Navigation – Plan du site
Comptes rendus et notes de lecture

Claude Mossé, D’Homère à Plutarque. Itinéraires historiques

Pascal Payen
p. 261-263
Référence(s) :

Claude Mossé, D’Homère à Plutarque. Itinéraires historiques. Recueil d’articles, textes réunis par Patrice Brun, Bordeaux, Ausonius Éditions, « Scripta Antiqua 19 », diffusion De Boccard, 2007, 327 p.
30 euros / isbn 2-910023-90-7.

Texte intégral

1Il faut remercier chaleureusement Patrice Brun, professeur d’Histoire grecque à l’université Michel de Montaigne-Bordeaux 3, d’avoir eu l’idée de constituer un recueil de quelques-unes des principales études de Claude Mossé et d’avoir mené à bien ce projet en étroite collaboration avec elle. Il est inutile de rappeler que Claude Mossé est l’une des plus grandes figures de la seconde moitié du xxe siècle dans le champ de l’histoire de l’Antiquité grecque, et qu’elle est l’auteur d’ouvrages classiques, maintes fois réimprimés, sans cesse lus et annotés : La fin de la démocratie athénienne. Aspects sociaux et politiques du déclin de la cité grecque au ive siècle (1962), issu de sa thèse, La tyrannie en Grèce ancienne (1969), Histoire d’une démocratie : Athènes (1971), Politique et société en Grèce ancienne. Le « modèle » athénien (1995), parmi bien d’autres titres. Ses lecteurs savent également ou devinent qu’elle est aussi l’auteur de nombreux articles et études parus dans des revues scientifiques et des actes de colloques d’accès parfois difficile. Ce sont ces recherches qui ont fait l’objet du présent travail éditorial. Le livre réunit trente-six études, classées, qui forment un ensemble dont la recension a parfaitement sa place dans une revue consacrée à la réception de l’Antiquité, à un double titre.

2Un tel livre permet, tout d’abord, de mettre en perspective l’œuvre savante d’une historienne, sur plus de cinquante ans, entre 1953, date du plus ancien article : « Sur un passage de l’Archidamos d’Isocrate », jusqu’à 2005 pour le plus récent : « Impérialisme et démocratie : une liaison dangereuse ? ». Cette mise en contexte est présente de trois points de vue. Claude Mossé reconstitue, dans l’introduction du volume et dans certaines des notes additionnelles qui suivent les études, les filiations intellectuelles qui ont accompagné son travail. Formée auprès d’André Aymard, lui-même ouvert à la sociologie historique, proche d’Édouard Will dans sa manière d’écrire l’histoire politique, Claude Mossé reconnaît une dette particulière envers l’œuvre de Moses Finley et la pensée de Jean-Pierre Vernant. Tout en étant proche du Centre Louis Gernet (fondé par Jean-Pierre Vernant, en 1964) et des orientations différentes des siennes qui continuent de s’y développer, elle est restée fidèle à une vision « classique » de la méthode et de l’écriture historiques, sans jamais renoncer à renouveler ses thèmes d’étude au contact de chercheurs qui se réclamaient plus directement d’une approche marxiste de l’économie, du structuralisme dans l’analyse des mythes, de l’histoire des représentations et de l’imaginaire collectif. C’est ce que montre le mieux, selon un deuxième point de vue, le classement des articles en cinq grands ensembles, qui ne correspondent pas, ou fort peu, à de grandes scansions chronologiques. Claude Mossé s’est tour à tour et conjointement intéressée aux rapports entre « économie et société », dans le sillage de sa thèse publiée en 1962. À partir des années 1980, elle a ouvert les dossiers de l’histoire des femmes et de la famille. Un troisième ensemble, le plus important peut-être par le renouvellement qui est proposé de l’analyse du corpus des orateurs du ive siècle, réunit les études consacrées aux liens entre « droit et politique ». La place de la guerre dans les prérogatives du citoyen athénien, le rôle politique des armées civiques, la place grandissante des mercenaires dans la politique des cités après la guerre du Péloponnèse ont suscité, ici et dans les livres (ainsi dans Politique et société en Grèce ancienne, chapitre IV), une réflexion large, hors de toute approche cloisonnée de la cité. Le cinquième et dernier ensemble réunit des travaux consacrés à « l’image que les sociétés du passé ont donnée d’elles-mêmes, à la manière dont elles ont construit leur histoire, au mode de fonctionnement de cet imaginaire » (p. 265). Le lecteur y retrouvera notamment une étude majeure, parue dans les Annales en 1979 : « Comment s’élabore un mythe politique : Solon, “père fondateur” de la démocratie athénienne ». Enfin, Claude Mossé se livre, sobrement, à un travail de réflexion sur son œuvre. Les études n’ont pas été remaniées et peuvent ainsi être replacées dans leur contexte historiographique, mais elles sont brièvement prolongées soit par l’ajout de quelques références bibliographiques, soit par le signalement d’une thèse différente de la sienne, soit encore par quelques lignes d’un commentaire sans concession. Elle remet ainsi en cause, à plusieurs reprises, la notion de « déclin » appliquée, dans sa thèse, à l’Athènes du ive siècle et justifiée par l’idée d’une prétendue « crise » économique, dans une perspective inspirée d’une approche marxiste.

3L’œuvre historique de Claude Mossé concerne encore très directement la réception de l’Antiquité, lorsqu’elle étudie la manière dont les Anciens ont réfléchi sur leur propre Antiquité, dès l’époque classique, en méditant sur les origines soloniennes de la démocratie athénienne, ou avec Plutarque s’interrogeant, au iie siècle de notre ère, sur le déclin de Sparte. Aux historiens, l’Antiquité grecque n’a jamais fini de parler, lorsque la cité antique est confrontée avec les problèmes de la cité des Modernes. C’est la proximité avec l’œuvre de Pierre Vidal-Naquet qu’il faut évoquer, lorsque Claude Mossé, prolongeant la veine d’un livre intitulé L’Antiquité dans la Révolution française (1989), analyse les liens entre « Impérialisme et démocratie », à partir de ce qu’il advient de l’héritage ou du « modèle » athénien en général, et de l’œuvre de Thucydide en particulier, dans la science politique américaine très contemporaine (2005).

4Tout au long de ses livres et des études ici réunies, c’est bien la situation particulière d’Athènes que l’historienne ne cesse d’explorer : Athènes cité exceptionnelle, telle que la révèlent les sources anciennes et telle que l’appréhendent les Grecs des ve et ive siècles, mais aussi cité qui a diffusé son « modèle », au point d’effacer son caractère singulier, pour en faire un héritage commun qui se prolonge jusque chez les Modernes. Claude Mossé continue d’analyser ces problèmes d’histoire et d’historiographie, dans des études qui pourraient faire l’objet d’un second volume.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascal Payen, « Claude Mossé, D’Homère à Plutarque. Itinéraires historiques », Anabases, 6 | 2007, 261-263.

Référence électronique

Pascal Payen, « Claude Mossé, D’Homère à Plutarque. Itinéraires historiques », Anabases [En ligne], 6 | 2007, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://anabases.revues.org/3405

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page