Navigation – Plan du site
Traditions du patrimoine antique

La traduction de Daniel-Vulgate face à la Néovulgate

Régis Courtray
p. 107-126

Résumés

La présente étude entend proposer une comparaison entre la traduction du Livre de Daniel par Jérôme (env. 390-392) et la révision qui en a été proposée dans la Néovulgate (1979). Quelque 365 corrections ont été apportées au travail de Jérôme. Si la plupart vont dans le sens d’une amélioration du texte au regard des progrès de l’exégèse moderne, on est cependant en droit de s’interroger sur la nécessité d’autres corrections qui s’avèrent parfois discutables voire excessives ; l’article signale enfin quelques faiblesses de la traduction Néovulgate et certains maintiens fautifs de l’exégète stridonien. Cette étude comparative permet à terme de mieux saisir les spécificités et les qualités de l’œuvre de Jérôme traducteur et de montrer, si besoin en était, que sa traduction n’a perdu ni sa valeur littéraire ni son statut d’outil herméneutique.

Haut de page

Texte intégral

1Depuis sa traduction latine de la plupart des livres bibliques aux ive et ve siècles (entre 383 et 405), saint Jérôme est devenu le patron des traducteurs. Pourtant, cette entreprise qui lui vaut aujourd’hui encore sa réputation ne fut pas facilement acceptée à son époque ; certains, au rang desquels on compte Augustin d’Hippone, l’accusèrent d’avoir changé les Écritures en proposant un texte neuf, qui s’écartait des traductions Vieilles Latines, réalisées sur la Septante – traductions qu’on considérait comme inspirées. L’œuvre de Jérôme était toutefois promise à un riche succès : devant une Bible largement éloignée de la vérité des textes originels et du génie de la langue latine, le moine révise et retraduit l’Écriture pour en proposer une version qui deviendra, quelques siècles plus tard, la Bible officielle de l’Église catholique. Son travail ne se voulait pas entièrement original : Jérôme s’est appuyé sur les versions anciennes de la Vetus Latina, tout en les corrigeant ; mais il est résolument novateur en ce qu’il s’appuie sur les textes hébreu, grec, parfois araméen.

  • 1 Pour un rapide aperçu de l’histoire de la Bible latine, on pourra consulter l’article de P. Gandil, (...)
  • 2 Biblia sacra iuxta latinam vulgatam versionem ad codicum fidem iussu Ioannis Pauli pp. II cura et s (...)

2L’histoire des traductions de Jérôme est complexe1. Dès le viiie siècle, les manuscrits véhiculent des copies qui s’écartent du texte, et des érudits tels Théodulphe et Alcuin effectuent un travail de collation à partir des meilleurs témoins ; c’est à cette époque que la « Vulgate » va s’imposer face aux autres traductions latines. Au Moyen Âge se poursuit le travail d’uniformisation du texte biblique. À l’issue du Concile de Trente (1546), l’œuvre du moine est reconnue comme texte normatif ; même si l’on admet qu’elle contient des traductions erronées ou inexactes, son intégrité doctrinale et sa valeur traditionnelle ne sont toutefois pas remises en cause. Est alors décidé de donner une édition critique corrigée du texte : ce seront successivement les éditions des Bibles sixtine et sixto-clémentine. Depuis, de nouvelles éditions de la Vulgate ont été réalisées selon les exigences scientifiques modernes2.

  • 3 Nova Vulgata Bibliorum Sacrorum editio sacros. oecum. concilii Vaticani II ratione habita iussu Pau (...)
  • 4 J. Mallet, “La latinité de la Néo-Vulgate”, in La Biblia « Vulgata » dalle origini ai nostri giorni (...)

3Au xxe siècle, les questions liturgiques et les progrès de l’exégèse moderne amènent cependant l’Église à s’interroger à nouveau sur le texte traditionnel de la Bible latine. En 1965, la « Pontificia Commissio pro Nova Vulgata » est chargée par le Vatican de réviser l’ensemble de la Vulgate afin de concilier tradition et critique scientifique. En 1979 paraît l’édition complète de la Néovulgate3. Tels furent, résumés, les principes retenus pour cette nouvelle traduction : « Élaborer un texte, qui respecterait à la lettre celui de la “Vulgate de Jérôme” quand il produit fidèlement les originaux tels que nous les font connaître les éditions critiques modernes, et serait corrigé avec prudence quand il s’en écarte ou les interprète inexactement ; ces corrections devaient se conformer à “la latinitas biblica chrétienne”, de façon que s’équilibrent mutuellement et se tempèrent le respect de la tradition et les exigences de la science contemporaine4. »

  • 5 C. Rico, “L’art de la traduction chez saint Jérôme. La Vulgate à l’aune de la Néovulgate : l’exempl (...)

4Dès lors se pose la question d’une double traduction latine de la Bible, l’une relevant de la tradition, l’autre révisant la première et tendant à la supplanter comme texte liturgique de référence de l’Église catholique ; quelle place alors attribuer à chacune d’elles ? et surtout quelle valeur accorder à ces deux traductions, notamment à celle de Jérôme ? La question a été posée à propos de l’évangile de Jean dans un article récent5. Dans la présente étude, nous souhaiterions aborder la même problématique à partir d’un livre de l’Ancien Testament particulièrement représentatif : le Livre de Daniel ; ce livre prophétique, traduit par Jérôme aux alentours de 390-392, est en effet unique
en son genre en ce qu’il a été rédigé non seulement en hébreu, mais aussi en araméen et en grec. L’étude de ce texte, du point de vue de la traduction, est donc tout à fait intéressante.

  • 6 Celle-ci a déjà fait l’objet d’une étude de notre part : cf. R. Courtray, “Jérôme, traducteur du Li (...)
  • 7 Pour ne pas allonger cet article, nous n’avons que rarement fait appel aux textes originaux, notamm (...)

5Nous n’examinerons pas ici la traduction de Daniel par Jérôme6 mais nous livrerons à une comparaison systématique des deux versions Vulgate et Néovulgate. Pour ce faire, nous proposons une étude rapide et synthétique qui décrira l’essentiel de ces différences ; cette étude s’appuie sur le tableau que l’on trouve en annexe. Nous avons choisi de faire figurer sous la forme d’une liste l’ensemble des différences entre les deux traductions ; ces divergences sont présentées en deux colonnes dans l’ordre des versets bibliques ; une troisième colonne propose une rapide analyse des différences observées et tente d’expliquer les raisons qui ont sous-tendu le choix des réviseurs7. Un tel examen devrait permettre de saisir la spécificité de l’entreprise de Jérôme par sa confrontation avec la traduction Néovulgate et fournir comme une évaluation de sa traduction au regard de l’exégèse moderne.

1. Vers une plus grande fidélité au texte

  • 8 Biblia sacra iuxta latinam vulgatam versionem ad codicum fidem iussu Ioannis Pauli pp. II cura et s (...)
  • 9 Nova Vulgata Bibliorum Sacrorum editio sacros. oecum. concilii Vaticani II ratione habita iussu Pau (...)

6Un examen minutieux des deux traductions Vulgate ( = Vg)8 et Néovulgate ( = NVg)9 permet de découvrir quelque 365 différences entre les deux textes. La plupart manifestent un retour à la vérité du texte biblique – araméen, hébreu ou grec –, en conformité avec les recherches les plus récentes de la science exégétique. Nous n’insisterons pas sur cet aspect de la traduction : on trouvera l’ensemble des corrections dans le tableau ci-après ; nous les avons signalées par la mention : « Veritas ». Plus importants à nos yeux semblent les passages où la traduction présente des corrections de moindre importance ou contestables : c’est ici plus qu’ailleurs que peuvent se découvrir la spécificité et la valeur de la traduction de Jérôme.

7On notera toutefois en passant que beaucoup de corrections ont été faites dans l’esprit de la traduction de Jérôme : on trouve ainsi des reprises d’expressions typiques (et respondens praecepit en 3, 19), de préfixes propres à la traduction hiéronymienne (super-laudabile en 3, 52 : cf. v. 52 ss.), des harmonisations de la traduction d’un mot (commutentur en 4, 20 est simplifié en mutentur conformément à 4, 13), des calques d’une traduction sur un autre verset proche (en 6, 8, la finale quam praeuaricari non licet est reprise à la fin du v. 12 : quod praeuaricari non licet ; en 6, 11, le verbe accesserunt est calqué sur le v. 12, accedentes).

2. Des différences moindres

8Mais ces corrections s’accompagnent d’autres changements de moindre portée.

9a) La traduction se veut fidèle à une plus grande « latinité » du texte, notamment en ce qui concerne la syntaxe. Ainsi, elle ajoute des prépositions ou des mots nécessaires au sens (2, 28 : in ajouté devant nouissimis temporibus ; en 6, 12, le groupe coram rege est plus clair que le datif regi ; en 8, 14, les réviseurs ont ajouté au nombre duo milia trecenti l’indication utile dies). Elle change les cas (en 3, 4, le groupe populis tribubus et linguis, considéré par Jérôme comme une apposition au pronom uobis, est placé en apostrophe ; en 4, 5, le génitif de possession cuius nomen est remplacé, selon les règles classiques, par un datif : cui). Elle adapte le texte en préférant des tours syntaxiques conformes à la grammaire normative (ainsi pour l’adjectif apposé, on a préféré, en 3, 23, écrire in medio camino plutôt que in medio camini). Elle corrige les « curiosités morphologiques » (en 11, 24, l’hapax iniet est remplacé par la forme inibit). Cependant, quelques changements syntaxiques au moins se révèlent abusifs (pourquoi modifier en 6, 27 le texte qui liberauit alors qu’il suit l’hébreu ? de même, pourquoi modifier en 14, 19-20 la ponctuation alors que le texte de Jérôme, et iratus rex tunc adprehendit, suit manifestement la tournure de l’hébreu ?).

  • 10 Faut-il voir dans la forme prandi de 13, 12 une coquille pour prandii ?

10b) Le texte a pu également être modifié en fonction de l’apparat critique des éditions utilisées : c’est donc l’établissement du texte qui est ici en cause et les corrections ne portent que sur des détails du texte : le cas des mots (in holocausto au lieu de in holocaustum en 3, 40 ; cui à la place de cuius en 4, 5 ; draconis pour draconi en 14, 26), des formes proches (sedens et non et sedes en 3, 55), des rétablissements d’omission (ajout du mot Domini en 3, 58, du pronom haec en 4, 25), l’inversion de versets (en 3, 58-59 et 77-78), l’accord du verbe (magnificatum est plutôt que magnificatus est en 8, 11). On trouve cependant aussi de véritables choix d’édition (en 14, 17, devant l’ambiguïté du texte grec – hama tô anoixai – les réviseurs ont compris l’infinitif comme se référant à un sujet singulier – aperuisset – et non à un pluriel – aperuissent –). Certaines corrections semblent cependant contestables au vu de l’apparat critique (nimis eu lieu de nimiis en 11, 2 ; 1310).

11c) On note des variantes lexicales visant à une plus grande clarté du texte (omnis spiritus est remplacé avec plus de netteté par omnes uentes en 3, 65 ; l’adjectif religiosi de 3, 90 est précisé : qui timetis Dominum ; en 8, 12, le mot robur est rendu par militia ; de même, en 10, 1, à la place de fortitudo, on trouve la traduction acies). Quelques variantes sont toutefois plus ou moins nécessaires (on ne voit pas, en 3, 36, la nécessité de remplacer la traduction locutus es de Jérôme par le verbe dixisti).

12d) Les différences correspondent encore aux choix orthographiques, notamment pour les noms hébreux. Les réviseurs ont préféré la forme Danihel à l’orthographe Daniel de la Vulgate ; la déclinaison du nom varie également : Danihelum à l’accusatif au lieu de Danielem, Daniele pour la forme invariable Danihel (même correction de Iuda en Iudae en 9, 7 ; 13, 56. 57 ; de Mosi en Moysis en 9, 11. 13 ; 13, 3. 62). Signalons rapidement quelques autres corrections : Dura pour Duram (en 3, 1) ; Iuda pour Iudaea (en 5, 13) ; Helchiae pour Chelciae (en 13, 2. 29. 63). Certaines corrections semblent toutefois excessives (par exemple, le remplacement de sicuti en sicut en 13, 61 – même variante abusive pour les formes aduersus / aduersum en Dn 11 ; 13 ; 14).

  • 11 Nos traductions sont empruntées à la Traduction Œcuménique de la Bible, Le Cerf – Société Biblique (...)

13e) On trouve également des corrections sur des mots de liaison, que ce soit pour en ajouter, en retrancher ou en modifier ; généralement, ces modifications sont faites dans le sens d’un retour à la vérité du texte (par exemple : 1, 4 ; 2, 24 ; 38 ; 3, 20 ; 22 ; etc.). Certains ajouts semblent davantage liés à un souci d’améliorer le style de la traduction de Jérôme sans apporter de réelle nouveauté au texte (ajout d’un autem en 2, 33, d’un et en 2, 37 et en 3, 7 ; suppression d’un et en 3, 96 ; transformation d’un autem en et en 3, 22). Cependant, on peut s’interroger sur la nécessité de quelques variantes sans conséquence modifiant la traduction du moine (ergo à la place de igitur en 6, 11 ; et à la place de ac en 7, 14 ; et à la place de –que en 10, 9) ; ces variantes sont d’ailleurs parfois contestables (en 7, 20, la transformation de ante quod en ante et rend moins bien l’hébreu « devant laquelle trois étaient tombées11 »). De même, on notera l’ajout ou le changement de prépositions destinées à clarifier le texte ou à le rendre plus « latin » (ajout de la préposition in devant le groupe nouissimis temporibus en 2, 28 ; ou devant le mot uinculo en 4, 12), le changement de certains pronoms (coram ipso au lieu de coram eo en 4, 5), l’ajout d’adjectifs possessifs (meum en 9, 3 ; tuis en 9, 5).

  • 12 Voir encore : 2, 19 ; 24 ; 5, 2 ; 6, 4 ; 10 ; 8, 1 ; 7 ; 9, 12 ; 14, 47.

14f) Les corrections portent parfois sur de simples interversions de termes : tu quaeris rex au lieu de tu rex quaeris (2, 11), potestatem acceperat au lieu de acceperat potestatem (2, 15)12 ; parfois, ces changements veulent rendre le texte plus clair (ainsi, en 6, 4, on voit mieux l’unité syntaxique dans l’expression ut inuenirent occasionem). Or, on pourrait se demander si l’ordre des mots adopté par Jérôme n’est pas finalement meilleur dans la mesure où il a été adopté par un érudit qui avait su imposer à sa traduction une certaine élégance latine.

15Certaines des corrections apportées peuvent donc surprendre : dans le cadre d’une traduction qui se veut une révision du texte de Jérôme, on est en droit de se demander si des interversions de termes ou des changements de mots de liaison sont vraiment nécessaires. Plus surprenant encore, des soucis excessifs de recherche de style écartent parfois la traduction de son principe même de fidélité au texte ; c’est notamment le cas de l’utilisation à trois reprises de la figure étymologique non justifiée par le texte hébreu ou grec (dominabitur dominatione en 11, 3. 5 ; morte moriemur en 14, 11).

16Or on est encore plus surpris de constater que la NVg maintient en plusieurs passages les traductions fautives de Jérôme.

3. Faiblesses d’une traduction

17La NVg ne fait pas œuvre nouvelle : révisant la traduction du moine de Bethléem, elle conserve la plupart du temps le texte du moine, parfois dans ses particularités. C’est ainsi que son goût pour la uariatio est conservé, alors même qu’il s’écarte de l’original. Ainsi, la NVg reprend la uariatio hiéronymienne abusive du chapitre 4 lorsqu’il est dit que le roi Nabuchodonosor, changé en bête sauvage, sera « baigné » de la rosée du ciel (4, 12 : tingatur ; 4, 20 : conspergatur ; 4, 22 : infunderis ; 4, 30 : infectum est). Même maintien de la uariatio à propos des « grandes paroles » que prononce la quatrième bête de la vision prophétique (7, 8 : ingentia ; 7, 11 : sermonum grandium), pour indiquer que le bouc, la petite corne et le roi puissant de la vision 8 « grandissent » (8, 4. 10. 11. 25 : magnificari ; 8, 8 : magnus factus est nimis ; 8, 9 : factum est grande), pour rendre le jeu sur le grec dapanê / dapanân (14, 7 : impensas ; 14, 20 : consumebant) ou encore pour mentionner les « nourritures » offertes à Bel (14, 10 ( = 11) : escas ; 13 ( = 14) : cibos). On trouve de plus une variante excessive nouvelle dans la NVg (12, 10 : purificabuntur au lieu de eligentur que donnait Jérôme). On notera toutefois un refus de la uariatio fautive de Jérôme en 3, 2.3.12 (l’unique terme prouincia remplace la variante prouinicia / regio de Jérôme).

18De la même manière, les hébraïsmes sont gardés alors qu’ils ne se prêtent pas au génie de la langue latine (1, 10 : condemnabitis caput meum regi pour signifier : « rendre coupable au prix de sa tête auprès du roi » (trad. T.O.B.) ; 6, 14 (NVg = 6, 15) : posuit cor ut pour signifier : « s’efforcer de ». Cependant, comme Jérôme, la NVg refuse de rendre l’hébraïsme en 3, 8 (maintien de la traduction accusauerunt, là où il est dit en hébreu : « manger des morceaux <de chair> »).

19On peut encore relever quelques maintiens fautifs de la traduction de Jérôme.

  • 13 On se souvient de l’explication (erronée) que Jérôme donne dans son Commentaire sur Daniel pour jus (...)

20a) On remarque d’abord quelques négligences ou oublis de corrections de traductions erronées : 1, 20 (uerbum – qui rend l’hébreu dabar – aurait dû être traduit res) ; 2, 42 (contritum ne traduit pas l’original : « fragile ») ; 5, 19 (maintien du verbe percutiebat alors que le texte dit : « il laissait vivre ») ; 5, 25 (la traduction digesta est est peu claire alors que l’araméen dit plus nettement qu’une écriture est « tracée ») ; 7, 4 (sans raison exégétique valable, la traduction fautive leaena est conservée alors que le texte parle de « lion »13) ; 11, 21 (on est surpris de voir maintenu l’adverbe clam pour rendre l’hébreu : « dans une période de prospérité ») ; 11, 45 (usque ad summitatem ne saurait signifier : « jusqu’à sa fin »). Enfin, on verra comme un simple oubli l’ajout fautif de Jérôme maintenu en 14, 9 (et paruulis).

  • 14 Ce maintien est d’autant plus contestable qu’il induit une lecture théologique du texte ; pourtant, (...)

21b) On peut également souligner le maintien excessif de certains mots araméens ou grecs : le terme araméen sarabara en 3, 94 pour désigner le « manteau » des trois jeunes Hébreux ; le mot grec christus pour le « messie » de 9, 25-2614 ; les termes grecs schino et prino pour les noms d’arbres de 13, 54. 58.

  • 15 La Bible de Jérusalem, la Bible d’Osty et la T.O.B. traduisent : « concubines ».
  • 16 Il est d’autant plus surprenant de constater qu’en 13, 58, le verbe employé par Jérôme a été renfor (...)

22c) On s’amusera peut-être de quelques maintiens, largement « orientés » dans le sens d’une traduction conforme à la bienséance. Ainsi, en 6, 19, dans la Vg et la NVg, le roi ne se laisse pas amener de « nourriture » (cibi), alors que le mot araméen est de sens incertain et peut signifier des réalités très différentes : des aliments, des instruments de musique ou, plus vraisemblablement ici, des concubines15 ! De même, en 13, 54.57.58, les deux textes latins disent que Suzanne et son amant fictif sont accusés par les deux anciens d’avoir « conversé » dans le jardin (13, 54 : loquentes ; 13, 57 : loquebantur ; 13, 58 : colloquentes) ; or le verbe grec homilein est de sens plus large et signifie ici : « avoir commerce ensemble16 ».

23d) Enfin, on notera un oubli caractérisé en Dn 14, 40. En rétablissant une omission de Jérôme dans la Vg (et non est alius praeter te), la révision a oublié la fin du verset que l’on trouve pourtant, dans la Vulgate, chez Théodotion (et, sous une forme similaire, dans la Septante) ; il convient donc d’ajouter à la fin de la NVg le groupe : et extraxit eum.

24Nous n’avons étudié ici que quelques cas parmi beaucoup d’autres ; le tableau qui suit permettra au lecteur de se faire une idée plus juste des principales différences qui existent entre la Vg et la NVg. Toutefois, ces quelques éléments permettent à la fois de bien mesurer la valeur de l’entreprise qui fut celle de Jérôme et d’évaluer la traduction de Daniel dans la NVg.

25Cette dernière traduction fut faite dans l’esprit de Jérôme, avec un constant souci de la vérité du texte et une réelle prise en compte des progrès de nos connaissances exégétiques. Elle apporte certes de réelles corrections conformes aux traductions scientifiques modernes, mais on a vu qu’elle en propose aussi de plus discutables, parfois d’inutiles ; sur certaines divergences, la traduction de Jérôme se révèle meilleure que sa révision. Jérôme a su donner à son texte une coloration latine tout en maintenant la spécificité du « latin biblique » ; on pourrait du coup se demander si la correction linguistique imprimée à sa traduction ne dénature pas finalement la cohérence de l’ensemble au profit d’une normativité excessive.

  • 17 C. Rico, “L’art de la traduction chez saint Jérôme”, p. 218.

26Au terme de notre étude sur le Livre de Daniel, nous sommes amené à reconnaître à la Vg une richesse que la nouvelle traduction n’a pas démentie ; la NVg ne se veut d’ailleurs rien d’autre qu’une révision du texte qui a servi durant des siècles de traduction officielle à l’Église : il s’agit d’un travail actualisé mais qui ne remet pas en cause la Vg dans son ensemble. Jérôme a donné sa forme littéraire à la traduction de Daniel : alors que les Vieilles Latines proposaient un texte rocailleux et rude, la Vg a offert la noblesse d’une traduction latine réalisée par un grand connaisseur de la Bible ; la NVg a œuvré à une amélioration de ce texte. C’est dire finalement que le travail de Jérôme a davantage provoqué l’émulation que la critique chez les exégètes modernes. Si la NVg est devenu le texte officiel de la liturgie, il apparaît que la Vg de Jérôme non seulement est un témoin privilégié de l’exégèse antique, médiévale et moderne, mais, comme le souligne C. Rico, « elle devrait rester au service de la science biblique l’outil herméneutique indispensable qu’elle a toujours représenté17 ».

Comparaison entre la Vulgate et la Néovulgate

  • 18 On note un décalage dans la numérotation des versets entre la Vg de Jérôme et la NVg (Dn 5, 31 est (...)
  • 19 La forme iniet apparaît comme un hapax.
  • 20 On note un décalage dans la numérotation des versets entre la Vg et la NVg (Dn 13, 65 est considéré (...)

Références

Vulgate de Jérôme

Nova Vulgata

Motifs de la correction / Remarques

1, 2

dei sui

deorum suorum

Veritas

1, 2

dei sui

deorum suorum

Veritas

1, 4

ut doceret

et ut docerent

Veritas

1, 11

ad Malassar

ad custodem

Veritas

1, 13

et contemplare uultus nostros

et uideantur in conspectu tuo uultus nostri

Veritas

1, 16

Malassar

custos

Veritas

1, 17

pueris autem his

quattuor autem pueris his

Veritas

1, 17

in omni libro

in omni scriptura

Veritas

2, 3

et mente confusus ignoro quod uiderim

et spiritus meus conterritus est, ut intellegat somnium

Veritas

2, 4

syriace

Aramaice

Veritas

2, 5

peribitis uos et domus uestrae publicabuntur

in frustra concidemini et domus uestrae in sterquilinium ponentur

Veritas

2, 9

quod interpretationem quoque fallacem et deceptione plenam composueritis

Et uerbum fallax et deceptione plenum composuistis

Veritas

2, 9

quod interpretationem quoque eius ueram loquamini

quod interpretationem eius loquamini mihi

Veritas

2, 10

qui sermonem tuum rex possit implere sed

qui sermonem regis possit indicare ; quapropter

Veritas

2, 11

tu rex quaeris

tu quaeris, rex, …

Interversion

2, 13

sapientes interficiebantur

ut sapientes interficerentur

Veritas

2, 14

Danihel requisiuit de lege atque sententia ab Arioch principe

Daniel interrogauit cum consilio et prudentia Arioch, principem

Veritas

2, 15

et interrogauit eum

respondens dixit ad Arioch

Veritas

2, 15

acceperat potestatem

potestatem acceperat

Interversion

2, 19

Danihel benedixit

benedixit Daniel

Interversion

2, 20

et locutus ait

et locutus Daniel ait

Veritas

2, 20

sit nomen Domini

sit nomen Dei

Veritas

2, 21

regna

reges

Veritas

2, 22

lux cum eo est

lux cum eo inhabitat

Veritas

2, 24

post haec

propterea

Veritas

2, 26

indicare mihi

mihi indicare

Interversion

2, 28

nouissimis temporibus

in nouissimis temporibus

Souci linguistique

Clarté du texte

2, 31

quasi statua

statua

Veritas

2, 33

quaedam fictilis

quaedam autem fictilis

Souci de style

2, 35

et redacta quasi in fauillam aestiuae areae rapta sunt uento

et fuerunt quasi folliculus ex aeris aestiuis, et rapuit ea uentus

Veritas

2, 37

fortitudinem

et fortitudinem

Souci de style

2, 38

sub dicione tua uniuersa constituit

te dominum uniuersorum constituit

Veritas

2, 38

tu es ergo caput

tu es caput

Veritas

2, 39

erit uelut ferrum

erit robustum uelut ferrum

Veritas

2, 40

Ø

sicut ferrum comminuens conteret et

Veritas

2, 41

quod tamen de plantario ferri orietur

et robur ferri erit ei

Veritas

2, 43

quia autem

quod autem

Veritas

2, 46

et alibi

Danihelum

Danielem

Orthographe

2, 48

praefectum magistratuum

principem praefectorum

Veritas

3, 1

in campo Duram

in campo Dura

Orthographe

3, 1

prouinciae

in prouincia

Veritas

3, 2

regionum

prouinciarum

Veritas

3, 3

regionum ut conuenirent ad

prouinciarum ad

Veritas

3, 4

populis tribubus et linguis

populi, tribus et linguae

Souci linguistique

3, 7

populis et tribus

populi tribus

Souci de style

3, 12

regionis

prouinciae

Veritas

3, 12

contempserunt rex decretum tuum

te, rex, non honorant

Veritas

3, 13

qui confestim

tunc uiri illi

Veritas

3, 15

nunc ergo si estis parati

numquid nunc estis parati

Veritas

3, 15

in fornacem ignis ardentem

in fornacem ignis ardentis

Veritas

3, 17

de manibus tuis rex liberare

de manu tua, rex, liberabit

Veritas

3, 19

et praecepit

et respondens praecepit

Veritas

Ajout conforme au style de Jérôme

3, 20

ut ligatis pedibus

ut ligarent

Veritas

3, 20

mitterent

et mitterent

Veritas

3, 20

in fornacem ignis ardentem

in fornacem ignis ardentis

Veritas

3, 22

nam

itaque, quia

Veritas

3, 22

fornax autem

et fornax

Clarté du texte

3, 22

porro uiros illos

uiros illos

Veritas

3, 23

uiri autem hii id est tres

uiri autem tres

Veritas

3, 23

in medio camini

in medio camino

Souci linguistique

3, 27

iudicia tua uera

iudicia tua ueritas

Veritas

3, 33

facti sumus

facta sunt

Veritas

3, 36

locutus es

dixisti

Variante lexicale

3, 40

in holocaustum

in holocausto

Veritas

Etablissement du texte

3, 40

ut placeat tibi

et perfice subsequentes te

Veritas

3, 44

in omni potentia

absque ulla potentia

Veritas

3, 49

angelus autem

angelus autem Domini

Veritas

3, 52

laudabile

superlaudabile

Veritas

(préverbe repris à Jérôme)

3, 52

in omnibus saeculis

in saecula

Veritas

3, 55

et sedes

sedens

Veritas

Etablissement du texte

3, 58

angeli Domino

angeli Domini, Domino

Veritas

Etablissement du texte

3, 58-59

Inversion des versets

Veritas

Etablissement du texte

3, 61

benedicite omnes uirtutes Domini Domino

benedicat omnis uirtus Domino

Veritas

3, 65

omnis spiritus

omnes uentes

Clarté du texte

3, 77-78

Inversion des versets

Veritas

Etablissement du texte

3, 88

de medio ardentis flammae

de medio fornacis ardentis flammae

Veritas

3, 90

religiosi

qui timetis Dominum

Clarté du texte

3, 90

confitemini Deo

confitemini ei

Veritas

3, 92

filio Dei

filio deorum

Veritas

3, 95

Sedrach uidelicet Misach

Sedrac, Misac

Veritas

3, 96

populus et tribus

populus tribus

Souci de style

3, 96

dispereat et domus eius uastetur neque enim

in frustra concidatur, et domus eius in sterquilinium fiat, eo quod non

Veritas

3, 99

fecit

quae fecit

Veritas

3, 99

placuit ergo mihi

placuit mihi

Veritas

3, 100

quia magna… quia fortia

quam magna… quam fortia

Veritas

4, 2

cogitationes meae

cogitationes

Veritas

4, 3

et ut solutionem

ut solutionem

Veritas

4, 5

donec

donec denique

Veritas

4, 5

collega

Ø

Veritas

4, 5

cuius

cui

Souci linguistique

Etablissement du texte

4, 5

coram eo

coram ipso

Clarté du texte

4, 6

uisiones somniorum meorum

uisiones somnii mei

Veritas

4, 6

solutionem eorum

solutionem eius

Veritas

4, 9

animalia et bestiae

bestiae agri

Veritas

4, 11

fructum

fructus

Veritas

4, 11

subter eam

de sub ea

Clarté du texte

4, 12

uinculo

in uinculo

Clarté du texte

4, 14

donec cognoscant

ut cognoscant

Veritas

4, 15

narra festinus

narra

Veritas

4, 16

coepit intra semetipsum tacitus cogitare

obstupuit

Veritas

4, 19

uniuersae terrae

terrae

Veritas

4, 20

uinciatur ferro et aere

uinculo ferreo et aereo

Veritas

4, 20

in herbis foris

in herbis agri

Veritas

4, 20

pabulum

pars

Veritas

4, 20

commutentur

mutentur

Veritas

(cf. 4, 13)

4, 21

interpretatio sententiae

interpretatio, rex, et sententia

Veritas

4, 22

eicient

et eicient

Veritas

4, 23

praecepit

praeceperunt

Veritas

4, 23

potestatem esse caelestem

potestatem caeli

Veritas

4, 24

forsitan ignoscat delictis tuis

sic longitudo erit prosperitati tuae

Veritas

4, 25

omnia

omnia haec

Veritas

Etablissement du texte

4, 26

in aula

in palatio regni

Veritas

4, 29. 30

bos

boues

Veritas

4, 32

quare fecisti ?

quid facis ?

Veritas

4, 33

decoremque perueni et figura mea reuersa est ad me

maiestas mea et splendor meus reuersa sunt ad me

Veritas

4, 34

opera eius uera

opera eius ueritas

Veritas

4, 34

iudicia

iudicium

Veritas

5, 1

unusquisque secundum suam bibebat aetatem

coram his millibus uinum bibebat

Veritas

5, 2

Ø

Balthasar

Veritas

5, 2

praecepit ergo

ergo praecepit

Interversion

5, 4

et aereos

aereos

Veritas

5, 5

quasi manus

manus

Veritas

5, 5

scribentes

et scripserunt

Veritas

5, 5

aulae regiae

palatii regis

Clarté du texte

5, 7

erit

dominabitur

Veritas

5, 8

non potuerunt

et non potuerunt

Veritas

5, 9

immutatus est

immutatus est super eum

Veritas

5, 10

pro re quae acciderat regi et optimatibus eius

sermonum regis optimatiumque eius causa

Veritas

5, 10

et proloquens

et regina proloquens

Veritas

5, 11

Ø

et intellegentia

Veritas

5, 11

Ø

quasi sapientia deorum

Veritas

5, 11

pater inquam tuus

pater tuus

Veritas

5, 12

interpretatio

et interpretatio

Veritas

5, 12

hoc est in Danihelo

in Daniele

Veritas

5, 13

de Iudaea

de Iuda

Orthographe

5, 17

ad quae

tunc

Veritas

5, 20

ablata est

ablata est ab eo

Veritas

5, 21

bos

boues

Veritas

5, 23

aduersum Dominatorem

aduersum Dominum

Veritas

5, 24

missus est articulus

missi sunt articuli

Souci de cohérence (cf. v. 5)

5, 24

quae scripsit hoc quod exaratum est

et scriptura haec exarata est

Veritas

5, 25

fares

upharsin

Veritas

5, 29

in regno

in regno suo

Veritas

5, 30

rex chaldaeus

rex Chaldaeorum

Veritas

6, 318

Danihel

ille Daniel

Veritas

6, 4

occasionem ut inuenirent

ut inuenirent occasionem

Interversion

Clarté du texte

6, 5

in lege Dei sui

inueniamus aduersus eum in lege Dei sui

Veritas

6, 6

satrapae subripuerunt regi

satrapae illi concurrerunt ad regem

Veritas

6, 7

senatores

optimates

Veritas

6, 7

ut decretum imperatorium exeat et edictum

ut decretum regis promulget et edictum confirmet

Veritas

6, 8

scribe decretum

signa decretum

Veritas

6, 8

quod statutum est a Medis atque Persis nec praeuaricari cuiquam liceat

iuxta legem Medorum et Persarum, quam praeuaricari non licet

Veritas

fin reprise au v. 12 (quod praeuaricari non licet)

6, 9

proposuit edictum et statuit

signauit edictum et decretum

Veritas

6, 10

quod cum Danihel comperisset id est constitutam legem

Daniel autem, cum comperisset decretum signatum esse

Veritas

Interversion

6, 11

igitur

ergo

Variante lexicale

6, 11

curiosius inquirentes

accesserunt

Veritas

(cf. v. 12 : accedentes)

6, 12

accedentes

accesserunt

Veritas

6, 12

regi

coram rege

Veritas

6, 12

constituisti

signasti decretum

Veritas

6, 12

ad quod respondens

respondens

Veritas

6, 12

uerus sermo

uerus est sermo

Clarté du texte

6, 13

de lege tua

de te, rex

Veritas

6, 14

pro Danihel

pro Daniele

Orthographe

6, 15

intellegentes regem dixerunt ei

accesserunt ad regem et dixerunt ei

Veritas

6, 15

decretum

decretum et edictum

Veritas

6, 16

liberabit

liberet

Veritas

6, 20

eum

Danielem

Veritas

6, 24

iubente autem rege

dixit autem rex, et

Veritas

6, 24

donec arriperent

donec potirentur

Veritas

6, 26

in uiniuerso imperio et regno meo

in uniuerso imperio regni mei

Veritas

6, 26

aeternus

permanens

Veritas

6, 27

faciens

et faciens

Veritas

6, 27

qui liberauit

liberauit autem

Choix syntaxique (inutile, l’hébreu offrant le texte ידּ)

6, 28

perseuerauit usque ad regnum Darii regnumque Cyri Persae

prosperatus est in regno Darii et in regno Cyri Persae

Veritas

7, 1

uisio autem

et uisionem

Veritas

7, 1

et somnium

tunc et somnium

Veritas

7, 1

somnium scribens breui sermone comprehendit

somnium scripsit. Caput uerborum, quae locutus est

Veritas

7, 2

Ø

respondit Daniel et dixit

Veritas

7, 2

pugnabant in mari magno

conturbabant mare Magnum

Veritas

7, 5

bestia alia

bestia alia, secunda

Veritas

7, 5

tres ordines

tres costae

Veritas

7, 10

fluuius igneus rapidusque

fluuius igneus effluebat et

Veritas

7, 11

aspiciebam

aspiciebam tunc

Veritas

7, 11

traditum esset

tradita esset

Veritas

7, 14

dedit ei potestatem et honorem et regnum

data sunt ei potestas et honor et regnum

Veritas

7, 14

ac linguae

et linguae

Variante lexicale

Etablissement du texte

7, 14

seruient

seruierunt

Veritas

7, 16

interpretationem sermonum et

et interpretationem sermonum

Veritas

7, 19

dentes et ungues eius ferrei

dentes ferrei et ungues eius aerei

Veritas

7, 19

comedebat et comminuebat et reliquias pedibus suis conculcabat

comedens et comminuens et reliquias pedibus suis conculcans

Veritas

7, 20

ante quod

ante et

correction contestable

7, 24

ipsius regni

regni

Veritas

7, 25

leges

legem

Veritas

7, 26

ut auferatur potentia et

et potentiam eius auferent, ut

Veritas

7, 27

magnitudo regni

magnitudo regnorum

Veritas

7, 27

(regnum autem et potestas et magnitudo regni) quae est

(regnum autem et potestas et magnitudo regnorum) quae sunt

Clarté du texte

Souci linguistique

8, 1

apparuit mihi

mihi apparuerat

Interversion

8, 2

in uisione mea

in uisione

Veritas

8, 2

cum essem

et factum est, dum uiuerem, eram

Veritas

8, 2

in Aelam ciuitate

in Elam prouincia

Veritas

8, 2

super portam

super riuum

Veritas

8, 3

ante paludem

ante riuum

Veritas

8, 3

habens cornua

habens cornua et cornua

Veritas

8, 3

atque succrescens postea

et excelsius crescebat in postero

Veritas

8, 6

ante portam

ante riuum

Veritas

8, 7

cumque adpropinquasset

uidi eum appropinquantem

Veritas

8, 7

efferatus est

et efferatus est

Veritas

8, 8

cornua quattuor

quattuor cornua

Interversion

8, 8

subter illud

loco illius

Veritas

8, 11

magnificatus est

magnificatum est

Veritas

Etablissement du texte

8, 12

robur autem datum est

militia autem data est

Variante lexicale

Clarté du texte

8, 12

prosternetur

prostrata est

Veritas

8, 12

et faciet et prosperabitur

cornu autem fecit et prosperatum est

Veritas

8, 14

duo milia trecenti

dies duo milia trecenti

Clarté du texte

8, 19

dixitque mihi

dixitque

Veritas

8, 19

ego

ecce ego

Veritas

8, 19

habet tempus finem suum

in tempore erit finis

Veritas

8, 22

reges

regna

Veritas

8, 23

iniquitates

iniquitatem

Veritas

8, 25

secundum uoluntatem suam et dirigetur dolus

et secundum sapientiam suam prosperabitur dolus

Veritas

8, 25

cor suum magnificabit

in corde suo magnificabitur

Veritas

8, 25

in copia rerum omnium

in tranquillitate

Veritas

8, 27

interpretaretur

intellegeret

Veritas

9, 3

Deum

Deum meum

Précision

9, 3

rogare et deprecari

ut quaererem rogationem et deprecationem

Clarté du texte

9, 4

mandata tua

mandata eius

Veritas

9, 5

a mandatis tuis ac iudiciis

a mandatis tuis ac iudiciis tuis

Clarté du texte

9, 7

Iuda

Iudae

Orthographe

9, 8-9

qui peccauerunt ; tibi autem Domino

quia peccauimus tibi ; Domino autem

Veritas

9, 11. 13

Mosi

Moysis

Orthographe

9, 12

malum magnum

magnum malum

Interversion

9, 13

Domine Deus noster

Domini Dei nostri

Veritas

9, 23

ut indicarem tibi

ut indicarem

Veritas

9, 24

adbreuiatae sunt

decretae sunt

Veritas

9, 26

et non erit eius

et nihil erit ei

Veritas

9, 26

cum duce uenturo

ducis uenturi

Veritas

9, 26

post finem belli

usque ad finem belli

Veritas

9, 27

ebdomada una

hebdomade una

Orthographe

9, 27

et in templo erit abominatio desolationis et usque ad consummationem et finem perseuerabit desolatio

et erit super alam abominationis uastator, et usquedum consummatio et decretum effundantur super uastatorem

Veritas

10, 1

fortitudo

acies

Variante lexicale

Clarté du texte

10, 1

est enim opus

enim fuit ei

Veritas

10, 3

trium hebdomadarum diebus

tres hebdomades dierum

Veritas

10, 7

non uiderunt

uisionem non uiderunt

Veritas

10, 8

et emarcui

usque ad dissipationem

Veritas

10, 9

audiens

audiens uocem sermonum eius

Veritas

10, 9

uultusque

et uultus

Variante lexicale

10, 10

super articulos

super palmas

Veritas

10, 12

ut te affligeres

et ad humiliandum te

Veritas

10, 16

dissolutae sunt conpages meae

angustiae uenerunt super me

Veritas

10, 17

cum domino meo

cum hoc domino meo

Veritas

10, 17

intercluditur

non remansit in me

Veritas

reprise du verbe du v. 16 (nihil enim in me remansit uirium)

10, 20

cum enim egrederer apparuit

et ego egrediar, et ecce

Veritas

10, 21

in omnibus his

aduersus hos

Veritas

11, 1

stabam

astabam ei

Veritas

11, 2

in Perside

pro Perside

Veritas

11, 2

nimiis

nimis

Etablissement du texte (correction abusive)

11, 3

dominabitur potestate

dominabitur dominatione

Figure étymologique

11, 4

in externos

ad alios

Veritas

11, 5

de principibus

unus de principibus

Clarté du texte

11, 5

dominabitur dicione multa enim dominatio eius

dominabitur dominatione super dominationem eius

Figure étymologique

11, 6

semen

brachium

Veritas

11, 6

adulescentes eius

et adulescens eius

Veritas

11, 6

confortabant

confortabat

Veritas

11, 7

Ø

loco eius

Veritas

11, 7

cum exercitu

ad exercitum

Veritas

11, 7

prouinciam

oppidum

Veritas

11, 7

abutetur eis et obtinebit

faciet aduersus eos et confortabitur

Veritas

11, 8

et sculptilia uasa quoque pretiosa argenti et auri captiua

cum sculptilibus eorum et uasis pretiosis argenti et auri captiuos

Veritas

11, 8

Ø

per aliquot annos

Veritas

11, 9

rex austri

regis autrsi

Veritas

11, 10

cum robore eius

usque ad oppidum eius

Veritas

11, 11

prouocatus… egredietur

prouocabitur… et egredietur

Veritas

11, 11

aduersum regem

aduersus eum, aduersus regem

Veritas

11, 12

capiet multitudinem

tolletur multitudo

Veritas

11, 13

conuertetur

reuertetur

Veritas

11, 13

multo maiorem

maiorem

Veritas

11, 13

nimiis

nimis

Etablissement du texte (correction abusive) (cf. 11, 2)

11, 15

urbes munitissimas

urbem munitissimam

Veritas

11, 15

et consurgent electi eius ad resistendum et non erit fortitudo

et populo electorum eius non erit fortitudo ad resistendum

Veritas

11, 16

consumetur

consumptio

Veritas

11, 18

principem obprobrii sui

princeps opprobium eius

Veritas

11, 19

ad imperium

ad oppida

Veritas

11, 20

et indignus decore regio

qui mittat exactorem in decus regni

Veritas

11, 24

abundantes et

in prosperitate

Veritas

11, 24

contra firmissimas cogitationes

contra oppida cogitationes

Veritas

11, 24

iniet

inibit

Souci linguistique19

11, 25

stabunt

stabit

Veritas

11, 30

trieres et Romani

trieres, Romani

Veritas

(conforme à la tradition targumique suivie par Jérôme)

11, 30 (x 2)

testamentum

testamentum sanctum

Veritas

11, 31

abominationem in desolatione

abominationem uastatoris

Veritas

11, 32

impii

impios

Veritas

11, 32

simulabunt

errare faciet

Veritas

11, 32

sciens

scientium

Veritas

11, 33

in captiuitate et rapina

in captiuitate et in rapina

Clarté du texte

11, 33

dierum

per dies

Veritas

11, 35

Ø

aliqui eorum

Veritas

11, 35

eligantur

purgentur

Veritas

11, 36

diriget

prosperabitur

Veritas

11, 37

Deum

deos

Veritas

11, 37

et erit in concupiscentiis feminarum

neque concupiscentiam feminarum

Veritas

11, 37

aduersum uniuersa

super uniuersa

Veritas

11, 37

consurget

magnificabit se

Veritas

11, 38

Maozim

oppidorum

Veritas

11, 39

ut muniat Maozim

aduersus oppida munita

Veritas

11, 39

quem cognouit

qui cognouerit eum

Veritas

11, 39

gloriam

gloriam eius

Veritas

11, 39

gratuito

pretio

Veritas

11, 43

per Lybias quoque et Aethiopas transibit

et Libyes et Aethiopes in uestigia eius transibunt

Veritas

11, 44

in multitudine magna

in ira magna

Veritas

11, 45

tabernaculum suum Apedno

tabernacula palatii sui

Veritas

11, 45

super montem inclytum et sanctum

super montem sanctum decoris

Veritas

12, 1

ueniet tempus

erit tempus angustiae

Veritas

12, 2

in terrae puluere

in terra pulueris

Veritas

12, 2

ut uideant semper

sempiternum

Veritas

12, 3

erudiunt

erudierint

Veritas

12, 4

ad tempus statutum

ad tempus finis

Veritas

12, 5

ecce quasi duo alii

ecce duo alii

Veritas

12, 6

in tempus temporum

in tempus, tempora

Veritas

12, 8

post haec

finis horum

Veritas

12, 10

eligentur

purificabuntur

Variatio excessive trad. différente de 11, 35 pour le même verbe ררב, « épurer, purifier »

12, 10

quasi ignis

Ø

Veritas

12, 11

abominatio in desolatione

abominatio uastatoris

Veritas

12, 13

in fine

ad finem

Veritas

(dans certains mss. : in finem)

13, 2. 29. 63

Chelciae

Helchiae

Orthographe

13, 3. 62

Mosi

Moysis

Orthographe

13, 5

Ø

de populo

Veritas

13, 8

senes

duo senes

Veritas

13, 8

exarserunt

facti sunt

Veritas

13 , 12

prandii

prandi

Coquille ?

13, 17

ut lauem

ut lauer

Veritas

13, 25

cucurrit unus et aperuit

cum cucurrisset unus, aperuit

Veritas

13, 26

quidnam esset

quidnam esset ei

Veritas

13, 27

locuti sunt

locuti sunt sermones suos

Veritas

13, 27

facta est dies crastina

factum est die crastina

Veritas

13, 28

cumque uenisset

cum uenisset

Veritas

13, 29

uxorem

quae est uxor

Veritas

13, 29

et statim miserunt

et miserunt

Veritas

13, 32

uel sic

Ø

Veritas

13, 32

nouerant

uidebant

Veritas

13, 46

mundus

innocens

Veritas

13, 47

sermo iste

iste sermo

Interversion

13, 55

ab eo

a Deo

Veritas

13, 56

iussit uenire

iussit adduci

Veritas

13, 56. 57

Iuda

Iudae

Orthographe

(Veritas)

13, 58

loquentes

colloquentes

Clarté du texte

(correction abusive)

13, 61

sicuti

sicut

Orthographe

14, 320

amphorae

metretae

Veritas

14, 6

Ø

neque bibit

Veritas

14, 10

pone

affer

Veritas

14, 10

misce

miscens pone

Veritas

14, 11

moriemur

morte moriemur

Figure étymologique

14, 13

praecepit

et praecepit

Veritas

14, 13

cribrauit

cribrauerunt

Veritas

14, 13

coram rege

coram rege solo

Veritas

14, 17

cum aperuissent

cum aperuisset

Choix d’édition (et de traduction)

grec : hama tô anoixai

14, 19-20

et iratus rex tunc adprehendit

et iratus est rex. Tunc apprehendit

Choix de construction

(correction abusive)

14, 22

in loco illo

Ø

Veritas

14, 23

ecce nunc

Ø

Veritas

14, 26

draconi

draconis

Veritas

Etablissement du texte

14, 26

Ø

cum comedisset

Veritas

14, 27

quod

Ø

Veritas

14, 36

Danihel

Daniel, Daniel

Veritas

14, 40

Ø

et non est alius praeter te

Veritas

14, 40

et extraxit eum

Ø

OUBLI

Haut de page

Notes

1 Pour un rapide aperçu de l’histoire de la Bible latine, on pourra consulter l’article de P. Gandil, “La Bible latine : de la Vetus latina à la Néo-Vulgate”, Résurrection, n°  99-100 ; voir également l’article classique de P.-M. Bogaert, “La Bible latine des origines au Moyen Âge. Aperçu historique, état des questions”, Revue théologique de Louvain 19 (1988), p. 137-159.

2 Biblia sacra iuxta latinam vulgatam versionem ad codicum fidem iussu Ioannis Pauli pp. II cura et studio monachorum abbatiae pontificiae sancti Hieronymi in Vrbe ordinis sancti benedicti edita. Liber Danihelis ex interpretatione sancti Hieronymi cum praefationibus et uariis capitulorum seriebus, Romae, 1981.

3 Nova Vulgata Bibliorum Sacrorum editio sacros. oecum. concilii Vaticani II ratione habita iussu Pauli pp. VI recognita auctoritate Ioannis Pauli pp. II promulgata, Libreria editrice Vaticana, 1979.

4 J. Mallet, “La latinité de la Néo-Vulgate”, in La Biblia « Vulgata » dalle origini ai nostri giorni. Atti del simposio internazionale in onore di Sisto V, a curo di T. Stramare, Città del Vaticano, 1987, p. 178-179.

5 C. Rico, “L’art de la traduction chez saint Jérôme. La Vulgate à l’aune de la Néovulgate : l’exemple du quatrième Evangile”, Revue des Études Latines 83 (2005), p. 194-218.

6 Celle-ci a déjà fait l’objet d’une étude de notre part : cf. R. Courtray, “Jérôme, traducteur du Livre de Daniel”, Pallas 75 (2008), p. 105-124.

7 Pour ne pas allonger cet article, nous n’avons que rarement fait appel aux textes originaux, notamment à l’hébreu ; notre étude s’appuie cependant sur un retour systématique au texte biblique originel.

8 Biblia sacra iuxta latinam vulgatam versionem ad codicum fidem iussu Ioannis Pauli pp. II cura et studio monachorum abbatiae pontificiae sancti Hieronymi in Vrbe ordinis sancti benedicti edita. Liber Danihelis ex interpretatione sancti Hieronymi cum praefationibus et uariis capitulorum seriebus (Romae, 1981) ; Biblia sacra iuxta uulgatam uersionem, R. Weber, éd. (Stuttgart, 1969 ; 3e éd. revue par B. Fischer et socii en 1984).

9 Nova Vulgata Bibliorum Sacrorum editio sacros. oecum. concilii Vaticani II ratione habita iussu Pauli pp. VI recognita auctoritate Ioannis Pauli pp. II promulgata, Libreria editrice Vaticana, 1986.

10 Faut-il voir dans la forme prandi de 13, 12 une coquille pour prandii ?

11 Nos traductions sont empruntées à la Traduction Œcuménique de la Bible, Le Cerf – Société Biblique Française, 1988.

12 Voir encore : 2, 19 ; 24 ; 5, 2 ; 6, 4 ; 10 ; 8, 1 ; 7 ; 9, 12 ; 14, 47.

13 On se souvient de l’explication (erronée) que Jérôme donne dans son Commentaire sur Daniel pour justifier le mot qu’il prend pour un féminin : In Dan. 2.7.4 (CCL 75A, éd. F. Glorie, 838, 464 – 839, 469) : Regnum Babylonis propter saeuitiam et crudelitatem, siue propter luxuriam et uitam libidini seruientem, non leo sed leaena appellatur - aiunt enim hi, qui de bestiarum scripsere naturis : leaenas esse ferociores, maxime si catulos nutriant, et semper gestire ad coitum.

14 Ce maintien est d’autant plus contestable qu’il induit une lecture théologique du texte ; pourtant, en 3, 92, la NVg rectifie bien le texte de Jérôme en traduisant : filio deorum, et non : filio Dei.

15 La Bible de Jérusalem, la Bible d’Osty et la T.O.B. traduisent : « concubines ».

16 Il est d’autant plus surprenant de constater qu’en 13, 58, le verbe employé par Jérôme a été renforcé d’un préverbe : col-loquentes au lieu de loquentes.

17 C. Rico, “L’art de la traduction chez saint Jérôme”, p. 218.

18 On note un décalage dans la numérotation des versets entre la Vg de Jérôme et la NVg (Dn 5, 31 est considéré – avec les Bibles modernes – comme le premier verset du chapitre 6). Les versets correspondent au texte de la Vg.

19 La forme iniet apparaît comme un hapax.

20 On note un décalage dans la numérotation des versets entre la Vg et la NVg (Dn 13, 65 est considéré – avec les Bibles modernes – comme le premier verset du chapitre 14). Les versets correspondent au texte de la Vg.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Régis Courtray, « La traduction de Daniel-Vulgate face à la Néovulgate », Anabases, 8 | 2008, 107-126.

Référence électronique

Régis Courtray, « La traduction de Daniel-Vulgate face à la Néovulgate », Anabases [En ligne], 8 | 2008, mis en ligne le 01 juillet 2011, consulté le 29 avril 2017. URL : http://anabases.revues.org/284 ; DOI : 10.4000/anabases.284

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page