Navigation – Plan du site
L'atelier de l'histoire : chantiers historiographiques
Archives de savants (9)

L’étruscologie : une histoire contemporaine ?

Marie-Laurence Haack
p. 266-270

Texte intégral

1Jusqu’à la fin du xixe siècle, tout en reconnaissant l’existence des Étrusques dans l’histoire de l’Italie, les antiquisants n’accordaient pas de place particulière aux Étrusques. On pourrait dire de façon caricaturale que les Étrusques n’avaient pas d’histoire, tant les Étrusques étaient étudiés au travers d’un filtre romano-centriste. Il faut attendre le début du xxe siècle pour que les études sur les Étrusques acquièrent autonomie, reconnaissance et rayonnement : l’histoire des Étrusques fait alors l’objet d’une science appelée étruscologique, possédant sa revue de prestige, les Studi Etruschi, ses colloques internationaux, ses chaires universitaires et ses propres spécialistes. Nous présentons ici un projet de recherche qui vise à étudier comment et pourquoi un discours et un savoir scientifique sur l’histoire des Étrusques sont apparus précisément au xxe siècle en Europe.

2Nous voudrions montrer que la fabrique scientifique de l’étruscologie est liée au statut des Étrusques dans les processus de construction et de reconstruction nationale des États européens à travers trois fils conducteurs :

1) Le parcours biographique

  • 16 Cf. L. M. Michetti (éd.), Massimo Pallottino a dieci anni dalla scomparsa : atti dell’incontro di s (...)
  • 17 Cf. M. Barbanera, Ranuccio Bianchi Bandinelli. Biografia ed epistolario di un grande archeologo, Mi (...)
  • 18 Cf. G. Turi, Il fascismo e il consenso degli intellettuali, Bologne 1980.

3Nous souhaitons chercher à savoir quand, comment et pourquoi des savants se mettent à étudier les Étrusques. Jusqu’à présent M. Pallottino est le seul de tous les étruscologues du xxe siècle à commencer à faire l’objet d’études biographiques16. Le moment est venu d’approfondir ces recherches à partir des études biographiques récentes du célèbre historien d’art17, R. Bianchi Bandinelli. Grâce à celles-ci, on pourra s’interroger en particulier sur l’attitude des étruscologues vis-à-vis du régime fasciste. Y a-t-il eu chez les étruscologues, comme peut-être chez beaucoup d’intellectuels italiens18, un attrait, voire un consensus ?

4D’abord, on s’informera sur tout ce qui a trait au choix de l’étude des Étrusques : quelle est la place des études étruscologiques dans le parcours professionnel ? Quelle reconnaissance professionnelle est recherchée et obtenue ? Puis, on s’intéressera à tout ce qui est relatif aux engagements politiques et citoyens. Enfin, on relèvera tout ce qui a trait aux goûts littéraires et artistiques de ces savants pour examiner en quoi leur connaissance de l’art moderne a pu influer sur leur appréciation de l’art étrusque.

2) Le discours historique

5On cherchera à savoir ce qui est devenu objet de science au cours du xxe siècle, quels sont les premiers thèmes d’étude choisis, ceux qui disparaissent, ceux qui demeurent et sous quelle forme et pourquoi. On portera une grande attention aux préfaces et aux remerciements. Un travail particulier sera consacré aux rééditions et aux traductions du manuel de M. Pallottino, Etruscologia. On étudiera aussi la place, l’iconographie et l’histoire des Étrusques dans les manuels scolaires et universitaires.

3) Le discours politique

6On s’intéressera aussi à l’utilisation de la référence étrusque dans le discours politique, en particulier à l’instrumentalisation du récit des origines en Italie. Quels arguments viennent appuyer la référence étrusque ? À quelles refondations contribuent les Étrusques et à quelles refondations ne contribuent-ils pas ? Le passé étrusque est-il inventé ou simplement récupéré au prix de réinterprétations ou encore résiste-t-il à certaines tentatives d’interprétation politique ? Y a-t-il incompréhensions entre politiques et étruscologues ?

7On cherchera aussi à mesurer le statut patrimonial des Étrusques. Quel rôle politique fait-on jouer à la conservation des monuments et des antiquités étrusques ?

8Ces trois fils conducteurs pourraient servir de base à l’organisation de séminaires sur les sources de l’étruscologie du xxe siècle.

9Un premier temps pourrait être consacré à la comparaison des manuels d’étruscologie du xxe siècle. On verra, par exemple, comment une même question, celle des origines par exemple, est traitée dans les manuels d’étruscologie des différents pays d’une même période. Dans les manuels d’école élémentaire, on verra quels sont les pays qui accordent une place aux Étrusques et quelle image est donnée d’eux. Dans les manuels de collège et de lycée, on examinera quel statut est conféré aux Étrusques parmi les civilisations antiques.

10Un deuxième temps pourra être consacré aux archives écrites. Le séminaire présentera le dépouillement et les analyses de plusieurs fonds d’archives connus : ceux de la biasa (Biblioteca di Archeologia e Storia dell’Arte de l’université de Rome), comprenant le Fondo Giulio Quirino Giglioli, ceux des documents de la Soprintendenza alla Galleria Nazionale d’arte moderna, ceux de l’Archivio de l’E42 et du secrétariat particulier du Duce et, enfin, ceux de la bibliothèque Pallottino, acquise en 1995 par le cnr.

11Un troisième temps portera sur les sources iconographiques, en particulier photographiques, comme les archives photographiques de Toscane recensées par le Censimento dei Fondi fotografici toscani, les archives des frères Alinari et le site Internet de l’Istituto Luce : on cherchera à savoir quels sont les sites et les objets étrusques dont les photographies ont été utilisées dans les études étruscologiques et comment t les figures humaines sont mises en scène.

12Dans un quatrième temps, on étudiera les sources radiophoniques et journalistiques. On s’intéressera à la radio de l’élite italienne, uri, à partir de 1924, puis à l’eiar, à partir de 1928. On verra particulièrement comment les Étrusques sont utilisés dans les débats sur la race dans les années 40. On étudiera aussi l’émergence d’un discours étruscologique dans les revues florentines du début du xxe siècle, l’utilisation de la question des origines étrusques dans la revue La Difesa della razza de 1938 à 1943, puis la vulgarisation des analyses scientifiques sur l’adn des Étrusques.

13Les séminaires pourront déboucher sur trois séries de journées d’études.

14La première porterait sur la construction de l’étruscologie comme discipline universitaire entre 1914 et 1935. On reviendrait sur la découverte de fragments de statues monumentales à Véies entre 1914 et 1920, événement qui a soudain promu l’art étrusque au rang d’art original et atemporel. On verra aussi que cette réévaluation de l’art étrusque a des répercussions sur toute la recherche sur les Étrusques. Après l’art, la langue étrusque a commencé à être considérée pour elle-même. On examinera comment la reconnaissance d’une originalité étrusque a poussé les étruscologues à rendre leur discipline autonome en lui donnant une légitimité scientifique. L’organisation de rencontres scientifiques et la mise en place d’une revue spécifique ont ainsi contribué à la création de chaires universitaires d’étruscologie. A. Minto, surintendant des antiquités d’Étrurie, crée le Comitato Permanente per l’Etruria dont il devient président, en 1925, pour promouvoir et coordonner toutes les initiatives sur la civilisation étrusque. Il suscite la création des Studi Etruschi, dont la publication débute en 1927. En 1926, l’année où est organisé à Florence le premier Convegno nazionale etrusco à Florence, est créée une chaire d’étruscologie à l’université de Rome. En 1928, se tient le premier Congresso internazionale etrusco à Bologne. En 1932, le comité permanent pour l’étrurie est transformé en Istituto di Studi Etruschi destiné à organiser des tables rondes sur des sujets spécifiques et à lancer des projets de répertoires.

15On s’apercevra toutefois que les études étruscologiques sont fragmentées : les premiers numéros des Studi Etruschi sont ainsi divisés en sections distinctes sur l’histoire et l’archéologie, sur la langue et l’épigraphie et l’histoire naturelle et les dictionnaires.

  • 19 Cf. M. Cagnetta, Antichisti e impero fascista, Bari 1979.

16Puis, on examinera la période qui va de 1935 à 1947 : les étruscologues tentent alors de régler la question controversée des origines étrusques, mais, en l’absence de certitude sur la question, l’étruscologie subit la concurrence de l’histoire romaine auprès d’autorités soucieuses de légitimer leur discours sur la race, sur la nation et sur l’empire19. On s’intéressera, à partir de 1935, aux publications sur l’origine des Étrusques. Traditionnellement, on reconnaissait aux Étrusques une origine étrangère, soit une origine transmarine, soit une origine lydienne s’appuyant sur les affirmations d’Hérodote considéré comme le père de l’histoire. Dans les années ‘30, la thèse de Denys d’Halicarnasse pour qui le peuple étrusque serait un peuple autochtone connaît un renouveau d’intérêt. À la suite d’A. Trombetti, les arguments linguistiques servent à appuyer la thèse de l’italianité de la nation et de la civilisation étrusque. Certains savants vont jusqu’à tenter d’isoler critères anthropologiques d’identification des Étrusques et chercher appui dans la forme du crâne des Étrusques.

17On ne peut s’empêcher de voir dans l’intérêt de tous ces savants italiens pour une thèse jusque-là dédaignée une conséquence des propos du Duce sur la pureté de la race italienne, sur la race « ario-romaine », qualifiée de « super race de la nation italienne » et du « Manifeste des hommes de sciences racistes » rédigé par un groupe d’universitaires italiens. On verra enfin que les plus fervents fascistes parmi les étruscologues ne pouvant effacer d’un trait la thèse de l’hétérochtonie, on note sinon une désaffection pour l’étruscologie, du moins un nouvel attrait de l’histoire romaine pour nombre d’étruscologues cherchant à assurer leur carrière. À une histoire des Étrusques encore discutée, et pour tout dire mal assurée, on préfère une romanité victorieuse et grandiose.

18Dans un troisième temps, on s’intéressera à l’élargissement du champ des études étruscologiques dans l’après guerre. On verra comment la pluridisciplinarité s’efface au profit d’une interdisciplinarité. Les barrières entre spécialités étruscologiques tombent grâce à l’émergence de nouvelles personnalités aux compétences linguistiques, historiques et artistiques, comme M. Pallottino qui se consacre en pleine guerre à une Etruscologia dont la seconde édition, publiée à la sortie de la guerre, offre un « panorama des connaissances et des problèmes de la civilisation étrusque » au grand public et connaît un succès retentissant. Cette conception d’une étruscologie globale, partagée à l’étranger est à l’œuvre dans la réalisation d’une exposition montrant de multiples aspects de la civilisation étrusque : Mostra dell’arte e della civiltà etrusca, en 1955 et 1956.

19On montrera que la prise en compte de différents points de vue s’accompagne d’une remise en perspective de la particularité des Étrusques dans le cadre de l’Italie préromaine. L’essor des problématiques économiques et sociologiques permettent de dessiner d’autres unités que linguistique ou artistique. En 1951, l’Istituto di Studi Etruschi est devenu l’Istituto di Studi Etruschi ed Italici, qui se donne pour but de favoriser les études « sur l’origine et le développement des Étrusques et des peuples antiques ». On cherche désormais à comprendre les relations entre les différents peuples et le rôle de chacun dans l’histoire de leur époque. On s’écarte de l’idée d’une hiérarchie entre peuples et on repense simultanément le vieux problème des origines. Le concept de dérivation d’une origine unique est progressivement délaissé au profit de l’idée d’un processus de formation du peuple étrusque et de sa civilisation. M. Pallottino dans L’origine degli Etruschi, Rome, 1947, puis F. Altheim dans Der Ursprung der Etrusker, Baden-Baden, 1950, émettent l’idée d’une formation ethnique très progressive loin de la thèse habituelle de l’envahisseur inconnu.

20Dans les années ‘60, la publication des découvertes d’objets étrusques à Ampurias en Espagne, à Pech Maho, à Saint Blaise et en Bourgogne, provoque un élargissement encore plus grand de la perspective. De peuple d’Italie, les Étrusques sont considérés comme un peuple d’Europe. En 1957, les Studi Etruschi revendiquent leur caractère international ; M. Pallottino exerce dans les années qui suivent des responsabilités au sein de l’Associazione Internazionale di Archeologia Classica et de l’Unione Internazionale degli Istituti di Archeologia et les grandes expositions prennent un caractère continental, européen. Avant même la signature du traité de Rome, l’exposition Art et Civilisation des Étrusques, de 1954 à 1956 va du Kunsthaus de Zurich au Palazzo reale de Milan et dans d’autres sièges européens (La Haye, Paris, Oslo, Cologne) et connaît très grand afflux de visiteurs, grâce à la participation des musées allemands, français, suisses, autrichiens, anglais et américains. Puis, avant la chute du mur de Berlin, l’exposition Die Welt der Etrusker-Archäologische Denkmäler aus Museen sozialistischer Länder, est présentée à l’Altes Museum de Berlin. Ensuite, en 1992, au moment du traité de Maastricht sur l’élargissement de l’Europe, l’exposition Les Étrusques et l’Europe, conçue par M. Pallottino, G. Camporeale et F. Gaultier, attire l’attention sur les rapports entre la civilisation étrusque et l’Europe.

  • 20 Cf. C. Vernesi et alii, “The Etruscans : a population-genetic study”, The American Journal of Human (...)

21Enfin, on verra le retour de la question des origines à partir des analyses adn montrant une parenté des Étrusques avec les populations d’Asie Mineure20 et de la reprise de ces analyses dans une presse européenne où la place de la Turquie en Europe fait débat.

Haut de page

Notes

16 Cf. L. M. Michetti (éd.), Massimo Pallottino a dieci anni dalla scomparsa : atti dell’incontro di studio, Roma, 10-11 novembre 2005, Rome 2007.

17 Cf. M. Barbanera, Ranuccio Bianchi Bandinelli. Biografia ed epistolario di un grande archeologo, Milano 2003 ; Id., « “Lo studio dell’arte etrusca era fermo al volume di Jules Martha”. Le ricerche sugli Etruschi nel primo trentennio del Novecento », in L’occhio dell’archeologo. Ranucchio Bianchi Bandinelli nella Siena del primo ‘900. [Siena, Complesso museale Santa Maria della Scala, 4 aprile - 5 luglio 2009], Cinisello Balsamo 2009 p. 17-31.

18 Cf. G. Turi, Il fascismo e il consenso degli intellettuali, Bologne 1980.

19 Cf. M. Cagnetta, Antichisti e impero fascista, Bari 1979.

20 Cf. C. Vernesi et alii, “The Etruscans : a population-genetic study”, The American Journal of Human Genetics 74 (2004), p. 694-704 ; E. Belle et alii, “Serial coalescent simulations suggest a weak genealogical relationship between Etruscans and modern Tuscans”, Proceedings of the National Academy of Sciences usa 103 (2006), p. 8012-8017 ; M. Pellecchia et alii, “The mystery of Etruscan origins : novel clues from Bostaurus mitochondrial dna”, Proceedings of the Royal Society of Biological Sciences 274 (2007), p. 1175-1179.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Laurence Haack, « L’étruscologie : une histoire contemporaine ? », Anabases, 13 | 2011, 266-270.

Référence électronique

Marie-Laurence Haack, « L’étruscologie : une histoire contemporaine ? », Anabases [En ligne], 13 | 2011, mis en ligne le 01 mars 2014, consulté le 26 juin 2017. URL : http://anabases.revues.org/1898 ; DOI : 10.4000/anabases.1898

Haut de page

Auteur

Marie-Laurence Haack

Université de Limoges
haackml@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page