Navigation – Plan du site
Archeologie des savoirs
"Présences françaises à Rome"

Présences françaises à Rome : à la recherche de la culture antique

Philippe Foro
p. 103

Texte intégral

1Les Français entretiennent avec la ville de Rome des relations particulières, parfois contradictoires, souvent passionnées. Que la découverte de la Ville se fasse à trente-trois ans pour Stendhal ou à soixante-six ans pour Julien Gracq, en groupes tels les étudiants et les pèlerins ou individuellement à l’image de l’abbé Pierre Froment, personnage de Zola dans le roman Rome, elle ne laisse pas indifférent et a toujours une signification. Fils de l’Église ou libéraux anti-cléricaux, les Français viennent à Rome à la recherche d’une histoire disparue, d’une culture encore proche, d’une spiritualité toujours vive. Écrivains, artistes, fonctionnaires napoléoniens à une époque où, selon les mots de Chateaubriand, « les Français de l’Empire eurent à réparer les ravages qu’avaient faits les Français de la République », prélats, tous eurent dans l’Urbs une confrontation avec l’Antiquité et sa culture, païenne et chrétienne. Qu’ils soient célèbres (Montaigne, Chateaubriand), connus des spécialistes (de Brosses, Carcopino) ou anonymes, que visitaient les Français à Rome ? Qu’étudiaient-ils ? Quels regards portaient-ils sur les vestiges antiques dans une cité, véritable « royaume de pierres » selon l’expression de Dominique Fernandez à propos du Forum ? Que venaient-ils chercher pour l’esprit dans une Rome magnifiée ou décevante ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Foro, « Présences françaises à Rome : à la recherche de la culture antique », Anabases, 5 | 2007, 103.

Référence électronique

Philippe Foro, « Présences françaises à Rome : à la recherche de la culture antique », Anabases [En ligne], 5 | 2007, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 29 mai 2017. URL : http://anabases.revues.org/3107 ; DOI : 10.4000/anabases.3107

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page