Navigation – Plan du site
Comptes rendus et notes de lecture

Michele Rostovtzeff, Storia economica e sociale dell’impero romano

Corinne Bonnet
p. 305-306
Référence(s) :

Michele Rostovtzeff, Storia economica e sociale dell’impero romano, Nuova edizione accresciuta di testi inediti a cura di Arnaldo Marcone, Milan, Sansoni, 2003, 891 pages.
35€ / ISBN 88-383-1918-9

Texte intégral

1Si l’on prend la peine de signaler cette parution, c’est en raison de la présence d’inédits qui enrichissent ce qui constitue un grand classique de la science de l’Antiquité, The Social and Economic History of the Roman Empire, publié en 1926 par Mikhail Rostovtzeff à Oxford (Clarendon Press) et paru, dès 1933, en traduction italienne à Florence (La Nuova Italia). Pour saisir les enjeux historiographiques de cette publication, donc l’histoire de la tradition de cette synthèse, mais aussi la portée et le sens des inédits, il faut lire l’introduction d’A. Marcone, spécialiste s’il en est de ces questions.

2Par ailleurs, comme le souligne bien A. Marcone en introduction et comme cela a été souvent mis en évidence, Rostovtzeff use – voire abuse ? – de l’analogie entre passé et présent dans son analyse de l’empire romain, recourant par exemple à des concepts comme « bourgeoisie », « capitalisme », « prolétariat », etc. Ce filtre modernisant, en bonne partie redevable de l’expérience de la révolution russe, explique également l’intérêt insistant de Rostovtzeff pour les crises et les moments de rupture. De la même façon, il rend compte de la centralité de la problématique étatique dans l’analyse de la vie économique. Ces aspects de la méthode et du bagage émotif et intellectuel de Rostovtzeff ont bien été mis en évidence par de nombreux travaux récents : ceux d’A. Marcone lui-même, ceux des collègues russes G. Bongard-Levin et Y. Litvinenko, sans compter deux Colloques internationaux dont les Actes sont sous presse (pour le premier) et ont commencé à paraître (dans la revue Mediterraneo antico, pour le second).

3L’introduction est aussi un instrument très utile pour connaître l’histoire de la rédaction du livre et de sa réception en Italie où Gaetano De Sanctis (dans la Rivista di Filologia e d’Istruzione Classica 54, 1926, p. 537-554 = Scritti minori VI/1, Rome, 1972, p. 295-313) et Arnaldo Momigliano (dans La Nuova Italia 4, 1933, p. 160-164 = Contributo alla storia degli studi e del mondo antico, Rome, 1955, p. 327-335) publièrent deux comptes rendus significatifs. La traduction italienne de Giovanni Sanna, parue en 1933, peut être considérée comme une troisième édition du volume, après l’édition anglaise de 1926 et la traduction allemande parue en 1931. Pour l’édition de 1933, Rostovtzeff ajouta de nouvelles parties et revit tant le texte que les notes.

4En 1937, Rostovtzeff entama un travail de révision de l’édition anglaise, fortement voulue par la Oxford University Press. A. Momigliano lui-même, arrivé en Angleterre depuis peu, y travailla, mais le travail n’aboutit pas. Par une lettre au secrétaire de la maison d’édition, datant d’octobre 1942, nous savons que Rostovtzeff avait pris des notes dans son exemplaire personnel de l’édition italienne et qu’il va faire parvenir ce volume à Oxford, avec deux enveloppes de notes bibliographiques. En 1952, après la mort de Rostovtzeff – gravement malade depuis 1942 – la question de la réédition fut reprise en main et confiée à P. Fraser : le volume sortit finalement en 1957, avec une mise à jour très limitée.

5En 1997, A. Marcone a retrouvé, à Trèves, dans le fonds Gilliam (du nom d’un élève de Rostovtzeff) acquis par H. Heinen et G. Grimm, l’exemplaire personnel de l’édition italienne de Rostovtzeff, avec ses notes manuscrites. Ce sont donc ces ajoutes, d’une valeur exceptionnelle, qui sont ici présentées dans la nouvelle édition italienne. Le chapitre V, sur Palmyre, est celui où Rostovtzeff, profondément marqué par son expérience des fouilles de Doura-Europos, envisageait le plus de changements. On peut désormais se reporter au très riche compte rendu du volume que vient de publier P.G. Michelotto dans la Rivista Storica Italiana 116 (2004), p. 211-229, où l’Auteur met remarquablement en évidence le cheminement de la pensée et de la méthode de Rostovtzeff entre la publication et la révision de son œuvre.

6Le travail accompli par A. Marcone est exemplaire par sa sobriété et son efficacité. Il pourra servir de modèle à d’autres entreprises du même genre, par exemple à la réédition des œuvres de Franz Cumont, qui va débuter en 2006 (Aragno Editore) et qui intégrera les notes du savant belge figurant dans ses exemplaires personnels interfoliés et conservés à l’Academia Belgica de Rome.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Corinne Bonnet, « Michele Rostovtzeff, Storia economica e sociale dell’impero romano », Anabases, 1 | 2005, 305-306.

Référence électronique

Corinne Bonnet, « Michele Rostovtzeff, Storia economica e sociale dell’impero romano », Anabases [En ligne], 1 | 2005, mis en ligne le 01 octobre 2011, consulté le 23 mars 2017. URL : http://anabases.revues.org/1511

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page