Navigation – Plan du site
Comptes rendus et notes de lecture (suite)

Martin M. Winkler (éd.), Troy: from Homer’s Iliad to Hollywood Epic

Geneviève Hoffmann
p. 317-318
Référence(s) :

Martin M. Winkler (éd.), Troy: from Homer’s Iliad to Hollywood Epic, Malden, Blackwell Publishing Ltd, 2007, 231 p.,

19, 99 livres / ISBN 1-4051-3183-7.

Texte intégral

1Le film américain Troy, réalisé par Wolfgang Petersen sur un scénario de David Benioff, a connu à sa sortie sur les écrans en 2004 un succès qui n’a pas été sans susciter les critiques de certains spécialistes de l’Antiquité et les interrogations du public sur sa vraisemblance historique. À l’amertume des uns et aux questions des autres, les contributions réunies par M.M. Winkler entendent apporter sinon des réponses tranchées du moins des éléments de réflexion en étudiant le film selon divers points de vue – de l’archéologie à sa place dans la filmographie sur la Guerre de Troie.

2L’essai, composé de treize contributions, comprend un cahier de vingt planches en noir et blanc. À la bibliographie (p. 215-225), principalement consacrée à des études de littérature, s’ajoute un index (p. 226-231) qui fait une part égale aux références filmographiques et littéraires, index soigné à l’exception d’une notice incomplète à la lettre Q. Dans sa présentation, M.M. Winkler (MMW) justifie le titre de l’ouvrage par deux questions : pourquoi ce film maintenant ? Quel lien établir entre l’Iliade d’Homère et l’épopée hollywoodienne, la plus coûteuse (180 millions de dollars) et la plus longue à ce jour dans la tradition cinématographique, depuis le premier film mettant en scène un Troyen, en l’occurrence « le Jugement de Pâris » du Français Georges Hatot en 1902 ?

3Les Américains ont entretenu une certaine familiarité avec l’histoire grecque ou du moins avec ses épopées, depuis le siège d’Alamo (1836) jusqu’à la guerre menée en Irak, mais Petersen le reconnaît lui-même, c’est le succès inespéré de Gladiator (2000) de Ridley Scott qui l’a encouragé à se lancer dans cette aventure. À son sens, Gladiator est à l’origine d’un renouveau du film de genre appelé peplum. Certes, W. Petersen, né en 1941 en Allemagne, formé aux Humanités à Hambourg, est européen avant d’être « hollywoodien ». Il connaît Homère, il l’a même lu dans le texte. Pourtant, il l’affirme avec netteté : Troy ne se limite pas à l’Iliade et Joachim Latacz a raison de souligner que c’est lui faire un faux procès que de lui reprocher d’avoir trahi Homère (Chapitre 2, p. 20-42). Comme l’indique le titre du film, le sujet en est la cité de Troie. Le scénariste a d’ailleurs reconnu avoir composé son texte grâce à différentes sources, la tradition filmographique n’étant pas à négliger.

4Certes, c’est beaucoup demander aux « conservative classicists » que de leur imposer de voir ce film, car non seulement la vraisemblance historique et géographique est mise à mal mais la poésie homérique en est totalement absente et de nombreuses libertés sont prises avec la tradition littéraire. Manfred O. Korfmann, surnommé « le père de Troie » pour avoir consacré sa vie à l’archéologie troyenne, rappelle dans ce qui fut sa dernière publication (Chapitre 1 : “Was There a Trojan War ? Troy between Fiction and Archaeological Evidence”, p. 20-26), qu’aucun spécialiste n’a été consulté pour le tournage du film au Mexique et à Malte (p. 20). L’archéologue souligne le fossé entre la recherche et la fiction en précisant que l’objet de l’archéologie n’a jamais été de trouver des réponses aux questions posées par l’Iliade. J. Lesley Fitton s’interroge elle aussi sur l’intérêt d’un conseiller historique (Chapitre 6 : “Troy and the Role of the Historical Advisor”, p. 99-106) qui aurait évité de faire de Troie une cité minoenne ou de placer des pièces sur les yeux du défunt à une époque qui ignorait la monnaie. Curieusement, elle en vient à justifier ces incohérences en raison de l’absence d’évidences sur la culture matérielle de l’Âge du Bronze et au nom de la morale du film qui fait des Troyens des victimes et des Grecs des brutes, le seul héros positif étant Achille. Faire passer les mêmes valeurs d’humanité dans un mégaron mycénien et un cinéma multiplex l’emporte selon elle sur des détails historiques ou archéologiques jugés secondaires au regard de cet enjeu (p. 106).

5Si le film a eu des détracteurs, l’essai prend trop souvent le parti pris de le défendre ou même de le promouvoir au rang de chef-d’œuvre. Pour ce faire, il est plusieurs voies. Légitimer l’entreprise tout d’abord : par ses images, son mouvement et ses héros, l’Iliade est un film avant la lettre et la technologie (p. 62), mais nous ne le savions pas encore (MMW, chapitre 3, p. 43-67). Démontrer que le parti pris du scénariste s’inscrit dans une longue tradition littéraire qui emploie la même méthode que le film par rapport à Homère : citations, omissions, altérations et parodie. Louer la liberté du créateur en comparant Pertersen à Virgile et à James Joyce tout en trouvant des antécédents antiques aux audaces du scénario. Enfin, valider l’œuvre en étudiant la figure d’une héroïne : Hélène (Monica S. Cyrino chapitre 9, p. 131-147) ou Briséis, chez Homère, Virgile et Petersen (Alena Allen, Chapitre 10, p. 148-162).

6Plus que les écarts et les adaptations imposés par le film à la tradition littéraire, ce sont les analyses de l’arrière-plan contemporain et de la filmographie qui sont les plus stimulantes.

7Que ce soit le chapitre écrit par Kim Shahabudin (chapitre 7, p. 107-118), celui de Frederick Ahl ou les réflexions proposées par Robert J. Rabel sur les enjeux de Troy (p. 186-201), ce sont les thèmes dominants de la guerre, de la gloire et du pouvoir qui prennent sens au regard de l’histoire américaine la plus récente et des films de guerre. On peut regretter que la tradition filmographique ne soit rappelée qu’à la fin de l’ouvrage dans un chapitre qui est d’ailleurs plus un inventaire qu’une étude raisonnée (p. 202-215). Il eût été intéressant d’étudier Troy dans ce corpus en cernant l’évolution du thème, les moyens mis en œuvre, le langage adopté en fonction des différents contextes et publics, car dans cette affaire, les héros de l’Iliade sont un prétexte au déploiement d’une violence sanglante qui a pour principale justification la recherche de la gloire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Geneviève Hoffmann, « Martin M. Winkler (éd.), Troy: from Homer’s Iliad to Hollywood Epic », Anabases, 8 | 2008, 317-318.

Référence électronique

Geneviève Hoffmann, « Martin M. Winkler (éd.), Troy: from Homer’s Iliad to Hollywood Epic », Anabases [En ligne], 8 | 2008, mis en ligne le 01 juillet 2011, consulté le 29 avril 2017. URL : http://anabases.revues.org/279

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page