Navigation – Plan du site
Comptes rendus et notes de lecture

Albert Uderzo, Caelum in caput eius cadit

Olivier Devillers
p. 314
Référence(s) :

Albert Uderzo, Caelum in caput eius cadit, Traduit en latin par Annie Collognat, Paris, Les Éditions Albert René, 2007, 56 p.
9,90 euros / isbn 978-2-86497-208-2.

Texte intégral

1Cette traduction latine de la dernière aventure d’Astérix (Le ciel lui est tombé sur la tête) est l’œuvre d’Annie Collognat. Présidente de l’Association Pallas, vouée à promouvoir la connaissance de l’Antiquité et l’étude dans langues anciennes, en interaction avec l’actualité culturelle (http://pallas.zeblog.com), celle-ci joue la carte de la pédagogie. À l’album proprement dit – peut-être pas le plus réputé de la collection Astérix, mais assurément l’un des plus audacieux dans sa conception (notamment à travers la rencontre avec l’univers de Disney, Decemnasutus) –, est joint en effet un cahier pédagogique de huit pages composé de trois parties : une présentation des personnages mettant l’accent sur le rapport entre leur nom et leur caractère ou rôle dans l’histoire (ex. : il n’est pas facile de trouver un mode de vie paisible avec le poissonnier Modusvivendix) ; un lexique donnant, page par page (les exclamations et les interjections courantes sont rassemblées à la fin), le vocabulaire, avec toutefois un regret, le fait que les verbes ne sont pas accompagnés de la mention de leurs temps primitifs ; un bref commentaire de 28 citations latines présentes dans le texte (où elles sont signalées par l’italique). Par ce dernier aspect, principalement, cet album pourra assurément servir de point de départ à des incursions dans les domaines de la littérature et de la civilisation latines, domaines auxquels le scénario de l’histoire – irruption d’aliens dans le village des Gaulois – ne se prête guère. Quant au texte latin lui-même, il se lit facilement et agréablement ; certaines pages en particulier pourraient constituer un support utile pour une révision de la syntaxe de la phrase simple (on épinglera l’usage de l’infinitif d’exclamation).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Devillers, « Albert Uderzo, Caelum in caput eius cadit », Anabases, 7 | 2008, 314.

Référence électronique

Olivier Devillers, « Albert Uderzo, Caelum in caput eius cadit », Anabases [En ligne], 7 | 2008, mis en ligne le 01 décembre 2011, consulté le 29 mars 2017. URL : http://anabases.revues.org/2596

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page