Navigation – Plan du site
Comptes rendus et notes de lecture

Catherine Valenti, L’École française d’Athènes

Philippe Foro
p. 272-273
Référence(s) :

Catherine Valenti, L’École française d’Athènes, Paris, Belin, 2006, 221 p.
24 euros / isbn 2-7011-3888-4.

Texte intégral

1Mère des Écoles françaises à l’étranger, l’École française d’Athènes, créée par l’ordonnance royale du 11 septembre 1846, a trouvé son historienne en Catherine Valenti. Issu d’un travail de doctorat, le présent ouvrage offre une analyse claire de l’évolution de la prestigieuse institution, de la monarchie de juillet à nos jours au travers des trois phases chronologiques : les origines (début du xixe siècle à 1874), l’âge scientifique (1874-1925), les limites de l’instrumentalisation (1925 à nos jours).

2L’intérêt du livre de Catherine Valenti est triple. Tout d’abord, il nous permet de bien saisir le contexte international et intérieur grec qui amène à la fondation d’une institution culturelle dont les buts politiques ne sont jamais très éloignés. La gestation de la création est replacée dans l’atmosphère favorable aux idées philhelléniques, au cours de la guerre d’indépendance grecque soutenue par le gouvernement de Charles X (expédition de Morée de 1828-1829). L’indépendance acquise, le jeune royaume grec est soumis aux influences contraires des partis pro-russe, pro-britannique et pro-français, ce dernier étant dirigé par Jean Coletti. La création de l’École doit être envisagée au regard du prestige politique et culturel de la France. Les vicissitudes de la politique jouent sur le vie de l’institution, ainsi au moment de la Grande Guerre où les autorités grecques hésitent entre les Empires centraux et l’Entente, pendant l’entre deux-guerres au cours duquel la proclamation de la République en 1924, puis le restauration de la monarchie en 1935, perturbent le quotidien du travail de l’École, en 1974 lors du conflit gréco-turc à Chypre.

3Ensuite, le travail de Catherine Valenti permet de saisir la prosopographie des directeurs et des membres de l’École française d’Athènes. Parmi les premiers, ressortent de fortes personnalités tels l’autoritaire Amédée Daveluy qui traverse les régimes de 1846 à 1867, Gustave Fougères en poste de 1913 à 1919, Charles Picard qui lui succède jusqu’en 1925 ou Georges Daux, directeur de 1950 à 1969. En ce qui concerne les membres, la domination est exercée par des normaliens et des agrégés, tout particulièrement jusqu’en 1891, puis de 1923 à la fin des années 1960. Outre les origines géographiques, l’auteur s’intéresse aux origines sociales et familiales des membres et l’on ne sera pas surpris de voir une domination des urbains, des classes relativement aisées de la société que l’on retrouve par la suite parmi le corps des universitaires.

4Enfin, la lecture de l’ouvrage permet d’observer les membres de l’École au travail. C’est en 1852 qu’a lieu la première exploration archéologique sur l’Acropole sous la direction d’Ernest Beulé. D’autres suivent : à Délos à partir de 1873 (mais l’Allemagne obtient l’année suivante les fouilles d’Olympie…), à Delphes en 1892, à Thasos en 1911 jusqu’à « l’archéologie nouvelle », selon la formule mise en vogue par les archéologues anglo-saxons, des années 1960-1970. Ces travaux archéologiques sont partie prenante de la concurrence qui oppose les grandes puissances, mais le climat différent des années 1950 amène Georges Daux à préférer la qualité à la quantité, souci également encouragé par les nécessités budgétaires.

5Fondé sur d’abondantes sources d’archives issues des Archives nationales, du Quai d’Orsay, de l’École française d’Athènes dans la capitale grecque même, l’ouvrage de Catherine Valenti permet une connaissance approfondie de cette institution à l’image des travaux de Jean-Marc Delauney consacrés à la Casa Velazquez et qui aborde d’autres aspects que la brièveté de ce compte rendu ne peut prendre en compte (songeons aux questions budgétaires et aux débats des années 1970 et 1980 sur la réforme des statuts). Si l’on peut regretter que quelques documents photographiques (on pense tout particulièrement à des photographies de chantiers de fouilles ou de membres de l’École) ne soient pas venus illustrer le propos, ceci n’enlève rien à la qualité du travail. Désormais, comme le souligne l’auteur dans sa conclusion, les Écoles de Rome et du Caire attendent leurs historiens.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Foro, « Catherine Valenti, L’École française d’Athènes », Anabases, 5 | 2007, 272-273.

Référence électronique

Philippe Foro, « Catherine Valenti, L’École française d’Athènes », Anabases [En ligne], 5 | 2007, mis en ligne le 01 décembre 2011, consulté le 30 mars 2017. URL : http://anabases.revues.org/3248

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page