Navigation – Plan du site
Comptes rendus et notes de lecture

Theodor Lindken, Rudolf Rehn, Die Antike in Nietzsches Denken, Eine Bibliographie

Yannick Souladié
p. 291-292
Référence(s) :

Theodor Lindken, Rudolf Rehn, Die Antike in Nietzsches Denken, Eine Bibliographie, Bochumer Altertumswissenschaftliches Colloquium, Wissenschaftlicher Verlag Trier, 2006, 208 p.
29,50 euros /
isbn 13 : 978-3884768211.

Texte intégral

1L’abondance de la littérature secondaire sur Nietzsche – la monumentale Weimarer Nietzsche-Bibliographie recense déjà plus de quinze mille volumes – incite les chercheurs à publier des compilations bibliographiques plus spécialisées. Theodor Lindken et Rudolf Rehn nous proposent ici une bibliographie thématique sur « l’Antiquité dans la pensée de Nietzsche ». Environ mille cinq cents études critiques sur Nietzsche, ouvrages complets et articles, écrites dans une dizaine de langues, principalement en allemand et en anglais, sont recensées ici. Cette bibliographie a été achevée à la fin de l’année 2005. Elle est divisée en trois parties. Tout d’abord viennent les précédentes bibliographies consacrées à Nietzsche, on trouve ensuite une liste de tous les textes de Nietzsche traitant de l’Antiquité et pour finir la compilation des études critiques sur Nietzsche et l’Antiquité, qui constitue la part la plus importante de l’ouvrage. Un index divisé en trois catégories, noms propres, notions associées à l’Antiquité, et différents ouvrages de Nietzsche, permettant au lecteur de se diriger plus rapidement, clôt cette bibliographie.

2Les deux premières parties de Die Antike in Nietzsches Denken, Eine Bibliographie n’apportent rien de véritablement nouveau, la recension des précédentes bibliographies est anecdotique et le catalogue de tous les textes de Nietzsche sur l’Antiquité aurait mérité d’être un tant soit peu thématisé pour pouvoir être exploitable. La compilation d’ouvrages critiques, elle, se montre assez complète. Cependant, l’absence de tout ouvrage de Martin Heidegger, en particulier des deux volumes de son Nietzsche, ne manque pas de surprendre. Au vu de la notoriété du philosophe fribourgeois et de l’influence considérable qu’a pu avoir son interprétation de Nietzsche sur les études postérieures, on est en droit de supposer que cette absence n’est pas le fruit d’un simple oubli, mais celui d’une décision concertée. Cette décision demeure toutefois difficilement compréhensible, car cette bibliographie n’est pas censée opérer une sélection, mais bien rassembler toutes les études critiques traitant de l’Antiquité chez Nietzsche. Or Heidegger a consacré de très nombreux passages à analyser la compréhension nietzschéenne de plusieurs aspects de la Grèce antique, comme l’art tragique, les philosophes présocratiques, les problèmes posées par Socrate et Platon, ainsi que la décadence politique, philosophique et artistique d’Athènes. C’est non seulement en tant qu’il constitue une source primaire sur Nietzsche et l’Antiquité, mais aussi en tant qu’il fut et demeure l’inspirateur de nombreuses études postérieures, que l’absence de Heidegger est regrettable. Quel que soit le jugement que l’on porte sur la valeur de son interprétation (l’interprétation de Heidegger est certes très discutable, mais nombre de commentaires cités dans cette bibliographie le sont aussi), on ne saurait en effet minimiser l’influence qu’a pu avoir sa lecture sur d’autres auteurs s’étant intéressés à l’Antiquité dans la pensée de Nietzsche. Nous pensons à des commentateurs comme Gilles Deleuze, Jean Granier et Michel Haar, dont les ouvrages sont par ailleurs cités dans cette bibliographie. On pourra également déplorer d’autres absences, tout particulièrement celle de Nietzsche et l’ombre de Dieu de Didier Franck (1998), qui comporte pourtant une très minutieuse analyse du rôle et de la signification de l’antiquité romaine et du platonisme chez Nietzsche. Ces deux absences constituent un défaut non négligeable de l’ouvrage. Quant à l’index, indispensable pour toute compilation de ce genre, il aurait sans doute gagné à être plus détaillé. Cette bibliographie, fruit d’un vaste travail, demeure néanmoins un auxiliaire utile pour tous ceux qui cherchent à approfondir leur connaissance de la perception nietzschéenne de l’antiquité grecque et romaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yannick Souladié, « Theodor Lindken, Rudolf Rehn, Die Antike in Nietzsches Denken, Eine Bibliographie », Anabases, 7 | 2008, 291-292.

Référence électronique

Yannick Souladié, « Theodor Lindken, Rudolf Rehn, Die Antike in Nietzsches Denken, Eine Bibliographie », Anabases [En ligne], 7 | 2008, mis en ligne le 01 décembre 2011, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://anabases.revues.org/2564

Haut de page

Auteur

Yannick Souladié

Université de Toulouse II-Le Mirail

yannicksouladie@hotmail.comHaut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page