Navigation – Plan du site
Comptes rendus et notes de lecture

Pierre Vidal-Naquet, L’Atlantide. Petite histoire d’un mythe platonicien

Catherine Valenti
p. 258-259
Référence(s) :

Pierre Vidal-Naquet, L’Atlantide. Petite histoire d’un mythe platonicien, Paris, Les Belles Lettres, 2005, 198 p.
18 euros / isbn 2-251-38071-X

Texte intégral

1« Platon [...] a inventé un genre littéraire encore bien vivant, puisqu’il s’agit de la science-fiction » : comme Pierre Vidal-Naquet le rappelle par cette formule dans le premier chapitre de l’ouvrage – court mais fort érudit – qu’il consacre à l’Atlantide, il ne s’agit pas pour lui d’évoquer les interprétations « réalistes » du continent perdu, celles qui le placent, selon les cas, en Crète ou à Santorin, au beau milieu de l’Atlantique ou encore en plein cœur du Sahara – et même si, au xxe siècle encore, d’aucuns ont prétendu en donner les coordonnées géographiques exactes ; c’est bien à la postérité du mythe créé par Platon qu’il s’intéresse à travers les huit chapitres de son ouvrage. Partant de l’analyse du Timée et du Critias, Vidal-Naquet constate qu’en racontant la guerre entre Athènes et l’Atlantide, Platon n’a jamais voulu faire œuvre d’historien : sous la forme d’un pastiche historique – plus précisément un pastiche d’Hérodote –, il oppose en réalité une cité parfaite, l’Athènes archaïque, à l’Atlantide qui incarne pour sa part la cité dégénérée, l’Athènes maritime et impérialiste constituée après les guerres médiques et dont Platon déplore l’avènement.

2Utopie négative chez Platon, l’Atlantide a pourtant été traitée au fil des siècles comme une utopie positive, une sorte de paradis terrestre, à cause de l’opulence fabuleuse de l’île telle que la décrit Platon : richesse agricole, richesses minières, or et orichalque – métal, selon Platon, « le plus précieux après l’or » –, mais aussi fruits en abondance et faune des plus variées où se côtoient animaux sauvages et animaux domestiques, y compris l’éléphant, « le plus gros et le plus vorace ». C’est ce mythe dont Vidal-Naquet analyse la postérité : si les Atlantides antiques sont peu nombreuses, le continent fabuleux ayant été assez peu visité par les successeurs de Platon, le retour des Atlantes est patent à partir de la fin du xve siècle, ravivé par la découverte du Nouveau Monde : l’Amérique est-elle l’Atlantide ? La question suscite des controverses passionnées, et « le train de l’Atlantide est désormais sur les rails : il ne s’arrêtera plus ». Désormais en effet le mythe platonicien ne cessera plus de nourrir la réflexion philosophique des Occidentaux, de la Renaissance jusqu’au xxe siècle. Le débat sur l’Atlantide rebondit dans la deuxième moitié du xviiie siècle, avec une interrogation renouvelée sur l’Amérique : est-elle la terre d’une humanité vierge ou n’est-elle que marginalement humaine ? L’Atlantide, américaine pour certains depuis le xvie siècle, vient « naturellement » s’insérer dans cette dispute.

3C’est au xixe siècle toutefois, siècle de la nation s’il en est, qu’intervient un tournant majeur dans l’utilisation du mythe : il sert désormais à justifier le nationalisme naissant puis triomphant, en Italie, en Grande-Bretagne mais aussi en Suède et dans la plupart des pays européens. Seule la France semble échapper aux Atlantides « nationales » : d’après Vidal-Naquet, c’est parce qu’en France, après le « grand » roi (Louis XIV) est venue la « grande » nation suivie par le « grand » empereur ; la France se suffisait donc à elle-même en matière de grandeur et n’avait nul besoin du recours à une filiation avec l’Atlantide. D’autre part, dans le cas français, les idéologues de la nation avaient à leur disposition bien d’autres références que l’Atlantide pour alimenter leur discours sur les origines : Gaulois, Romains, Troyens et Francs notamment leur fournissaient tout le nécessaire. Au xxe siècle enfin, si en France l’Atlantide devient une figure essentiellement romanesque – comme en témoigne la parution en 1919 du roman éponyme de Pierre Benoit, mais l’évolution avait été amorcée dès le xixe siècle avec l’œuvre de Jules Verne –, elle relève plus que jamais du mythe dans l’Allemagne pré-nazie puis nazie ; elle sert alors à remplacer le peuple élu biblique par un nouveau peuple élu : les Aryens descendants des Atlantes. L’effondrement allemand de 1945, constate Vidal-Naquet, n’a pas mis un terme à ce type de délire.

4C’est donc à un passionnant voyage à travers les avatars du mythe platonicien que nous invite Pierre Vidal-Naquet, dans un ouvrage savant où, comme en témoigne l’appareil de notes, l’auteur a brassé toute la littérature « atlantiste » depuis Platon jusqu’aux idéologues nazis. Pour autant, l’auteur ne se satisfait pas d’avoir « désossé l’histoire » et démythifié l’Atlantide : au terme de ce voyage pluriséculaire dans les méandres du mythe platonicien, il invite au contraire son lecteur à « rendre le mythe à l’image et à la poésie ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Valenti, « Pierre Vidal-Naquet, L’Atlantide. Petite histoire d’un mythe platonicien », Anabases, 2 | 2005, 258-259.

Référence électronique

Catherine Valenti, « Pierre Vidal-Naquet, L’Atlantide. Petite histoire d’un mythe platonicien », Anabases [En ligne], 2 | 2005, mis en ligne le 01 octobre 2011, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://anabases.revues.org/1553

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page