Navigation – Plan du site
Comptes rendus et notes de lecture

Fabrice Denise, Lévon Nordiguian (ss. la dir. de), Une aventure archéologique : Antoine Poidebard, photographe et aviateur

Véronique Krings
p. 308-309
Référence(s) :

Fabrice Denise, Lévon Nordiguian (ss. la dir. de), Une aventure archéologique : Antoine Poidebard, photographe et aviateur, Marseille, éd. Parenthèses ; Arles, éd. Musée de l’Arles et de la Provence antiques ; Beyrouth, presses de l’Université St-Joseph, 2004, 333 p.
36€ / ISBN 2-86364-125-5

Texte intégral

1Dans le domaine des recherches sur l’Antiquité, A. Poidebard (1878-1955) est connu pour ses images aériennes des camps romains du limes (La Trace de Rome dans le désert de Syrie, 1934) et pour ses travaux sur les ports phéniciens de Tyr et de Sidon (Un grand port disparu, Tyr, 1939). Dès 1925, ce Père jésuite élaborait une méthode innovante de détection de vestiges archéologiques, notamment en améliorant des procédures de prises de vues aériennes utilisées pendant la Première guerre mondiale. Missionnaire ? interprète ? ethnologue ? diplomate ? officier aviateur ? archéologue ? Il est en fait impossible de ranger A.P. dans une seule catégorie, tant les expériences ont façonné un itinéraire exceptionnel et donné naissance à une œuvre qui ne l’est pas moins. Toutefois, le fil conducteur pourrait en être la photographie qui fut au centre de ses activités. Ce volume, qui accompagnait une exposition très réussie présentée au Musée de l’Arles et de la Provence antique, du 8 juillet au 28 novembre 2004, met du reste particulièrement en valeur des photos où l’information et l’esthétique se côtoient pour le plus grand plaisir du lecteur. Il accorde en effet une grande place à cette documentation, issue de la Bibliothèque orientale de l’Université Saint-Joseph de Beyrouth, riche de plus de 10 000 clichés. Les circonstances actuelles sont d’ailleurs plutôt favorables à la présentation d’archives photographiques, vestiges matériels d’un passé certes récent à l’échelle des civilisations, mais qui donnent accès à des mondes anciens dont ils contribuent à enrichir la connaissance (sans oublier un esprit de curiosité universel que les media d’aujourd’hui exploitent au quotidien). En juin 2000 déjà, des manifestations avaient été consacrées à A.P. et ce livre complète celui qui avait alors été publié à Beyrouth (Aux origines de l’archéologie aérienne), d’une part en réservant une place privilégiée aux photographies inédites, d’autre part, en suivant des pistes qui n’avaient pas été approfondies alors, en particulier l’étude du contexte historique dans lequel opéra A.P. en Anatolie, au Caucase et au Levant ainsi que celle de l’aviation française au Levant, et en mesurant l’apport d’A.P. à la technique de la photographie aérienne et sous-marine.

2Outre une introduction consacrée à la formation d’A.P. (C. Libois s.j.), quatre grands volets sont présentés à travers des contributions dues à vingt-trois spécialistes. Le premier replace A.P. au cœur de l’histoire de son temps, en étudiant la mission de la Compagnie de Jésus en Petite Arménie (L. Nordiguian), les fonctions qu’A.P. exerça au Caucase (A. Ter Minassian) ainsi que ses activités au temps du mandat français sur la Syrie et le Liban (C. Eddé, C. Verdeil), présentant ensuite l’officier et l’observateur aérien (J.‑B. Manchon). Dans un deuxième volet, c’est l’histoire de l’archéologie qui est approchée. La recherche archéologique française au Levant est présentée (N. Chevalier). Dans ce contexte, A.P. apparaît comme un « archéologue de l’extrême » (T. Bauzou). L’archéologie sous-marine est ensuite étudiée (J. Viret, M. Peissik). La troisième partie envisage le rapport d’A.P. à la photographie. D’abord, il convenait de mettre en évidence la tradition photographique jésuite (L. Nordiguian). Ensuite, la Première guerre mondiale a été porteuse de leçons en matière de photographie aérienne (M. Hodeir). Homme de communication, A.P. s’était constitué au fil de ses expéditions un stock de photographies très diverses dans lequel il puisait pour alimenter ses conférences et ses publications. Les photographies publiées par A.P. retiennent donc l’attention au même titre que celles, inédites, qui sont demeurées dans les fonds d’archives, rendant possible l’étude d’un « discours photographique » entre « présentation et représentation » (L. Toutain). Héritier d’une technique à laquelle les jésuites recouraient à fin d’investigation, A.P. va développer une approche photographique originale (P. Foliot). Dans le dernier panneau, « Archives », terme utilisé par A.P., sur ses boîtes photographiques, pour désigner les images susceptibles d’être publiées ou exposées, sont rassemblées de magnifiques photos en format pleine page. L’ensemble se termine par une rubrique consacrée à l’actualité des sites archéologiques qui retinrent l’attention d’A.P., montrant l’intérêt d’examiner sous un éclairage nouveau d’anciennes photos (Rasm Abu Miyal, Chalcis/Qinnasrin, Harbaqa, Deir el-Kahf et Jawa, Soura, Ar-Raqqa/ar-Râfiqa, Tyr, Sidon), et par une bibliographie.

3Au total, cette large mise en perspective historique et technique de la vie et des travaux de A.P., en se fondant en partie sur un fonds d’archives en cours d’études, aide à saisir la genèse et l’élaboration d’une œuvre, à l’insérer dans son contexte politique, économique et social et à en mesurer la réception, par les spécialistes comme par un plus large public, ainsi que sa place dans l’histoire de l’archéologie. Touchant à la fois aux relations internationales, à l’archéologie, à l’aviation et à la photographie, ce volume met en exergue les facettes d’un jésuite dont le parcours est mis en parallèle avec celui d’un autre jésuite, dont l’histoire a davantage retenu le nom, Pierre Teilhard de Chardin : une vie marquée en particulier par la Première Guerre mondiale, un goût de la connaissance uni à une attention à l’homme et un esprit de découverte, accompagné de résultats. A.P. s’inscrit aussi résolument parmi les Dussaud, Mouterde et Cumont – ces hommes furent d’ailleurs en contact comme l’attestent les lettres conservées dans les archives Cumont à l’Academia Belgica de Rome –, ces pionniers de l’archéologie qui firent de l’Orient des premières décennies du XXe siècle le laboratoire de leurs expériences multiformes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Véronique Krings, « Fabrice Denise, Lévon Nordiguian (ss. la dir. de), Une aventure archéologique : Antoine Poidebard, photographe et aviateur », Anabases, 1 | 2005, 308-309.

Référence électronique

Véronique Krings, « Fabrice Denise, Lévon Nordiguian (ss. la dir. de), Une aventure archéologique : Antoine Poidebard, photographe et aviateur », Anabases [En ligne], 1 | 2005, mis en ligne le 01 octobre 2011, consulté le 19 août 2017. URL : http://anabases.revues.org/1513

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page