Navigation – Plan du site
Comptes rendus et notes de lecture

Le Conte oriental, Féeries 2 (2004-2005), revue de l’umr Lire, n°5611

Véronique Krings
p. 286-287
Référence(s) :

Le Conte oriental, Féeries 2 (2004-2005), revue de l’umr Lire, n°5611 de l’Université Stendhal, Grenoble 3, 335 p.
19 euros / issn 1766-2842, isbn 2-84310062-3

Texte intégral

1En 2003 sortait de presse la première livraison d’une revue annuelle consacrée au conte merveilleux de langue française, du xviie au xixe siècle. L’approche adoptée vise à appréhender le conte avec les instruments, les problématiques et les méthodes des études littéraires contemporaines et il s’agit « de l’approcher comme un secteur particulièrement sensible de la littérature, un espace d’échange entre les genres, un creuset d’expérimentation formelle et de réflexion esthétique » (p. 7 de l’éditorial du n° 1, 2003). La revue a aussi vocation d’accueillir des approches comparatistes. La première livraison était consacrée au thème du « recueil ». Le présent numéro, sorti de presse alors qu’on célèbre le tricentenaire de la publication des premiers volumes des Mille et Une Nuits d’Antoine Galland, réunit treize contributions sur le conte oriental, ainsi que l’édition critique de L’optique des mœurs opposée à l’optique des couleurs (1741) de André-François Deslandes. Quelques comptes rendus critiques sont également proposés. Le thème s’inscrit dans la problématique très large de l’Orient dans la littérature française et peut être envisagé « dans son articulation à l’orientalisme savant de l’époque, dans ses caractéristiques génériques, dans ses enjeux esthétiques et idéologiques, ou encore dans son rayonnement international et sa postérité » (p. 9). En guise d’introduction au volume, étudiant les conditions et la portée de l’invention du conte oriental à la française au xviiie siècle, J.-F. Perrin met en évidence la coloration orientalisante qui émerge dans le théâtre et dans le roman dès la seconde moitié du xviie siècle, note l’influence des récits de voyage ainsi que l’intense travail de traduction qui s’est poursuivi alors à l’égard des cultures du Levant (cela correspond à une politique active d’étude et de rapprochement avec, à la fin du xviie siècle, les visites d’ambassadeurs orientaux en France, les voyages de Chardin et de Tavernier au Levant et l’achat systématique de manuscrits pour la Bibliothèque du roi ; c’est en 1697 qu’est publiée par d’Herbelot La Bibliothèque orientale à laquelle puisent de nombreux auteurs). Le conte oriental naît donc de la découverte des récits orientaux et de la fascination pour l’exotisme et connaîtra dans les première décennies du xviiie siècle une véritable mode semblable à celle qui saisit la France dans les dernières années du xviie siècle lorsque triomphe le conte de fées issu du folklore national. Le volume rassemble des contributions portant sur les thèmes suivants : lectures croisées d’un conte oriental : Pétis de la Croix, Mlle Falques (R. Robert), aux sources des contes orientaux de Caylus (J. Boch), l’usage des sources dans Les Sultanes de Guzarate de Gueullete (C. Langle), les notes dans les premiers contes orientaux (C. Bahier-Porte), Montesquieu et le conte oriental (A. Gaillard), confiance et fiction chez Jean-François Melon (Y. Citton), contes de Crébillon (V. Géraud), William Beckford et l’Orient comme territoire intérieur (L. Ruiz), le conte oriental en Angleterre (C. Révauger), de Galland à Dumas (J. Anselimi), Les Fils du derviche de Flaubert (F. J. Ghazoul), écritures européennes du conte d’Aladin et de la lampe merveilleuse (M. Sironval). C’est donc un volume très stimulant qui est proposé sur les représentations occidentales de l’Orient, sur les manières dont les auteurs étudiés – certains sont des orientalistes tels François Pétis de la Croix ou l’abbé Bignon – ont sélectionné et arrangé leur matière, qu’il s’agisse d’œuvres connues à travers un texte en langue originale ou déjà d’une traduction française sur les rapports qu’ils établissent avec leur public ainsi que sur la diffusion de connaissances spécifiques sur l’Orient – la fiction merveilleuse s’accompagne d’un savoir et d’une réflexion philosophique. Il y a là de quoi retenir l’attention du lecteur d’Anabases intéressé à une approche ouverte de la question de l’orientalisme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Véronique Krings, « Le Conte oriental, Féeries 2 (2004-2005), revue de l’umr Lire, n°5611 », Anabases, 3 | 2006, 286-287.

Référence électronique

Véronique Krings, « Le Conte oriental, Féeries 2 (2004-2005), revue de l’umr Lire, n°5611 », Anabases [En ligne], 3 | 2006, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://anabases.revues.org/2638

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page