Navigation – Plan du site
Comptes rendus et notes de lecture

Richard D. Mohr and Barbara M. Sattler (éd.), One Book, The Whole Universe, Plato’s Timaeus Today

Germaine Aujac
p. 281-283
Référence(s) :

Richard D. Mohr and Barbara M. Sattler (éd.), One Book, The Whole Universe, Plato’s Timaeus Today, Las Vegas-Zurich-Athènes, Parmenides Publishing, 2010, 406 p.
87 dollars / isbn : 978-1-930972-32-2.

Texte intégral

1Une conférence internationale, et interdisciplinaire, avait réuni, du 13 au 17 septembre 2007, à l’université de l’Illinois (Urbana), divers physiciens, philosophes, antiquisants, architectes, pour traiter de « Life, the Universe, Everything – and More : Plato’s Timaeus Today ». Elle a donné lieu à la publication de cet important ouvrage, qui prouve une fois de plus combien est inépuisable le contenu du Timée de Platon.

2Les vingt-deux contributions ont été regroupées par Richard D. Mohr (qui est aussi l’auteur de l’Introduction) sous huit rubriques. Celle d’Anthony J. Leggett (Plato’s Timaeus : Some Resonances in Modern Physics and Cosmology) est une réponse à « The Big Questions ». Si Platon reste intéressant pour les modernes, c’est plus pour les questions qu’il pose que pour les réponses qu’il suggère ; reste l’interrogation si troublante : pourquoi l’univers existe-t-il ? Ni Platon ni les physiciens actuels ne proposent de solution définitive.

3Cinq exposés sont rangés sous l’intitulé : « God and Related Matters ». Anthony Long (Cosmic Craftsmanship in Plato and Stoicism) retrace l’histoire de la théologie grecque, des Présocratiques à la période hellénistique. Au monde rationnel d’Héraclite, organisé par un logos impersonnel, Platon substituera l’intelligence créatrice d’un démiurge, tandis que les Stoïciens optent pour un Dieu créateur, providentiel et bienveillant. Pour Allan Silverman (Philosopher-Kings and Craftsman-Gods), l’accès de la raison au Bien doit procurer une extension du Bien, tant dans le cosmos que dans l’homme. Charles H. Kahn (The place of Cosmology in Plato’s Later Dialogues) suggère que les nouveautés, dans les derniers dialogues, seraient un prolongement, et non un rejet, du dualisme métaphysique exposé dans les dialogues précédents. Matthias Vorwerk (Maker or Father ? The Demiurge from Plutarch to Plotinus) présente des interprétations successives de la formule « artisan et père » appliquée par Platon au Démiurge. Dans son exposé (Plato on – just about – Everything : Some Observations on the Timaeus and Other Dialogues), Thomas M. Robinson ouvre de larges perspectives, depuis les débats au sein de l’Académie jusqu’aux discussions contemporaines, sur la cosmologie et la justice ; le mythe du Politique serait assez proche de la théorie moderne du Big Bang, tout comme la philosophie sociale des Lois le serait de A theory of Justice de John Raw.

4Les cinq exposés suivants sont regroupés sous la bannière de « Space, Place, and Motion – The Receptacle of Becoming ». Donald Zeyl (Visualizing Platonic Space), utilisant l’image de la vague qui, faite d’eau, bouge à travers l’eau, montre que pour Platon les objets peuvent à la fois apparaître dans l’espace et se mouvoir à travers l’espace. Verity Harte (The Receptacle and the Primary Bodies : Something from Nothing ?) présente une vue générale sur les relations existant entre Forme, Démiurge et Réceptacle ; la présence des Formes fait que le Démiurge ne crée pas à partir de rien. Pour Stephen Menn (The Timaeus and the Critique of Presocratic Vortices), la philosophie présocratique s’est développée par une série d’oppositions ; Platon, de même, critique Anaxagore et la physique présocratique avant d’exposer sa propre théorie physique dans le Timée. Ian Mueller (What’s the Matter ? Some Neoplatonist Answers) décrit l’interprétation du Réceptacle par les Néo-Platoniciens, Proclus, Périclès de Lydie, Simplicius, Philopon, chez lesquels on devine l’influence d’Aristote. Zina Giannopoulou (Derrida’s Khôra, or Unnaming the Timaean Receptacle) analyse et critique l’attaque de Derrida contre le platonisme ; l’espace rendrait possible, à son avis, le dualisme Forme-Phénomène.

5La rubrique suivante, « Aristotle’s Timaeus », est illustrée par deux exposés : l’un, de Thomas K. Johansen (Should Aristotle Have Recognized Final Causes in Plato’s Timaeus ?), montre qu’Aristote avait pourtant soigneusement lu Platon quand il l’accuse de ne jamais faire appel aux causes finales ; l’autre, d’Alan Code (Aristotle on Plato on Weight), réfute la critique adressée par Aristote à Platon de fonder le poids sur les propriétés géométriques des corps premiers.

6Deux exposés nourrissent la rubrique « Reason and Myth ». Gabor Betegh (What Makes a Myth eikôs ?) défend et prolonge la position de Myles Burnyeat sur le mythe vraisemblable, explication étiologique d’une image, ce dont Platon donne maints exemples. Alexander Mourelatos (The Epistemological Section, 29b-d, of the Proem in Timaeus’ Speech) suggère que Platon, proposant des explications diverses pour les phénomènes, anticiperait les méthodes modernes qui admettent des hypothèses parfois contradictoires, jusqu’à preuve d’impossibilité.

7La rubrique « Time, Narrative, and Myth » réunit trois copieux exposés. Barbara M. Sattler (A Time for Learning and for Counting : Egyptians, Greeks, and Empirical Processes in Plato’s Timaeus) soutient que dans le Timée les procédures empiriques, à la fois physiques et culturelles, peuvent être en accord avec la raison, le véhicule terrestre de la rationalité étant le temps, temps physique ou temps humain. Pour Kathryn A. Morgan (Narrative Orders in the Timaeus and Critias), la narration dans le Timée montrerait comment les modèles éternels peuvent se réaliser, imparfaitement sans doute, dans le monde réel ; dans le Critias, le modèle d’une cité idéale aurait ainsi connu une réalisation quasi historique. Jon Solomon (Timaeus in Tinseltown : Atlantis in Film) illustre par de multiples exemples, dont les plus récents sont d’ordre cinématographique, la grande vogue dont a joui l’Atlantide depuis la Renaissance jusqu’à l’époque contemporaine, en passant par Jules Verne.

8Sous l’intitulé de « Timaean Architecture – Timber Framing the Universe and Buildiing Today », Anthony Vidler (The Atlantis Effect : The Lost Origins of Architecture) étudie les influences que purent exercer les modes de construction – d’après le récit mythique de Platon – des cités de l’Atlantide ou de la vieille Athènes sur les conceptions architecturales de la Renaissance à nos jours. Ann Bergren (Plato’s Timaeus and the Aesthetics of Animate Form) décèle des échos du dialogue de Platon dans les théories modernes de « forme animée » ; mais ces théories se prévalent plutôt, selon elle, de l’état pré-cosmique du monde, avant l’intervention du Démiurge, et se rapprochent plutôt du concept homérique de la Beauté, lequel suppose travail artistique, variété, mobilité.

9En manière de conclusion, « Ever After, Ever before », Sean Caroll (Time and Change in an Eternal Universe) entraîne le lecteur aux limites extrêmes de l’univers, vers la matière noire, qui pourrait être à l’origine de nouveaux univers, dans une spirale ininterrompue qui n’aurait besoin d’aucune aide divine.

10L’éditeur a eu la charitable idée de placer, en tête de sa publication, en guise de « Guide du lecteur », de copieux résumés d’articles qui ne le sont pas moins.

11Ce bref compte rendu ne saurait rendre pleine justice à la richesse et à la diversité de ces études, qui montrent combien un si court dialogue reste chargé de sens, même à notre époque ; longtemps encore la lecture du Timée conduira les hommes à méditer sur l’origine de l’univers, sur la destinée de l’homme, sur la fécondité de la science, et, au-delà, sur l’éternité. Ce gros livre les y aidera.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Germaine Aujac, « Richard D. Mohr and Barbara M. Sattler (éd.), One Book, The Whole Universe, Plato’s Timaeus Today », Anabases, 14 | 2011, 281-283.

Référence électronique

Germaine Aujac, « Richard D. Mohr and Barbara M. Sattler (éd.), One Book, The Whole Universe, Plato’s Timaeus Today », Anabases [En ligne], 14 | 2011, mis en ligne le 01 octobre 2011, consulté le 25 mars 2017. URL : http://anabases.revues.org/2416

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page