Navigation – Plan du site
L'atelier de l'histoire : chantiers historiographiques
Archives de savants (4)

Le Fonds d’archives Paul Collart à l’université de Lausanne (Suisse)

Patrick Michel
p. 241-249

Texte intégral

Fonds d’archives Paul Collart en chiffres 1

  • 1 Certaines de ces valeurs sont approximatives.
  • 2 Cet ensemble ne fait pas partie des albums, il s’agit de photographies volantes.

1926-1970 constitution du Fonds photographique
38 albums de photographies
4 000 photographies noir-blanc numérisées
1 000 photographies à inventorier 2
190 sites différents
100 plans originaux
500 lettres
20 carnets de fouilles

Paul Collart, archéologue-photographe 3

  • 3 Je remercie ici chaleureusement le prof. Pierre Ducrey pour son aide et pour toutes les information (...)

1Depuis quelques années, l’Université de Lausanne est dépositaire des Archives de Paul Collart (1902-1981). Il s’agit d’un Fonds photographique très riche comportant notamment de nombreux documents de fouilles et la correspondance en lien avec les diverses missions de l’archéologue.

2Né à Genève, P. Collart s’inscrit à la faculté des lettres de l’Université pour y suivre les cours d’histoire ancienne et d’archéologie. Il obtient sa licence en 1924 et part pour Paris parfaire sa formation à la Sorbonne. Membre étranger de l’École française d’Athènes dès 1926, il consacre sa thèse de doctorat (1937) à la ville de Philippes (parue en 1938 sous le titre Philippes, ville de Macédoine). C’est à Athènes qu’il rencontre des hommes qui seront déterminants pour sa carrière et qui tous ont marqué l’histoire ancienne et l’archéologie françaises : Louis Robert, Henri Seyrig, Georges Daux, Pierre Demargne, Pierre Devambez et Robert Flacelière, entre autres. Alors qu’il est directeur des Antiquités du Haut Commissariat de France en Syrie, H. Seyrig lui confie la fouille et l’étude de l’autel monumental de Baalbeck au Liban (1938-1940). Les travaux sont réalisés en collaboration avec l’architecte Paul Coupel. Collart sera ensuite chargé en 1953 de dresser un inventaire des biens culturels de la Syrie et du Liban pour le compte de l’unesco.

3P. Collart commence sa carrière académique à la fin des années 1940 en étant nommé professeur extraordinaire (1948-1950) puis ordinaire (1950-1963) d’archéologie et d’épigraphie à l’Université de Lausanne, puis également à l’Université de Genève. Enfin, de 1961 à 1970, P. Collart dirige l’Institut suisse de Rome ce qui lui permet de constituer un important dossier photographique de la ville et de ses environs (fig. 1).

Figure 1. Rome, Temple de Saturne et Arc de Septime Sévère.

Figure 1. Rome, Temple de Saturne et Arc de Septime Sévère.

Fonds photographique Paul Collart, inv. n° 0014, © iasa / unil

4Dès 1926 Paul Collart ne se sépare plus de son appareil photographique et de son trépied, et constitue ainsi sur quatre décennies une importante collection de clichés, qui forment un ensemble documentaire de grande valeur.

  • 4 Cet institut se nomme aujourd’hui Institut d’archéologie et des sciences de l’Antiquité (iasa).
  • 5 Anne Bielman est aujourd’hui professeur ordinaire d’histoire ancienne et doyenne de la faculté des (...)

5Après la mort de Paul Collart survenue en 1981, ses héritiers décident de remettre à Pierre Ducrey, ancien élève et ami de P. Collart, les archives de leur père en souvenir de l’attachement que ce dernier portait à l’Université de Lausanne. Pierre Ducrey confie le fonds photographique Collart à l’Institut d’archéologie et d’histoire ancienne de l’Université de Lausanne 4, à charge pour ce dernier de le valoriser. Anne Bielman, alors assistante en histoire ancienne à l’Université de Lausanne 5, est chargée par Pierre Ducrey de dresser un inventaire et un catalogue du Fonds photographique Paul Collart, constituant le premier fichier manuel du Fonds photographique.

Le Fonds d’archives et les fouilles de l’archéologue

  • 6 Asie mineure, Athènes, Athos, Attique, Constantinople, Corfou, Corinthe-Argolide, Crête, Cyclades ( (...)
  • 7 Les négatifs de celluloïd sont de deux formats différents : 12 x 9cm et 6 x 6cm.
  • 8 Deux archéologues en Syrie : Les fouilles de Maurice Dunand à Tell Kazel (1956, 1960-1962) et de Pa (...)

6Ce Fonds d’archives est un patrimoine photographique des plus riches. En plus des photographies de fouilles et des photographies volantes, trente-huit albums 6 originaux en papier cartonné gris-bleu, minutieusement confectionnés et reliés par Madeleine Collart, préservent près de quatre mille clichés originaux en noir et blanc 7. Les feuilles sont liées entre elles par une ficelle brune qui se termine par une petite boule de bois ; des légendes accompagnent parfois les clichés, inscrites à la plume par l’épouse de l’archéologue. L’identification des clichés était une préoccupation de Madeleine Collart, le scientifique, lui, connaissait toutes ses photographies par cœur et ne légendait aucun de ses clichés, hors mis les clichés de fouilles qui feraient l’objet d’une publication. Ces photographies nous permettent néanmoins de suivre l’évolution des fouilles, mais aussi, au-delà des monuments, la vie sur le chantier : les repas, les habitants, les moyens de transport. Au-delà de leur valeur archéologique, ces clichés témoignent du souci de l’archéologue de considérer l’élément ethnographique. Ce qui s’offre à nous, c’est un voyage au cœur du site, avec les monuments mais aussi avec les hommes. C’est d’ailleurs ce que soulignait Yves Collart, un des fils de l’archéologue, dans la préface de la brochure de l’exposition que nous avons organisée à Genève, puis à Lausanne 8 :

[l’exposition] nous semble illustrer avec bonheur quelques signes forts qui caractérisent la carrière de Paul Collart ou qui soulignent la conception qu’il avait de son métier : une rencontre féconde des Universités de Lausanne et de Genève, les deux institutions où il a enseigné et qu’il a servies sa vie durant ; sa double ascendance genevoise et vaudoise, dualité à laquelle il était très attaché ; l’osmose indispensable qu’il a toujours respectée entre le « terrain » et la mise en œuvre, entre la recherche et l’enseignement, l’une nourrissant l’autre ; l’apport fondamental de la photographie – à la fois art, outil et témoignage – au travail de l’historien et de l’archéologue ; le mélange des temps et des genres (ethnographique et archéologique), ainsi l’inclusion dans la même image de personnages pittoresques ou cocasses devant des ruines sublimes…

7L’horizon s’ouvre au-delà du chantier de fouille et on découvre avec délice la vie des villageois, des maisons de fellahs, des ouvriers buvant du thé, un repas partagé à même le sol (fig. 2), une route à travers le désert ou encore une voiture dont le pneu doit être changé avant de continuer la route vers l’oasis de Palmyre (fig. 3). Autre exemple : à Rome, le photographe attendait la fin du jour pour trouver la lumière idoine et fixer sur la pellicule toute l’ambiance d’Ostiense devant la pyramide de Cestius (fig. 4).

Figure 2. Palmyre, Paul Collart partageant un repas composé du traditionnel mezzé et kebbé.

Figure 2. Palmyre, Paul Collart partageant un repas composé du traditionnel mezzé et kebbé.

Fonds photographique Paul Collart, inv. n° 0014, © iasa / unil

Figure 3. Palmyre, panne de voiture dans le désert. On attend patiemment au soleil avant de pouvoir repartir.

Figure 3. Palmyre, panne de voiture dans le désert. On attend patiemment au soleil avant de pouvoir repartir.

Fonds photographique Paul Collart, inv. n° 0014, © iasa / unil

Figure 4. Rome, mur d’Aurélien et Pyramide de Cestius à Ostiense.

Figure 4. Rome, mur d’Aurélien et Pyramide de Cestius à Ostiense.

Fonds photographique Paul Collart, inv. n° 0014, © iasa / unil

  • 9 À noter que les clichés provenant des albums « Philippes » ne sont pas intégrés dans la banque d’im (...)
  • 10 P. Collart et P. Coupel , L’autel monumental de Baalbek , Paris, P. Geuthner, 1951, voir aussi P. C (...)
  • 11 T. Wiegand , Baalbek : Ergebnisse der Ausgrabungen und Untersuchungen in den Jahren 1898 bis 1905, (...)

8Le Fonds contient également la documentation scientifique des fouilles effectuées à Philippes 9, en Syrie et au Liban. Parmi celles-ci, signalons que la fouille de l’autel monumental de Baalbeck 10 (Liban) permit de rediscuter les conclusions de Th. Wiegand 11 sur l’architecture d’Héliopolis. Tous les plans, les carnets de fouilles, les carnets de notes avec les croquis, mais aussi les études comparatives d’éléments architecturaux de la Rome augustéenne et des temples de la Syrie romaine sont conservés dans les archives. Ces documents nous donnent une idée de la manière dont l’archéologue appréhendait l’investigation archéologique.

  • 12 Sa construction débute vers 20 de notre ère et le sanctuaire que nous connaissons aujourd’hui est l (...)

9La fouille du sanctuaire et du temple de Baalshamîn 12 (Syrie), dont l’organisation interne est des plus intéressantes, a été menée par P. Collart entre 1952-1954 et en 1966. En effet, le thalamos du temple a pu être reconstitué grâce aux fouilles suisses. On a ainsi retrouvé 53 blocs appartenant au fond de la cella. Cette construction rituelle présente un aspect tout à fait inédit qui nous apporte des éléments précieux sur les cultes palmyréniens. C’est en démontant des murs byzantins, faits de remplois, que la reconstruction de la structure particulière occupant le fond du naos fut possible. La construction présente une division tripartite avec, au centre, une exèdre en hémicycle flanquée de deux avant-corps symétriques, eux-mêmes surmontés de frontons. La divinité Baalshamîn, dont le nom signifie « maître des cieux », fut probablement introduite à Palmyre par des tribus originaires du sud de la Syrie.

  • 13 Épigraphiste de la mission de Palmyre, elle décède en 1991 à l’âge de 73 ans. Dans l’équipe suisse (...)
  • 14 Chr. Dunand et R.A. Stucky, Le sanctuaire de Baalshamin, vol. IV, Shylpturen/sculptures, Rome, Inst (...)

10À la mort de Paul Collart, ses archives non encore exploitées de l’expédition au sanctuaire de Baalshamîn à Palmyre sont remises à Christiane Dunant 13, épigraphiste et responsable de la publication des sculptures. Christiane Dunant décède sans avoir eu le temps d’achever la publication. Les archives sont alors transmises à Rolf Stucky (professeur honoraire d’archéologie classique à l’Université de Bâle), qui mène le travail à son terme et publie les sculptures du sanctuaire de Baalshamîn 14. Par souci de cohérence, R. Stucky restitue à l’Institut d’archéologie et des sciences de l’Antiquité de l’Université de Lausanne les archives de Paul Collart qu’il détient. Ces documents ont été réunis au reste du Fonds Collart par nos soins. Les documents relatifs à la fouille de Palmyre sont intégralement conservés dans le fonds : les carnets avec l’inventaire de tout le matériel épigraphique et les inventaires de toute la statuaire.

  • 15 Pour ne citer que quelques exemples : P. Collart, “Stèle funéraire romaine de Géronde (Sierre)”, Va (...)

11L’importance des missions internationales entreprises par Collart ne devrait pas faire oublier le rôle de l’archéologue pour l’archéologie suisse. Il fut membre de la Société d’histoire et d’archéologie de Genève depuis 1925, présidant cette société deux fois ; il a aussi participé aux activités du Musée d’art et d’histoire de Genève dans les années 1950. Il est également l’auteur de divers travaux touchant à l’histoire de l’Helvétie romaine 15.

  • 16 Association suisse de femmes mariées protestantes, créée en 1913.

12Une riche correspondance témoigne d’une importante activité scientifique et des divers liens qui unissaient amicalement ou professionnellement cet homme aux architectes, aux photographes ainsi qu’à ses collègues archéologues et égyptologues. La correspondance échangée avec les directeurs des Antiquités libanaises et syriennes offre un aspect plus officiel du travail de l’archéologue au Proche-Orient. La minutie du scientifique laissa derrière elle les dossiers complets des projets du Fonds national suisse de la recherche. Pour chaque conférence donnée, une pochette cartonnée contient le texte original de l’exposé, un exemplaire du Bristol d’invitation et les articles de presses annonçant ou relatant la conférence. P. Collart aimait dispenser le savoir et s’adressait aussi bien à un public scientifique dans les universités, les instituts et les musées qu’à un public plus large dans les assemblées des « Dames de Morges 16 ». Une collection de Bristols d’invitation témoigne du nombre important de conférences publiques données par lui à Genève, à Lausanne et à Rome.

13Des articles de presse viennent souligner l’importance des découvertes faites à l’époque par Paul Collart.

14Des documents plus personnels sont également conservés, comme un petit carnet de vocabulaire arabe basique, transcrit en caractère latin, de quoi pouvoir communiquer rapidement avec les habitants du site. Négatifs, tirages originaux, plans et carnets de fouilles sont aujourd’hui conservés aux archives de l’Université de Lausanne.

Numérisation et banque d’images

15Le financement de l’informatisation de ce patrimoine européen a été assuré par Memoriav (Association pour la sauvegarde de la mémoire audiovisuelle suisse), avec l’appui de la Confédération et la collaboration de Jean-Jacques Strahm (Unicom_Unimedia). L’iscp (Institut suisse pour la conservation de la photographie) a digitalisé plus de 3 000 négatifs originaux entre 2003 et 2004. D’avril 2005 à décembre 2006, nous avons créé une base de données comportant près de 3 000 photographies de Collart précédemment inventoriées par Anne Bielman. Cette base de données comporte divers champs d’indexation : archéologique, ethnologique, chronologique lorsque c’est possible, avec parfois un commentaire. Il est prévu que les archives concernant exclusivement la Syrie et le Liban subissent le même traitement au cours de l’année 2009.

  • 17 Article paru dans Archéologie Suisse “Une partie du Fonds photographique Paul Collart disponible en (...)

16Cette démarche avait pour but de valoriser le Fonds photographique, d’offrir la possibilité de faire des recherches thématiques (dans le cadre de projets d’exposition par exemple) mais aussi et surtout de préserver durablement cet héritage. L’exploitation des photographies est réservée aux ayant-droits mais les clichés sont accessibles en faible résolution sur une banque d’images on line : www.unil.ch/unimedia (› Partenaires › unil iasa17. Un choix de ces photographies a été présenté de 2001 à 2002 à Athènes, Thessalonique, Kavala, Dijon, Bâle, Zurich, Genève et Lausanne dans une exposition intitulée : « Deux archéologues suisses photographient la Grèce, Waldemar Deonna et Paul Collart 1904-1939 ».

  • 18 Le Fonds Dunand (Université de Genève) fera l’objet d’un prochain article dans Anabases.

17Une exposition ayant pour but de présenter parallèlement la mission de Paul Collart à Palmyre (fouilles du sanctuaire de Baalshamîn 1954-1956, 1966) et de Maurice Dunand à Tell Kazel (fouilles de Simyra 1956, 1960-1962) a été préparée par nous et présentée à l’Université de Genève en mars-avril 2006 et à la Bibliothèque Cantonale et Universitaire de Lausanne en mars-avril 2007. Si nous avons décidé de présenter ensemble dans cette exposition les travaux de ces deux grands chercheurs, c’est parce qu’ils ont publié la même année les résultats de leurs fouilles respectives. Alors que Maurice Dunand 18 effectuait divers sondages sur le Tell Kazel, sondages qui permettront d’identifier et de localiser l’antique Sumur des textes de Tell Amarna, Paul Collart dégageait le temple de Baalshamîn à Palmyre. En 1957, les deux hommes publiaient les résultats préliminaires de leurs travaux dans le même numéro des Annales Archéologiques de Syrie.

Projets en cours et possibilité d’exploitation

18Un grand nombre de clichés n’ont pas encore été identifiés, principalement en ce qui concerne la partie orientale du Fonds (Syrie-Liban). Un choix sera fait afin d’intégrer une partie des clichés « orientaux » dans la banque d’images.

  • 19 M. Retenzi, “The City as Factory : The Architecture and Urban Sitting of Tobacco Warehouses in the (...)

19La banque d’images en ligne fournit des informations pour les archéologues ou les commissaires d’exposition mais pas seulement. Plusieurs clichés de la base de données ont été utilisés pour la rédaction d’un article 19 sur l’architecture des maisons de séchage de feuilles de tabac dans la région de Cavalla (Grèce).

20Le Fonds d’archives pourrait fournir également divers documents intéressants pour l’histoire de l’archéologie suisse dans des années 1930-1960. La fouille de Palmyre fut en effet la première mission archéologique exclusivement suisse envoyée en dehors du territoire helvétique et financée par le Fonds national de la recherche scientifique.

  • 20 Ruhrlandmuseum Essen, “Archäologie im Zeitalter des Kolonialismus 1960-1940”, mai 2008.

21Une exposition sur l’histoire de l’archéologie coloniale est en cours de réalisation à Essen 20 (Allemagne). Des documents des Archives Collart, notamment de la correspondance avec H. Seyrig, devraient être prêtés et faire partie de l’exposition prévue en 2010.

22La richesse du fonds offre diverses possibilités d’exploitation et nous invitons toute personne intéressée par les archives à prendre contact avec nous.

Haut de page

Notes

1 Certaines de ces valeurs sont approximatives.

2 Cet ensemble ne fait pas partie des albums, il s’agit de photographies volantes.

3 Je remercie ici chaleureusement le prof. Pierre Ducrey pour son aide et pour toutes les informations fournies concernant l’histoire du Fonds Collart à l’Université de Lausanne.

4 Cet institut se nomme aujourd’hui Institut d’archéologie et des sciences de l’Antiquité (iasa).

5 Anne Bielman est aujourd’hui professeur ordinaire d’histoire ancienne et doyenne de la faculté des lettres de l’Université de Lausanne.

6 Asie mineure, Athènes, Athos, Attique, Constantinople, Corfou, Corinthe-Argolide, Crête, Cyclades (sauf Délos), Dalmatie, Délos-Mykonos, Delphes, trois albums Égypte, Environs de Rome, Eubée-Béotie, Italie centrale, Italie méridionale (sauf Pompei), Macédoine, Péloponnèse, cinq albums Philippes, Pompei, Rome (sauf Forum), Rome-Forum, Sicile, Syrie-Liban, Thasos, Thessalie, Tirnovo-Plovdiv, deux albums Tunisie, Tunisie-Algérie, Venise.

7 Les négatifs de celluloïd sont de deux formats différents : 12 x 9cm et 6 x 6cm.

8 Deux archéologues en Syrie : Les fouilles de Maurice Dunand à Tell Kazel (1956, 1960-1962) et de Paul Collart à Palmyre (1954-1956), Lausanne, Reprographie universitaire, 2006.

9 À noter que les clichés provenant des albums « Philippes » ne sont pas intégrés dans la banque d’images qui a été créée. Le fait que la majorité des négatifs originaux se trouvent en Grèce, nous a poussé à ne pas prendre en considération la totalité des documents relatifs aux fouilles de Philippes.

10 P. Collart et P. Coupel , L’autel monumental de Baalbek , Paris, P. Geuthner, 1951, voir aussi P. Collart, “Baalbek et Rome : la part de Rome dans la décoration sculptée des monuments du sanctuaire héliopolitain d’après les découvertes récentes”, Museum helveticum, 8 (1951), p. 241-259.

11 T. Wiegand , Baalbek : Ergebnisse der Ausgrabungen und Untersuchungen in den Jahren 1898 bis 1905, Berlin - Leipzig, W. de Gruyter, 1921-1925.

12 Sa construction débute vers 20 de notre ère et le sanctuaire que nous connaissons aujourd’hui est le résultat d’une évolution qui couvre plus d’un siècle. Le temple lui-même ne sera élevé qu’en 130. Il est l’étape finale d’un long processus consistant à réunir trois cours à portiques, une salle de banquet (59 apr. J.-C.) et des colonnades bordant le temple.

13 Épigraphiste de la mission de Palmyre, elle décède en 1991 à l’âge de 73 ans. Dans l’équipe suisse de Paul Collart, personne ne connaissait le dialecte palmyrénien. C’est donc Christiane Dunand qui s’est formée à l’épigraphie proche-orientale et qui édita tout le corpus des objets inscrits trouvés dans le sanctuaire.

14 Chr. Dunand et R.A. Stucky, Le sanctuaire de Baalshamin, vol. IV, Shylpturen/sculptures, Rome, Institut suisse de Rome, 2000.

15 Pour ne citer que quelques exemples : P. Collart, “Stèle funéraire romaine de Géronde (Sierre)”, Vallesia 10 (1955), p. 39-42 ; P. Collart, “Peut-on parler d’une hellénisation de la Suisse ?”, Actes du Colloque sur les influences helléniques en Gaule, Dijon, 1958, p. 43-54 et encore P. Collart , “Borne milliaire à Monthey et routes romaines du Bas-Valais”, Vallesia, 15 (1960), p. 231-240.

16 Association suisse de femmes mariées protestantes, créée en 1913.

17 Article paru dans Archéologie Suisse “Une partie du Fonds photographique Paul Collart disponible en ligne pour les chercheurs”, p. 44.

18 Le Fonds Dunand (Université de Genève) fera l’objet d’un prochain article dans Anabases.

19 M. Retenzi, “The City as Factory : The Architecture and Urban Sitting of Tobacco Warehouses in the Case of a Mediterranean City”, in S. Guy & A. Yaneva (éd.), Understanding Architecture, Accounting Society, (numéro special de Science Studies), à paraître. Maria Retenzi est professeur assistant à l’Université nationale technique d’Athènes.

20 Ruhrlandmuseum Essen, “Archäologie im Zeitalter des Kolonialismus 1960-1940”, mai 2008.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Rome, Temple de Saturne et Arc de Septime Sévère.
Crédits Fonds photographique Paul Collart, inv. n° 0014, © iasa / unil
URL http://anabases.revues.org/docannexe/image/2539/img-1.png
Fichier image/png, 77k
Titre Figure 2. Palmyre, Paul Collart partageant un repas composé du traditionnel mezzé et kebbé.
Crédits Fonds photographique Paul Collart, inv. n° 0014, © iasa / unil
URL http://anabases.revues.org/docannexe/image/2539/img-2.png
Fichier image/png, 84k
Titre Figure 3. Palmyre, panne de voiture dans le désert. On attend patiemment au soleil avant de pouvoir repartir.
Crédits Fonds photographique Paul Collart, inv. n° 0014, © iasa / unil
URL http://anabases.revues.org/docannexe/image/2539/img-3.png
Fichier image/png, 85k
Titre Figure 4. Rome, mur d’Aurélien et Pyramide de Cestius à Ostiense.
Crédits Fonds photographique Paul Collart, inv. n° 0014, © iasa / unil
URL http://anabases.revues.org/docannexe/image/2539/img-4.png
Fichier image/png, 72k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Michel, « Le Fonds d’archives Paul Collart à l’université de Lausanne (Suisse) », Anabases, 7 | 2008, 241-249.

Référence électronique

Patrick Michel, « Le Fonds d’archives Paul Collart à l’université de Lausanne (Suisse) », Anabases [En ligne], 7 | 2008, mis en ligne le 01 décembre 2011, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://anabases.revues.org/2539 ; DOI : 10.4000/anabases.2539

Haut de page

Auteur

Patrick Michel

Université de Genève

Institut suisse de Rome
Patrick.Michel@lettres.unige.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page