Navigation – Plan du site
Archéologie des savoirs

Franz Cumont : l’apport des lettres à l’étude d’une participation au Dictionnaire des antiquités grecques et romaines 1

Véronique Krings
p. 205-218

Texte intégral

  • 1 Tous mes remerciements à Corinne Bonnet, Pamela Anastasio à l’Academia Belgica ainsi qu’à Walter Ge (...)
  • 2 Pour une présentation d’ensemble, C. Bonnet, La correspondance scientifique de Franz Cumont conserv (...)

1De nos quatre contributeurs, F. Cumont est celui qui a rédigé le moins de notices : 8 (la première et la dernière sont néanmoins d’une certaine longueur). Il se situe sur ce plan, dans la grande majorité des contributeurs au Dictionnaire, ceux dont la participation est ponctuelle. Par contre il n’est pas français et ne peut se réclamer du circuit ens/efr/efa/faculté française. C’est donc plutôt en tant que représentant de la francophonie à l’intérieur de cette entreprise très française qu’il a paru intéressant de l’envisager. Par ailleurs, quelques lettres éclairent, à travers sa participation individuelle, le fonctionnement de l’entreprise. Ces lettres appartiennent à une correspondance de 12 000 lettres – provenant de deux fonds – conservée aujourd’hui à l’Academia Belgica de Rome. Il s’agit d’une correspondance passive, émanant de centaines de correspondants, reflet des réseaux multiples au sein desquels la pensée et le travail de Cumont se sont développés. Une banque de données, consultable sur le site internet de l’Academia, en facilite l’accès 2.

Contexte biographique et intellectuel

2C’est en 1900 que Cumont est contacté par Pottier pour participer au Dictionnaire. Il vient, à 32 ans, de terminer la publication des Textes et monuments figurés relatifs aux Mystères de Mithra, qui lui ont assuré une réputation internationale. En 1900 paraît aussi à Bruxelles la première édition d’un petit volume de synthèse sur Les Mystères de Mithra. Par ailleurs, depuis 1892, il enseigne à l’université de Gand.

  • 3 R. Turcan, “ Franz Cumont, un fondateur ”, Hieros 2 (1997), p. 15.

3Cumont, qui a terminé ses études à cette même université en 1888, a ensuite étudié à Bonn, Berlin et Vienne au contact des maîtres de l’Altertumswissenschaft, découvert la Grèce et l’Italie avant de passer l’année 1891-92 à Paris, où il fréquente la IVe section de l’ephe. Il a pu ainsi concilier la rigueur des corpus avec une perspective compréhensive envers les phénomènes d’ordre religieux ou spirituel et on a depuis longtemps reconnu dans ses Textes et monuments « la conjonction de la patience allemande avec l’intuition latine 3 ». Sa carrière académique s’achève en 1910, lorsqu’il donne sa démission de l’université de Gand. En 1914, il s’installe à Rome, tout en fréquentant régulièrement Paris, puisqu’il est membre de l’Institut.

4Sa vie durant, Cumont s’occupe surtout de cultes et de religion. Pour la période qui correspond à sa participation au Daremberg, on épinglera quelques titres évocateurs d’un parcours diffus et cohérent à la fois : Les religions orientales dans le paganisme romain (1906), Astrology and Religion among the Greeks and the Romans (1912), les Études syriennes (1917).

5Tout aussi significative que sa qualité scientifique – indiscutable pour une contribution sur Mithra (la première des notices pour laquelle il est sollicité) – et que son appartenance au monde académique (belge), paraît être alors la vigueur des réseaux de personnes dans lesquels il est inséré.

  • 4 V. Krings, “ Franz et Eugène Cumont et la Turquie de 1900 ”, V. Krings & I. Tassignon (éds), Archéo (...)
  • 5 M.-C. Bruwier, M.-F. Tilliet-Haulot & A. Verbanck-Piérard (éds), Franz Cumont & Mariemont. La corre (...)

6J’ai montré ailleurs que l’année 1900 n’est pas pour lui « comme les autres 4 ». Suivant les conseils de O. Benndorf, le fouilleur d’Éphèse, son maître viennois, il a parcouru pendant plusieurs semaines les routes de l’Asie Mineure à la recherche de Mithra. Il revient « transformé » par cette exploration. Les « réseaux de personnes » sont une des clés de son succès tant dans sa préparation (choix de la destination, financement, autorisations), que durant le voyage (chasse aux inscriptions, achats de pièces…) et dans ses suites (publier les résultats, continuer à acheter des objets, expertise…). Cette mission sur le terrain marque aussi un tournant dans les fonctions que, parallèlement à sa carrière universitaire, il exerce aux Musées royaux de Bruxelles depuis 1898, une activité qui lui tient fort à cœur. Il fait alors œuvre de pionnier en réunissant, pour le mettre à disposition de tous, un patrimoine artistique et archéologique. C’est aussi le temps de son amitié avec l’industriel Raoul Warocqué, de Mariemont, avec qui il partage la passion des Antiquités et des collections 5.

7C’est dans ce contexte qu’intervient son premier contact connu avec Pottier. Au vu des lettres conservées à l’Academia, Cumont en aurait pris l’initiative. En effet, une lettre de Pottier du 11 août 1900, adressée à Cumont en sa qualité de Conservateur à Bruxelles, apprend que celui-ci lui a demandé une expertise pour le Musée. Quatre mois plus tard, alors que les deux hommes se sont entre-temps rencontrés aux Musées royaux de Bruxelles, Pottier demande à Cumont de contribuer au Dictionnaire des antiquités.

Les contributions de F. Cumont au Dictionnaire (fig. 1)

8Cumont rédige 8 notices, qui paraissent entre 1904 (dans le tome 3) et 1919 (dans le dernier tome). Toutes traitent de divinités, sauf la première partie de la notice « satrapa » et la dernière, la plus longue, consacrée au « zodiacus ». De Mithra à l’astrologie, elles reflètent le spectre des intérêts et des publications de Cumont. Je ne m’y attarderai pas.

Fig. 1 : Notices de F. Cumont dans le dagr

NOTICES

tome

vol.

année

colonnes

figures

MITHRA

III

2

1904

22

12

PANTHEA SIGNA

IV

1

1907

2 1/2

2

PRIAPUS

IV

1

1907

3 1/2

2

SABAZIUS

IV

2

1911

3

1

SATRAPA (1-2)

IV

2

1911

2

0

SOL (Rome)

IV

2

1911

11

7

SYRIA DEA

IV

2

1911

11

4

ZODIACUS

V

1919

32

14

Les lettres en tant que témoins sur la participation individuelle et sur l’entreprise collective

  • 6 C. Bonnet, Le « grand atelier de la science ». Franz Cumont et l’Altertumswissenschaft. Héritage et (...)

9Quelques chiffres. 43 lettres sont concernées. Des 113 lettres conservées de Pottier (entre 1900 et 1933), 27, un petit quart, concernent le Dictionnaire. Pour Saglio, nous avons 6 lettres. Toutes ont trait au choix et à la reproduction des illustrations des notices, en particulier à celles qui sont relatives à Priape. Entre les deux hommes les échanges n’ont pas dépassé le cadre de cette entreprise, ce qui n’est pas le cas de la relation avec Pottier, qui se poursuit pendant près de trente-cinq ans et qu’il conviendrait d’étudier dans son ensemble. Une lettre émane d’Hachette (l’éditeur du Daremberg) et les autres de contributeurs au Dictionnaire.

1. Le choix des contributeurs

10À lire les lettres de Pottier, il ne semble pas qu’il y a eu au départ de plan d’attribution global des notices ; on peut le comprendre, le projet s’inscrit dans la longue durée (presque un demi-siècle).

11La correspondance de Pottier confirme que le choix des contributeurs est motivé par leur compétence et leur actualité scientifique. Pottier écrit à Cumont pour lui demander de collaborer au Dictionnaire quatre mois après leur premier contact épistolaire. La lettre – papier à l’en-tête du ministère de l’Instruction publique et des Beaux Arts, Direction des Musées nationaux (donc pas un papier à l’en-tête du Daremberg) – date du 11 décembre 1900.

Monsieur et cher Collègue,
Vous connaissez le Dictionnaire des Antiquités grecques et romaines qui paraît depuis une vingtaine d’années et que je dirige actuellement avec M. Saglio (M. Daremberg dont le nom figure en tête est mort avant d’avoir vu paraître une ligne du Dictionnaire, mais par une bizarrerie du traité passé avec Hachette nous sommes obligés de conserver son nom). Nous arrivons prochainement à la lettre M où se trouve l’article Mithra. Après vos beaux travaux sur cette question, nous avons pensé que tout rédacteur qui se chargerait de cet article ne pourrait que puiser à pleines mains dans votre ouvrage, et que dès lors il serait plus naturel et plus équitable de vous demander de vouloir bien le rédiger vous-même.

  • 7 Les fig. 5090 et 5092 sont des documents inédits de la collection de Clercq dont la reproduction a (...)

12La suite précise les modalités de la contribution. J’y reviendrai. Une fois le contact pris, la notice rentrée et publiée, Cumont, qui continue à correspondre avec Pottier pour d’autres affaires, sera encore contacté pour 7 autres notices.

13La correspondance rend compte d’un autre aspect : les notices qui tardent à trouver preneurs. C’est ce que montre une lettre de Pottier en date du 22 juin 1905 (cf. annexe 1) :

Mon cher ami [notons cette entrée en matière],
Je vous suis bien reconnaissant de penser à nous et votre lettre me prouve une fois de plus l’intérêt véritable que vous portez à l’œuvre du Dictionnaire des Antiquités, souvent si ingrate et si lourde dans sa partie administrative. Je suis persuadé, comme vous, qu’il y a en Belgique des éléments excellents qui nous pourraient fournir des collaborateurs. Parlez-en, je vous prie, avec vos collègues, en particulier avec M. Michel en qui j’aurais toute confiance. Si lui-même voulait bien accepter de travailler pour nous, il va sans dire que nous lui ouvririons les portes avec joie et reconnaissance. Pour les savants plus novices ou pour les élèves, il convient naturellement d’agir avec plus de circonspection, et de les prendre qu’à l’essai, avant de leur confier un travail très important, comme celui dont nous avons parlé.

14Pottier soumet alors à Cumont la liste des articles qui manquent encore pour la lettre P (fig. 2) ; il y ajoute la date approximative pour l’envoi des manuscrits (des délais courts pour les premières notices : juillet 1905) et l’étendue approximative du travail imprimé ; il rappelle les conditions éditoriales.

15La correspondance montre trois cas de figure. Charles Michel (1853-1929, maître de Cumont à Gand à partir de 1886, professeur à l’université de Liège en 1905) accepte de participer. La lettre est non disponible, mais le résumé de Corinne Bonnet en donne le ton : il craint qu’on ne s’adresse à eux « que quand les bons amis de la Synagogè ont été dûment lotis ». Il propose de faire 5 entrées. Sa collaboration en compte à l’arrivée 16.

16Joseph Bidez (1867-1945, collègue de Cumont à Gand) décline l’invitation – il est surbmergé –, et suggère de contacter un jeune élève : « J. de Decker serait ravi de l’offre, si vous la lui faisiez, et très flatté. […] De plus, il est consciencieux. Mais il écrit très mal le français. Et de ce côté, vous aurez la peine de devoir revoir et corriger. De plus saurait-il se borner ?… Bref, à recommander pour un essai prudent. »

17Josué de Decker est diplômé de philologie classique ; les lettres attestent des difficultés qu’il connaît dans sa recherche d’un poste universitaire. Une lettre du 26 septembre 1905, dans laquelle il signale qu’il va se mettre à rédiger sa notice, porte de la main de Cumont les mots « Pudicitia, une colonne octobre 1905 ». Cumont a relu la notice avant de l’envoyer à Paris. Dans une lettre classée en juin 1906, de Decker le remercie du reste de ses remaniements. À propos de cette contribution se produit un incident qui illustre les dysfonctionnements qu’a rencontrés la mise en œuvre d’une entreprise de l’ampleur du Daremberg. Dans le même temps où la notice « Pudicitia » est confiée par Pottier à de Decker via Cumont, Saglio l’a donnée au numismate Blanchet, qui a déjà collaboré au Dictionnaire. Il faut donc choisir quelle notice sera publiée. Dans un premier temps écartée, après qu’il a été envisagé selon Pottier de « fondre les deux manuscrits de façon à permettre une double signature », la notice de de Decker est finalement publiée, Blanchet ayant retiré la sienne.

18Par ailleurs, si l’on compare la liste de Pottier soumise à Cumont avec ce qui est publié, on observe qu’une part non négligeable de notices ne voit pas le jour et que seuls quatre nouveaux contributeurs apparaissent. On notera aussi l’écart entre la taille prévue de plusieurs notices et leur taille à l’arrivée ; la marge de manœuvre semble assez large, ce que peut expliquer le nombre des notices « abandonnées ». Cet écart se confirme pour la notice « Zodiacus ». Lorsque, dans une lettre de mars 1912, Pottier, remerciant Cumont de l’envoi de son volume sur l’astrologie, lui demande de prendre en charge cet article, il suggère « une courte notice de trois ou quatre colonnes ». À l’arrivée, il y en a trente-deux !

19Nous retiendrons aussi une lettre du 09 août 1907, sur la notice « Sabazius ». Suggéré, le nom de Perdrizet est rejeté par Pottier, en raison d’un mauvais souvenir d’une collaboration antérieure (« Mon cher ami, nous ne demanderons jamais un article à Perdrizet » – Perdrizet participera néanmoins une seconde et dernière fois pour la notice Thyiadès). Si Cumont refusait, il se tournerait à regret vers Dussaud. Il ajoute : « […] j’aimerais beaucoup mieux que l’article fût de vous qui avez une compétence toute particulière en la matière et dont le nom est beaucoup plus connu dans la science. La réputation des collaborateurs est une bonne part du succès du Dictionnaire, et nous tenons beaucoup à la participation que vous avez bien voulu prendre à notre travail, surtout pour l’histoire religieuse où les compétences sont rares. »

2. Les modalités des contributions

20Les modalités de la participation sont rapidement expliquées dans la lettre déjà citée du 11 décembre 1900, par laquelle Pottier sollicite Cumont pour la notice « Mithra » :

Voici les conditions de l’écriture.
Chaque feuille de Dict. (8 pages in 4° à 2 col.) est payée deux cents francs. Le paiement a lieu après la publication du fascicule.
Les manuscrits sont la propriété exclusive de l’éditeur. La Direction se réserve tout droit de correction et de révision, d’accord avec les auteurs. Elle a également le droit de refuser un manuscrit si la question serait insuffisamment traitée.
Nous n’aurions pas besoin du manuscrit avant la fin de 1901.

21Il est en effet facile pour Cumont, qui intervient alors que l’entreprise est en cours, de consulter un volume et de se référer à ce qu’il y trouve.

22Quant au contenu :

Il s’agirait de faire un résumé très dense et très succinct du sujet. Nous faisons un Dictionnaire, et non une Revue. Nous demandons aux auteurs de montrer l’état actuel de la science sur tel sujet, sans entrer dans les discussions ni les publications d’inédits. Je pense qu’avec une feuille ou une feuille et demie du Dictionnaire (de seize à vingt-quatre colonnes), vous pourriez sans doute faire tenir votre article, y compris les gravures, si vous vouliez bien vous en charger, ce qui nous ferait le plus grand plaisir.

23Dans une deuxième lettre du 25 juillet 1901, Pottier renouvelle sa sollicitation (avec grosso modo les mêmes arguments). Cette fois, le délai pour la remise du manuscrit est porté à Pâques 1902.

24Cumont n’aurait-il pas réagi à la première demande ? Il est possible que celle-ci lui ait posé problème. En effet, il avait déjà alors rédigé une contribution sur Mithra pour le Lexikon der Mythologie de Roscher. Cette dernière participation a été récemment étudiée par Corinne Bonnet : contacté par Roscher en 1894 pour rédiger l’entrée Mithra, Cumont, après avoir dans un premier temps décliné l’offre, rend une notice qui paraîtra dans le fascicule II, 2 (1894-97) 6.

25Peut-être est-ce là une question que soulève Cumont dans la réponse qu’il donne à la seconde lettre de Pottier. On lit en effet la réponse de ce dernier, un mois plus tard (25 août 1901) :

Cher Monsieur,

Nous avons lu avec soin Mr Saglio et moi votre article Mithras qui dans le Lexikon de Roscher résume excellemment votre beau livre. Ne pourriez-vous pas, pour notre Dictionnaire, en changer le plan ? Nous ne faisons pas un dict. de mythologie ni d’histoire de l’art, mais un dict. de la vie pratique des anciens ; voir la préface de Mr Saglio. Mithra nous intéresse pour le culte qui lui a été rendu, pour les idées religieuses qui en émanaient, surtout dans le populaire, pour les cérémonies particulières auxquelles cette religion donnait lieu. C’est donc le point de vue pratique, et non pas théorique, ni philologique, que vous pourriez faire dominer. […]

26Cumont pourrait aussi avoir formulé des craintes sur les copyrights. Pottier y répond :

Je crois aussi qu’un remaniement tout nouveau de votre plan écarterait toute possibilité d’une réclamation de la Direction du Lexikon de Roscher. Car, dans le cas où votre article eut été une simple adaptation française, il est clair qu’il eut été indispensable de prendre auparavant leur autorisation.

3. La sélection des illustrations

  • 8 La notice rédigée par E. Pottier au moment du décès d’E. Saglio et parue au début du 48e fascicule, (...)

27Pour ce qui concerne l’illustration – un point fort revendiqué des concepteurs, que nous ne ferons qu’effleurer –, l’article « Mithra » – qui marque le début de la collaboration au Dictionnaire – est intéressant. Des 12 figures proposées, 9 sont identiques à celles de l’édition de 1902 du petit ouvrage de divulgation publié pour la première fois en 1900, Les Mystères de Mithra 7 : la carte des monuments mithriaques y est reproduite dans un format réduit et légèrement allégée (la partie orientale simplifiée et tronquée, des cours d’eau supprimés…) ; les photographies y apparaissent sous forme de gravures, comme c’est l’usage dans le Dictionnaire ; les dessins ont été redessinés (à l’exception du dernier non signé, ils sont de P. Sellier, qui semble être le principal dessinateur de l’entreprise). Dans l’avertissement du premier fascicule, E. Saglio indique qu’il s’agit de joindre aux témoignages des auteurs grecs et latins les commentaires des savants modernes et les monuments figurés « pour se faire du plus petit fait une idée approchant de la vérité » (1877 [1873], p. V), tout cela constituant des « preuves, qui s’appuient et se contrôlent ». « Les gravures n’y sont pas de pures illustrations, mais des preuves à l’appui de ce qui est allégué dans le texte » (p. VI) 8. Toutefois, une comparaison des gravures entre le volume de Cumont (dont on peut supposer que, mis à part pour un document du Louvre, les planches ont servi de base) et le Dictionnaire montre une simplification du dessin, soit qu’elle relève du travail du dessinateur soit qu’il ait été estimé que le public du Dictionnaire s’en satisferait ; ceci confirmerait alors que le public visé ne se limitait pas au monde savant.

  • 9 Pour ce qui est de la statue rejetée par Saglio, il s’agit vraisemblablement de la grande statuette (...)
  • 10 Les collections de Mariemont comportent trois représentations de Priape. Les œuvres sont décrites d (...)

28L’article « Priapus », dont le choix des figures s’avère plus délicat, le confirme. E. Saglio s’y montre sensible. Dès 1904, lorsque la notice est confiée à Cumont, il se dit rassuré que celle-ci soit entre ses mains (mais, dans la même lettre, il rejette l’idée d’un article « prostitutio » qu’avait dû suggérer Cumont). En juillet 1906, avant même l’arrivée de l’article, il s’en inquiète encore : « Les figures pour cet article ne manquent pas, mais le choix en est difficile. Je vous prierai d’indiquer celles qui vous paraissent nécessaires. » Quinze jours plus tard, après avoir reçu la notice, tout en appréciant la « très discrète mesure » de Cumont, il rejette une illustration proposée par celui-ci 9, retient une figure qui « n’offusquera pas, certainement, des regards non prévenus » et suggère : « S’il faut donner une deuxième figure, et j’en serais d’avis, pourquoi ne pas prendre un Priape entièrement vêtu ? » – ce qui est retenu 10. De même, dans une lettre de Pottier, on lit : « […] je suis bien persuadé d’avance que vous avez traité le sujet, non seulement avec la documentation nécessaire, mais aussi avec la discrétion qui est de mise dans un dictionnaire destiné à être mis dans les mains des élèves ou de jeunes étudiants. » En tout cas, l’affaire n’était pas indifférente et plus d’un an après, en novembre 1907, Saglio remercie encore Cumont pour « la manière sobre et délicate » dont il a traité Priape.

  • 11 M.-C. Bruwier, M.-F. Tilliet-Haulot & A. Verbanck-Piérard (éds), Franz Cumont & Mariemont, p. 57, 1 (...)

29Cela n’empêche pas le même Cumont, qui se conforme dans le Dictionnaire aux canons moraux de son milieu professionnel, de pousser en 1912 son ami Warocqué, dont il connaît le goût pour les œuvres érotiques, à enrichir sa collection d’un Priape, que lui-même ne peut exposer au Musée de Bruxelles et d’appuyer son conseil d’achat par son « érudition priapique » qu’a illustrée la contribution au Daremberg 11 !

Conclusion

30En ce tournant du xxe siècle, l’heure est aux encyclopédies et aux instruments de travail. Cumont participe d’ailleurs – outre au Daremberg – au Ruggiero et aux deux grands projets initiés par les Allemands : le Roscher (2 articles) et la Realencyclopädie (69 articles).

  • 12 C. Bonnet, Le « grand atelier de la science », I, 1, p. 241.
  • 13 C. Bonnet, Le « grand atelier de la science », I, 1, p. 242-256.

31À propos de sa participation au Roscher, Corinne Bonnet écrit que si la correspondance liée à cette entreprise n’est pas d’une portée intellectuelle remarquable, « elle illustre néanmoins un épisode significatif de la participation de Cumont au “ grand atelier de la science 12 ” ». Quant à la relation avec Wissowa, qui assura la direction de la Realencyclopädie de 1890 à 1906, elle se situe plutôt sur le plan des réseaux virtuels puisque les deux hommes ne se rencontrèrent jamais ; l’on n’y observe pas moins un intense échange intellectuel sur la religion romaine 13.

  • 14 Comptes rendus dans rib entre 1895 et 1914.

32Pour ce qui est de la participation au Dictionnaire des antiquités, elle a pour caractéristique de s’insérer dans une longue relation avec Pottier. Cette relation s’est bâtie autour de savoirs partagés (tous deux sont ouverts sur l’Orient) ainsi qu’à travers un goût commun pour l’action, qu’illustre l’intérêt qu’ils portent au développement de « leurs Musées ». Il me semble toutefois que pour ce qui est de l’intérêt scientifique, la re, aux livraisons de laquelle il consacre un compte rendu dans la Revue de l’Instruction Publique en Belgique, représente aux yeux de Cumont une entreprise d’une autre portée 14.

Haut de page

Annexe

Lettre d’Edmond à Pottier à Franz Cumont du 22 juin 1905.
Archives Franz Cumont de l’Academia Belgica, fonds Wanlin, 3551
Avec l’aimable autorisation de W. Geerts, directeur de l’Academia Belgica

Notices de la lettre P en attente d’attribution d’après la lettre d’E. Pottier à F. Cumont, du 22 juin 1905 (annexe 1 pour la lettre)

Notices

col.prévues

Nbre col.

Contributeurs

Peleus, Peliades

1 1/2

0

/

Peristiarchos

1/2

1/3

C. Michel

Permutatio

1

renvoi

/

Petitio hereditatis

1/2

0

/

Phanèra ousia

1/2

0

/

Phasis

1

2 1/2

C. Lécrivain

Philtrum

1/2

renvoi

/

Phobos

1

1/2

C. Michel

Phoros

1/2

renvoi

/

Phrousarchos

1/4

0

/

Phylobasileis

1/2

0

/

Pinacotheca

1

renvoi

/

Pithos

1/2

renvoi

/

Placenta

1/4

renvoi

/

Plagula

1/4

renvois

/

Plebiscitum

1

3

P. Fabia

Pleiades

1/2

1

A. Baudrillart

Plemochoé

1

1

C. Michel

Plostellum

1/2

0

/

Pluteus

1

1/2

E. Saglio

Plutus

2

1

J. Toutain

Porta

1

6

G. Fougères

Porticus

3

5

P. Gauckler

Postomis

1/2

1/2

G. Lafaye

Postulatio

1

1/4

C. Lécrivain

Praemia

1

0

/

Praestigiator

1/2

1/2

G. Lafaye

Pragmatica (sanctio)

1/2

1

E. Cuq

Precatio, preces

2 à 3

renvois

/

Procuratio

1

1

A. Bouché-Leclercq

Prodigia

1

1

A. Bouché-Leclercq

Proeisphores dikè

1/2

1/6

E. Saglio

Programma

1/2

renvoi

/

Propolètai

1/2

0

/

Proserpina

10

22

E. Cahen

Protector

1

8

M. Besnier

Protostasia

1/2

1/2

C. Lécrivain

Prytaneion, prytaneia

2

1

C. Lécrivain

Pseudokleteias graphè

1

0

/

Psyché

4

13

G. Nicole

Psyllus

1

0

/

Pudicitia

1

1 1/2

J. de Decker

Pugio

1/2

10

A.-J. Reinach

Puteus

2

3

A. Jardé

* nouveau contributeur en gras

Haut de page

Notes

1 Tous mes remerciements à Corinne Bonnet, Pamela Anastasio à l’Academia Belgica ainsi qu’à Walter Geerts, son directeur, à Annie Verbanck du Musée de Mariemont et à Cécile Evers des Musées Royaux d’Art et d’Histoire de Bruxelles.

2 Pour une présentation d’ensemble, C. Bonnet, La correspondance scientifique de Franz Cumont conservée à l’Academia Belgica de Rome, Bruxelles-Rome, 1997.

3 R. Turcan, “ Franz Cumont, un fondateur ”, Hieros 2 (1997), p. 15.

4 V. Krings, “ Franz et Eugène Cumont et la Turquie de 1900 ”, V. Krings & I. Tassignon (éds), Archéologie dans l’Empire ottoman autour de 1900 : entre politique, économie et science, Bruxelles-Rome, 2004, p. 75-96.

5 M.-C. Bruwier, M.-F. Tilliet-Haulot & A. Verbanck-Piérard (éds), Franz Cumont & Mariemont. La correspondance adressée par Franz Cumont à Raoul Warocqué de 1901 à 1916, Mariemont, 2005.

6 C. Bonnet, Le « grand atelier de la science ». Franz Cumont et l’Altertumswissenschaft. Héritage et émancipations, I, Bruxelles-Rome, 2005, p. 236-241.

7 Les fig. 5090 et 5092 sont des documents inédits de la collection de Clercq dont la reproduction a été autorisée par Madame de Clercq. Ils ne figurent pas dans le petit volume de 1902 et apparaissent pour la première fois dans cette notice. En 1906, dans Les religions orientales dans le paganisme romain, p. 300, Cumont signale ces monuments comme les plus importants qui aient été découverts récemment et renvoie à la publication de A. de Ridder, Marbres de la collection de Clercq, Paris, 1906, p. 52 sv. 3 lettres du Fonds Wanlin témoignent de l’intérêt porté à ces marbres, une de S. Reinach du 18/01/1902 et 2 de de Ridder de février 1905. La fig. 5093 est reprise des Textes et monuments… de l’auteur.

8 La notice rédigée par E. Pottier au moment du décès d’E. Saglio et parue au début du 48e fascicule, indique qu’au moment où Saglio prend la relève de Daremberg le nombre de figures est porté de 400 à 3 000 (p. 5). Il y en a plus de 7 000 à l’arrivée.

9 Pour ce qui est de la statue rejetée par Saglio, il s’agit vraisemblablement de la grande statuette d’un Pan en hermès, découverte vers 1860 dans le Hainaut et conservée au Musée de Bruxelles dans la section gallo-romaine ; il n’y a pas de Priape dans la section romaine classique. Je remercie Cécile Evers de cette information. Cf. du reste dans la notice “ Priapus ”, à la n. 15, un renvoi à cette statue.

10 Les collections de Mariemont comportent trois représentations de Priape. Les œuvres sont décrites dans le catalogue des collections, G. Faider-Feytmans et al., Les antiquités égyptiennes, grecques, étrusques, romaines et gallo-romaines du Musée de Mariemont, Bruxelles, 1952 : B.47 : p. 170, pl. 60 (= F 12) (c’est la figure 5797 du Daremberg reproduite telle quelle) ; B.197 : p. 142, pl. 51 (= R 24) (« Le corps du dieu ithyphallique surmonte une gaine d’hermès posée sur un petit socle pyramidal ») ; B.508 : p. 165, pl. 59 (= F 2) (acquise en 1912, infra). Je remercie A. Verbanck pour ces indications.

11 M.-C. Bruwier, M.-F. Tilliet-Haulot & A. Verbanck-Piérard (éds), Franz Cumont & Mariemont, p. 57, 148. C’est le B.508 cité supra (n. 9).

12 C. Bonnet, Le « grand atelier de la science », I, 1, p. 241.

13 C. Bonnet, Le « grand atelier de la science », I, 1, p. 242-256.

14 Comptes rendus dans rib entre 1895 et 1914.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Véronique Krings, « Franz Cumont : l’apport des lettres à l’étude d’une participation au Dictionnaire des antiquités grecques et romaines  », Anabases, 4 | 2006, 205-218.

Référence électronique

Véronique Krings, « Franz Cumont : l’apport des lettres à l’étude d’une participation au Dictionnaire des antiquités grecques et romaines  », Anabases [En ligne], 4 | 2006, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 23 août 2017. URL : http://anabases.revues.org/3599 ; DOI : 10.4000/anabases.3599

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page