Navigation – Plan du site
Archéologie des savoirs

Un Cumont peut en cacher un autre… À propos de l’appartenance de Franz Cumont à la franc-maçonnerie*

Corinne Bonnet
p. 197-203

Résumés

On s’interroge souvent sur l’appartenance ou non de Franz Cumont à la franc-maçonnerie. Des documents récemment publiés semblaient indiquer que c’était bien le cas. Mais un examen plus approfondi et élargi des pièces du dossier montre que c’est un autre Cumont, son frère Fernand, qui est concerné.

Haut de page

Texte intégral

  • * Je remercie Jeffrey Tyssens qui a accepté de relire ce travail et de me fournir des renseignements (...)
  • 1 M.-C. Bruwier, M.-F. Tilliet-Haulot et A. Verbanck-Piérard (éd.), Franz Cumont & Mariemont : la cor (...)

1Le Musée Royal de Mariemont a abrité, voici un an, une exposition sur « Franz Cumont et Mariemont », construite autour de ses rapports amicaux et professionnels avec Raoul Warocqué, le grand industriel et mécène. Il ne s’agit pas ici de revenir sur ces échanges, riches et importants, aux multiples ramifications, qui ont été traités de manière approfondie dans le catalogue de l’exposition1. On tentera plutôt d’élucider un point de détail qui n’est toutefois pas négligeable dans la perspective de la biographie intellectuelle de Franz Cumont.

  • 2 Ibid., p. 33, fig. 4 et 76, fig. 1 pour une image de deux de ces lettres.
  • 3 Le lien entre la présence de trois points dans des signatures privées et la franc-maçonnerie n’est (...)

2Dans l’en-tête de trois lettres envoyées par Cumont à Warocqué, en 1906 et 1907, figure, en effet, un monogramme « FC », accompagné de trois points2 (fig. 1). Cet élégant monogramme a du reste été placé sur les pages intercalaires des sections du catalogue de l’exposition. Les lettres ainsi marquées, dont le contenu ne présente aucune caractéristique spécifique, partent de Paris pour Mariemont : la graphie ne laisse aucun doute quant à leur auteur : il s’agit bien de Franz Cumont. Or, la présence de trois points dans ce monogramme avait amené les éditrices du catalogue à s’interroger sur l’appartenance de Cumont à la franc-maçonnerie, à laquelle Warocqué lui-même appartenait depuis 19033.

Fig. 1. Lettre de Franz Cumont à Raoul Warocqué, fonds Mariemont, 1907 (sans date 3), avec le monogramme FC et les trois points. D’après Franz Cumont et Mariemont, p. 76.

Fig. 1. Lettre de Franz Cumont à Raoul Warocqué, fonds Mariemont, 1907 (sans date 3), avec le monogramme FC et les trois points. D’après Franz Cumont et Mariemont, p. 76.
  • 4 Elle m’est du reste presque systématiquement posée lorsque je fais une conférence sur Cumont.
  • 5 F. Cumont, Lux Perpetua, Paris, Geuthner, 1949 (posthume). Préface de Louis Canet aux p. VII-XXXIII (...)

3La question n’est peut-être pas sans intérêt sur le plan scientifique4. Si la célèbre Préface à Lux Perpetua rédigée par Louis Canet et remontant à 1949 suggère une interprétation très « christianisante » de la figure de Cumont5, une appartenance du savant à la franc-maçonnerie, sans être nécessairement en contradiction avec cette donnée, jetterait pourtant une lumière intéressante sur le personnage, ses convictions et son œuvre, notamment en matière de symbolisme et de spiritualité, sans compter l’épineuse question de son rapport avec l’Église et le christianisme.

  • 6 Cf. C. Bonnet, La correspondance scientifique de Franz Cumont conservée à l’Academia Belgica de Rom (...)
  • 7 Le « notre » utilisé par Goblet ne me semble pas de nature à remettre en question cette analyse.

4Jusqu’à la publication du catalogue de l’exposition de Mariemont, aucune donnée explicite quant à une affiliation de Cumont à la franc-maçonnerie n’avait émergé de ses archives et de sa correspondance conservées à Rome (ou ailleurs). Certes, Cumont a bien entretenu des rapports avec plusieurs francs-maçons notoires, comme le grand maître de l’Orient de Belgique, Eugène Goblet d’Alviella (28 lettres entre 1892-1917), titulaire de la chaire d’Histoire des religions à l’Université libre de Bruxelles6, mais nulle part, leurs échanges ne font référence à un compagnonnage maçonnique. À l’inverse, dans une lettre du 16 février 1900, Goblet d’Alviella répond à Cumont qui l’avait interrogé sur le sens de certains symboles issus de la maçonnerie. « Je vous envoie ci-joint deux des cours, où je réponds – autant que je pouvais le faire il y a plusieurs années – à la question que vous m’avez posée hier (page 7 à 10 et 16 à 19 de la brochure). Les usages de notre Franc-Maçonnerie ne m’interdisent pas de vous communiquer ces documents à titre personnel ; je vous prierai seulement de me les renvoyer après en avoir pris connaissance ». Il semble que l’on puisse en déduire qu’en 1900, Cumont ne faisait pas partie de la franc-maçonnerie7.

  • 8 Sur les refus réitérés de Cumont de reprendre du service à l’université, en Belgique ou ailleurs, a (...)

5On relèvera aussi le fait qu’en 1928, après le décès prématuré de Richard Kreglinger, titulaire de la chaire d’Histoire des religions à l’Université libre de Bruxelles, ce poste fut offert à Cumont qui le refusa8. Il est contacté dès le 27 novembre 1928 par Henri Grégoire qui lui loue les mérites de cette chaire dans l’espoir de voir Cumont répondre à son appel. Le 14 décembre, Maurice Ansiaux, alors Recteur de l’Université de Bruxelles, revient à la charge ; il insiste et précise : « Je n’ignore pas que vous avez fait quelques objections et que vous éprouvez quelques scrupules. Permettez-moi de vous demander d’abandonner les unes et les autres. Tout d’abord, la partie de l’Histoire des Religions qui intéresse le plus l’Université de Bruxelles, dont la devise, vous le savez, est le Libre Examen, c’est l’exposé des origines du Christianisme que vous connaissez admirablement. Remarquez que nous ne songeons pas un instant à vous demander un cours de combat. Ce que nous attendons du titulaire de cette chaire importante, c’est un enseignement purement et rigoureusement scientifique. »

6Cumont avait manifestement quelque réticence sur le plan idéologique, probablement en rapport avec l’orientation idéologique de l’Université de Bruxelles. La publication du monogramme aux trois points sur trois lettres de Cumont est-elle de nature à relancer cette question ? Je crains que non, car, comme le suggère le titre de cette note, il y a, à mon sens, méprise sur la personne.

7De toutes les lettres envoyées par Franz Cumont à Raoul Warocqué, seules trois d’entre elles portent le monogramme qui nous intéresse. Or, ces trois missives partent toutes du 3, Boulevard de Courcelles à Paris ; l’adresse est imprimée dans l’en-tête comme le monogramme pointé. Franz Cumont écrit, par ailleurs, à son ami Raoul, des dizaines de lettres depuis les lieux les plus divers, comme Bruxelles, mais aussi Gand, Rome, plusieurs villes des États-Unis, etc., sans que jamais le monogramme en question ne réapparaisse. Sur le papier à en-tête de la rue Montoyer, à Bruxelles, où résidait habituellement Franz Cumont, avant son exil à Rome, papier sur lequel l’adresse est également imprimée, aucun monogramme n’est visible. Dans un cas, en outre, Cumont écrit à Warocqué du 3 Bd de Courcelles également, mais sur papier libre et avec l’adresse manuscrite : aucun monogramme cette fois. Si l’on élargit l’enquête à l’ensemble de la correspondance active de Cumont conservée dans différents fonds d’archives, on s’aperçoit que le monogramme n’est attesté nulle part ailleurs.

  • 9 Les premières cartes postales envoyées à cette adresse à Cumont remontent à 1907, mais on ne possèd (...)
  • 10 Fernand fut lié durant vingt-sept ans à Madame J. Lebourg, qui évoque ces faits dans une lettre à F (...)
  • 11 De nombreuses lettres de condoléances adressées à Franz figurent dans le fonds de correspondance pa (...)

8La solution de l’énigme est à Rome : l’appartement du 3 Boulevard de Courcelles, où Franz résida régulièrement à partir de 1907 au moins9, appartenait en fait à son frère Fernand (1871-1939), de trois ans son aîné, ingénieur de profession. En 1902, il avait fondé la société CSE, « Compagnie des Signaux pour Chemins de fer », avec l’aide du groupe financier Empain. Cette compagnie se spécialisa notamment dans la signalisation du métro parisien. Or, on conserve, dans les archives de l’Academia Belgica, à Rome, trente-trois lettres ou cartes postales envoyées par Fernand – qui resta célibataire toute sa vie, bien qu’en ayant une liaison stable et une fille naturelle10 – à son frère Franz, avec lequel il était très lié et qu’il hébergeait à Paris, au Boulevard de Courcelles, jusque vers 1920. Après quoi, les deux frères, Fernand et Franz, partagèrent l’appartement du 13 avenue Kléber où Fernand mourut en décembre 193911.

9Franz évoque avec émotion cet événement dans une lettre à Mikhaïl Rostovtzeff, du 14 janvier 1940 : « Merci de tout cœur de vos vœux affectueux. Si je ne vous avais pas encore adressé les miens (qui s’ils sont tardifs n’en sont pas moins sincères) c’est que j’ai été éprouvé récemment par un deuil douloureux. Le frère avec qui je vivais depuis trente ans pendant tous mes séjours à Paris, s’est éteint brusquement le mois dernier. Il avait le cœur surmené, et on l’a trouvé un matin mort dans son lit. Il avait passé du repos de la nuit au sommeil éternel. Cette grande maison que n’anime plus sa présence, est maintenant pour moi un triste séjour ». Les rapports entre Franz et Fernand, les deux célibataires endurcis de la famille, semblent donc avoir été étroits et durables.

10 Parmi les trente-trois messages de Fernand à Franz, le premier à porter l’adresse « 3 Bd de Courcelles » date de janvier 1917. Celle-ci est écrite de la main de Fernand, et non pas dans un en-tête. Il faut cependant noter que l’on ne conserve aucun message de Fernand entre 1904 et 1917. C’est à partir de 1919 que Fernand utilise un papier à en-tête contenant cette adresse et un monogramme « FC » semblable à celui qui nous intéresse, mais sans point. Quatre missives le renferment en 1919 et quatre autres, en 1920 (fig. 2).

Fig. 2. Lettre de Fernand Cumont à Franz, avec le monogramme sans les trois points, du 8 janvier 1919 (Academia Belgica 6227).

Fig. 2. Lettre de Fernand Cumont à Franz, avec le monogramme sans les trois points, du 8 janvier 1919 (Academia Belgica 6227).

11Fernand disposait toutefois, parallèlement, d’un autre papier à en-tête : « Cumont Ingénieur 3 Bd de Courcelles », sur trois lignes, peut-être davantage destiné à un usage professionnel que le premier, plus privé. Entre 1920 et 1923, aucune lettre de Fernand n’est conservée à Rome. Lorsqu’il refait surface, en septembre 1923, il habite désormais Avenue Kléber et son papier à en-tête, unique semble-t-il, précise : « Cumont Ingénieur 13, Avenue Kléber » (fig. 3). Le monogramme a alors complètement disparu et ne réapparaîtra jamais. La dernière lettre de Fernand à Franz remonte à novembre 1938, un peu plus d’un an avant son décès.

Fig. 3. Lettre de Fernand Cumont à Franz, sans monogramme, avec nouvel en-tête, du 28 septembre 1923 (Academia Belgica 7378 XL).

Fig. 3. Lettre de Fernand Cumont à Franz, sans monogramme, avec nouvel en-tête, du 28 septembre 1923 (Academia Belgica 7378 XL).

12Le papier portant le monogramme « FC » incliné et l’adresse du Bd de Courcelles correspond par conséquent à une période assez courte, que l’on serait tenté de situer entre 1919 et 1923, quoique nous disposions de preuves de la présence de Franz à cette adresse dès 1907, puisqu’il y reçoit du courrier. Tout indique, en tout cas, que le monogramme « FC » renvoyait à Fernand Cumont, et non à Franz.

13Partant, comment interpréter les trois lettres de Franz à Warocqué, avec ce monogramme affublé des trois points ? Nous avons vu que ceux-ci ne figurent jamais dans les lettres de Fernand à Franz contenant le monogramme « FC ». Fernand disposait vraisemblablement de deux papiers frappés de son monogramme : l’un pointé et l’autre non ; il était donc très certainement affilié à la franc-maçonnerie parisienne. Devant écrire à Raoul Warocqué, lui-même franc-maçon notoire, depuis le domicile de son frère Fernand où il loge, Franz Cumont aurait alors choisi sciemment d’utiliser le papier à en-tête maçonnique de Fernand, signe d’une complicité, d’une connivence intime avec son ami Raoul, et non pas d’une appartenance à la franc-maçonnerie.

  • 12 Cf. C. Bonnet, La formation de Franz Cumont d’après sa correspondance (1885-1892), Kernos 11 (1998) (...)

14Cela dit, Fernand n’est pas le seul Cumont affilié à la franc-maçonnerie : une loge de courte durée a existé à Alost, qui comptait parmi ses membres, dans les années 1860, un certain C. Cumont, qui est certainement Charles Cumont, l’industriel du textile, père de Franz et Fernand. Le rapport de Franz avec son père était très étroit et profond12, mais on ne peut savoir s’il toucha aussi ce domaine.

  • 13 Une recherche effectuée dans les archives conservées au Musée de la franc-maçonnerie de Bruxelles n (...)

15Si cette interprétation est exacte, elle montre que Fernand, le frère de Franz et propriétaire du monogramme pointé, était franc-maçon, mais elle ne signifie pas pour autant que Franz ne l’était pas, encore que les indices mentionnés ci-dessus aillent plutôt dans cette direction. Pour l’heure, une chose semble acquise : le monogramme FC avec les trois points ne se rapporte pas à Franz Cumont. Pour pouvoir associer le nom de Franz Cumont à la franc-maçonnerie, il faudrait disposer d’autres éléments13.

Haut de page

Notes

* Je remercie Jeffrey Tyssens qui a accepté de relire ce travail et de me fournir des renseignements précieux, ainsi qu’Annie Verbanck-Piérard pour son avis amical et éclairé.

1 M.-C. Bruwier, M.-F. Tilliet-Haulot et A. Verbanck-Piérard (éd.), Franz Cumont & Mariemont : la correspondance adressée par Franz Cumont à Raoul Warocqué de 1901 à 1916, Morlanwelz, Musée royal de Mariemont, 2005.

2 Ibid., p. 33, fig. 4 et 76, fig. 1 pour une image de deux de ces lettres.

3 Le lien entre la présence de trois points dans des signatures privées et la franc-maçonnerie n’est peut-être pas aussi automatique qu’on pourrait le croire, au demeurant.

4 Elle m’est du reste presque systématiquement posée lorsque je fais une conférence sur Cumont.

5 F. Cumont, Lux Perpetua, Paris, Geuthner, 1949 (posthume). Préface de Louis Canet aux p. VII-XXXIII. Pour une mise en perspective historiographique du volume et de la préface, on pourra bientôt consulter la réédition de ce volume par B. Rochette & A. Motte, dans la collection Bibliotheca cumontiana, series maior, 2, Turin, Nino Aragno Editore, 2008.

6 Cf. C. Bonnet, La correspondance scientifique de Franz Cumont conservée à l’Academia Belgica de Rome, Bruxelles-Rome, 1997, p. 217-218 ; cf. aussi C. Bonnet, Le « grand atelier de la science ». Franz Cumont et l’Altertumswissenschaft. Héritages et émancipations. Des études universitaires à la fin de la première guerre mondiale, Bruxelles-Rome, 2005, I, p. 120, 192, 326, 327, 366, II, p. 101.

7 Le « notre » utilisé par Goblet ne me semble pas de nature à remettre en question cette analyse.

8 Sur les refus réitérés de Cumont de reprendre du service à l’université, en Belgique ou ailleurs, après l’affaire de Gand de 1910-11, voir Bonnet, Le « grand atelier », I, p. 172-175, 262-268.

9 Les premières cartes postales envoyées à cette adresse à Cumont remontent à 1907, mais on ne possède aucune adresse sûre sur les documents envoyés à Paris entre 1902 (où figure une autre adresse à plusieurs reprises) et 1907.

10 Fernand fut lié durant vingt-sept ans à Madame J. Lebourg, qui évoque ces faits dans une lettre à Franz du 16 juin 1941, un an et demi après la mort de Fernand. De leur relation naquit une fille, Josette, qui, dans une lettre à Franz du 26 décembre 1933, signe « Josette Cumont », ce qui donne à penser que Fernand la reconnut légalement. On apprend du reste, par une lettre de Fernand à Franz, du 25 avril 1933, que Josette s’est fiancée et que la future belle-famille était parfaitement au courant de la situation.

11 De nombreuses lettres de condoléances adressées à Franz figurent dans le fonds de correspondance passive conservé à Rome.

12 Cf. C. Bonnet, La formation de Franz Cumont d’après sa correspondance (1885-1892), Kernos 11 (1998), p. 245-264.

13 Une recherche effectuée dans les archives conservées au Musée de la franc-maçonnerie de Bruxelles n’a donné aucune résultat quant à une éventuelle affiliation de Franz Cumont.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Lettre de Franz Cumont à Raoul Warocqué, fonds Mariemont, 1907 (sans date 3), avec le monogramme FC et les trois points. D’après Franz Cumont et Mariemont, p. 76.
URL http://anabases.revues.org/docannexe/image/298/img-1.png
Fichier image/png, 54k
Titre Fig. 2. Lettre de Fernand Cumont à Franz, avec le monogramme sans les trois points, du 8 janvier 1919 (Academia Belgica 6227).
URL http://anabases.revues.org/docannexe/image/298/img-2.png
Fichier image/png, 118k
Titre Fig. 3. Lettre de Fernand Cumont à Franz, sans monogramme, avec nouvel en-tête, du 28 septembre 1923 (Academia Belgica 7378 XL).
URL http://anabases.revues.org/docannexe/image/298/img-3.png
Fichier image/png, 135k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Corinne Bonnet, « Un Cumont peut en cacher un autre… À propos de l’appartenance de Franz Cumont à la franc-maçonnerie », Anabases, 8 | 2008, 197-203.

Référence électronique

Corinne Bonnet, « Un Cumont peut en cacher un autre… À propos de l’appartenance de Franz Cumont à la franc-maçonnerie », Anabases [En ligne], 8 | 2008, mis en ligne le 01 juillet 2011, consulté le 21 août 2017. URL : http://anabases.revues.org/298 ; DOI : 10.4000/anabases.298

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page