de réception à la Renaissance (cf. J. Hirstein, Tacitus’ Germania and Beatus Rhenanus (1485-1547). A Study of the Editorial and Exegetical Contribution of a Sixteenth Century Scholar, Frankfurt am Main, Peter Lang, 1995 ; J. Ridé, L’image du Germain dans la pensée et la littérature allemandes de la redécouverte de Tacite à la fin du xvie siècle (Contribution à l’étude de la genèse d’un mythe), Paris, Honoré Champion, 1977), ainsi que le reste des œuvres mineures, nous avons choisi de limiter cet article aux opera maiora de Tacite.

7 Tacite, Annalium ab excessu Augusti sicut ipse uocat, siue Historiae Augustae, qui uulgo receptus titulus est, libri sedecim qui supersunt, partim haud oscitanter perlecti, partim nempe posteriores ad exemplar manuscriptum recognoti magna fide nec minore iudicio per Beatum Rhenanum. Nihil hoc fingi docebunt castigationes suis quaeque libris additae. Libellus de Germanorum populis, Dialogus de oratoribus, denique Vita Iulii Agricolae, non solum emaculatius prodeunt, sed & explicatius adiunctis in hanc rem scholiis. Super haec omnia accesserunt in initio operis Thesaurus constructionum locutionumque & uocum Tacito solennium citatis etiam ex Liuio plerunque testimoniis, ac in calce rerum memorabilium index copiosissimus. Nec desunt aliorum in hunc autorem ante aeditae annotationes praefationesque siue Beroaldi siue Alciati, Basileae, in officina Frobeniana, 1533.

8 Décompte repris à J. Hirstein, « Beatus Rhenanus et Tacite : son Trésor du style tacitéen (1533) et les termes sonor (An. 1, 65, 1) et genticus (An. 3, 43, 2) », Ktèma. Civilisations de l’Orient, de la Grèce et de Rome antiques 24 (1999), p. 350.

9 Cette même disposition est adoptée pour les Castigationes consacrées aux œuvres mineures de l’historien dans ce volume.

10 Sur ce personnage peu connu, voir la notice biographique qui lui est consacrée en appendice de l’ouvrage de J.L. Ferrary, Correspondance de Lelio Torelli avec Antonio Agustín et Jean Matal (1542-1553), Como, New Press, 1992, p. 271-276.

11 E. Ferretti, Annotatiunculae in Cornelii Taciti Annalium libros, Lugduni, apud Sebastianum Gryphium, 1541.

12 La première édition française des Annales et des Histoires, préparée par Ferretti, paraît en 1542 à Lyon : Tacite, Ab excessu Augusti Annalium libri sedecim, Ex castigatione Aemylii Ferretti, Beati Rhenani, Alciati ac Beroaldi, Lugduni, apud Seb. Gryphium, 1542. Sur ce choix éditorial de Gryphe, voir W. Kemp, « Les historiens latins chez Gryphe au début des années 1540 : Tite-Live, Tacite et l’humaniste Emilio Ferretti », in R. Mouren (dir.), Quid novi ? Sébastien Gryphe, à l’occasion du 450e anniversaire de sa mort, Villeurbanne, Presses de l’enssib, 2008, p. 341-356.

13 Ce nombre peut surprendre : les actuels cinquième et sixième livres des Annales étaient alors confondus en un seul.

14 Voir note 5.

15 S. Polenton, Scriptorum Illustrium Latinae Linguae Libri XVIII, ed. B.L. Ullman, Rome, American Academy in Rome, 1928, p. 208, l. 23-28. Toutes les traductions de cet article sont personnelles.

16 Sur les travaux tacitéens de Lipse, voir l’ouvrage un peu vieilli mais toujours capital de J. Ruysschaert, Juste Lipse et les Annales de Tacite. Une méthode de critique textuelle au xvie siècle, Louvain, Bibliothèque de l’Université, 1949. Les limites de cette étude ont été soulevées par C.O. Brink, « Justus Lipsius and the Text of Tacitus », Journal of Roman Studies 41 (1951), p. 32-51.

17 Tacite, Annales I, 31, 2.

18 Les passages parallèles proviennent par ordre décroissant de Tite-Live (334), Suétone (25), Cicéron, Florus, Térence, Salluste (2), Virgile (1). Ce décompte est repris à Hirstein, « Beatus Rhenanus et Tacite : son Trésor du style tacitéen (1533) », p. 353. Nous ajoutons que Rhenanus cite aussi Quinte-Curce (article Non ultra uerba ac uoces errare) et ne répugne pas à solliciter quelques auteurs grecs, sur lesquels Tacite aurait copié certaines de ses tournures particulières. La prépondérance de Tite-Live montre en tout cas que la singularité tacitéenne est souvent ramenée à l’usage classique livien dans le Thesaurus.

19 Sur le rapport (ambigu) entretenu par les deux historiens à la Renaissance, voir J.H. Whitfield, « Livy > Tacitus », in R.R. Bolgar (ed.), Classical influences on European culture a.d. 1500-1700, Cambridge, University Press, 1976, p. 281-293.

20 Tacite, Annales I, 69, 1 (première occurrence) : « Revêtir les fonctions de chef » (induere munia ducis).

21 Ibid., I, 2, 1 (première occurrence).

22 Ibid., I, 27, 2 (première occurrence).

23 A. Gerber, A. Greef, Lexicon Taciteum, Hildesheim, Georg Olms, 1962 (1re édition Leipzig, 1877-1890). J. Hirstein, « L’œuvre philologique de Beatus Rhenanus et le devenir de la “philologie humaniste” », in J. Hirstein (éd.), Beatus Rhenanus (1485-1547) lecteur et éditeur de textes anciens, Turnhout, Brepols, 2000, p. 17, précise que le Thesaurus de Rhenanus a été une source d’inspiration pour le Lexicon Taciteum de W. Boetticher (1830).

24 Tacite, Annales XI, 9, 4.

25 Rhenanus, Castigationes, p. 131. On s’accorde aujourd’hui pour conserver l’enclitique que, figurant dans le Pluteus 68.2.

26 Nous parlons de tendance générale, tout en sachant bien l’usage intense que Rhenanus fait de Tite-Live quand il commente Tacite.

27 Tacite, Annales I, 1, 2.

28 Tacite, Histoires II, 76, 5.

29 Ferretti, Annotatiunculae, p. 5. La leçon généralement conservée aujourd’hui est celle du Pluteus 68.1, deterrerentur.

30 In P. Cornelium Tacitum Annotationes Beati Rhenani, Alciati, ac Beroaldi. Eiusdem B. Rhenani Thesaurus constructionum, locutionumque, & uocum Tacito solemnium, Lugduni, apud Sebastianum Gryphium, 1542. Les textes de Béroalde repris dans cette anthologie sont les textes liminaires de l’édition de 1515 (l’épître dédicatoire au pape Léon X, l’adresse au lecteur) et quelques notes critiques sur les cinq premiers livres des Annales.

31 Rhenanus qualifie Alciat d’« homme incroyablement savant » (uir impense doctus) et voit en lui un « garant » (autor) in Tacite, De moribus & populis Germaniæ libellus cum commentariolo uetera Germaniæ populorum uocabula paucis explicante, Basileae, apud Ioannem Frobenium, 1519, p. 54 et p. 52 respectivement.

32 Tacite, Annales III, 25.

33 Les relations entrent les deux juristes semblent s’être bornées à quelques contacts épistolaires, comme l’indique Alciat lui-même dans une lettre de mars 1532, adressée précisément à Ferretti et éditée par D.L. Drysdall, « The Emblems in Two Unnoticed Items of Alciato’s Correspondance », Emblematica 11 (2001), p. 379-391.

34 Tacite, Annales XIV, 27, 1.

35 Ferretti, Annotatiunculae, p. 14.

36 Où Ferretti fut envoyé en mission diplomatique en 1529 par François Ier, selon Ferrary, Correspondance de Lelio Torelli, p. 273-274.

37 Ferretti, Annotatiunculae, p. 17.

38 CIL, V, 2, p. 624.

39 M. Ducos, « La réflexion sur le droit dans les Annales et son influence », in R. Chevallier, R. Poignault (dir.), Présence de Tacite, Tours, Centre de recherches A. Piganiol, 1992, p. 118-119 ; K.C. Schellhase, Tacitus in Renaissance Political Thought, Chicago, University Press, 1976, p. 102-103.

40 R.W. Ulery Jr., « Cornelius Tacitus », Catalogus translationum et commentariorum. Medieval and Renaissance Latin translations and commentaries. Annotated lists and guides, VI, Washington, D.C., The Catholic University of America Press, 1986, p. 108.

41 Voir note 12.

42 Tacite, Histoires I, 1, 1.

43 Ibid., I, 2, 1.

44 Ferretti, Annotatiunculae, p. 40-41.

45 Ce que rappelle Hirstein, « L’œuvre philologique de Beatus Rhenanus », p. 1-20.

46 Voir note 30.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lucie Claire, « Commenter les Annales de Tacite dans la première moitié du xvie siècle : André Alciat, Beatus Rhenanus, Emilio Ferretti », Anabases, 15 | 2012, 115-128.

Référence électronique

Lucie Claire, « Commenter les Annales de Tacite dans la première moitié du xvie siècle : André Alciat, Beatus Rhenanus, Emilio Ferretti », Anabases [En ligne], 15 | 2012, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://anabases.revues.org/3725 ; DOI : 10.4000/anabases.3725

Haut de page

Auteur

Lucie Claire

Université Paris-Sorbonne (Paris IV)
lucie.claire@live.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page