Navigation – Plan du site
Comptes rendus et notes de lecture

Claudio Schiano, Artemidoro di Efeso e la scienza del suo tempo

Germaine Aujac
p. 292-293
Référence(s) :

Claudio Schiano, Artemidoro di Efeso e la scienza del suo tempo, Bari, Edizioni Dedalo, 2010, 192 p.

20 euros / isbn 978-88-220-5816-4.

Texte intégral

1Le mystérieux papyrus exposé à Turin a provoqué un regain d’intérêt pour Artémidore d’Éphèse, auteur, au ier siècle avant notre ère, d’une Géographie en onze livres que nous ne connaissons guère que par ce qu’en ont dit ses successeurs, Strabon surtout, puis Étienne de Byzance. L’attribution à Artémidore des quatre colonnes que l’on peut lire sur le papyrus et dans lesquelles on a cru voir une description de l’Espagne méridionale a provoqué bien des controverses et suscité des travaux variés, au nombre desquels il faut compter l’ouvrage de Claudio Schiano dont l’un des objectifs est de mettre en doute l’authenticité de ce papyrus. Le premier chapitre (p. 9-34) examine la dette de Strabon envers Artémidore, qu’il connaît surtout par l’intermédiaire de Posidonius. Vers 400 de notre ère, Marcianus d’Héraclée aurait composé, outre un Périple de la mer Extérieure, conservé en partie, un Abrégé du Périple d’Artémidore, dont il ne reste que les parties relatives aux côtes méridionales de la mer Noire.

2Le second chapitre (p. 35-92) pose la question de la division en livres de la Géographie d’Artémidore : peut-on y répondre avec quelque certitude ? Comparant les mesures du monde données par Ératosthène et Artémidore, l’A. fait la distinction, valable en soi, entre le monde-globe terrestre et le monde habité ; mais il est regrettable qu’il parle de « planète », un terme bien anachronique, et qu’il utilise directement des mesures modernes, en degrés et minutes, inconnues à l’époque.

3Le troisième et dernier chapitre (p. 93-139) rappelle les différents itinéraires, présentés par divers auteurs, concernant l’Espagne méridionale. L’A. conclut que le papyrus, loin d’être l’écho direct de l’œuvre d’Artémidore, n’est qu’un succédané de l’abrégé de Marcianus.

4Un important appendice (p. 141-156) réunit dix-neuf fragments que l’A. range dans le livre i de la Géographie d’Artémidore. Pline, Agathémère, Strabon, Étienne de Byzance, Marcianus d’Héraclée livrent ainsi le peu que l’on puisse légitimement attribuer à cet auteur qui connaît depuis peu une vogue inattendue.

5Une abondante bibliographie (p. 157--169), un index des noms antiques et modernes (p. 171-175) suivi par un index des noms géographiques (p. 176-180), un index des passages cités (p. 181-188), un index des planches (p. 189) donnent au lecteur toutes facilités pour faire bon usage de cette savante mise au point.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Germaine Aujac, « Claudio Schiano, Artemidoro di Efeso e la scienza del suo tempo », Anabases, 14 | 2011, 292-293.

Référence électronique

Germaine Aujac, « Claudio Schiano, Artemidoro di Efeso e la scienza del suo tempo », Anabases [En ligne], 14 | 2011, mis en ligne le 01 octobre 2011, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://anabases.revues.org/2853

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page