Navigation – Plan du site
L'atelier de l'histoire : chantiers historiographiques
Voyages et voyageurs

Les voyages de Frère Félix Fabri en Orient (1480-1483). Projet de traduction et de réédition du texte latin

Jean Meyers
p. 273-277

Texte intégral

1. Félix Fabri

  • 1 A. Graboïs, Le pèlerin occidental en Terre sainte au Moyen Âge, Bruxelles, 1998, p. 50-51.
  • 2 M.-C Gomez-GÉraud, Le crépuscule du Grand Voyage. Les récits des pèlerins à Jérusalem (1458-1612), (...)
  • 3 Graboïs, Le pèlerin occidental, p. 50.

1Félix Fabri, Dominicain du couvent d’Ulm, est né à Zurich aux alentours de 1435. Il fait partie des quelques personnages savants 1 qui prennent la route dans la seconde moitié du XVe siècle, au « crépuscule du Grand Voyage » 2. D’après Aryeh Graboïs 3, il est « sans doute la figure la plus originale de cette génération de pèlerins-savants ».

  • 4 Evagatorium II, 11, fol. 231 A (Hassler III, p. 468). Sur le système de références, cf. infra.
  • 5 Evagatorium I, 1, fol. 23 A (I, p. 80).
  • 6 Evagatorium II, 11, fol. 231 A (Hassler III, p. 468) où Fabri compte respectivement 215 jours de vo (...)

2Frère Félix est allé deux fois en Orient, la première fois en 1480. Parti le 14 avril, il revient le 16 novembre de la même année. Il fait lui-même le compte de ses jours d’éloignement : 215 au total 4. Mais il rentre avec le sentiment que sa visite des lieux saints a été trop rapide et qu’à son retour, il en sait « moins sur tous les lieux saints qu’avant de les avoir visités » 5. Félix rumine donc en secret le désir de repartir et passe deux ans dans l’agitation et la dépression avant d’obtenir une autorisation pour un second pèlerinage, qui durera du 13 avril 1483 au 30 janvier 1484 6. Il part cette fois avec la ferme intention de tout noter et ajoute à la visite de Jérusalem et de ses environs une expédition au mont Sinaï et un retour par l’Égypte.

2. Son récit de voyage

  • 7 Evagatorium I, 1, fol. 25A-B (I, p. 87); cf. aussi II, 7, fol. 38A (Masson I, p. 152).
  • 8 On peut aussi aujourd’hui consulter le texte latin de Hassler (enregistré en mode images) sur Inter (...)

3Félix Fabri a laissé le récit de ces deux voyages dans un monumental ouvrage de près de mille cinq cents pages, l’Evagatorium Fratris Felicis in Terrae sanctae, Arabiae et Egypti peregrinationem. Ce récit est issu en partie des notes prises tout au long du second voyage, pendant lequel le pèlerin n’a cessé d’écrire, aussi bien en pleine mer, même pendant les tempêtes, qu’à dos d’âne en Terre sainte ou à dos de chameau dans le désert 7, mais l’essentiel a été composé après son retour, pendant une longue rédaction, qui dure au moins de 1484 à 1494, peut-être même 1495. La seule édition complète de ce récit est toujours la vieille édition donnée au XIXe siècle par K.D. Hassler, Fratris Felicis Evagatorium in Terrae Sanctae, Arabiae et Egypti Peregrinationem, 3 tomes, Stuttgart (Bibliothek des Literarischen Vereins, 2-4), 1843-1849, difficile à trouver et à exploiter en raison de ses nombreuses coquilles et de son absence totale de notes 8.

  • 9 Dans le système de renvois à l’Evagatorium, je mentionne d’abord la partie (I ou II), le traité (1 (...)

4Pour refléter au mieux l’errance du voyage, l’œuvre adopte un plan basé sur le déroulement chronologique de la pérégrination. En principe, et je cite Frère Félix, « ces Errances contiennent deux parties principales selon le cours de deux voyages, l’un à Jérusalem et l’autre au mont Sinaï ou au monastère Sainte-Catherine. Ces deux parties forment deux volumes (...) ; l’ensemble comporte autant de traités que de mois et autant de chapitres que de jours. Ainsi, la première partie compte six traités, et la seconde tout autant. » (I, Ep. ad fratres, 3A ; I, p. 11) 9. Voici donc, avec les références aux pages correspondantes dans l’édition de Hassler, un plan général de l’œuvre :

Plan général de l’Evagatorium [1493 p., éd. Hassler]

Première partie : pèlerinage à Jérusalem [808 p.]

Traité I :

avril (d’Ulm à Venise ; 1er voyage de 1480)

[92 p.; Hassler I, 1-92]

Traité II :

mai (pèlerinage à Venise ; mers et galères)

[55 p.; Hassler I, 93-147]

Traité III :

juin (de Venise à Jaffa)

[35 p.; Hassler I, 148-182]

Traité IV :

juillet (pèlerinage à Jérusalem)

[414 p.; Hassler I, 183-480; II, 1-116]

Traité V :

août (pèlerinage en Terre sainte)

[84 p.; Hassler II, 117-200]

Traité VI :

description de la Jérusalem moderne

[128 p.; Hassler II, 201-328]

Deuxième partie : pèlerinage au mont Sinaï et en Égypte [685 p.]

Traité VII :

fin août-septembre (de Jérusalem au mont Sinaï)

[188 p.; Hassler II, 329-516]

Traité VIII :

octobre (du désert à l’Égypte)

[227 p.; Hassler II, 517-545; III, 1-198]

Traité IX :

novembre (départ et début de la traversée maritime)

[118 p.; Hassler III, 199-317]

Traité X :

décembre (traversée maritime)

[49 p.; Hassler III, 318-367]

Traité XI :

janvier (arrivée à Venise, description de la ville et retour à Ulm)

[101 p.; Hassler III, 368-468]

Traité XII :

description d’Ulm

codex proprius

  • 10 Il arrive aussi que d’autres souvenirs sans rapport avec ses pérégrinations reviennent à l’esprit (...)

5On constate que l’auteur ne tient pas tout à fait ses promesses, puisque l’ensemble fait douze traités alors que le voyage, d’avril 1483 à janvier 1484, n’a duré que dix mois. En fait, deux traités ne correspondent pas du tout à un mois du voyage : d’une part le traité VI, consacré à la description de Jérusalem, et le traité XII sur la Ville d’Ulm, dont le rattachement à l’Evagatorium est si artificiel que Fabri lui-même explique qu’en raison de sa longueur et de sa singularité, il ne l’a pas joint aux Errances et en a fait un livre à part (II, 11, fol. 231A ; Hassler III, p. 468). L’essentiel du récit concerne le second voyage, le premier n’étant que brièvement relaté à l’intérieur du traité I. Cependant, il arrive fréquemment que des souvenirs du premier voyage se mêlent à ceux du second, et des allusions au temps de la rédaction parfois font aussi intrusion dans le récit 10.

3. Le projet

  • 11 Pour une bibliographie sur Fabri et sur son Evagatorium, cf. la bibliographie que nous avons donn (...)
  • 12 Le texte anglais est disponible aussi sur Internet à l’adresse suivante :
    http://www. literature.at (...)
  • 13 Ces deux traductions partielles sautent aussi à l’occasion des passages jugés ennuyeux ou choquants

6Cet extraordinaire document sur le voyage avait bien entendu déjà été exploité 11. Des parties importantes de l’Evagatorium ont ainsi été traduites en anglais (pour la partie correspondant à la Terre sainte et à l’Arabie) par A. Stewart, The Wanderings of Felix Fabri, Londres (Palestine Pilgrims’ Text Society, 7-10), 1893-1896 [repr. New York, AMS Press, 1971] 12 ; en français (pour la partie égyptienne) par J. Masson, Le voyage en Égypte de Félix Fabri, 1483, 3 tomes, Institut Français d’Archéologie Orientale du Caire, 1975 [le t. III est une traduction par G. Hurseaux de l’adaptation allemande que l’auteur a aussi laissée de son Evagatorium13. Enfin, une traduction allemande intégrale a été donnée par H. Wiegandt et H. Krauss, Evagatorium über die Pilgerreise ins Heilige Land, nach Arabien und Aegypten 1483, Stadtbibliothek Ulm, 1998. Cependant, aucune de ces publications ne reprend le texte latin, ni ne fournit d’annotation : il n’y a quasiment aucune note ni chez Stewart, ni chez Wiegandt-Krauss ; seul Masson prend la peine d’identifier les sources de Fabri et les lieux qu’il traverse.

7Le projet que Nicole Chareyron et moi-même avons mis sur pied avec la collaboration constante et précieuse de Michel Tarayre a pour but de fournir à la fois une réédition du texte latin de Hassler, que nous revisons à la lumière du manuscrit autographe de Frère Félix conservé à Ulm (Ulm, Stadtarchiv cod. 19555-1.2 [olim 6718]) et que nous accompagnons d’un apparat critique léger, de donner de ce texte la première traduction française intégrale et de l’éclairer d’une annotation aussi riche que possible (identification des sources, des personnes, des lieux, problèmes de traduction et d’interprétation, comparaison avec d’autres récits, etc.). Nous avons ainsi formé une petite équipe mouvante comportant, pour chaque volume, des collègues et des étudiants de l’Université Paul-Valéry, qui travaillent dans le cadre de leur mémoire. Deux volumes sont à présent sortis : Félix Fabri, Les errances de Frère Félix, pèlerin en Terre sainte, en Arabie et en Égypte (1480-1483), t. I : Premier et deuxième traités ; t. II : Troisième et quatrième traités, Texte latin, introduction, traduction et notes sous la direction de J. Meyers et N. Chareyron, Université Paul-Valéry, Publ. du CERCAM, Montpellier, 2000 et 2003. Le t. III, comprenant la suite du quatrième traité, sortira début 2005. L’ensemble achevé devrait compter une dizaine de volumes.

4. Les objectifs

  • 14 Sur ce point, cf. J. Meyers, “ L’Evagatorium de Frère Félix Fabri : de l’errance du voyage à l’er (...)
  • 15 N. Chareyron, Les pèlerins de Jérusalem au Moyen Âge. L’aventure du Saint Voyage d’après Journaux (...)
  • 16 Contrairement à Frère Félix, la plupart des pèlerins sont très discrets sur eux-mêmes. Comme l’éc (...)
  • 17 N. Chareyron, “ Errances et digressions dans un récit de voyage au XVe siècle : l’Evagatorium de (...)

8Parmi les objectifs de ce projet, il y a bien sûr la volonté de faciliter l’accès des spécialistes, mais aussi du lecteur curieux à un ouvrage qui est une véritable encyclopédie du voyage n’ayant plus grand-chose à voir avec les récits modélisés de la plupart des pèlerins. Mais nous voulons aussi, par le biais de nos introductions et de nos commentaires, attirer l’attention sur les qualités littéraires de l’œuvre. On ne peut en effet réduire l’Evagatorium à un simple magasin d’informations, aussi riche soit-il : il s’agit aussi d’une œuvre littéraire à l’écriture de laquelle l’auteur a apporté un soin particulier et dont il a d’ailleurs expliqué lui-même les principes de composition dans sa préface. Félix Fabri a décidé de tout dire, de tout noter et prône une nouvelle écriture, « erratique » et « digressive », à travers laquelle l’errance de plume veut rendre compte de l’errance de corps 14. Son livre, comme il l’explique lui-même (I, Ep. ad fratres, fol. 1B-2A ; I, p. 7), n’est donc un récit ni de voyage, ni de pèlerinage, ni de traversée ; il est si particulier que l’auteur a choisi, pour le définir, un néologisme, evagatorium, un terme bâti sur evagatio, « errance, égarement, divagation » et sur le suffixe -orium, qui souligne le double statut de l’œuvre : elle est à la fois l’endroit où Frère Félix raconte ses errances et l’instrument qui entraîne le lecteur lui-même dans l’errance. L’« Évagatoire » est bel et bien, comme l’a écrit Nicole Chareyron, « un titre unique, pour une œuvre unique, d’un auteur unique » 15. Car contrairement à tant de pèlerins, Frère Félix a tendance à se mettre lui-même en scène, à dessiner son propre personnage et, de toute évidence, il est de ceux qui ont contribué à la création du voyageur comme personnage littéraire 16. Il a ainsi radicalement transformé le traditionnel récit de pèlerinage en une œuvre « où l’individu, « ondoyant et divers », s’installe pour longtemps et revendique le droit d’exprimer son identité psychologique, morale, intellectuelle dans tous ses détours et recoins, dans toute sa complexité. » 17

9Une œuvre aussi riche et originale méritait, nous semble-t-il, de sortir de l’ombre des bibliothèques universitaires.

Haut de page

Notes

1 A. Graboïs, Le pèlerin occidental en Terre sainte au Moyen Âge, Bruxelles, 1998, p. 50-51.

2 M.-C Gomez-GÉraud, Le crépuscule du Grand Voyage. Les récits des pèlerins à Jérusalem (1458-1612), Paris, 1999.

3 Graboïs, Le pèlerin occidental, p. 50.

4 Evagatorium II, 11, fol. 231 A (Hassler III, p. 468). Sur le système de références, cf. infra.

5 Evagatorium I, 1, fol. 23 A (I, p. 80).

6 Evagatorium II, 11, fol. 231 A (Hassler III, p. 468) où Fabri compte respectivement 215 jours de voyage en 1480 et 289 jours en 1483-1484. Il obtiendra aussi, le 21 octobre 1489, une autorisation pour un troisième voyage en Terre sainte, auquel il renoncera pour des raisons que l’on ignore.

7 Evagatorium I, 1, fol. 25A-B (I, p. 87); cf. aussi II, 7, fol. 38A (Masson I, p. 152).

8 On peut aussi aujourd’hui consulter le texte latin de Hassler (enregistré en mode images) sur Internet à l’adresse suivante : http://chass.colostate-pueblo.edu/history/seminar/fabri.htm.

9 Dans le système de renvois à l’Evagatorium, je mentionne d’abord la partie (I ou II), le traité (1 à 11), puis le folio : le reste donne soit les références, pour les parties déjà publiées (sous la forme I ou II), à la réédition avec traduction par N. Chareyron et moi-même, soit [cf. infra] à la traduction de J. Masson (Masson I, II ou III), soit à l’édition de Hassler (Hassler I, II ou III).

10 Il arrive aussi que d’autres souvenirs sans rapport avec ses pérégrinations reviennent à l’esprit de l’auteur. Ainsi, lors de la visite du lieu où les apôtres furent dispersés à travers le monde, Fabri se rappelle “ la triste séparation et la division ” de ses frères du couvent d’Ulm qui eurent lieu en l’an 1476, le jour même où les Apôtres furent dispersés, et il évoque avec émotion leur exil dans divers couvents de la province, parce qu’ils suivaient le parti de sa Sainteté le Pape et de l’Église romaine et refusaient de reconnaître l’évêque qui avait été choisi par le chapitre et soutenu par l’Empereur (I, 4, fol. 104B ; II, p. 152). Sur ces variations des modalités discursives, voir les bonnes remarques de N. Chareyron, “ Mutations et métamorphoses du récit de voyage au XVe siècle : le cas de Félix Fabri (1480-1483) ”, in Récits de pèlerinage et récits de voyage à travers les siècles, articles recueillis par D. Buschinger, Amiens (Médiévales, 21), 2002, p. 44-50, ici p. 47-48.

11 Pour une bibliographie sur Fabri et sur son Evagatorium, cf. la bibliographie que nous avons donnée dans notre t. II, p. XVII-XXXII.

12 Le texte anglais est disponible aussi sur Internet à l’adresse suivante :
http://www. literature.at/webinterface/library/.

13 Ces deux traductions partielles sautent aussi à l’occasion des passages jugés ennuyeux ou choquants.

14 Sur ce point, cf. J. Meyers, “ L’Evagatorium de Frère Félix Fabri : de l’errance du voyage à l’errance du récit ”, in Le Moyen Âge (à paraître) et l’article de N. Chareyron cité à la n. 17.

15 N. Chareyron, Les pèlerins de Jérusalem au Moyen Âge. L’aventure du Saint Voyage d’après Journaux et Mémoires, Paris, Imago, 2000, p. 18.

16 Contrairement à Frère Félix, la plupart des pèlerins sont très discrets sur eux-mêmes. Comme l’écrit M.-C. Gomez-Géraud, le récit de voyage en général “ n’est pas l’occasion d’une autobiographie ; aussi, loin de multiplier les marques d’individualisation, le rédacteur récite son voyage comme l’on déroule une à une les phrases d’un rituel, avec un scrupule identique, qui force à dépersonnaliser le récit ” (Le crépuscule du Grand Voyage, p. 273).

17 N. Chareyron, “ Errances et digressions dans un récit de voyage au XVe siècle : l’Evagatorium de Frère Félix Fabri ”, in La digression dans la littérature et l’art du Moyen Âge, Colloque international organisé par le CUERMA, Université d’Aix-en-Provence, 19-21 février 2004 (à paraître).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Meyers, « Les voyages de Frère Félix Fabri en Orient (1480-1483). Projet de traduction et de réédition du texte latin », Anabases, 1 | 2005, 273-277.

Référence électronique

Jean Meyers, « Les voyages de Frère Félix Fabri en Orient (1480-1483). Projet de traduction et de réédition du texte latin », Anabases [En ligne], 1 | 2005, mis en ligne le 01 octobre 2011, consulté le 29 mai 2017. URL : http://anabases.revues.org/1497 ; DOI : 10.4000/anabases.1497

Haut de page

Auteur

Jean Meyers

professeur à l’Université Paul-Valéry
jean.meyers@univ-montp3.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page