Navigation – Plan du site
L'atelier de l'histoire : chantiers historiographiques
Archives de savants

Les archives des savants antiquisants à l’Institut de France

Mireille Lamarque et Fabienne Queyroux
p. 268-272

Texte intégral

1On peut trouver des archives scientifiques relatives à l’Antiquité dans différents services de l’Institut de France. La bibliothèque de l’Institut existe depuis 1796, pour servir de lieu et d’instrument de travail aux membres de l’Institut national des arts et des sciences nouvellement créé (1795). Dès son origine ou presque, et surtout dès le début du XIXe siècle, elle est perçue comme un lieu de conservation de la mémoire de l’Institut et de ses membres. Elle doit aussi abriter des archives administratives, sélectionnées par les secrétaires perpétuels des Académies, et elle reçoit en don les archives personnelles d’un certain nombre de savants. Mais au fil du temps, la situation évolue ; un service spécifique, placé sous la responsabilité d’archivistes professionnels, se crée peu à peu pour s’occuper des archives administratives et organiques des différentes Académies. Puisqu’il est issu, donc proche, des académies ou de l’Institut, ce nouveau service est parfois amené à prendre en charge aussi d’autres types d’archives, comme des dons ou legs de papiers personnels des membres des différentes académies. Cependant des dons arrivent aussi à la bibliothèque. Aujourd’hui ces deux services travaillent en collaboration pour assurer la conservation et la communication du patrimoine écrit de l’Institut et des académies.

2Au sein de l’Institut, c’est l’Académie des inscriptions et belles-lettres qui s’occupe des études antiques. Elle a pour origine un conseil d’humanistes que Jean-Baptiste Colbert, surintendant des finances, décida, en février 1663, de réunir régulièrement pour en recevoir des avis concernant en particulier les inscriptions latines placées sur les monuments ou les types de médailles destinées à célébrer les événements du règne. Développée par Louvois, la « petite académie » devint l’Académie royale des inscriptions et médailles et reçut ses statuts en 1701, avant de prendre son titre définitif d’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1716. Elle décida de publier des communications présentées devant elle par ses membres et, éventuellement, des savants étrangers. Supprimée avec les autres académies à la Révolution, elle reprit ses activités avec la création de l’Institut de France, en 1795, au sein de la classe de littérature et beaux-arts, puis en 1803, de la classe d’histoire et de littérature ancienne, avant d’être rétablie sous son nom d’origine à la Restauration, par l’ordonnance royale du 21 mars 1816.

3Depuis le début du XIXe siècle, l’Académie des inscriptions et belles-lettres, compétente pour l’Antiquité, le Moyen Âge, la Renaissance et l’orientalisme, est appelée à une triple mission : elle joue un rôle de conseil et exerce une fonction de tutelle pour les études historiques, archéologiques et philologiques ; elle constitue un foyer de résonance des travaux menés en ces domaines ; elle veille enfin à la publication d’instruments de travail fondamentaux.

4Ses archives sont le produit de toutes ces activités. Elles sont organisées selon le cadre de classement suivant, où l’on a signalé les fonds concernant particulièrement les études antiques :
Série A : registres des procès-verbaux des séances (1694-1793)
Série C : mémoires et papiers d’érudits (Ancien Régime)
Série D : mémoires adressés aux concours (1706, 1733-1789)
Série E : procès-verbaux des séances et pièces annexes (rapports, correspondance) depuis le XIXe siècle
Série F : dossiers documentaires sur les académiciens (depuis la fin du XIXe siècle)
Série G : commissions (depuis 1803) : en particulier archives de la Forma Orbis Romani : Carte archéologique de la Gaule romaine (10 G 7-44) ; archives de la Commission du Corpus Vasorum Antiquorum (11 G 1-10) ; Commission des Écoles françaises d’Athènes et de Rome (14 G 1-13) ; Commission de Syrie et Palestine (16 G 1-6 et 16 G 9-13) ; papiers de Paul Pelliot pour la Commission consultative des fouilles en Afghanistan au Ministère de l’Instruction publique (16 G 7-8) ; Commission de l’Afrique du Nord (17 G 1-10).
Série H : mémoires adressés aux concours (1795-1955) : en particulier dossiers administratifs de la Commission des Antiquités de la France, mémoires et procès verbaux ( 3H 1-149), mémoires adressés au Concours des Antiquités de la France (3 H 150-276).
Série J : fondations gérées par l’Académie (depuis 1884) : en particulier fondation Auguste Pellechet pour la restauration de monuments (6 J 1-58).
Série K : entrées par voie extraordinaire depuis le XIXe siècle (fonds privés, papiers d’érudits) : à signaler, papiers d’Antoine Mongez, K 1-17 (notes de travail, manuscrits, correspondance scientifique) ; papiers de René Dussaud, K 43-62 (cours et conférences, manuscrits, correspondance scientifique).

5Par ailleurs, l’Académie des inscriptions et belles-lettres conserve dans ses locaux deux fonds importants.

6Le premier est celui du Cabinet du Corpus des inscriptions sémitiques. Il s’est développé en liaison directe avec les travaux entrepris dès 1867, à l’initiative d’Ernest Renan, visant à la publication d’un grand corpus général de toutes les inscriptions en caractères sémitiques. On trouve ainsi au Cabinet la documentation qui a servi à l’établissement et à la rédaction du Corpus. Il s’agit notamment de la correspondance adressée aux rédacteurs du Corpus, de précieuses collections de moulages et d’estampages, d’une bibliothèque et d’une photothèque spécialisées. D’autres archives concernent plus largement l’épigraphie ouest-sémitique, ainsi des carnets de voyage et de fouilles, des notes de travail et de cours.

7Ce fonds est consultable sur rendez-vous, sur demande dûment motivée. Pour plus d’informations, se reporter au site de l’Académie des inscriptions et belles-lettres : <http://www.aibl.fr/​fr/​travaux/​orient/​cis.html>.

8Le second fonds est constitué des archives personnelles de Louis Robert (1904-1985), l’un des grands maîtres des études grecques en France. Elles ont été données à l’Académie en 1998 par sa veuve, Madame Jeanne Robert. Elles comprennent un important ensemble de dossiers documentaires, les œuvres de Louis Robert annotées de sa main, des carnets de voyage et de fouilles (en particulier les fouilles de Claros), des moulages, des estampages, des photographies, et toute sa correspondance scientifique. Certains documents proviennent de son maître Maurice Holleaux, ainsi que de Georges Radet, Philippe Le Bas et Charles Picard.

9L’accès à ce fonds se fait sur demande écrite déposée auprès de Monsieur Glen Bowersock, Institute for Advanced Study, Einstein Drive, Princeton, NJ 08540, États-Unis (gwb@ias.edu). La publication de documents inédits (notes, carnets, estampages, correspondances ou autres) est, en tous les cas, soumise à l’accord préalable, donné par écrit, de M. Glen Bowersock. Pour plus d’informations, se reporter au site de l’Académie, <http://www.aibl.fr/​fr/​travaux/​antiq/​louisrobert.html>.

10Quant à la Bibliothèque de l’Institut, par nature encyclopédique, elle conserve de nombreux fonds d’archives de savants, ainsi qu’un grand nombre de manuscrits isolés. Les sciences de l’Antiquité y figurent en bonne place. Ces fonds sont d’ampleur et de nature très diverses. Certains représentent l’ensemble des archives personnelles d’un chercheur (le plus souvent un membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres), avec des documents témoignant de tous les aspects d’une vie et d’une carrière scientifique : citons par exemple le fonds Schlumberger, ou le fonds Lantier, qui contiennent des papiers de famille, des dossiers de travail, de la correspondance privée et professionnelle, des manuscrits d’œuvres, etc. D’autres se limitent à des correspondances, le plus souvent passives (par exemple, lettres reçues par Jérôme Carcopino), parfois croisées (tel est le cas des fonds Chabas et Silvestre de Sacy). D’autres encore représentent des archives partielles, contenant aussi bien quelques dossiers documentaires que des carnets ou un peu de correspondance, ainsi les papiers de Camille Jullian. Enfin, certains sont formés uniquement d’estampages, comme le fonds Héron de Villefosse.

11Un certain nombre de fonds témoignent de recherches ou expéditions soutenues par l’Académie, et sont souvent complémentaires de dossiers ou correspondances conservés aux archives : par exemple les documents rapportés par Méhier de Mathuisieulx de sa mission en Cyrénaïque.

12Outre ces archives scientifiques, la Bibliothèque conserve également de nombreux dessins d’artistes ayant fait le voyage de Rome aux XVIIIe et XIXe siècles, comme Charles Percier ou François-Jacques Delannoy.

13Sauf indication contraire, tous ces fonds sont librement consultables. Tous sont inventoriés et répertoriés, dans la mesure du possible au fur et à mesure de leur arrivée. En voici la liste :

Armée d’Orient. Papiers du service archéologique, 1916-1919, région de Salonique (papiers de Léon Rey). - Mss. 3494-3496
Blanchet, Adrien (1866-1957). Papiers. - Mss. 4664 et 7366-7395
Borghesi, Bartholomeo (1781-1860). Manuscrits. - Mss. 3421-3460
Carcopino, Jérôme (1881-1970). Correspondance. Communication réservée jusqu’en 2013. - Mss. 7133-7171, 7678
Chabas, François-Joseph (1817-1882). Correspondance. - Mss. 2572-2588
Clermont-Ganneau, Charles (1846-1923). Papiers. - Mss. 4108-4117, 7695
Coste, Pascal (1787-1879). Dessins originaux du Voyage en Perse. - Ms. 1908
Delannoy, François-Jacques (1755-1835). Dessins. - Mss. 1914-1927
Dieulafoy, Marcel (1844-1920). Papiers et correspondance. - Mss. 2663-2695
Dumont, Albert (1842-1884). Papiers. - Ms. 6135
Dupont-Sommer, André (1900-1983). Correspondance scientifique, quelques manuscrits. Communication réservée. - Mss. 8065-8076
Dussaud, René (1868-1958). Papiers. Communication réservée. - Mss. 4848-4851
Flandin, Eugène (1809-1876). Dessins (planches du Voyage en Perse). - Mss. 2733-2735
Granet, François-Marius. Dessins de son voyage à Rome (1809-1810). - Mss. 1928-1929
Haussoullier, Bernard (1853-1926). Papiers. Estampages. - Mss. 4210-4211, objets 273-275
Héron de Villefosse, Antoine (1845-1919). Estampages. - Objets 40-43
Heuzey, Léon (1831-1922). Papiers. - Mss. 5769-5783 et 7197-7212
Homolle, Théophile (1848-1925). Papiers. - Mss. 3821-3910
Jullian, Camille (1859-1933). Papiers. - Mss. 5748-5768
Lacau, Pierre (1873-1963). Correspondance et papiers. - Mss. 6330-6341, 6812, 6858
Lantier, Raymond (1886-1980). Papiers et correspondance. - Mss. 7970-8025
Le Blant, Edmond-Frédéric (1818-1897). Papiers. - Mss. 1699-1730
Lot, Ferdinand (1866-1952). Papiers. - Mss. 7246-7310 et 7714-7715
Mariette, Pierre-Jean (1694-1774). Dossiers sur Palmyre et Balbec. - Mss. 2243-2244
Maspero, Gaston (1846-1916). Correspondance et papiers. - Mss. 4061-4060
Mariette, Auguste (1821-1881). Papiers. - Mss. 4061-4063
Matty de Latour, Napoléon-Grégoire de (1804-1882). Études inédites sur les voies romaines. - Mss. 1992-1998
Méhier de Mathuisieulx, Henri (1860-19.. ?). Mission archéologique en Cyrénaïque. - Ms.
2738
Menant, Joachim (1820-1899). Papiers et correspondance. - Mss. 3785 et 4172-4176
Mohl, Jules (1800-1876). Papiers. - Mss. 2975-3000
Monceaux, Paul (1859-1941). Inscriptions chrétiennes de Tunisie et d’Algérie. Objets 56-57
Morgan, Jacques de (1857-1924). Dessins et aquarelles. - Ms. 6203
Oppert, Jules (1825-1905). Photographies d’inscriptions cunéiformes, British Museum, 1857. - Ms. 5677
Percier, Charles (1764-1838). Dessins. - Mss. 1006-1019 et 5380
Raoul-Rochette, Désiré (1789-1854). Correspondance. - Ms. 2065
Rayet, Olivier (1847-1887). Notes épigraphiques et estampages. - Mss. 4208-4209 et objets 89-90
Renan, Ernest (1823-1892). Documents sur sa mission en Phénicie (1864) ; manuscrits, lettres. - Mss. 1980-1983, 2208-2209 et 7318-7319
Sainte-Marie, Evariste-Charles Pricot de (1843-1899). Collection d’estampages. Objets 44-55
Saulcy, Louis Félicien Joseph Caignart de (1807-1880). Papiers. - Mss. 2250-2301
Schlumberger, Gustave (1844-1929). Papiers. - Mss. 4239-4359
Silvestre de Sacy, Antoine Isaac (1758-1838). Correspondance. - Mss. 2375-2377
Thierry, Amédée (1797-1873). Manuscrits. - Mss. 4838-4842
Thurot, Jean-François (1768-1832). Papiers. - Mss. 2954-2959
Zeiller, Jacques (1878-1962). Papiers. - Mss. 6267-6277

Instruments de recherche :
Archives : Répertoire numérique rédigé par Jean-Pierre Babelon, consultable sur place.
Bibliothèque : Deux catalogues ont été publiés, avec index détaillés :
– M. Bouteron et J. Tremblot, Catalogue général des Manuscrits des bibliothèques publiques de France, Paris, Bibliothèque de l’Institut, Paris, 1928 (cotes 1 à 3800) ;
– J. Tremblot de La Croix, Catalogue général des Manuscrits des bibliothèques publiques de France, Tome LIV : Paris, Bibliothèque de l’Institut de France, Supplément, Paris, 1962 (cotes 3801 à 6200).

Il existe aussi plusieurs dépouillements complémentaires, consultables à la Bibliothèque (index complets de certaines correspondances très volumineuses, etc.).

Pour les acquisitions postérieures à 1962 (cotes 6201 et suivantes), aucun catalogue n’a encore paru, bien que ces collections soient dûment inventoriées et indexées. Il faut recourir aux instruments de travail disponibles à la Bibliothèque, dont l’informatisation est en cours.

Signalons également que les fonds d’intérêt archéologique ont été décrits pour la base AREA, Archives of European Archaeology (http://www.area-archives.org/​) ; ces descriptions sont mises en ligne depuis la fin de l’année 2004.

Publication et reproduction des documents :
Archives : La publication et la reproduction des documents sont soumises à l’autorisation de l’Académie des inscriptions et belles-lettres.
Bibliothèque : La publication et la reproduction des documents inédits sont soumises à l’autorisation de la Commission des bibliothèques et archives de l’Institut de France.

Conditions d’accès :
Adresse : 23, quai Conti, 75006 Paris.
Les archives sont ouvertes au public sur rendez-vous, les lundi, mardi, et jeudi, de 14 heures à 18 heures. La salle de lecture offre 6 places de consultation.
La bibliothèque est ouverte du lundi au vendredi, de 12 à 18 heures. Elle offre 40 places de consultation. Pour y être admis comme lecteur, il faut justifier de la recommandation d’un ou deux académiciens. Il est souhaitable de prendre contact avec le directeur de la bibliothèque avant tout déplacement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mireille Lamarque et Fabienne Queyroux, « Les archives des savants antiquisants à l’Institut de France », Anabases, 1 | 2005, 268-272.

Référence électronique

Mireille Lamarque et Fabienne Queyroux, « Les archives des savants antiquisants à l’Institut de France », Anabases [En ligne], 1 | 2005, mis en ligne le 01 septembre 2011, consulté le 30 mars 2017. URL : http://anabases.revues.org/1492 ; DOI : 10.4000/anabases.1492

Haut de page

Auteurs

Mireille Lamarque

Conservateur en chef des archives de l’Institut
tél. 01 44 41 44 41

Fabienne Queyroux

Conservateur en chef chargé des fonds manuscrits et papiers savants à la Bibliothèque 
fabienne.queyroux@bif.univ-paris5.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page