Navigation – Plan du site
Comptes rendus et notes de lecture

L. Bansat-Boudon & R. Lardinois (éd.), Sylvain Lévi (1863-1935), études indiennes, histoire sociale. Actes du colloque tenu à Paris les 8-10 octobre 2003

Annick Fenet
p. 275-276
Référence(s) :

L. Bansat-Boudon & R. Lardinois (éd.), Sylvain Lévi (1863-1935), études indiennes, histoire sociale. Actes du colloque tenu à Paris les 8-10 octobre 2003 (Bibliothèque de l’École des Hautes Études, Sciences Religieuses 130), Turnhout, Brepols, 2007, 536 p.
65 euros / isbn 978-2-503-52447-4.

Texte intégral

1Dans la continuité du précieux recueil Correspondances orientalistes entre Paris et Saint-Pétersbourg (1887-1935) (Paris, Mémoires de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres XXVI, 2002 ; écrit en collaboration avec G.M. Bongard-Levin et A.A. Vigasin), le sociologue Roland Lardinois, chercheur au Centre d’études de l’Inde et de l’Asie du Sud-Est, a porté plus précisément son attention sur l’une des grandes figures de l’indianisme français. Il a organisé en 2003, avec l’éminente sanskritiste L. Bansat-Boudon (ephe), un colloque international sur Sylvain Lévi qui fut à la fois « épigraphiste, numismate, géographe, ethnographe, philosophe […], linguiste, dans tous les cas philologue, et par-dessus tout, peut-être, historien » (L. Bansat-Boudon, p. 22), colloque dont les volumineux actes paraissent aujourd’hui. En dehors de toute « hagiographie » (R. Lardinois, p. 17), S. Lévi présente en effet un double intérêt, à la fois par son œuvre scientifique, prolifique (plus de 350 titres) et brillante d’intelligence et de culture, et par l’engagement de l’homme. C’est pourquoi l’ouvrage s’articule en deux orientations : la première autour de l’exégèse de ses travaux et de l’histoire des disciplines (8 communications), la seconde autour du contexte de la IIIRépublique et de l’entourage familial ou scientifique du savant (13 communications).

2Élève d’Abel Bergaigne, membre de la Société asiatique dès 1884, élu à 31 ans professeur au Collège de France à la « chaire de langue et littérature sanscrite » (sic) et directeur d’études à l’ephe (1894), cet orientaliste précoce ne resta pas simplement un sanskritiste de cabinet ; voyageur infatigable, il parcourut toute sa vie l’Inde, le Tibet, le Népal (communication de G. Toffin, p. 375-389), le Japon, la Russie. Ami du poète indien Rabindranath Tagore, il enseigna même sur son invitation à l’université de Santiniketan (Bengale) en 1921-1922. Les contributions de G.-J. Pinault (p. 111-144) et de C. Scherrer-Schaub (p. 173-190) sont à cet égard particulièrement éclairantes sur l’indianisme de Sylvain Lévi et sa place dans l’histoire des études bouddhiques, tandis que celle de E. Gerow (p. 91-101) met en avant la notion d’« humanisme » récurrente dans la pensée de S. Lévi. Celle-ci a aussi fortement marqué les esprits du xxe s., influençant tant les intellectuels indiens (communication de S. Bayly, p. 193-212) qu’inspirant le poète russe Constantin Balmont (1867-1942) (communication de G.M. Bongard-Levin, p. 213-219) ou formant des « disciples » francophones [communication de M. Fournier, p. 221-236, sur le sociologue Marcel Mauss (1872-1950) ; celle de B. Kaganovitch, p. 237-251, sur la sanskritiste russe Nadine Stchoupak (1886-1941) ; celle de P. Servais, p. 343-360, sur le belge Louis de La Vallée Poussin (1869-1938), une contribution de manière générale très intéressante sur l’orientalisme belge].

3Orientaliste, juif, républicain et humaniste, mais dans quel ordre ? Plusieurs communications apportent des éléments de réponse à la question. Doublement issu de lignées juives alsaciennes (cf. R. Lardinois, p. 267-288 : sur sa « parentèle »), né et élevé à Paris, Sylvain Lévi appartient à la communauté juive de la seconde moitié du xixe s. qui souhaite avant tout l’intégration à la république française. Son ralliement à la cause dreyfusarde le mena cependant à la direction, durant l’entre-deux-guerres mondiales, de l’Alliance israélite universelle (1920-1935). L’apparente contradiction entre son judaïsme et son universalisme fut l’objet de bien des attaques, y compris par les siens qui critiquèrent son refus du sionisme (contributions de H. Laurens, p. 289-300 et G. Weill, p. 391-420). Son patriotisme, manifesté durant la Grande Guerre (communication de P.E. Landau, p. 253-265), n’est pas sans conséquence sur ses rapports avec l’indianisme allemand (communication de P. Rabault, p. 301-342) ; notons encore à ce titre que Sylvain Lévi mit un point d’honneur à enseigner à l’Université de Strasbourg (1919-1921), une fois qu’elle fut rattachée à la France.

4Les auteurs ont su exploiter au mieux les sources : l’œuvre imprimée du Maître avant tout, mais aussi les archives éclatées le concernant au premier plan : archives parisiennes de l’indianiste, malheureusement lacunaires, transportées par les aléas de l’histoire jusqu’à Moscou et sorties de l’ombre il y a seulement une dizaine d’années ; archives familiales conservées par sa petite-fille ; archives de l’Alliance israélite universelle (Paris) ; archives du Collège de France. De surcroît, cet ensemble de communications est complété de présentations « liminaires » de Sylvain Lévi (p. 9-32) et enrichi de très utiles index thématiques, précis et détaillés (p. 455-502), d’une bibliographie générale (p. 503-526) et, chose plus rare qui mérite d’être signalée, d’une présentation de tous les auteurs (p. 449-454) précisant leurs domaines de recherches et leurs titres bibliographiques – invitation au lecteur à exercer un regard historiographique sur les contributions, ou simplement à fournir de nouvelles pistes de lectures, voire à motiver des rencontres futures pour continuer les échanges. Dans le champ ouvert de l’histoire de l’orientalisme français fin xixe-premier tiers du xxe siècle, voilà donc un ouvrage à clefs multiples qui restera, n’en doutons pas, un ouvrage de référence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annick Fenet, « L. Bansat-Boudon & R. Lardinois (éd.), Sylvain Lévi (1863-1935), études indiennes, histoire sociale. Actes du colloque tenu à Paris les 8-10 octobre 2003 », Anabases, 7 | 2008, 275-276.

Référence électronique

Annick Fenet, « L. Bansat-Boudon & R. Lardinois (éd.), Sylvain Lévi (1863-1935), études indiennes, histoire sociale. Actes du colloque tenu à Paris les 8-10 octobre 2003 », Anabases [En ligne], 7 | 2008, mis en ligne le 01 décembre 2011, consulté le 25 mai 2017. URL : http://anabases.revues.org/2546

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page