Navigation – Plan du site
L'atelier de l'histoire : chantiers historiographiques
Antiquité et fictions contemporaines

En guise de présentation

Olivier Devillers
p. 230-231

Du 7 au 13 mars 2005, à l’occasion des Journées des Langues Anciennes organisées à Toulouse, la librairie Ombres Blanches avait réuni sur une table une quarantaine d’ouvrages relatifs à l’Antiquité : des bd et des polars ainsi que quelques romans, y compris de science-fiction. À travers ces productions, que nous qualifierons de fictions contemporaines et dont certaines sont parfois étudiées sous le nom de ‘paralittérature’, nous saisissons les manifestations les plus populaires de la survie de l’Antiquité, celles-là mêmes qui sont observables dans diverses œuvres cinématographiques récentes (Gladiator, Troie, voire une série télévisée comme Xéna la Guerrière), lesquelles pourront d’ailleurs être englobées dans cette rubrique.

Bandes dessinées, science-fiction, polars… (on songe aussi à l’animé et au manga, au roman d’aventures ou à la littérature érotique) sont destinés à un large public. Lorsqu’ils annexent le domaine de l’Antiquité, c’est en tant, pour ainsi dire, que « produits dérivés » de celle-ci, et ils le font avec des visées et selon des modalités qui sont aux antipodes de celles de la littérature scientifique. L’examen de ces modalités constitue un chantier neuf, en mesure de jeter un éclairage sur notre imaginaire du monde ancien, sur nos attentes et phantasmes à son égard, sur ce que sont, aujourd’hui encore, ses potentialités spectaculaires et son impact…

Nous évoquerons, en vrac et à titre d’exemple, quelques-unes des questions que nous nous poserons. Quels sont les domaines privilégiés par ce type d’ouvrages, tant pour ce qui concerne les grandes figures (Hercule, Alexandre le Grand, César) que les périodes historiques ou les zones géographiques ? Y a-t-il des modes ? Quel est le poids respectif de l’histoire et de la mythologie ? Un autre aspect regarde l’intervention des nationalismes dans la reconstruction des événements, par exemple dans les fictions sur la conquête de la Gaule par César ; quelquefois, plus que de nationalisme, c’est d’idéologie qu’il faut parler, et sans doute la nostalgie d’une société où l’ordre et la civilisation s’opposaient à la barbarie a-t-elle pesé dans des représentations de la Rome impériale (un reproche auquel n’échappent pas toujours les monographies scientifiques). Nous nous interrogerons aussi sur les méthodes adoptées par les auteurs pour mieux connaître l’époque qu’ils font revivre, sur la constitution de leurs dossiers documentaires, en particulier, sur l’exploitation des sources anciennes (consultées de première main ou non). Parallèlement, nous observerons le degré de vraisemblance et les modes de transgression de la « réalité », nécessaires pour faire rebondir l’action : comment l’histoire est-elle transformée en fiction ? par l’insertion d’un élément fictif dans les « blancs » d’une trame historique ? par la « refictionnalisation » d’une fiction antique (légende de Troie) selon les cadres d’une morale contemporaine ? Comment s’opère la rencontre entre le passé antique et le code propre aux genres envisagés (spécialement le polar) ? Comment des concepts antiques étrangers à nos « valeurs » (l’esclavage, voire la conquête) sont-ils assimilés ? Nous pourrons aussi nous intéresser aux parcours des auteurs, du professionnel de l’écriture à l’universitaire reconverti en romancier.

Sur ces questions, quelques projets sont en train de voir le jour, encore peu nombreux. Nous y ferons, dans cette rubrique annuelle, écho, pour autant que nous en ayons connaissance. Mais nous ferons aussi le point sur certains domaines, en mettant en évidence la richesse de la « matière » qu’offre ce champ d’enquêtes. Enfin, nous resterons « en phase » avec l’actualité, en interrogeant les auteurs et en présentant de façon critique leurs productions.